En 2006, j'interrogeais Monsieur Georges Sarre au sujet de François Mitterrand, à l'occasion du dixième anniversaire de la mort de celui dont il fut ministre. Quelques mois s'écoulent... Le premier tour de l'élection présidentielle vient d'avoir lieu. Nicolas Sarkozy (UMP) affrontera Ségolène Royal (PS). L'un des deux sera élu à la présidence de la République le 6 mai 2007. Georges Sarre, lui, en sa qualité de Premier secrétaire du Mouvement républicain et citoyen, de camarade, d'ami, est un fidèle de Jean-Pierre Chevènement. Son champion n'est pas au second tour. Il n'était même pas au premier, ayant décidé de retirer sa candidature et de soutenir Ségolène Royal. J'ai souhaité interroger de nouveau Monsieur Sarre durant cette période déterminante de la vie politique française. Il avait alors accepté de me répondre, avec une grande générosité et une implication remarquable. Je ne lui serai jamais assez reconnaissant pour cela. Cet entretien - qui n'est autre qu'un document d'archive - est certainement l'un de ceux dont je suis le plus fier. Je suis fier, surtout, d'avoir pu avoir de tels contacts avec cet homme que j'estime beaucoup. J'espère que la lecture de ce texte vous intéressera. Nombre de questions traitées restent d'actualité aujourd'hui alors que Jean-Pierre Chevènement, de nouveau candidat en 2012 "pour faire bouger les lignes" et "mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qu'elles doivent relever", vient une nouvelle fois de retirer sa candidature. Quel soutien apporté ? À quelles conditions ? Quel regard porté sur Nicolas Sarkozy ? Nous sommes le premier mai 2007. Dans cinq jours, la France élira son président. Une exclusivité F21-PdA, par Phil Defer. DOCUMENT

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

GEORGES SARRE

Ancien Ministre sous la présidence de François Mitterrand
Ancien Maire du 11è arrondissement de Paris


"Sarkozy, c'est la rupture

 

de la France avec elle-même"

 

http://p1.storage.canalblog.com/18/43/871067/76999453.png

(Photo de G. Sarre : http://www.georges-sarre.net)

 

 

Q : ??/04/07

R : 01/05/07

 

 

 

Note de Phil Defer : J'ai choisi, pour illustrer ce texte, une belle photo de Monsieur Sarre aux côtés de Madame Danielle Mitterrand. Il avait rendu hommage à l'ancienne première dame en 2006 lors de notre entretien présent sur le blog sous l'intitulé Georges Sarre raconte François Mitterrand comme suit : "J'ai aussi une estime profonde pour Danielle Mitterrand, qui, encore aujourd'hui, mène un beau combat pour un monde plus juste, pour la souveraineté et la coopération des peuples... En plus de partager avec elle beaucoup d'analyses, sur la mondialisation et sur l'Europe notamment, j'admire son courage hors du commun." Il réagira au décès de celle-ci, cinq ans plus tard, par ces mots : Les yeux braves et pétillants de Danielle Mitterrand se sont fermés...

 

 

Paroles d'Actu : Après que Jean-Pierre Chevènement se soit retiré de la course à la présidentielle, votre soutien à Ségolène Royal s'est-il fait naturellement ?

 

Georges Sarre : C’est précisément parce que nous avons trouvé un accord politique sur le fond que Jean-Pierre Chevènement a décidé de soutenir Ségolène ROYAL et que le MRC s’est engagé en sa faveur.

 

 

PdA : Mme Royal a soutenu le "oui" au traité constitutionnel européen, ce qui n'était pas du tout votre position. Ne craignez-vous pas que vos électeurs s'y perdent ?

 

G.S. : Je vais vous répondre franchement. Nous étions face à une alternative. Pour donner une suite au NON du 29 mai 2007, il y avait deux possibilités. Première possibilité : une candidature unitaire du NON, en tous cas du NON de gauche, sur des bases claires, non seulement d’opposition, mais de propositions. Cette candidature n’a pas vu le jour ; d’une part parce que les socialistes qui avaient appelé à voter NON ont rejoint ceux qui avaient appelé à voter OUI dans la synthèse du Mans, et d’autre part du fait de l’émiettement, et parfois l’incohérence de la « gauche de la gauche ». Restait donc la deuxième possibilité : s’appuyer sur le NON, les exigences qu’il portait, pour orienter convenablement le projet du candidat de gauche (la candidate en l’espèce) à vocation majoritaire. Ségolène ROYAL, en tenant compte du NON du 29 mai, et en faisant ainsi des propositions telles que la remise en cause de l’indépendance de la BCE et de la politique commerciale de « concurrence libre et non faussée », a permis cette suite positive au NON du 29 mai 2005. C’est ce que les électrices et les électeurs doivent comprendre. Peut-être le MRC perd-il en lisibilité, mais ce qui nous importe le plus, c’est que la gauche dans son ensemble progresse vers la prise en considération des aspirations populaires.

 

 

PdA : À la vue des résultats du premier tour de l'élection présidentielle, pensez-vous que la décision de M. Chevènement de ne pas être candidat était la bonne ?

 

G.S. : C’était la plus raisonnable. Encore une fois parce que Ségolène ROYAL a fait des avancées programmatiques tout à fait considérables par rapport au bilan de la gauche plurielle, en prenant en compte les exigences des Français exprimées le 29 mai, que ce soit sur les services publics, la politique monétaire, les délocalisations… Le succès du premier tour, permis notamment par le soutien de Jean-Pierre CHEVENEMENT et du MRC, est la conséquence de cet axe programmatique nouveau.

 

 

PdA : Que vous inspirent les résultats de ce premier tour, et notamment le très faible niveau des voix de gauche (36,44%) ?

 

G.S. : On ne peut pas raisonner comme ça. Tout laisse penser que plus de la moitié des électeurs de François BAYROU sont des électeurs de gauche. Ils ne se sont pas prononcés en faveur du contenu, libéral, euro-fédéraliste, du programme UDF. Ils ont utilisé le bulletin de vote François BAYROU pour faire entendre un message d’exigence de renouvellement démocratique. A tort ou à raison, ils ont considéré que François BAYROU incarnait un certain renouvellement des pratiques politiques.

 

J’irai même plus loin. Quand on voit que 25% des ouvriers votent Jean-Marie LE PEN, on ne peut pas croire naïvement que les 11% d’électeurs de LE PEN sont tous des gens d’extrême droite. Il y a là aussi un électorat populaire. Il utilise le bulletin de vote LE PEN pour dire les cinq lettres au « système ». C’est un choix que je déplore, compte tenu de certaines positions nauséabondes de Jean-Marie LE PEN, mais qu’on doit prendre pour ce que c’est : un cri de ras-le-bol.

 

Alors bien sûr, tout ceci se fait au détriment de votes tels que le vote PS pour l’électorat de François BAYROU, ou le vote PC pour une partie de l’électorat ouvrier de Jean-Marie LE PEN.

 

Mais plus la gauche expliquera qu’elle porte le projet démocratique et social attendu par les classes populaires, plus ces électorats égarés reviendront vers elle. J’espère que ce sera le cas dès le second tour.

 

 

PdA : Les signaux répétés de Mme Royal en faveur du très européen François Bayrou vous inquiètent-ils, ou bien considérez-vous l'idée d'une majorité présidentielle plus large intéressante ?

 

G.S. : D’abord, le principe de réalité oblige Ségolène ROYAL à tenir compte des résultats du 1er tour, et à rassembler pour faire barrage au danger SARKOZY. Ensuite, j’observe qu’elle le fait avec intelligence, en soulignant les points de convergence qui sont les nôtres avec François BAYROU sur un nécessaire renouvellement de la démocratie, qu’il s’agisse des référendums plus fréquents, le cas échéant d’initiative populaire, de l’accroissement des pouvoirs du Parlement, élu en partie à la proportionnelle, de la transparence dans les nominations, de la réforme du dialogue social etc. Elle ne lâche rien pour autant sur son programme économique et social, et elle a raison, car il est plus conforme aux intérêts du peuple que celui de M. BAYROU. Quant à l’Europe, tout le monde convient de la nécessité de « relancer l’Europe ». La question est de savoir sur quelles bases. A ce sujet, « l’Europe par la preuve », c’est-à-dire par des coopérations sur des projets précis (industriels, infrastructurels, scientifiques, etc.) que prône depuis plusieurs mois Ségolène ROYAL me semble la bonne démarche. Et l’accord MRC / PS est très précis : de la remise en cause de l’indépendance de la BCE en passant par un changement de politique commerciale pour stopper les délocalisations, ou encore la défense des Services Publics, nous avons pris des engagements communs. Nous les ferons respecter, avec l’aide de la majorité de Français qui a voté NON le 29 mai, et de ceux qui, comme Ségolène ROYAL, et bien qu’ils aient voté OUI, partagent notre volonté de réorienter l’Europe.

 

 

PdA : Pourquoi Nicolas Sarkozy doit-il, d'après vous, être battu le 6 mai prochain ?

 

G.S. : Parce qu’il est communautariste (il a naguère appelé à une remise en cause de la loi de 1905 et défend la « discrimination positive », insulte envers ceux qui sont censés en bénéficier) ; parce qu’il est atlantiste (il est naguère allé s’excuser auprès de BUSH de la position de la France et de Jacques CHIRAC sur la deuxième guerre du Golfe et mettra la politique étrangère et de défense française à la remorque de l’impérialisme états-unien) ; parce qu’il est ultra-libéral (il veut alléger la fiscalité pour les plus riches, privatiser les services publics, favoriser la financiarisation de l’économie, remettre en cause la sécurité sociale et le droit du travail).

 

Communautarisme, atlantiste, ultra-libéral : Sarkozy est symétriquement opposé à tout ce qui a fait la République française et son contrat social depuis des décennies, et qui a rassemblé, depuis le CNR, la gauche, mais aussi une droite gaulliste, patriote, républicaine et sociale.

 

Sarkozy, c’est la rupture de la France avec elle-même. Les populations et les territoires les plus fragiles seront laissés au bord de la route. Sarkozy, c’est « U.S.A. today » !

 

 

PdA : En quoi Ségolène Royal vous paraît-elle être le successeur de François Mitterrand ?

 

G.S. : Elle incarne la France, ce subtile mélange d’une part de conservatisme sur les principes qui méritent d’être défendus, d’ordre républicain (pas l’ordre social), et d’autre part de progressisme, tant sur le plan social que démocratique et sociétal, qui a toujours marqué la France depuis la Révolution française et jusqu’à 1981, en passant par le Front Populaire ou la Libération. En cela, elle ressemble à François MITTERRAND, le charentais conservateur… et leader de la gauche laïque socialiste !

 

 

PdA : Que diriez-vous à un(e) électeur(rice) indécis(e) pour le(a) convaincre de voter Ségolène Royal au second tour ?

 

G.S. : Qu’entre d’une part le vote Ségolène ROYAL, vote en faveur d’une France apaisée, qui va de l’avant (même avec des aléas et des imperfections), et d’autre part le vote SARKOZY, vote pour la grande régression démocratique et sociale, dans un climat de tension, il n’y a pas photo ! Et qu’à trop hésiter, on se réveille avec la gueule de bois !

 

 

PdA : Sur quels sujets le Mouvement Républicain et Citoyen compte-t-il infléchir la position de la future présidente ?

 

G.S. : Je l’ai dit : nous entendons faire respecter les engagements pris en commun sur la réorientation de la Construction Européenne, le niveau de l’Euro, la politique commerciale, les Services Publics. Car là sont les clés pour répondre au grave problème du chômage et de l’explosion des inégalités sociales et territoriales. Nous ferons aussi entendre l’exigence républicaine et citoyenne dans des politiques concernant l’Ecole, la diplomatie, la mémoire nationale. Nous sommes républicains et patriotes, comme la gauche de JAURES, et garants de cette continuité.

 

 

PdA : Certains ont expliqué le retrait de M. Chevènement par des "tractations électoralistes" avec le Parti socialiste en vue des législatives notamment. Que leur répondez-vous, et qu'en est il réellement ?

 

G.S. : Si la motivation principale était électoraliste, alors nous ne serions pas des champions, puisque nous n’aurons le soutien du PS que dans 10 circonscriptions, pour la plus part très difficiles ! Non, nous avons agi au contraire avec une certaine abnégation sur ce plan. Nous l’avons fait pour donner toutes ses chances à l’union et à la victoire de Ségolène ROYAL sur une base programmatique nouvelle, saine, à laquelle nous avons apporté notre pierre. Ce que nous n’avons jamais cessé de rechercher depuis 1971, c’est de faire en sorte que le logiciel républicain que nous portons soit l’axe d’une candidature majoritaire et de la politique conduite.

 

 

PdA : Je vous avais interrogé lors de ma première interview sur le bilan que vous faisiez de la présidence Mitterrand. À l'heure où Jacques Chirac s'apprête à quitter l'Elysée, comment jugez-vous son action en tant que chef de l'Etat ?

 

G.S. : Je souhaite que la fin du mandat de Jacques CHIRAC et les années qui suivront soient sereines. C’est l’intérêt de la France. J’ai eu l’occasion de m’exprimer des dizaines de fois pendant les douze dernières années pour exprimer mon opposition forte à la plupart des politiques menées par ses gouvernements. La France est en panne économique, démocratique et sociale. Ce n’est pas directement la faute de Jacques CHIRAC, soyons clairs : c’est le fait des engagements européens qu’il a poursuivis et amplifiés, de la fuite en avant dans l’abandon de la souveraineté française, et donc de notre capacité à défendre, moderniser, améliorer notre économie et notre modèle républicain et social. Mais je retiendrai néanmoins le succès de sa politique de sécurité routière, des avancées –insuffisantes- pour les personnes handicapées, le renforcement de la laïcité qu’il a opéré avec raison via la loi de 2004, et sa prise de position, particulièrement juste, sur la deuxième guerre du Golfe. A ce sujet, il a non seulement eu raison, mais n’a de surcroît pas manqué de panache. Je veux le souligner, en dépit de mon opposition.

 

Vous l’aurez compris, le bilan que je tire des années CHIRAC n’est pas très positif… mais quand je pense à ce que serait la politique de Nicolas SARKOZY, je crains que, dans l’hypothèse de sa victoire, nous ne regrettions ses prédécesseurs !

 

 

PdA : La République est un thème très présent pour vous et votre parti. De quoi est-elle malade aujourd'hui, et comment peut-on la guérir ?

 

G.S. : La République est malade du communautarisme, qu’on guérit par la laïcité et la défense du bien commun. La République souffre de ne pas avoir d’horizon, et c’est pourquoi il faut redonner un grand dessein collectif à la Nation. La République souffre d’une crise de l’intégration, qu’il faut soigner en cassant les ghettos, en renforçant l’apprentissage du français, la diffusion de la culture. La République souffre de l’affaiblissement international de la France, qu’il faut enrayer en reprenant la tête d’une grande coalition pour réorienter la construction européenne et la mondialisation. La République souffre, surtout, du chômage de masse, de la précarité, de l’explosion des inégalités, de la corruption des valeurs et des relations sociales par une financiarisation détestable de l’économie et de toute la société. Il faut y répondre par une nouvelle donne économique et sociale à l’échelle européenne et nationale, dont j’ai tracé les pistes dans mes précédentes réponses.

 

La République souffre, enfin, de ce que les élites qui nous dirigent ne croient plus en la France, n’aiment plus leur pays. Nicolas SARKOZY se cache derrière des déclarations du genre « la France, tu l’aimes ou tu la quittes », pour stigmatiser les nouveaux arrivants. Mais tout son projet de société est aux antipodes de ce qui a toujours fait France, de notre contrat républicain et social. Il prétend aimer la France mais veut en saper tous les fondements et la diluer dans la globalisation nord-américaine et financière ! Il n’aime donc pas la France. Dès lors, je ne lui demande pas de la quitter, mais de quitter le pouvoir !

 

 

PdA : Pourquoi la question de l'identité nationale doit-elle être, selon vous, un des enjeux majeurs de cette campagne ?

 

G.S. : Je récuse le concept d’identité nationale française. L’identité, c’est quelque chose de global, de figé, dont on hérite. La France n’est pas une identité. C’est une nation citoyenne, faite de la volonté collective de construire un avenir commun. Bien sûr, pour cela, il faut des références culturelles ; il faut se parler, et donc parler le français. Il faut aussi jouir de certaines conditions matérielles pour exercer pleinement sa citoyenneté. Mais la France, moyennant ces conditions d’exercice de la citoyenneté, est faite de la volonté commune de chacun et de chacune des citoyens qui la compose. D’où l’importance de la laïcité, pour ne pas nous fractionner en communauté. D’où l’importance des solidarités sociales, pour la cohésion nationale. D’où l’importance de la langue et de l’Ecole, pour le débat et la morale publics. Ce sont toutes ces sources de citoyenneté qu’il faut renforcer, contrairement à ce que propose SARKOZY. Et non pas poser l’identité de la France comme une donnée figée, pour en exclure certains.

 

 

PdA : Quelle est aujourd'hui votre position au regard de la situation en Irak et de la crise du nucléaire iranien ?

 

G.S. : Le fiasco irakien confirme jusqu’à la nausée la justesse de la position de la France en 2003 et l’erreur majeure de BUSH. Non seulement parce que les soldats américains meurent. Mais aussi parce que des civils sont massacrés, que le chaos règne, et qu’on assiste, avec l’affaiblissement du nationalisme arabe laïque dans ce pays, à l’explosion des intégrismes islamistes et à leur violente opposition. Il me paraît urgent de favoriser par la diplomatie et le co-développement des solutions laïques et démocratiques dans cette région du monde, en respectant l’unité et la souveraineté des Etats.

 

La situation en Iran est en effet préoccupante. Je suis opposé à ce que l’Iran se dote de l’arme nucléaire. J’entends dire parfois que l’Iran a le droit, au même titre que d’autres pays, de se doter de l’arme atomique. C’est une erreur de jugement : en effet, la question n’est pas de savoir si tel ou tel pays a plus le droit qu’un autre à tel ou tel attribut de souveraineté militaire. Tous les pays sont souverains et doivent pouvoir se défendre. Mais l’arme nucléaire, qui dans certaines conditions peut permettre la dissuasion des conflits mondiaux, peut aussi, a contrario, les accélérer si l’équilibre de la peur qui prévaut depuis une cinquantaine d’années cède la place à la course à l’armement et à une prolifération nucléaire désordonnée. C’est cette analyse qui a conduit à l’élaboration, sous l’égide de l’ONU, en 1968, du Traité de Non Prolifération (TNP). L’Iran l’a signé et doit le respecter.

 

C’est pourquoi Ségolène ROYAL a raison de dire qu’il ne faut pas accepter que l’Iran se dote de l’arme nucléaire. Elle a raison aussi de dire qu’il n’y a qu’un pas du nucléaire civile au nucléaire militaire, puisque c’est une simple question de degré d’enrichissement de l’uranium. Toutefois, la seule façon d’aller vers un monde équilibré, c’est d’établir et de respecter le droit international. En l’espèce, il y a le traité de non prolifération. Il faut s’y tenir : l’Iran a donc droit au nucléaire civile, à condition de ne pas aller vers le nucléaire militaire. C’est ce que stipule clairement le traité, puisque les signataires « affirment le principe selon lequel les avantages des applications pacifiques de la technologie nucléaire, y compris tous les sous-produits technologiques que les États dotés d’armes nucléaires pourraient obtenir par la mise au point de dispositifs nucléaires explosifs, devraient être accessibles, à des fins pacifiques, à toutes les Parties au Traité, qu’il s’agisse d’États dotés ou non dotés d’armes nucléaires ». Ma position est donc simple : un monde multipolaire est bâti sur le droit international, négocié entre pays souverains ; il faut donc appliquer le droit, tout le droit, rien que le droit. Si non, « la raison du plus fort sera la meilleure »… Et nul ne sait qui sera le plus fort… ni même qui est le plus légitime !

 

 

PdA : Au fond, quelle gauche souhaitez-vous voir diriger la France après les élections de 2007, forte de quelles expériences et de quelles leçons tirées ?

 

G.S. : Une gauche républicaine, laïque et sociale. Une gauche qui réoriente la construction européenne pour et par les peuples. Une gauche qui renforce l’Ecole de la République et conforte la laïcité. Une gauche qui fasse passer l’économie d’une économie de rente vers une économie de l’emploi et corrige les inégalités. Une gauche qui relance la croissance durable, l’industrie, aménage le territoire, valorise la ruralité, remplace les ghettos par des territoires équilibrés. Une gauche qui fasse respecter l’ordre républicain à l’intérieur, et promeuve à l’extérieur un monde multipolaire équilibré.

 

 

 

Encore une fois, un immense MERCI à Monsieur Sarre ainsi qu'à ses collaborateurs.

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le blog de M. Georges SARRE

 

Le blog de M. Jean-Pierre CHÈVENEMENT

 

Le site du Mouvement Républicain et Citoyen

 

Pour commenter cet article, le groupe Facebook de Paroles d'Actu

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook

 

Modification de la présentation de l'article le 26 juin 2012

 

Times New Roman > Georgia : 02/10/12