22 avril. 20 heures. Le suspense prend officiellement fin. Des milliers de Français sont alors déjà au courant depuis une heure, presque deux, parfois. À l'heure d'internet et des nouvelles technologies, une loi de rétention de l'information, même légitime, a du mal à être totalement appliquée. L'affiche se déroule devant nos yeux. Le casting ne surprend pas grand monde. On s'y attendait. Et si, parfois, le doute pouvait s'immiscer dans notre esprit, les sondages étaient là pour nous ramener à la réalité. Hollande et Sarkozy sont qualifiés. Le Pen réalise un score historique, Mélenchon ressuscite la "gauche de la gauche", Bayrou déçoit. L'abstention, elle, est restée sous contrôle. Bref... Presque des éléments de détail dans ce système cruel où, même s'ils sont cinq à avoir approché ou dépassé les 10% des exprimés, au final il doit n'en rester que deux. François Hollande (soutenu par le PS et ses alliés), se paie le luxe d'arriver en pole position face au président sortant, Nicolas Sarkozy (soutenu par l'UMP et ses alliés). La cible ultime, la marche suprême, c'est le second tour, le 6 mai. Les compteurs sont remis à zéro, ou presque. 45% des électeurs qui ont souhaité se prononcer pour un(e) candidat(e) n'ont pas choisi l'un des finalistes. Ils devront pourtant faire avec ce choix. Je n'irai pas plus loin dans ce prologue. Les sondages de second tour, qui expriment des reports de voix, un rapport de force, une estimation de résultat probable existent. Ils sont abondamment commentés en ce moment, par des gens qui s'y connaissent bien plus que moi, et qui sauront en parler bien mieux que moi. Ce n'est pas l'objet de cet article.

 

Depuis 2003 (j'ai alors 18 ans), je prends plaisir à utiliser les possibilités que m'offre internet pour faire des expériences. Passionné par l'actualité, et notamment par la politique, j'ai depuis lors tenté de contacter pour un webzine, pour mon forum, puis pour ce blog Paroles d'Actu, des personnalités, des anonymes. Pour leur demander de commenter un grand événement, de me donner, surtout, leur point de vue. Sans montage, sans préjugé. En 2004, en pleine crise diplomatique avec la France, j'interroge des Américains sur le 11 septembre, mais également sur ce qu'ils pensent de nous autres Français. En 2011, idem, sur leur propre élection présidentielle de 2012. Dans les deux cas, le peuple américain n'est pas pris comme une abstraction, une généralité qui penserait unanimement telle ou telle chose. Le "panel" retenu n'est pas établi scientifiquement, il est le fruit du hasard. Mais il est très divers. Le résultat n'est pas présenté sous la forme d'une synthèse. Parce que je ne suis pas très bon dans cet exercice. Surtout, parce que ce n'est pas ce que je veux. Une synthèse, par définition, résume, simplifie, caricature, parfois, les positions. Les textes sont livrés tels quels. Mon objectif : donner la parole à celles et ceux qui veulent bien la prendre. Pour exprimer leur part de vérité. Leur sincérité, en tout cas.

 

Des sondages existent sur le vote des jeunes pour la présidentielle. Là encore, je ne cherche pas à les analyser, les commenter. Cette idée, je l'avais déjà à l'esprit depuis plusieurs semaines. Ca n'avait pas fonctionné jusque là. Au soir du premier tour de la présidentielle, je me suis lancé, de nouveau. J'ai souhaité interroger des jeunes (limite arbitrairement choisie mais pas strictement : 35 ans), intéressés par la politique. Pour leur poser des questions relatives à ce premier tour, au second, à leur regard porté sur la France d'aujourd'hui, celle de l'avenir. Parce qu'après tout, ce sont bien eux, les jeunes, qui sont l'avenir de la France. Toutes les décisions qui sont prises aujourd'hui, celles qui seront prises demain les concerneront plus que quiconque. J'ai utilisé Facebook, en particulier. J'ai posté plusieurs annonces. J'ai contacté des gens que je ne connaissais pas, mais dont le profil, les commentaires sur tel ou tel mur me semblaient intéressants. J'ai également proposé à des amis de répondre à ce questionnaire. Le résultat, vous allez pouvoir le découvrir. L'article sera vivant, il sera alimenté au fil de l'eau, à mesure que d'autres témoignages me parviendront. Il n'y aura aucun montage. Les premières réponses seront les premières à apparaître sur cette page. Un mot d'ordre pour cet article : le respect. J'espère que vous serez nombreux, contributeurs ou "simples" lecteurs, à lire ce document. Que vous prendrez le temps de lire les mots de celles et ceux qui ne partagent pas vos idées. Que vous n'hésiterez pas à interpeller ses auteurs, dans un esprit de tolérance. Il faudra bien qu'au matin du 7 mai, le peuple s'unisse autour de son président, qu'il se prénomme François ou Nicolas. Si cet article peut contribuer à favoriser la compréhension, le dialogue, en refusant tout amalgame, toute caricature... alors... mon objectif sera atteint.   Merci infiniment à toutes et à tous pour votre collaboration. Si vous souhaitez participer, n'hésitez pas à me contacter !!! En tout cas... bonne lecture ! Phil Defer   DOCUMENT

 

 

Paroles de campagne

 

Élection présidentielle, France, 2012

 

La parole aux jeunes

 

http://p3.storage.canalblog.com/32/02/871067/75112252.png 

 (Source photo F. Hollande : nouvelobs.com
Source photo N. Sarkozy : gala.fr)

 

 

 

 

QUESTIONNAIRE

Rédigé et largement diffusé le 24 avril

 

- Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

- Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

- Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

- Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

- François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

- Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

- Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

- C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

- Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

 

 

 

 

REPONSES

(PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE)

 

 

 

24 avril

 

 

Ahmed Laaraj

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Bonjour, je m'appelle Ahmed Laaraj, je suis étudiant à Montpellier. Depuis tout petit je suis engagé. J'ai toujours ressenti le besoin d'être utile, d'avoir le sens du service et du devoir. Mais mon véritable éveil à eu lieu en 2007. Je n'étais même pas encore en âge de voter. La ferveur de la campagne de 2007 a fait naître une flamme en moi. Je voyais déjà à cette époque que quelque chose s'était levé et que cette chose ne s'arrêterait pas, même en moi. J'ai tout naturellement rejoint le mouvement de Désirs d'avenir fondé par Ségolène Royal où très vite on faisait la place aux jeunes. J'ai animé le comité local de Montpellier (que j'anime toujours) avant de fonder avec Myriam El Yassa (qui elle anime le comité du Doubs) le collectif des jeunes de Désirs d'avenir. Avec ce comité nous avons coordonné la campagne jeune de Ségolène royal durant les primaires de 2011. Et aujourd'hui nous le développons, et ça marche !

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Le bilan de Nicolas Sarkozy ? Y'en a-t-il vraiment? Aucune réforme n'a été accueillie favorablement par l'opinion. Tout ce que le président a entrepris n'allait pas dans le sens de l'intérêt général. Je crois que l'ère du système Sarkozy restera un accident de l'histoire.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

J'ai un regard qui condamne l'état de la France et surtout ceux qui l'ont mise dans cet état, que ce soit la droite décomplexée qui tue à petit feu le service public et l'unité du peuple. Ou que ce soit le système bancaire, que les hommes politiques dans une grande couardise, ont laissé faire sans défendre le peuple qui les a mandatés pour la défense de nos intérêts communs ! Mais il n'y a pas de situation de non-retour. D'autres perspectives sont à donner, d'autres portes sont à ouvrir. Il y a des solutions pour remettre le Pays sur les rails de la croissance, de la rénovation. Il faut faire confiance en ce que j'appelle l'intelligence collective.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Oui je vais vous le dire, avec plaisir même si ça peut convaincre d'autres de mettre le même pour le second tour (rires). J'ai voté pour François Hollande. François a fait un très bon score. Il est arrivé en tête du premier tour avec une très forte participation, j'en suis très heureux.

Pour moi ce score s'explique par 2 raisons. Les Français ont besoin de croire et de participer à de nouvelles politiques, des méthodes plus proches d'eux et des réformes (du fait de leur participation et de la prise en compte de leurs opinions) plus adaptées à leurs attentes. Ils ont besoin d'être unifiés. Les Français se sont déplacés massivement avant tout pour adhérer aux projets portés par François Hollande. Ensuite, Nicolas Sarkozy a beaucoup déçu, ses politiques ont déçu, sa méthode, son style, c'est d'ailleurs l'arroseur arrosé. Il a voulu durcir le ton de sa campagne, son quinquennat fut un échec, le tout sécuritaire, la division des Français, le débat sur l'identité nationale, la réforme des retraites, les affaires de corruption au plus haut niveau de l'État, tout cela a contribué à une poussée de Marine Le Pen, je m'en désole, Nicolas Sarkozy a été un très bon directeur de la campagne de la présidente du FN. Mais les Français ne se laisseront pas avoir une seconde fois, et je crois qu'ils se déplaceront en masse, à nouveau pour le second tour pour voter François Hollande.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Commençons d'abord par Nicolas Sarkozy, je ne vais pas me répéter ça sera rapide. Il n'est pas le président qu'il faut, il suffit de voir son quinquennat pour le constater.

En ce qui concerne François Hollande, ce n'était pas mon candidat aux primaires citoyennes de l'automne dernier, il a repris pas mal de propositions de Ségolène Royal comme la banque publique d'investissement, la ré-intégration de l'année de formation des enseignants, redonner les moyens à la police et à la justice pour redonner les moyens aux forces de l'autorité d'assurer la sécurité et la cohésion de groupe des Français, la mutation écologique de l'industrie, la réforme bancaire avec la séparation de l'activité de dépôt et l'activité spéculative qui sera plus encadré, la fin du cumul des mandats... et j'en passe ! Il a réussi à me convaincre. Sur le style François Hollande ne sera pas un président de l'ostentatoire, il habitera sa fonction dignement et écoutera les Français. Je crois que ce sera un président aimé des Français.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Le message que je veux faire passer est simple, je veux m'adresser à vos lecteurs sous forme d'une question très simple : voulez-vous qu'on continue ou voulez vous qu'on change ?

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

La seule qualité que je reconnais à Nicolas Sarkozy est qu'il est bon orateur, il peut faire croire n'importe quoi. Mais après cinq ans de sarkozysme les Français ne se laisserons pas entraîner une seconde fois. Comment voulez vous qu'il nous rassemble alors qu'il n'a cessé de nous diviser. Même son propre camp il l'a divisé. Où sont Dominique de Villepin, Rama Yade par exemple sans oublier ses anciens ministres comme Hirsch, Amara, qui aujourd'hui appellent à voter pour François Hollande, qui est celui qui rassemble déjà !

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je la vois avec optimisme mais il suffit juste qu'on nous donne la parole. Il faut que les responsables politiques cessent de s'adresser à nous avec démagogie et infantilisation ils devraient plutôt nous responsabiliser, dans la société de demain nous devons avoir toute notre place car plus nous pourrons agir plus nous construirons une société adaptée aux générations qui nous suivront. D'ailleurs j'adresse un message à vos lecteurs, il faut qu'ils prennent part au débat, qu'ils donnent leurs idées, leurs opinions, qu'ils prennent des initiatives, qu'ils s'engagent, car sans nous la société ne vit plus ! Il faut voir les jeunes pour l’intelligence qu'ils peuvent amener aux débats et aux propositions et non pas seulement pour notre énergie même si nous en avons beaucoup à redonner ! Enfin nous, les jeunes, ne sommes pas un groupe isolé nous voulons être reconnu comme intégré à un processus normal de solidarité intergénérationnel.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Je voudrais clore cette interview par une citation : "Le prix de la liberté, c'est la vigilance éternelle" Thomas Jefferson

 

 

  

Jérémy B.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Jérémy B., 23 ans, étudiant en master de science de l’environnement, du territoire et de l’économie à l’université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines. Président du mouvement politique Europe – Liberté et vice-président de la section française du mouvement européen Europe Démocratie Espéranto.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Une augmentation du chômage, une hyper-présidence méprisante et hautaine, une hausse insupportable des inégalités (des riches toujours plus riches, et de plus en plus de pauvres), des discours de plus en plus proche du Front National dans la haine et la stigmatisation de l’étranger et de l’immigré. Des ministres qui représentent très bien cette droitisation, comme Claude Guéant et Brice Hortefeux, ou encore de nouveau cadre de l’UMP comme Guillaume Peltier, ancien du FN puis du Mouvement National Républicain de Bruno Megret, et porte parole de Philippe De Villiers (MPF) aux présidentielles de 2007.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

La France, et plus globalement l’Europe vont mal. Les peuples sont désespérés, n’ont plus d’espoir, n’ont plus confiance. C’est l’un de nos principaux problèmes. Comment relancer notre économie si nos concitoyens n’y croient plus…

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J’ai voté pour Jean-Luc Mélenchon, justement parce qu’il était le seul à vouloir redonner l’espoir et la motivation nécessaire au peuple pour qu’on s’en sorte. Sa candidature, son dynamisme nous donnait l’envie de s’en sortir, de retrousser nos manches !

Concernant son score, 11,11%, il est décevant, soyons honnêtes, nous espérions tellement plus, même si un score à deux chiffres est déjà un bon score. Les resultats du premier tour révèlent deux choses, d’un côté un vote utile en faveur de François Hollande, et un vote contestataire contre-productif en faveur de Marine Le Pen. Finalement, Jean-Luc Mélenchon s’en sort bien avec 11,11%, car les discours d’Eva Joly, de François Bayrou, de Nicolas Dupont Aignan et même pourquoi pas de Jacques Cheminade, représentent probablement plus…

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Je pense que mon bilan sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy est assez clair pour savoir ce que je pense de lui politiquement.

Concernant François Hollande, il aura ma voix le 6 mai, mais sans trop d’espoir sur sa politique. Jean-Luc Mélenchon était véritablement le seul à pouvoir changer les choses. J’espère que François Hollande saura être à l’écoute des 4 millions d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon s'il est élu. J’espère aussi que François Hollande n’oubliera pas Jean-Pierre Chevènement, Arnaud Montebourg qui ont été de bons soutiens et qu’il prendra en compte ceux qui ont voté contre la domination de la finance en votant Jacques Cheminade. Tout cela fait beaucoup de monde, et j’espère que M. Hollande ne les oubliera pas.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Comme je l’ai dit, je voterai François Hollande, mais je ne ferai pas campagne pour lui, je pense juste, et j’en suis même sûr, qu’il sera mieux que Nicolas Sarkozy, et que 5 ans déjà, cela a suffi à la France. Il faut savoir dire stop…

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Les qualités de Nicolas Sarkozy… ? Il parle bien, il est dynamique, il ne compte pas ses heures...

Par contre, je ne vois pas ce qui pourrait, a l’heure actuelle, unir les Français, et cela quel que soit le prochain président.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je suis politiquement de nature optimisme, le monde change vite, et il peut changer dans n’importe quel sens rapidement. Cela dépend des masses et de leurs motivations. La jeunesse, et le peuple en général peut reprendre le pouvoir, c’est une histoire de volonté. On l’a bien vu avec les grands rassemblements de Jean-Luc Mélenchon, il a su réunir des foules, avec des objectifs communs. Tout cela me rend optimiste…

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

J’ai envie de dire « retrouvez confiance en l’avenir, motivez-vous pour changer l’avenir, mais ne soyez pas naïfs, ne vous laissez pas faire, résistez ».

 

 

  

Lauréline M.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je suis Française, j'ai 24 ans, je vis à Montréal depuis 5 ans car l'employabilité est plus facile au Canada qu'en France, ainsi que le pouvoir d'achat ! Pour 700 euros, j'ai un 70m carré avec terrasse dans Montréal ! J'arrive à travailler à temps plein (35 heures par semaine) et à étudier à temps partiel (6 heures de cours par semaine + travaux) à HEC Montreal en DESS communications marketing.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Je tire un bilan très négatif du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Le pays surtout vit dans la peur. Les médias terrorisent la population sur les sujets de la justice, l'immigration, la sécurité. Le pouvoir d'achat est toujours aussi bas. Avec le principe de travailler plus pour gagner plus, il n'y a pas plus de travail. J'entends que pour devenir professeur on enlève les cours de pédagogie et de gestion de classe pour privilégier des Masters ! Je trouve ça ridicule et terrible pour l'éducation des jeunes et pour les futurs professeurs ! La jeunesse n'est pas prise en considération : les manifestations des jeunes contre la hausse de l'âge de la retraite auraient dû être entendues et finir en referendum ! On ne prend pas en considération le peuple et les manifestations pacifiques ne servent plus à rien, c'est un droit bafoué !

Je vais rester sur ces grands sujets mais j'aurais plein d'autres négations à écrire.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

La France est très inégale ! Il y a plus de riches et plus de pauvres. Pourtant on sait que c'est la classe moyenne qui rend fort un pays. Nous sommes très nombreux pour un petit territoire ce qui n'est pas mis en valeur mais présenté comme un problème. Ce qui amène des problèmes de xénophobie. Le problème ce n'est pas la religion ou l'origine ethnique. C'est le manque de logement, l'appauvrissement de l'éducation, le manque de travail, la pauvreté qui est la vraie cause de l'individualisme et du non-respect des autres. Tout le monde pense très justement à sa propre personne car le gouvernement ne prend plus soin de lui ! Un président de la république doit être au service de tout son peuple. Il doit être à l'écoute de celui-ci aussi ! Aujourd'hui le gouvernement est sourd et aveugle, il est menteur et manipulateur en cachant les vrais problèmes.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J'étais inscrite au Canada, et je suis en vacances de dernière minute en France donc je n'ai malheureusement pas pu voter au premier tour ! Mais j'aurais voté pour Francois Hollande. Il redonne de l'espoir. Il dit les vraies choses, il a un vrai programme ! Je suis contente qu'il ait réussi à être en tête du premier tour, mais c'est pas assez ! J'ai peur que le langage très juste de Francois Hollande soit trop "intellectuel". Les Français préfèrent que l'on leur parle de leur pouvoir d'achat et de leurs petites personnes avec un langage populaire et c'est pour cela que Marine Le Pen a obtenu un si haut score.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Je pense que Francois Hollande veut amener l'espoir avec une politique socialiste qui amènera vraiment le pouvoir au peuple, du mieux qu'il peut car il partira avec une France brisée. Je pense qu'il est le leader d'une très grande équipe, de personnes très intelligentes. Il sera un très bon coordonnateur et pour moi c'est le vrai métier d'un président.

Nicolas Sarkozy est comme un empereur ! Il est très charismatique mais c'est seulement un beau parleur ! Je déteste le reste de son gouvernement où les ministres sont tous plus pourris les uns que les autres. Je respecte seulement Fillion le premier ministre qui essaie de réparer les pots cassés. Je ne dis pas qu'il n'a pas essayé de redresser la France, mais il n'a pas réussi et il a aggravé les choses. Si on est pas au même niveau que le reste de l'Europe c'est que l'on était mieux que les autres avant la crise. Où est passé la France de la liberté, de l'égalité et de la fraternité ? Envolée !

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Je vais voter Francois Hollande, pour le changement, pour l'espoir, pour redonner le pouvoir au peuple et pas aux aristocrates. Pour que le Parti socialiste trouve des solutions à cette crise du peuple contre les systèmes bancaires. En votant Hollande, c'est la manifestation la plus efficace que l'on puisse faire pour changer le gouvernement. On a un droit de vote important en France puisque notre vote compte directement dans le résultat ! Je souhaite que les gens croient en la France révolutionnaire. Pourquoi ne pourrions-nous pas redevenir le pays le plus influent en Europe ? Le modèle sociale-démocrate fait déjà ses preuves dans les pays scandinaves qui sont les mieux en Europe.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Si Sarkozy reste au pouvoir la France deviendra encore plus faible, sans droits sociaux ! Les gens vivront mais comme aux Etats-Unis avec des très pauvres et des très riches, en espérant être dans le bon camp ! C'est triste et peut-être qu'une grande révolution, ravageuse, créera le changement avant la fin des cinq ans.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je vois l'avenir de la France de façon positive si on redonne le pouvoir au peuple ! Si on redonne aux Français le pouvoir d'achat, avec l'emploi, la croissance, la gratuité de l'éducation, de la santé et de la justice ! Il faut beaucoup d'espoir et de travail d'équipe. Je crois en la jeunesse avec les médias sociaux et l'échange de l'information, de la vraie information. La génération Y, nous arrivons à un âge où nous allons pouvoir nous exprimer et être entendus dans le système capitaliste aujourd'hui ! Les 20-35ans, c'est à nous de jouer !

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

L'éducation est la plus haute des priorités à avoir. Pour la jeunesse, pour l'emploi ! Mais quand je parle d'éducation, je parle d'apprentissage d'un métier et de culture générale. Je ne pense pas qu'il faille des professeurs avec des masters ! Je ne crois pas qu'il nous faut seulement des avocats et des médecins. Il faut de tout pour faire un monde, il faut respecter les métiers et arrêter l'elitisme en France ! Il faut créer des emplois et créer un apprentissage qui y correspond. Avec des contingents ? Peut-être. En créant des écoles mixtes de classes sociales, de races et de religions, on va apprendre aux gens à se respecter. Il faut miser plus sur l'école comme une deuxième éducation aux jeunes tout en gardant les droits de liberté, égalité et fraternité en priorité. Merci de m'avoir lue !

 

 

  

25 avril

 

 

John S.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je suis né à Paris, j'ai 24 ans et je termine mes études cette année. Je possède la double nationalité : Française et Suisse. J'ai vécu à Paris jusqu'à mes 10 ans puis ensuite durant cinq ans j'ai vécu à Londres et enfin je suis parti faire mon lycée en Suisse. Actuellement je suis installé à Londres.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Le bilan de Nicolas Sarkozy est à première vue mitigé. Mais à y regarder de plus près il s'en tire pas trop mal. Certes, la politique sociale n'a pas été assez abordée mais vue la conjoncture actuelle la marge de manœuvres était très faible. Un président de la République doit prendre des décisions dans l'intérêt national et c'est obligatoirement impopulaire aux yeux de beaucoup de citoyens.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

L'état de la France est ce qu'il est. Il y a tout dans ce pays pour en faire le pays le plus agréable du monde. Mais on a du mal a accepter les vérités, on a du mal a changer et on est beaucoup trop naïf. Notre devise en est le reflet. Il est difficile de classer par ordres d'importance les problèmes les plus graves car pour chaque individu ce ne seront pas les mêmes. Les problème sociaux qui découlent des problèmes de l'emploi sont les plus visibles. Mais c'est du côté de l'économie qu'il faut se tourner si on veut pouvoir résoudre ses problèmes. À partir de ce constat, le problème numéro un est la santé financière de notre pays. Une personne en mauvaise santé pourra toujours essayer de faire du sport, de vivre comme si de rien n'était, de travailler dur, mais elle ne sera jamais à 100% et un jour ou l'autre, le fait d'avoir laissé la maladie prendre le dessus, sera inéluctable. On doit donc mettre son amour propre de côté et s'attaquer à l'économie de notre pays avec des priorités (vouloir relancer une économie sans avoir lutté contre le déficit puis la dette est un coup d'épée dans l'eau).

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Le 22 avril j'ai voté pour M. Sarkozy. Pour moi cette élection aurait dû être une élection économique avant tout. De ce point de vue, les extrêmes (gauche et droite) sont complétement hors-jeu. Le centre est trop « light » et peu convaincu. La gauche et son socialisme a comme vertu d'étaler la misère entre tous (ce qui, à mes yeux, n'est pas une solution viable) sans parler que tirer un pays vers le bas donne juste l'illusion que les disparités et inégalités ne sont plus (sous entendu que la situation serait devenu bonne pour tous). Puis reste la droite, qui a du mal à s'assumer, qui est trop timide mais qui de par ses relations et son intérêt pour l'économie limite la casse. J'ai donc voté pour le candidat le moins pire. L'herbe n'est pas toujours plus verte chez le voisin, pas question pour moi de me dire « allez, comme au casino, tentons l'autre candidat et qui sait... ».

Le score de Nicolas Sarkozy est logique . Il y a une « Sarkophobie » voire une cabale (sans devenir paranoïaque) hallucinante qui est bien réelle en France. Il est de toute façons plus facile de détruire que de construire, plus facile dans un contexte de crise jamais vue depuis 1929 de vouloir « changer » sans se poser la moindre questions. Les Français subissent la crise, mais ce n'est rien comparé à la Grèce, l'Italie, l'Espagne, l'Irlande, le Portugal et certains pays d'Europe de l'Est. Il y a beaucoup de candidats (trop je ne sais pas) et comme on pouvait s'y attendre en traversant cette crise, les extrêmes ont fait de bons scores. Sans parler du fait que, la finance ayant était pointée du doigt, les Français, qui ne s'intéressent déjà pas à l'économie, ont naturellement écarté le seul candidat traitant des sujets économiques avec un minimum de sérieux (i.e. le candidat UMP).

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

J'ai un oncle qui a été maire d'un petit village pendant plus de 25 ans. Je pense que malgré son âge (78 ans) il pourrait se présenter quand on voit le « bagage » de M. Hollande. En arriver à en déduire que même Mme Royal était plus sincère et se présentait vraiment en croyant bien faire pour l’intérêt du pays, comparé à Hollande, c'est dire la désillusion. J'aurais aimé DSK. Pour l'avoir eu en conférence à plusieurs reprises, c'est avec Mme Lagarde, l'homme Français le plus performant concernant l'économie. Sarkozy confirme encore une fois qu'il est toujours présent dans un tel moment, il se donne à 150%, c'est un bon orateur et ses idées sont bonnes. Mais l'homme qu'il est, est tellement détesté, qu'il ne peut tenir sa ligne de conduite. C'est dommage.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Le 6 mai je voterai Nicolas Sarkozy. Je souhaite qu'il puisse continuer, en prenant des décisions courageuses, à maintenir à flot le pays puis à le relancer. Et surtout, cette élection est à sens unique si on est un minimum sérieux. Que ce soit en UK, aux USA, en Allemagne ou même en Chine, Hollande laisse totalement indifférent. Il sera avec Mélenchon, Joly, Sapin, Montebourg, Duflot, Royal et Aubry mis à part des décisions internationales dés que ce sera possible. Il ne leur restera que la possibilité de faire plaisir pour cinq petites années au peuple en baissant encore les 35H, en augmentant le SMIC, en recrutant à tout va des fonctionnaires dans l'espoir de redonner de l'espoir et de faire baisser de 0,1 point le chômage. Les étrangers qui sont le fonds de commerce du PS auront des droits dans l'espoir que leur nombre puisse installer durablement ce parti à l'Elysée. Je suis inquiet et c'est parce que j'aime mon pays. Je pourrais être égoïste et souhaiter (voire même voter pour) Hollande car je suis installé à Londres et pour moi tout va bien. Mais j'aime trop mon pays où tous mes ancêtres ont vécu pour faire cela. Et traverser cette crise comme cela pour au final anéantir tout les efforts consentis, ce n'est que remettre à plus tard ce qu'il faut faire.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Ce ne sont pas des qualités, mais Hollande montre au grand jour son côté sympathique voire comique. Sarkozy est aussi quelqu'un d'agréable mais en privé uniquement. Hollande est plus attirant car Sarkozy est desservi par un fort caractère. Bref, le candidat PS n'a à mes yeux aucune qualité si ce n'est cette apparence joviale. Même dire qu'il est gentil et ne fera rien de mal n'est pas possible vu les systèmes qui sont mis à jour au fur et à mesure par la justice française concernant le Parti Socialiste. Et puis il suffit d'aller discuter avec des anciens d'HEC Paris pour comprendre que si Hollande n'a jamais rien entrepris si ce n'est aller derrière Mitterrand quand le vent tourné, ce n'est sûrement pas maintenant, avec une future responsabilité si lourde, qu'on peut s'attendre à un changement.

Je ne suis pas politicien et il y a bien longtemps que j'ai compris que, hormis ses missions régaliennes, la politique est au service de l'économie, de la finance, du « business ». Je ne vois pas ce qui peut unir tous les Français si ce n'est l'envie d'un pays meilleur (qui comme je l'ai déjà dit plus haut possède tous les atouts pour être un pays fabuleux). Le problème est qu'il faudrait penser à l'avenir, et en élisant un socialiste alors que le plus dur va peut être se retrouver derrière nous, je repense inévitablement à Mitterrand, à Jospin, qui dans des périodes propices n'ont rien fait pour assurer un minimum l'avenir. Je redoute des cadeaux qui se révéleront nocifs. Protéger le futur d'un système social envié dans le monde entier ne passe pas par le rendre encore plus élastique et dépensier.

Seule l'envie de réussir, d'entreprendre et d'évoluer pourra tirer la France vers le haut. Au final c'est sûrement au peuple et au peuple seulement que revient la lourde tâche de relancer « la machine ». Et malgré les différences je veux croire que c'est possible.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Il faut toujours être optimiste sans jamais se voiler la face. J'ai passé des mois dans des salles de marchés à me former, j'ai été au plus près de ce monde décrié qu'est la finance en pleine période de crise. L'esprit critique est ce qui manque aux anglo-saxons et c'est ce qui pénalise les Français qui en ont trop. Le juste équilibre c'est de croire en l'avenir de la France tout en gardant à l'esprit qu'il faut être exigeant. Beaucoup de bonnes idées existent en France mais elles sont mal exploitées. Il faut un cadre souple et flexible avec des contreparties qui ne donnent pas le sentiment d'être puni quand on réussi. Le monde est en perpétuelle évolution, nous ne sommes pas seuls et même si l'Europe m'inquiète il faut résoudre ce problème pour ensuite aller de l'avant. On est sévère avec notre pays mais je sais qu'on est loin d'être les plus en danger.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Pour conclure je saluerais votre initiative qui en laissant la parole librement à des citoyens du monde entier permet d'avoir un regard différent sur divers sujets. Le savoir est une arme et s'enrichir permet de la recharger.

 

  

 

Laura C.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Laura, 23 ans, actuellement en licence pro métiers de l'immobilier, et envisageant de poursuivre en master 1 puis de me tourner vers le métier d'huissier.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Au niveau étudiant, une baisse drastique des bourses (malgré l'instauration du 10ème mois) et ce sans changement de ressources au niveau du calcul de la bourse. La réforme de l'université qui n'a rien changé.

Au niveau général, des réformes impopulaires mais, je pense, nécessaires (retraite...).

Une assez bonne présence à l'international.

On a globalement mieux réussi à surmonter la "crise" que nos voisins.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Très clairement, nous sommes en difficulté (chômage, logement...). Le problème le plus grave est bien évidemment le chômage en général. Au niveau des jeunes on le ressent bien (bac +5, trop qualifié, bac+3, pas assez... et quand on a le diplôme il faudrait 10 ans d'expérience pour être pris...). Au niveau des seniors également le problème est de taille.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J'ai voté pour Marine le Pen. Elle réalise un bon score. Je me bats au quotidien pour affronter les clichés du militant "tout sauf FN" de base tels que "t'es raciste" (ah ? y'a des races chez l'être humain ? je savais pas) etc... Le "vote contestataire" n'est pas mal non plus... Le "parti facho" encore plus : s'il est si facho que ça, pourquoi n'est-il pas interdit ? Le front de gauche, les drapeaux de l'URSS et le retour du communisme, qui a fait plus de 50 millions de morts, ça choque personne, par contre... Bref, je reprends !

La campagne n'a pas été très intéressante dans son ensemble, les faux débats organisés à la télé étaient une blague... On nous prend vraiment pour des imbéciles.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

L'un est trop mou et incapable de prendre des décisions claires (Hollande), l'autre retourne sans arrêt sa veste et enchaîne les énormités ("Je n'ai pas baissé les bourses", "Le FN faut pas cracher dessus, mais je vais quand même dire aux électeurs de voter pour moi"). Hollande n'a clairement pas la stature pour gouverner le pays (le New York Times le dit aussi, c'est pas non plus Gala quoi...)

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Je ne voterai pour aucun des deux car ni l'un ni l'autre ne représente ce que je pense. D'ailleurs, les (ex) candidats qui donnent des consignes de vote ne sont, à mon sens, pas dans leur rôle : les électeurs peuvent choisir seuls !

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Une qualité chez Hollande ? Il a maigri. Rien ne peut unir des gens fondamentalement opposés politiquement (front de gauche : tu ne votes pas Mélenchon, je te dénigre, etc). Les législatives permettront peut-être de dégager une majorité.

La lutte contre le chômage peut éventuellement intéresser tout le monde.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

J'aimerais la voir avec optimisme, mais ce n'est pas possible.

Le taux de chômage des jeunes diplômés est aberrant (cela sera sans doute pire avec Hollande), on nous demande un bac+5 et 5 ans d'expérience alors qu'on sort de formation ! Et quand bien même on a le bac +5, on nous sort qu'on est trop qualifiés. Le monde de l'entreprise devrait être en vrai contact avec les instances s'occupant des programmes de la fac afin de faire des programmes cohérents. ("histoire de la pensée" en fac de droit, c'est une matière qui va beaucoup servir dans le monde du travail...)

Il faut redorer le blason des formations qu'on dit "pour les nuls", comme les CAP, BEP, bac pro... Ces formations sont demandées, à juste titre, car on manque de main d'oeuvre. Il n'y a pas de sot métier. L'apprentissage à 14 ans est pas mal dans le sens où des gamins qui n'aiment pas l'école pourraient être "cadrés" par le monde de l'entreprise et faire quelque chose de plus vivant que de suivre des cours.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Baaah... Votez, pour qui vous voulez, mais votez !

 

 

 

Morgan B.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Morgan B., étudiant, 20 ans.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy est très bon par rapport à nos voisins européens ! Nous sommes, après l'Allemagne, le pays européen qui s'en est sorti le mieux de ces crises sans précédent. Nicolas Sarkozy a démontré sa force, sa détermination, son courage et sa lucidité ! Le Président de la République a oxygéné notre pays notamment dans les comptes publics, première fois depuis 30 ans que l'on vote un budget qui diminue.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Le 22 avril 2012, j'ai évidemment voté pour Nicolas Sarkozy. En effet, c'est le seul candidat capable de redresser notre pays, le seul qui a une expérience solide, une expérience de crise. Oui Nicolas Sarkozy sait faire face à une crise.

Son score du 1er tour est très positif ! Certes il n'est pas en 1ère position mais l'élection présidentielle en France ne se fait pas sur 1 tour mais bien sur 2. Attendons donc le 2ème tour pour tirer une conclusion.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Je pense que François Hollande est un candidat alors que Nicolas Sarkozy est un Président-candidat. Cela change tout ! On a deux figures : une qui a déjà été plusieurs fois ministre et qui a été élu Président de la République, et puis une seconde figure qui masque son bilan calamiteux de la Corrèze ! Eh oui, François Hollande est le Président du département le plus endetté de France. Depuis qu'il préside ce département, la dette a augmenté de 25%, les taxes ont doublé, etc. Bref François Hollande ferait mieux de se taire quand il parle du bilan de Nicolas Sarkozy. Il oublie que celui de son adversaire est positif comparé à son bilan corrézien.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Le 6 mai je voterai assurément pour Nicolas Sarkozy car il faut choisir entre une France forte et une France molle. Je préfère la première.

Tous ceux qui sont indécis, toux ceux qui ont voté Marine Le Pen, toux ceux qui souhaitent voter blanc, tous ceux qui souhaitent voter François Hollande, je les invite très vivement à bien réfléchir avant de voter. Voter ce n'est pas choisir sa baguette de pain chez son boulanger, c'est choisir son Président de la République pour 5 années. Méfiez-vous ! Dites oui à 3 débats entre Nicolas Sarkozy et François Hollande parce que les débats permettent aux Français de délimiter celui qui est le plus habile pour gouverner la France.

 

 

 

26 avril

 

 

Mederic P.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je suis un lycéen de la région parisienne passionné d'Histoire.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Un bilan plutôt négatif même s'il est marqué par de bonnes réformes et que la crise atténue la responsabilité du Président.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Une France incapable de s'adapter à la mondialisation à cause d'une fonction publique pléthorique, des syndicats contre-productifs voire nocifs et une démocratie qui devient petit à petit plus pourrie.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J'aurais voté pour le candidat Nicolas Sarkozy ou le candidat François Bayrou. Je suis plutôt content du score de Nicolas Sarkozy bien que déçu qu'il fasse moins que François Hollande. Je suis aussi déçu par la faible adhésion qu'a suscité François Bayrou alors qu'il défendait des thématiques fondamentales comme la dette. En général, les scores élevés des extrêmes m'inquiètent même si je suis sastisfait que les voix se portent plus à l'extrême droite qu'à l'extrême gauche.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

François Hollande est dans la position inconfortable du remplaçant et son inexperience est inquiétante. Il fait aussi preuve de mauvaise foi dans sa critique du bilan du Président Sarkozy alors que la dette de son département a explosé dans les mêmes proportions que celle de la France. Nicolas Sarkozy a le tort d'avoir un côté très "bling-bling" mais c'est surtout sa façon de parler qui me dérange par son côté un peu ridicule. Pourtant il entreprend des réformes qui vont, selon moi, dans le bon sens même s'il va très rarement au bout de celles-ci.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Si je pouvais voter, je voterais sans hésitation Nicolas Sarkozy pour faire barrage à François Hollande à cause de son inexperience mais surtout à cause de la ligne politique du PS qui reste très "bolchevik" et qui se trouve beaucoup trop éloignée des sociaux-démocrates européens. En outre, la situation actuelle requiert un président avec une bonne entente Franco-Allemande et une ligne politique claire avec les autres dirigeants européens. Je suis aussi séduit par de nouvelles propositions comme la réforme de la formation pour les chômeurs ou la TVA sociale.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

J'ai noté récemment une phrase de Hollande qui disait qu'il fallait flexibiliser le marché du travail, j'ai été en outre agréablement surpris par le début d'interêt pour la compétitivité des entreprises même si ses propositions ne m'ont pas convaincu. Je note aussi qu'il a tendance à faire des compromis entre les différents partis bien qu'il ait plutôt tendance à ne pas agir et à rester dans le statu quo.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

J'imagine l'avenir de façon plutôt pessimiste car la fuite des cerveaux et des riches à l'étranger risque d'être une vraie catastrophe pour la France. Et puis elle a déjà dû subir des décisions catastrophiques comme les 35h ou la retraite à 60 ans. Je n'imagine pas non plus François Hollande appliquer son programme et j'ai très peur que ce soit les marchés qui finissent par dicter notre politique comme en Grèce ou en Espagne.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

C'est la première campagne que je suis, et c'est vraiment une déception pour moi, surtout la primaire socialiste qui renforce la bipolarisation de la politique française ou l'absence d'affrontement sur le fond des sujets.

 

 

 

Julien H.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

J'ai 23 ans, j'ai grandi en province, dans une famille de la partie inférieure de la classe moyenne, qui vote traditionnellement pour le PS. J'ai obtenu une licence inutile, j'ai un boulot alimentaire à Paris et je galère tous les jours avec les RER. Je cherche à intégrer une autre formation, dans l'espoir d'avoir plus d'avenir. Côté politique, ado j'étais très intéressé, aujourd'hui le mot qui correspond est "désillusion".

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Un bilan plutôt négatif. Toutes ses décisions et réformes n'étaient pas mauvaises, mais il a mérité son impopularité, entre sa politique agressive, ses mensonges, son culte de la performance, les fausses solutions apportés par sa majorité, sa surexposition médiatique et compagnie. Je n'ai pas l'impression que toutes ses décisions aient été faites dans l'intérêt de la France.

Il n'a pas seulement continué à ruiner la France comme ses prédécesseurs, il a cassé ses institutions, surtout éducatives et culturelles, des institutions particulièrement importantes au bien-être d'une nation selon moi.

Et puis j'ai le sentiment que ses ministres ne servent à rien, qu'il donne les ordres et que les autres obéissent comme des gentils toutous. D'ailleurs, la longue partie de chaises musicales qui a eu lieu entre les ministères renforce cette opinion. Ce n'est pas ce que j'attends du Président de la République Française.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

La misère grandissante (matérielle et culturelle) et la xénophobie (exacerbée par la misère, les médias et la politique de M. Sarkozy), qui empêchent toute "unité nationale".

Il n'est pas normal que dans un pays développé certains renoncent aux soins, n'aient pas de logement, ne puissent pas se nourrir correctement,...

Je suis métis mais je suis né et ai toujours vécu en France (métropolitaine). Quand j'étais gamin, j'entendais parfois parler dans mon dos et je sentais les regards. C'était malsain parce que les gens se cachaient à moitié, mais aujourd'hui c'est limite une fierté pour certains Français d'être xénophobes, même s'ils n'ont absolument aucune raison personnelle de l'être.

Ça contraste avec la beauté de notre pays et la qualité de notre cuisine.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J'ai voté pour Eva Joly, qui a réalisé un score ridicule (sans surprise, pour diverses raisons). Je n'étais pas d'accord avec tous les points de son programme mais dans l'ensemble ça me plaisait bien. Pour moi, elle est la seule candidate qui semble avoir des principes et qui a l'air sincère dans sa démarche.

J'aurais voulu voter Hollande, j'espérais qu'il dirait ou ferait quelque chose qui me convaincrait, mais ça n'est pas arrivé. Le personnage ne me plaît pas (les autres candidats non plus d'ailleurs), j'aurais préféré DSK ou Martine Aubry. Alors j'ai voté pour ce qui me semblait juste.

Ce premier tour a été sans surprise. À peu de choses près, les sondages nous l'avaient annoncé, ce qui me fait questionner la légitimité des sondages en période électorale.

Je suis assez inquiet des scores de l'UMP et du FN. Je ne comprends pas un tel choix. A moins d'être militant d'un de ces partis, ça n'a pas de sens. L'UMP de M. Sarkozy est une droite dure, dont les propos se rapprochent de ceux du FN (il le prouve encore ces derniers jours). Pendant ce temps, le FN joue sur le terrain de la gauche (temps de crise oblige), tout en gardant ses idées rétrogrades.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

À mon avis, leurs motivations ne sont pas les bonnes, et ils se ressemblent plus qu'il n'y paraît. Mais Nicolas Sarkozy a fait son temps, et déjà Ministre de l'Intérieur il me donnait de l'urticaire. François Hollande doit encore faire ses preuves.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

François Hollande. Aujourd'hui Sarkozy joue la victime, l'homme volontaire et bienveillant, mais ce n'est pas ce qui transparaît de son mandat.

La France a besoin de changement, de courage politique. Voter pour François Hollande, c'est donner enfin à la gauche les moyens de montrer de quoi elle est capable. On lui a reproché, à tort ou à raison, son inefficacité, mais cela fait 10 ans que nous avons un gouvernement de droite.

Et on aura beau me dire que François Hollande a ruiné la Corrèze (déjà ruinée avant lui), je pense que le contexte économique et la différence de statut l'obligera à la prudence et à s'appuyer sur des personnes compétentes en la matière, qu'elles soient plutôt de droite ou de gauche. Ce n'est pas une question d'"ouverture" mais plutôt de patriotisme, et c'est d'ailleurs le vrai rôle d'un Président de la République : placer les bonnes personnes au bon endroit dans l'intérêt du pays.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Je suppose qu'on peut lui attribuer des qualités en matière de leadership et des talents de comédien (donc il s'adapte bien pour communiquer), mais j'ai du mal à imaginer une quelconque unité des Français dans un futur proche (ou même dans cinq ans).

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je suis plutôt inquiet. Si on continue comme ça, on fonce droit dans le mur. Mais je continue d'espérer que ça s'arrange et c'est pour ça que je vote.

Il y a beaucoup à faire. Il faut que nos gouvernants fassent preuve de courage politique, qu'ils assument toutes leurs responsabilités, tous leurs devoirs, qu'ils arrêtent de nous donner des leçons qu'eux-mêmes ne suivent pas. Il faut qu'on mette un peu d'éthique dans la politique d'aujourd'hui, qu'on arrête de se complaire dans notre situation en brandissant notre prestige passé. Il faut sortir du système binaire droite/gauche, UMP/PS, et avoir le courage de chercher de vraies solutions alternatives. Aujourd'hui il nous faut un État prudent mais interventionniste, tout en ne tombant pas dans le nationalisme parce que la donne a changé (un équilibre complexe, j'en conviens).

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Dans une crise, on peut se laisser tomber ou se relever. Si nos dirigeants ont des devoirs envers nous, nous nous devons de leur montrer la voie à suivre (et pas en faisant tout le temps des grèves ridicules ou des votes de protestation inconscients).
L'éducation est essentielle au bon équilibre d'un pays, elle donne à chacun une chance d'aller plus loin, d'être épanoui, elle réduit (autant qu'elle peut) les inégalités.

Je déplore aussi l'absence de l'écologie dans ce premier tour. Je comprends que d'autres difficultés occupent les Français aujourd'hui – j'en ai moi-même –, et en toute honnêteté je ne suis pas un bon petit écolo parce que nos dirigeants ne montrent pas l'exemple, mais je suis convaincu que c'est un problème urgent, qui, s'il est traité comme il se doit, peut apporter des solutions à d'autres problèmes que nous rencontrons aujourd'hui.

Nous avons un pays tellement beau, il serait dommage de tout gâcher.

 

 

 

27 avril

 

 

D. Binh L.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je m'appelle D. Binh L., 27 ans, célibataire. Je suis vietnamien de naissance et je suis venu en France en février 1992 grâce aux regroupement familial. Je suis consultant IT (ingénieur en informatique) dans une entreprise spécialisée en progiciel pour la finance d'entreprise et en hébergement d'applications. Je viens de Lyon mais je travaille à Paris. J'ai étudié à Lyon, Grenoble et enfin Paris. Bien que je pratique un métier très technique, je m'intéresse beaucoup à l'histoire, la politique, l'actualité économique et sociale de manière générale.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Je dirais qu'il n'a pas tenu ses objectifs et ce dans beaucoup de domaines. Pour l'économie, je peux pas vraiment lui en vouloir avec la crise mais pour le reste ce ne sont que des effets d'annonces sur le moment. Je n'ai pas vraiment vu mis à part une réforme des retraites extrêment molle un projet sur le long terme mais surtout ambitieux. Si on prend par exemple un domaine dont je suis particulièrement renseigné : l'enseignement supérieur, les réformes de Pécresse ne vont pas du tout dans le bon sens et on sent le gouvernement prêt directement à se coucher face à la pression des syndicats. Donc aucune mesure néessitant beaucoup de courage comme la remise en cause de l'accès sans sélection à l'université, le travail monstrueux à faire sur l'orientation des jeunes et sur les conseillers d'orientation et bien sûr le besoin de réformer les méthodes d'enseignement. Pourquoi en France, les gens sont aussi nuls en orthographe, en Anglais alors qu'il suffit de franchir la frontière pour voir comment les pays voisins n'ont pas ce problème mineur. Un aussi grand et puissant pays avec des problèmes aussi absurdes, cela ne présage rien de bon pour le futur de la France.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Je n'ai pas pu voter car j'ai un problème au travail enchainé par des problèmes de transports, dont le résultat est que je n'ai pas pu retourner à Lyon pour voter. Mais sinon j'allais voter François Bayrou. Pourquoi ? Simplement, pour moi, son programme économique semble être le plus crédible avec une diminution drastique des dépenses. C'est le seul candidat qui insistait sur le mot "EFFORT". Oui, les autres candidats pour moi ne disaient que ce que les gens voulaient entendre sans prendre en compte la réalité. Bayrou fait aussi du populisme comme tous les politiciens de métier mais c'était le seul pour moi qui proposait un programme qui imposait aux Français de vraiment faire des efforts. Je pense donc que c'est la principale raison pour laquelle il n'a pas fait un très gros score.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Deux politiciens de métier. Hollande est quasiment aussi hypocrite que Sarkozy dans son discours. Lui qui dit qu'il n'aime pas les riches alors qu'il touche 30K/mois, qui accuse Sarkozy de dîner au Fouquet's alors qu'il va manger une salade à 150€... Et qui entre les deux tours prend le TER... Il cherche donc à se construire une image de citoyen moyen alors qu'il n'a, à ma connaissance, jamais travaillé dans le privé et est dans la classe la plus aisée.

Sarkozy est la personne qui ne réagit qu'à l'instant présent, selon les faits divers de manière générale. Sans compter le fait qu'il magouille pour ses amis sur le dos de l'État (mais ça à la rigueur n'importe qui le fait). Non, son principal défaut est qu'il énonce le problème, mais ne propose qu'une réformette et des lois qui ne servent à rien. Les exemples les plus frappants sont les propositions qu'il fait sur le tas après des faits divers comme à Grenoble. Bien sûr rien n'est fait derrière, il n'y a que l'effet d'annonce.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Vote blanc sûrement mais ce n'est pas encore définitif. Pourquoi ? La réponse se trouve dans mon opinion des deux candidats. Entre une personne président du département le plus endetté de France et qui se permet de donner des iPads à des collégiens (en tant qu'informaticien quand je vois ça c'est assez choquant mais bon le nombre d'articles ou d'histoires sur les gaspillages de l'argent public...) et une autre pas capable d'assumer ses choix et qui change d'avis comme de chaussettes...

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Aucun des deux ne peut réunir les Français. Il y a un tel anti sarkozisme primaire sur l'extrême gauche qu'il ne pourra pas rassembler tout le monde. Pour Hollande, le PS est associé à tort ou à raison à l'antinationalisme donc il ne pourra convaincre les gens à droite de la droite de manière générale.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Plutôt pessimiste. Il y a, dans ce pays, un vrai manque d'adaptation par rapport au monde. Je pense que les gens ont tellement été bercés par l'état providence qu'ils n'acceptent pas du tout de voir la réalité en face et chacun campe sur sa position rendant les réformes très difficiles (éducation nationale, santé, retraite, etc.). Moi qui ai vu la vraie pauvreté au Viêt-Nam, je pense que les gens devraient voyager davantage afin de prendre conscience des efforts à faire.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Je dirai que je suis extrémiste ou plutôt conservateur dans le genre Eric ZEMMOUR. Je suis en partie d'accord avec ce qu'il dit (pas économique mais surtout dans son analyse sociale). J'attache de l'importance aux valeurs traditionnelles au niveau de mon mode de vie mais surtout à la logique qu'il y avoir dans notre société. Il y a un modèle qui dure depuis des siècles et qui a plutôt bien marché, pourquoi tout remettre en cause pour des futilités...

Quand je vois qu'Hollande dire que le mariage et l'adoption pour les homo est une priorité, on voit le niveau de la campagne.

 

 

 

28 avril

 

 

Cédric B.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Bonjour, je m’appelle Cédric B., je suis étudiant dans la Loire. J’étudie dans le domaine de la programmation informatique. Le vote est un acte citoyen et il est pour moi important de voter. On devrait même le rendre obligatoire comme en Belgique. Le vote est le moyen de s’exprimer et de choisir celui à qui on accorde notre confiance. La politique me déçoit un peu car je trouve que les politiciens promettent beaucoup pour au final ne rien faire, ou agir pour leurs propres intérêts.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy a certes fait augmenter la pauvreté en France, mais il a plutôt bien géré le pays face à la crise. Il s'est beaucoup intéressé aux riches. En 2007 il avait piqué les idées principales du Front National mais au final qu’a-t-il fait… Pas grand-chose.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Je trouve que la France est en danger, qu’elle s’éloigne de plus en plus et qu’on la perd. Notamment sur une partie de la population d’immigrés musulmans qui insultent les valeurs de la République. La France est aujourd’hui un pays d’assistés. Si on vient de l’étranger et qu’on vit en France la moindre des choses serait de la respecter et de respecter les citoyens qui y vivent. Alors, quand on voit par exemple des gens cracher sur le drapeau français ou le brûler... Je pense même, pendant cette élection, à une image lors d’un meeting de Jean-Luc Mélenchon, où l'on a pu voir un drapeau algérien à la place d’un drapeau français. Je trouve cela vraiment déplacé. Ils veulent qu’on les respecte, mais avant qu’on les respecte, qu’ils commencent déjà par respecter les Français avant de dire qu’on est raciste, car c’est bien eux les plus racistes. Qu’on nous oblige par exemple à prendre leurs habitudes alimentaires notamment dans les cantines scolaires avec le soi-disant « HALAL », je trouve ça vraiment dégueulasse, on est en France et NON en ALGÉRIE. Le problème le plus grave actuellement, c’est l’identité nationale et résoudre le trop plein d’assistanat. J’ai fait un voyage aux États-Unis et j’ai réellement vu la différence de mentalité. Là-bas, ils sont patriotes, ils respectent leur pays. Ici, rien de tout ça. Je suis pour un système similaire au leur. Tu travailles pas, t'as rien. Tu travailles, t'as tout. Ici, tu travailles pas, t'as tout, et tu gagnes même plus que quand tu ne travailles pas, j’aimerais que cela change.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J’ai voté pour Marine le Pen car je pense qu'elle est la seule à pouvoir relever le pays, le réveiller. Faire en sorte qu'il y ait une égalité réelle en France. Son score est historique mais je pense et j’espère que d’ici dix voire cinq ans on ait un parti d’extrême droite au pouvoir, pour faire un énorme boulot.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Sarkozy = Français Riches
Hollande = Français Pauvres et augmentation de l’assistanat et donc de Français flemmards

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Sincèrement pour moi c’est soit Sarkozy soit vote blanc. Hollande je ne pense pas qu’il soit assez fort mentalement pour être président. Peut-être que je me trompe. Aucun des deux ne me va.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Sarkozy est un beau parleur. Il y a des idées de François Hollande qui me plaisent mais est-ce qu'il faut prendre le risque pour autant ? Cinq ans, ça peut être très long et on peut s’en mordre les doigts. Ce qui peut unir les Français c’est la Justice, le développement du patriotisme. Le respect du français.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Personnellement, j’espère que cet avenir sera positif... mais bon seul l’avenir nous le dira.

 

 

 

Clément C.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Clément, 18 ans, militant PS, défendant Valls a la primaire, pour une union libérale et républicaine.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Sarkozy, élu par le peuple, il sortira par le peuple... Bilan : c'est les profondeurs abyssales, mauvais et sans aucun progrès.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auxquels notre peuple est confronté aujourd'hui ?

La France va mal, mais elle se débrouille grâce a une force des mouvements sociaux extraordinaire. Le plus grave problème reste la suppression d'un fonctionnaire sur deux, surtout dans les domaines de la santé et de l'éducation.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J'ai voté Hollande. Le score est historique.

Le danger n'est pas Marine, le danger n'est pas le FN, le danger c'est les discours de haine qui sortent de la bouche de républicains qui pourtant luttent contre le fascisme et le racisme !!!

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Hollande n'est pas le messie, c'est pas Cheminade, mais Sarkozy c'est pas un génie, il faut le sortir...

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Il faut voter Hollande pour deux raisons simples, Sarkozy c'est la suppression d'une semaine de congés payés, et la diminution des aides sociales. Il faut de l'argent pour vivre et consommer. La consommation, c'est la clé de l'emploi.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

L'unification c'est les législatives. Le Front de gauche et les forces de gauche devraient faire liste commune pour lutter contre le FN.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Hollande c'est la solution a court terme, il faudra bien penser a sécuriser les marchés sans les affaiblir. Hollande le fera, mais il faudra y être plus fort et il n'aura pas le temps. Valls devra prendre le relais pour rétablir en quinze ans la France détruite par vingt-cinq ans de droite.

 

 

 

29 avril

 

 

Boris Y.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je suis étudiant en Master 2 d'Architecture à Paris, je viens toutefois de "la province" comme on dit ici. J'ai vécu dans le sud la plus grande partie de ma vie. J'en garde un certain attachement...

J'aime le sport et j'ai peu de patience pour la masturbation intellectuelle qu'on pratique dans les écoles d'architecture.

Dans la vie, j'ai toujours eu le cul entre deux chaises, je n'ai pas vécu dans une cité, mais j'y ai étudié jusqu'au bac... Avec ma mère, nous ne roulions pas sur l'or, jusqu'à ce que j'hérite à 18 ans et qu'elle atteigne la retraite, j'ai vécu à Paris jusqu'à 8 ans puis j'ai déménagé dans le Sud, ma mère m'a poussé a faire une carrière universitaire mais moi ce que j'aime c'est le sport, pas vraiment riche, pas vraiment pauvre, pas vraiment du sud ni du nord, mi intellectuel mi prolo...

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Un bilan catastrophique à tout les niveaux, en dehors du service public français dont les réformes ne sont pas encore pleinement visibles (la réforme sur les universités, sur le système de santé).

Il a fait des choix stupides sur le plan géopolitique : l'engagement en Afghanistan et en Irak sont incompréhensibles !?

Ce qu'on retient c'est surtout le brouhaha médiatique sur chacun de ses faits et gestes mais surtout l'impunité dans laquelle il agit, entre les scandales Bettencourt, Takiddine, l'affaire de l'EPAD ou encore le renvoi de Porte et Guillon... Rien ne semble le toucher, c'est l'expression même de l'impunité.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auquel notre peuple est confronté aujourd'hui ?

À mon sens, la dette publique, et le monopole des banques privées (et donc des marchés) sur la dette publique puisque la loi interdit aux états d'emprunter directement à la BCE.

La dette, c'est ce qui grève le budget de l'État, c'est qui nous pousse à augmenter les impôts et réduire le service public.

L'immigration, c'est un problème mineur qui pourrait être réglé facilement avec un peu de volonté publique mais qui occupe une place majeure sur le plan médiatique, l'inverse de la dette quoi...

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Pas de problème, j'ai voté Mélenchon, sans illusion (je ne suis pas communiste), j'ai voté anti-système, parce que l'UMP et le PS sont deux "machines à élections" corrompues (affaire Guérini, DSK, Frêche). Son score m'a beaucoup déçu car cela montre que les préoccupations des Français ne sont pas sur la dette mais sur d'autre chose, des mesure "bouche trou".

Si je ne connaissais pas le "passé raciste" du FN, j'aurai très bien pu voter pour eux. D'ailleurs ça m'énerve beaucoup quand on tape sur le FN, l'UMP et le PS sont (très) loin d'être au dessus de tout reproche.

Le problème c'est que la gauche ne veut pas régler la question de l'immigration, et la laisse à la droite (en général), c'est ce qui explique le score de Le Pen au premier tour. Il est clair qu'il faut s'attaquer à l'immigration clandestine, on ne peut plus accueillir autant que pendant les Trente Glorieuses, ou alors, aux dépens de notre système public (éducation, santé, administration).

Les gens qui sortent le discours anti-raciste paternaliste, ils habite rarement à Aubervilliers, Trappes, ou d'autres villes ou quartiers sinistrés... ils vivent dans leur bulles où tout le monde est gentil, la réalité est plus complexe...

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Un génie médiatique et un homme de l'ombre qui se retrouve par hasard sous les projecteurs... Des fois, je me demande pourquoi mes amis de droites sont tant hostile à Hollande, il ne propose rien de fou, c'est presque un programme de centre droite...

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Je ne pense pas voter, par conviction.

Honnêtement, je pense que ce qui pourrait arriver de pire à Sarko (voir Marine), ce serait de se retrouver au pouvoir, avec le bilan qu'il se taperait en dix ans, on retrouverait peut-être une vrai gauche dans cinq ans. Moi Sarko ne me fait pas peur, il ne pourra jamais mettre en place ce qu'il annonce, sa campagne est devenue une vente à la criée...

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Sarko ? Un très bon orateur (moins que Mélenchon) et un génie médiatique... La fameuse phrase parlant de passer "la racaille au Kärcher", c'était un coup de génie, il a dit tout haut un mot que les hommes politiques n'osaient pas prononcer mais qui était entré dans le langage commun depuis dix ans...

Les Français sont unis, ils suffit d'un match de coupe du monde gagné pour que tout d'un coup, tout le monde soit Français et fier de l'être, qu'on oublie les différence sociales ou "ethniques". On est unis dans la douleur de la crise et ce n'est pas le discours plein d'amalgame du FN/UMP qui prouvera le contraire. Après, je suis d'accord avec la droite quand elle dit qu'on donne la nationalité française trop facilement. Si on écoute "la gauche" il n'y a que 5% d'immigrés en France mais si on prend la définition de l'ONU, on atteint 11%. Le droit du sol est une belle chose, mais cela devient ingérable...

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je suis très pessimiste et je pense m'expatrier, quand je vois le salaire de mes amis diplômés après cinq ans d'études, je peux vous dire que je ne travaillerai pas pour le smic avec un bac+5, alors qu'en Suisse ou au Canada, on touche deux fois plus... Je parle anglais couramment et allemand un peu, je compte bien m'en servir.

Sarko nous a vendu le contrat auto-entrepreneur, dans ma branche, beaucoup de jeunes l'utilisent, ça permet aux agences de réduire leur charges sur leurs employés, certains disent que c'est mieux que le chômage, seulement, quand on est auto-entrepreneur, on n'y pas droit justement, au chômage...

Moi je suis protectionniste, pas forcément par rapport à l'immigration mais surtout par rapport à l'industrie et l'agriculture, quand les paysans en sont à décharger les camions qui remontent d'Espagne pour montrer qu'ils n'en peuvent plus, il y a un problème. Moi, que l'industrie aéronautique française s'effondre, je m'en fous, c'est pas Dassault qui fait manger les Français...

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Je pense que le système politique actuel est arrivé à bout, pourquoi les extrêmes font-ils un score aussi grand sinon ? Les gens en ont marre de voir scandale sur scandale sans aucunes conséquence.

À ma connaissance, pas un seul homme politique n'a fait de la prison (ferme) depuis le début de la 5ème république, de l'affaire du sang contaminé à Charles Pasqua en passant par Chirac et d'autres, pas un seul n'a fait un jour de prison, ils sont mis en examen, condamnés à des peines avec sursis puis remis dans le système politique (Juppé, Hortefeux, et j'en passe... DSK prochainement probablement).

La politique est devenue un grand cirque médiatique qui tourne au ridicule, il ne faut pas se méprendre, les gens en sont conscients, mais qui a le temps de changer les choses ? Il y a 10% d'abstention en moins pour ces élections, mais ces voix ne sont allées ni au PS ni à l'UMP... Ce sont les voix de la contestation.

La prochaine étape, c'est l'arrivée du FMI dans nos finances comme en Grèce, ça me fera peut être rire jaune... je ne sais pas encore.

Je voudrais vous remercier de m'avoir donné la parole, à mon sens, c'est avec la presse indépendante, les blogs et les nouvelles technologies que les choses changeront, l'important pour moi, ce n'est pas de changer le système politique mais de donner conscience de la réalité de l'état de notre pays.

 

 

 

1er mai

 

 

Vincent B.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Bonjour, je suis un auvergnat de 26 ans, expatrié dans la région Rhône-Alpes depuis déjà cinq ans. Je suis actuellement à la tête d’une équipe de vingt personnes dans les secteurs de l’action sociale et du logement au sein la fonction publique territoriale.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

En cette période de crise, il est vrai que les chiffres sont assez durs avec Nicolas Sarkozy. Toutefois, lorsque je tire le bilan de nos voisins européens et de la situation américaine, je constate que la politique de Sarkozy a limité la casse. De plus, dans un monde dans lequel les équilibres changent (montée en puissance de l’Asie, fin de l’hégémonie américaine, Printemps Arabes, poussée du terrorisme, percée de tous les extrêmes…), Sarkozy a montré une « France Forte », intransigeante avec le terrorisme (FARC, AQMI...), soutien du réveil démocratique des peuples (Libye, Syrie, Egypte, Tunisie…), allié de poids avec les USA et pilier de la construction Européenne (jamais la France avait tant pesé dans la construction de l’Europe…)

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auquel notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Aujourd’hui, les Français savent qu’ils vont devoir se serrer la ceinture en attendant la fin de la crise économique mondiale. Je suis confiant car je crois que les grandes réformes initiées par le duo Sarkozy / Fillon (retraite, grenelle, universités…), permettront de limiter les effets de la crise et relancer une économie plus « verte » et ouverte aux jeunes.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J’ai voté Sarkozy. C’était la première fois pour moi car j’avais voté Bayrou (puis blanc) en 2007. Nicolas Sarkozy est arrivé second, je pense que ce résultat montre que les Français ont voulu sanctionner la personnalité de Sarkozy. Il a mis du temps à trouver une stature présidentielle et il le paie aujourd’hui. Toutefois, depuis deux ans, il incarne cette France Forte nécessaire à la sortie de crise.

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

Hollande, Sarkozy et Bayrou incarnent le pluralisme politique, la présence de deux d’entre eux au second tour est une très bonne chose pour notre démocratie.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Sarkozy car sa politique économique est bien ficelée, nous avons besoin de continuité pour sortir de la crise. Le programme économique socialiste est brouillon, leurs hésitations entre un idéal idéologique et la réalité économique peuvent être dangereuses pour la France (cf Mitterrand entre 81 et 82).

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

Je ne suis pas anti-Hollande, c’est un progressiste, j’adhère à son discours sur le vote des étrangers et son positionnement concernant le mariage homosexuel et je compte d’ailleurs sur les centristes de l’UMP pour assouplir le positionnement de la droite sur ces questions.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

La situation mondiale me fait peur, la montée de l’extrémisme et du terrorisme m’inquiète… Je crois que l’Europe va jouer un rôle primordial ces prochaines années pour réguler le nouvel ordre mondial. Il nous faut donc une Europe forte et en paix… Il faut limiter les divisions, surmonter la crise économique est donc essentiel !!!

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Choisissez une France Forte   ;-)

 

 

 

5 mai

 

 

Morgan F.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Morgan, 20 ans, de Strasbourg. Longtemps passionné par le camion rouge, je deviens jeune sapeur pompier et désirant en faire mon métier je m'oriente dans la voie professionnelle, misant tout sur la pratique, en préparant un BEP Sanitaire et Social. Mais suite à des problèmes de santé je me vois contraint de me réorienter. Ayant comme autre passe-temps le dessin, je m'oriente alors dans la nouvelle formule qui est le bac pro 3 ans, en préparant le baccalauréat technicien du bâtiment étude et économie, que j'ai eu la chance de préparer par la voie de l'apprentissage, ayant comme objectif d'intégrer l'école d'architecture de Strasbourg. Durant mes études, j'ai été confronté à un professeur qui affichait son opinion politique en cours. Ne partageant pas ses convictions, j'ai commencé à m'investir dans la politique en rejoignant l'UMP.

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy est un homme que je respecte, et qui est beaucoup respecté dans le monde. Son dynamisme, son ouverture et son courage sont des qualités qu'on ne peut lui contester. En 2007, beaucoup de promesses ont été faites, beaucoup de Français ont été déçus par tant de promesses non tenues. Mais est-ce une raison de le juger et de critiquer autant son bilan ? Je ne fais pas parti de cette catégorie de personnes. Il a su redonner une place à la France dans le monde, regardez en Libye. Il a su maintenir la France durant la crise, sans baisser ni les salaires, ni les pensions de retraites. Les Français devraient lui être reconnaissants plutôt que de lui taper autant sur le dos. Quand je vais à la rencontre des Français, j'entends les reproches qui lui sont faits, et je réalise que les Français n'ont pas réalisé l'importance de cette crise, affirmant qu'elle a bon dos. Je ne partage pas cette opinion, à mes yeux Nicolas Sarkozy a un bilan plutôt positif, et m'a donné envie de m'investir dans la politique de notre pays.

 

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auquel notre peuple est confronté aujourd'hui ?

La France va mal, les Français se sont rendus massivement aux urnes au premier tour en affirmant un vote de crise, s'étant réfugiés dans les extrêmes. Les finances de la France vont mal, mais je compte sur Nicolas Sarkozy pour redresser l'économie de notre Pays. Les problèmes les plus graves ? Pour moi c'est le chômage auquel est confronté un grand nombre de Français. Mais tout est plus ou moins lié.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

Le 22 avril dernier j'ai voté Nicolas Sarkozy. Son score n'est pas si mal vous savez. En 1974, François Mitterrand arrive en tête avec 43% des suffrages, il sera battu. En 1981, il sera derrière Valéry Giscard d'Estaing avec 25%, et finira par l'emporter. En 2002, Lionel Jospin était favori face à Jacques Chirac, tous le monde connaît la suite. Aujourd'hui, Nicolas Sarkozy est à 1,6 point du candidat socialiste. Alors je suis confiant !

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

François Hollande est un homme qui m'a surpris lors du débat. Je le pensais plus mou, comme le disaient ses amis socialistes. Mais son arrogance à été très mal vue par les Français. Nicolas Sarkozy lui a fait ses preuves en maintenant la France en dehors de la crise, contrairement à un candidat socialiste qui n'a rien fait dans son département que l'endetter encore plus. Est-ce ce dont nous avons besoin pour notre pays ?

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

Dimanche prochain, j'apporterai une nouvelle fois mon soutien à Nicolas Sarkozy. La France a besoin de redresser ses finances, et seul NS en est capable. Regardez le candidat socialiste qui propose une hausse d'impôts ? (91% de son programme sera financé par des impôts, comme nous l'a montré François Langlet sur le plateau de "Des paroles et des actes" sur France 2). Est ce ce dont nous avons besoin pour maintenir le pouvoir d'achat des Français ? C'est le sujet majeur de cette campagne. Et j'espère que les français ne jugerons pas l'homme mais bien le programme des candidats.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

J'ai beau chercher, je ne trouve pas. François Hollande veut une pensée unique, comment voulez-vous qu'il rassemble tous les Français ?

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Mais la France Forte se doit d'être optimiste !

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Comme je l'ai dis tout au long de cette interview, je compte sur le raisonnement des Français, qu'ils ne jugent pas l'homme, ni le bilan, mais bel et bien le programme. J'aimerais insister sur le fait de bien réfléchir à leur avenir, veulent-ils un avenir comme la Grèce ou l'Espagne ? Je compte sur chacun des Français pour prendre conscience de l'importance de chaque bulletin de vote, ensemble votons Nicolas Sarkozy pour redresser l'économie de notre pays, continuer de faire briller la France dans le monde, et que le travail de chacun soit récompensé ! Merci de m'avoir accordé cette interview, et bon vote !

 

 

 

 

6 mai

François Hollande est élu (51,62%)

 

 

 

8 mai

 

 

Thibault S.

 

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Qu'est-il utile, intéressant de savoir vous concernant ?

Je m‘appelle Thibault, j‘ai 30 ans, je suis photographe depuis 3 ans.

J‘ai une formation d‘économiste de la concurrence au titre d‘un master 2, et quelques expériences professionnelles au Crédoc ou dans le réseau Medef en tant que chargé d‘études. J‘ai donné quelques cours d‘économie à l‘université en la qualité de prof assistant. (je suis en contact avec la jeunesse, là réside l‘intérêt de cette mention)

 

Quel bilan tirez-vous du quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Quel regard portez-vous sur l'état de la France aujourd'hui ? Quels sont, à vos yeux, les problèmes les plus graves auquel notre peuple est confronté aujourd'hui ?

Le quinquennat a d‘abord été marqué par une crise violente, difficile à anticiper, imbriquée dans des montages financiers à l‘échelle mondiale.

J‘attribue la responsabilité de cette crise à un détournement des principes premiers des systèmes bancaires, un manque de régulation des acteurs sur le marché financier et une certaine passivité politique.

Alors bien sûr, ces dérives ont été progressives, probablement involontaires et non concertées. Ce qui marque néanmoins cette crise, au delà des impératifs non assouvis de stabilité du système économique et financier, c‘est la défiance des individus à l‘égard des institutions, des organismes de régulation, des banques, des grandes entreprises et le glissement de valeurs que cela induit dans notre société.

Cet état d‘esprit se retrouve, à mon sens, dans le vote électoral.

Le quinquennat Sarkozy a été, à mon sens et sans écho partisan, le plus difficile qui soit pour un chef d‘Etat. Parce qu‘il devait concilier réformes profondes, politique sociale de crise et prospective inhérente à un monde qui évolue, vite.

Ce quinquennat a enfin accentué la visibilité des nombreuses fractures qui affectent la société Française : les oppositions de statuts, les privilèges et acquis sociaux, les corporatismes, les dérives communautaires, les inégalités sociales et de territoire, le manque de transparence ... Concernant NS, on dira de lui qu‘il a eu le courage politique à décrire de manière factuelle pour les uns, la volonté de diviser pour d‘autres, le fait est que les Français, et on le voit dans le résultat de cette récente élection, sont plus que jamais divisés.

 

Pouvez-vous nous révéler, si vous avez voté, le nom du (de la) candidat(e) qui a reçu votre suffrage le 22 avril ? Que pensez-vous du score qu'il (elle) a réalisé, et plus généralement de ce premier tour ?

J‘ai voté François Bayrou le 22 avril. Eviter le vote extrême fut une évidence, mais au delà de ce choix raisonnable, je crois en son projet pour la France, j‘ai été séduit par sa posture rassurante, modérée, bon ‘‘père de famille‘‘ et l‘absence de clientélisme dans les mesures présentées aux électeurs. Le rôle central du paiement de la dette, son sens des responsabilités sur les questions sociétales et sa modération dans la dépense publique m‘ont donné le sentiment d‘un candidat raisonné, pouvant prétendre aux plus hautes fonctions de l‘Etat.

 

Score faible et décevant, mais tellement prévisible dans le contexte actuel ...

 

François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont les deux candidats qualifiés pour le second tour. Que pensez-vous de l'un et de l'autre ?

François Hollande et Nicolas Sarkozy sont deux hommes d‘Etat, à n‘en pas douter. Les carences ou avantages personnels de l‘un et l‘autre relèvent de leur communication propre et du marketing politique de l‘adversaire respectif.

Sarkozy est volontaire, déterminé, un peu rapide dans le propos.
Hollande est fédérateur, pugnace, un peu démago.

 

Si vous le souhaitez pouvez-vous nous dire pour qui vous comptez voter le 6 mai prochain ? Pourquoi ? Quel message souhaiteriez-vous adresser à nos lecteurs pour les convaincre, comme vous, de choisir cet homme pour présider notre république ?

J‘ai voté Nicolas Sarkozy. J‘ai trouvé ce candidat plus convaincant, à la hauteur des enjeux internationaux actuels, probablement moins consensuel certes, mais plus proche de mes convictions libérales (n‘ayons pas peur des mots). J‘ai également eu peur de la concentration des pouvoirs par un unique parti, non pas que cela soit un argument suffisant, mais, en bon centriste, je crois en un gouvernement d‘union nationale !

Et je crains que le vote socialiste n‘ouvre la porte à une gouvernance unilatérale.

Au delà de ces jugements fades, je crois au mérite, aux valeurs du travail, à la méritocratie. Bien sûr le candidat socialiste n‘y est pas opposé, mais les signaux renvoyés par Nicolas Sarkozy m‘ont davantage affectés.

Ce choix m‘appartient, il est discutable. Dans un environnement médiatique riche, une liberté d‘expression forte, et une prise de conscience politique dans la population jamais atteinte auparavant, je me garderais bien de faire la promotion de tel ou tel. Chacun dispose des informations nécessaires pour se forger son opinion, selon son ressenti, ses valeurs et ses convictions. Je n‘approuve pas la prise de position de mon leader entre les deux tours.

 

Après l'élection, il faudra bien que le peuple français se réunisse autour de son nouveau président, quel qu'il soit, malgré les clivages. Quelles sont, même "à la limite" les qualités que vous reconnaissez à celui dont vous ne voulez pas à l'Elysée ? Qu'est-ce qui peut, à votre avis, unir les Français malgré les différences politiques ?

FH n‘a pas été mon choix. Mais je respecte le choix des Français, et je reconnais sa légitimité en tant que président de la République. Les Français devront s‘unir dans les enjeux, et même s‘il faut redescendre sur terre et que cela s‘avère décevant pour ceux qui ont cru aux promesses de changement, il faudra que tout le monde fasse des efforts. Tout le monde. C‘est le prix de notre cohésion.

Le fait qu‘un homme de gauche entame des réformes difficiles, voire impopulaires, n‘est peut être pas une mauvaise chose. Pour les mouvements syndicaux, cela sera plus aisé à faire accepter aux adhérents et aux salariés en général, pour les forces vives du pays, cela semblera moins partisan et moins segmentant. A voir.

 

C'est un lieu commun que de le dire, mais la jeunesse, dont vous faites partie, c'est l'avenir de notre pays. Vous êtes son avenir, nous le sommes. Voyez-vous l'avenir de la France plutôt avec optimisme, pessimisme ? Comment le voyez-vous ?

J‘ai confiance en la jeunesse de notre pays. Notre héritage social et économique est délicat, pour ne pas dire compliqué. Mais nous aurons la tâche de trouver la ressource pour faire face aux défis, maintenir la cohésion et assurer la paix et les conditions économiques et sociales favorables à l‘émergence de la prochaine génération.

Les crises économiques et sociales en Europe, la montée DES intégrismes religieux, l‘effondrement probable de notre système de protection sociale, la trop forte influence des marchés financiers sur l‘économie réelle, la montée des partis extrêmes et l‘accroissement des inégalités et des frustrations inhérentes à cette immobilité sociale constituent une poudrière sur laquelle nous sommes assis.

 

Dernière question qui n'en est pas une... pour vous permettre de compléter, de conclure cet entretien de la manière dont il vous plaira. C'est une carte blanche, vous avez la parole, totalement librement...

Pour conclure, je me veux résolument optimiste, mais, avec lucidité, il faut bien considérer que des changements doivent s‘opérer à moyen terme si l‘on veut sortir de ce contexte risqué.

Nous n‘avons ni le droit, ni le luxe de faire un quinquennat pour rien, sans réformes ni reprise.

L‘immobilisme est plus que jamais notre ennemi.

François Hollande ne pourra pas se contenter de gérer les affaires courantes, d‘engager des projets pour marquer son mandat et de prôner l‘attentisme politique.

Les Français sauront, je l‘espère, lui rappeler pourquoi ils se sont déplacés en masse lors de cette récente élection présidentielle.

 

 

 

 

 DIALOGUES ET DEBATS

 

(PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE)

 

 

 

Lauréline M. / Laura C.

 

 

Lauréline M. @ Laura C.

26 avril

 

Salut Laura,

Je sens bien que tu comprends les réels problèmes de la France ! L'éducation pour moi aussi est une priorité. Je comprends que tu sois déçue du quinquennat de notre dernier président, moi aussi, même si les temps étaient durs, il n'a rien fait pour améliorer les choses, bien qu'il ait essayé. Ce que je ne comprends pas, c'est que tu ne croies pas en Francois Hollande. Avec ses mesures, il propose avec 60 engagements clairs de redresser la France. Il veut redonner espoir aux jeunes comme toi qui, apparemment, n'ont plus d'espoir, notamment en combattant le chômage et en reformant l'éducation. Tu dis qu'il ne sait pas prendre de décisions claires ? Il propose 60 engagements très concrets pour redresser la France ! Je t'invite à les lire sur son site internet ! Il est mou ? J'avoue que ce n'est pas le plus féroce des adversaires, mais c'est un peu reposant après Sarkozy, moi de l'étranger j'entendais juste ses nouvelles gaffes (rires), et s'il ne lève pas la voix au premier regard, au moins il ne coupe pas la parole et explique ses idées clairement. Il peut être très persuasif grâce à son argumentation et ses bonnes idées.

 

On dit qu'il n'est pas bon sur le plan international ? Je pense que c'est comme nous les jeunes, il est jeune diplômé et il faut juste lui laisser la chance de nous faire découvrir son énorme potentiel. Cela va être une politique d'austérité qu'il va mener, c'est sur. Mais il va essayer de préserver les droits des Français, acquis depuis des générations. En matière d'éducation, de santé et de justice. En réduisant seulement les dépenses de l'État (comme les transports en avions privés, les déjeuners trop chers, les dépenses de l'Élysée, les cadeaux aux riches, aux grandes entreprises et aux banques). Il veut rétablir la justice grâce à l'égalité et la solidarité ! Cela va marcher ! Donne sa chance à Hollande, vote pour lui !

 

 

Laura C. @ Lauréline M.

27 avril

 

Je les ai déjà lus depuis longtemps, à vrai dire j’ai dû lire la majorité des programmes et j’ai suivi l’intégralité des débats et meetings (bon, sauf Cheminade, Arthaud et compagnie, je te le concède). Bref, ceux des candidats qui avaient un potentiel.

Ses 60 mesures ? Celles qui concernent l’éducation sont mitigées. Les 150 000 emplois jeunes (ou « d’avenir », je crois que c’est son terme) ? Mais il me semble qu’on avait proposé le CPE pour ça et que les lycéens (j’étais d’ailleurs en terminale à cette époque, mais je n’avais pas été manifester) pestaient contre cette proposition, alors qu’elle ne leur était pas vraiment destinée étant donné qu’ils continueraient leurs études en fac et que le CPE avait plutôt pour « cible » les jeunes sans qualification. J’ai une dizaine d’amis qui étaient super contents de ce CPE car ils avaient trouvé un boulot grâce à ça, boulot qu’ils n’auraient jamais eu en CDD – et qui plus est en CDI. Et ces vraies personnes pour qui le CPE était un espoir et une façon d’avoir une première expérience significative, eh bien, parce que des étudiants qui allaient continuer tranquillement leur master ont dit non, on l’a enlevé. Ils étaient dégoutés. Aujourd’hui la plupart d’entre eux est au chômage et cumulent les petits jobs sans réel impact sur le CV. Seul un a fini à l’armée.

« Je réformerai les premiers cycles de l’enseignement supérieur » ; il veut éviter une spécialisation trop précoce. Mais le problème n’est pas là (d’ailleurs, une licence, c’est quand même TRES généraliste, voire trop…), le problème est d’adapter des programmes qui sont totalement désuets par rapport au monde du travail.

Un exemple concret ? Mon compagnon qui lui est en fac de sciences utilise encore du papier PH pour tester ses différents produits. Ca fait longtemps qu’on est passé à des méthodes de test plus « modernes », et en plus, la fac dispose de ces outils ! Mais elle ne les donne pas aux étudiants.

Dans mon cas, en droit, qu’est-ce qu’une matière comme « histoire de la pensée » va servir dans la vie professionnelle ? Créer une UE optionnelle de culture générale ça peut être bien pour enseigner ce type de matières, mais en faire une obligation, c’est ridicule.

En IUT, on a de vrais cours sur la recherche d’emploi, comment faire son CV, etc. En fac, c’est, disons, théorique. La fac a tout à gagner à se calquer sur le monde du travail comme le font (ou essaient de le faire, car ce n’est pas parfait évidemment) les structures comme les IUT.
Et ça, j’ai beau relire les 60 propositions, je ne le vois pas. Pourtant, des concertations entre recruteurs, professionnels de chaque secteur et profs de fac, ça peut être facile à mettre en place.

Ses 60 000 postes dans l’éducation ? Sur le papier c’est bien, sur le plan financier, on fait comment ? On taxe les banques et Total ? Ca, c’est concret... Dans un monde parfait il faudrait un prof pour 10 élèves, 1 policier à chaque rue, mais financièrement c’est impossible. Par contre, je veux bien qu’on supprime des postes de sénateur,s de députés et autres privilégiés, ça fera rentrer des sous dans la caisse ☺ De même, j’irai jusqu’à dire que les députés/sénateurs qui ne viennent pas aux séances doivent être déchus de leur « titre », car on représente ses concitoyens ou on ne le fait pas, ça doit être du temps plein. Ce n’est pas un service à la carte où l’on décide ou pas de venir. Quand on les voit, on se croirait dans un amphi. C’est indigne d’une telle responsabilité.

Je ne crois pas non plus que l’austérité rime avec Hollande. Allez, je reprends l’argument de base : Espagne, Grèce… Des socialistes. On voit où cela les a mené.

Son argument fétiche de taxer les riches à 75% est aussi aberrant. On oublie vite que sans patrons, il n’y a pas d’emplois. (déjà qu’il n’y en a pas des masses…) Par crainte de voir Hollande passer, les demandes de donation ont explosé de 40% chez les notaires ! Si ce n’est pas un signe, je ne sais pas ce que c’est.

Je ne dis pas que le « méchant » riche il ne doit rien payer, au contraire, mais il doit participer dans une part raisonnable.

Taxer à 75%, c’est faire fuir les « riches » qui restent encore. Alors, vaut-il mieux taxer, disons à 50% (ce qui est déjà énorme, mais je ne me plaindrai pas si on me prend 50%, ça veut dire qu’il me reste l’autre moitié conséquente pour vivre) des riches qui seront donc plus nombreux, que d’en taxer 10 à 75% qui resteront ?

La réduction des « avantages », j’en ai un peu parlé ci-dessus. Néanmoins, il ne pourra jamais mettre de telles mesures en place car il se mettrait à dos l’ensemble des politiques, y compris dans son rang. Après tout, n’est-ce pas la gauche qui avait décidé de ne pas prendre en compte les objets d’art dans le calcul de l’ISF ?

Ils sont loin de vivre au SMIC. C’est pour ça qu’il n’y a pas une droite des riches et une gauche des pauvres ; à ce titre, ils sont tous pareils. Réduire le train de vie de l’Etat oui, mais en tout état de cause ce n’est pas ça qui permettra de faire des économies conséquentes.

Bref, je peux comprendre que des gens votent Hollande – d’ailleurs je remarque que nulle part tu n’as cité le mot « raciste » ou autre « xénophobe » et ça fait plaisir, car comme je le dis aux gens qui me traitent de la sorte : « oui je suis raciste, envers les profiteurs et les délinquants seulement. »

Cela étant, comme je ne veux de ni l’un ni de l’autre, j’irai voter (blanc ou Chuck Norris, j’avoue je ne me suis pas décidée), mais pour aucun des deux.

Bien à toi,

Laura

 

 

 

Lauréline M. / John S.

 

 

Lauréline M. @ John S.

26 avril

 

Nous avons tous les deux un même point, nous vivons tous les deux à l'étranger, moi je suis à Montréal. Pourtant, ce qui m'étonne c'est de ne pas avoir remarqué que la France devient de plus en plus risible à l'étranger à cause de Nicolas Sarkozy ! On le voit par exemple comme le chien de Angela Merkel. En ce moment, j'ai honte que cet homme nous représente et toi tu souhaites lui donner une seconde chance?

Je comprends que ta priorité soit sur la baisse de la dette mais le bilan Sarkozy est très mauvais en finance ! Le président délégué du Conseil d'analyse de la société, Luc Ferry, juge "extraordinairement mince" le bilan de Nicolas Sarkozy. ... "On ne peut pas dire que la France soit en meilleur état qu'en 2007. Le chômage a augmenté, pas le pouvoir d'achat. L'école et les banlieues vont plus mal que jamais". Source : Libération, 1er janvier 2012 et pour ton info :

"Nicolas Sarkozy se veut un modèle de vertu au sujet de la dette publique de la France pourtant en 2007, quand Nicolas Sarkozy arrive à l'Elysée, la dette publique de la France s'élève à 63,9% du PIB, soit environ 1200 milliards d'euros et fin 2010, elle atteignait 81,7% du PIB, soit 17,8 points de plus en trois ans, et un niveau record à près de 1650 milliards d'euros. Ces chiffres et ces évolutions mettent Nicolas Sarkozy... en queue de peloton des présidents de la Cinquième République !" Source : Huffington Post, 26 juillet 2011. Il en a même perdu les AAA de la France.

Tu n'es pas encore convaincu, je t'invite à lire les articles du dossier : Bilan Sarkozy du magazine Alternatives Economiques, numéro 309, janvier 2012 où tous les sujets obtiennent un mauvais score.

Comment peux-tu encore avoir confiance en lui qui commence en 2007 par augmenter le salaire du président de la République alors qu'il faut faire des réductions budgétaires et qu'il demande aux Français de se serrer la ceinture?

Merci, Lauréline M.

 

 

John S. @ Lauréline M.

26 avril

 

Les caricatures sont propres à certains journaux prenant parti, généralement on sait de quel bord... En UK, Cameron est décrié, on se demande par qui. Berlusconi en a eu pour son grade. La Grèce et l'Espagne sont gentillement moquées également. Que Sarkozy soit représenté ainsi m'est égal, tout comme ça m'est égal que certains journaux décrivent Hollande comme "très mou". Samedi, The Economist va taper sur Hollande. Ce même hebdomadaire avait fait une Une très remarqué récemment en mettant en garde la France (à juste titre en se tenant aux analyses succinctes faites). Donc mon ego personnel je le mets de côté (je préférerais sûrement Jean Dujardin ou Laetitia Casta pour représenter la France en terme d'image - ici à ce que je sache il s'agit de politique et de gestion d'un pays !). Donc comme je l'ai dit, si il y avait un DSK en face je reconnais que j'aurais hésité. Comme en 2007, Mme Royal ne pouvait diriger ce pays, et surtout avec ce qui c'est passé je n'ose imaginer les décisions prises. J'ai plus confiance en un homme politique qui a eu des responsabilités importantes et qui a le bon carnet d'adresses.

Pour parler de ce que je connais, le "bilan financier d'un président" ne veut rien dire. A quoi le mesure-t-on ?! Si je prends la réforme des retraites qui était obligatoire, Royal ou Hollande ne l'auraient pas faite (par souci démagogique et pour être "aimé", peut-être même qu'elle aurait été réduite pour tous les Français). Ensuite l'économie de quel pays, en 2012, est meilleure qu'en 2007 ? La réponse, même en ne connaissant rien à l'économie, est simple à trouver ! Le chômage avec cette crise ne pouvait pas diminuer de 5 points entre 2007 et 2012, soyons lucides et surtout honnêtes. L'éducation française enviée dans certains coins du monde a toujours était un problème, depuis la nuit des temps, tous gouvernements confondus.

Libération comme modèle pour se faire une opinion de Sarkozy... Autant aller dans le premier bureau PS du coin et demander quel est le bilan de Sarkozy, on aurait la même réponse. Ses chiffres qui sont bien des chiffres de la presse généraliste oublient de dire que +18 points de hausse, en rapport avec la crise et la baisse de tout les indicateurs, c'est dans la moyenne de tout ses prédécesseurs. D'ou le problème : comment peut-on limiter cette hausse dans le chaos actuel et auparavant (je pense à 1999-2000, la bulle internet ou tout les voyants étaient au vert...) avoir obtenu une hausse identique ?! Le problème ne vient-il pas du fait qu'on a tous pris conscience (bien malgré nous) que les Etats ne peuvent plus vivre à crédit éternellement ?!

Concernant le AAA aucun commentaire, j'ai été en plein dedans, depuis 2010 la décision était prise, les USA l'ont aussi subie et au final les taux d'emprunts pour la France sont au plus bas. Ce n'est pas ça qui a affecté le peuple. Par contre mettez des personnes avec un projet anti-tout, qui a pour but de dépenser sans compter comme avant au nom de la "relance économique" et vous verrez la réponse des marchés financiers, vous verrez quand il faudra emprunter à des taux records pour financer la baisse du temps de travail, la hausse des salaires, etc. Il y a un moment, un timing, et actuellement c'est encore trop tôt pour vouloir faire ce que souhaite Hollande.

Le bilan est mauvais SI on ne prend pas en compte l'environnement actuel ! Prendrait-on bêtement un chrono pour chronométrer un 100M sur piste sèche avec pas de vent et un autre sur piste mouillée avec vent de face; pour au final déclarer un vainqueur entre ses deux courses?

J'en reviens à mes premières phrases, qu'un autre parti soit capable de mettre un candidat avec un potentiel et on aura des débats et un vrais choix à faire. Je déplore que ce ne soit pas le cas. Et comme je ne suis pas un suicidaire, pas un égoïste, pas un masochiste et Dieu merci pas un inculte et que j'ai reçu une éducation académique et que j'ai pas de troubles mentaux, je vote pour le candidat le "moins pire".

PS : tout les à côtés comme le fait que le PS soit installé dans le VIIème, arrondissement le plus cher de Paris, que Hollande déjeune dans des cantines de luxe du VIIIème inconnues du commun des mortels, que Sarkozy parte en vacances sur un yacht ou encore qu'il aligne son salaire sur celui du premier-ministre (et au passage de ce qui se fait ailleurs dans les autres démocraties - sans oublier que Sarkozy en tant qu'avocat gagnerait bien plus, tandis qu'Hollande malgré HEC+ENA ne trouverait pas de poste aussi bien rémunéré que ce que lui offre la politique) je m'en moque complètement. Vous voulez entendre la vérité, que tout ses hommes politiques ont fait les même écoles et sont tous amis à la base ? Qu'ils sont partis en suivant leurs convictions ou pour une majorité à gauche parce qu’il y avait moins de concurrence et que c'est plus simple de s'adresser au "petit-peuple" qu'aux élites ?

A bon entendeur.

JS

 

 

.
.
.
À suivre... Si vous désirez participer, contactez-moi ! (parolesdactu@yahoo.fr)
.
.
.
V1, date : 25/04/12, 20h45
.
.
.
.
25 avril : première version (introduction + 5 premiers textes)
26 avril : + 3 textes
27 avril : + 1 texte et 4 échanges
30 avril : + 3 textes
1er mai : + 1 texte
5 mai : + 1 texte
8 mai : + 1 texte
6 juillet : 1 mot modifié dans l'introduction
.
.
.
Note : Ce document évoluera régulièrement. Je vous invite également, en me contactant, à vous adresser aux contributeurs, pour les interroger, ouvrir un débat !
.
Si vous avez aimé cet article, merci d'en partager le lien sur votre mur, avec vos amis !!! Et de présenter cette initiative à des personnes qui pourraient être intéressées !!!
.
.
Phil
.
Modification de la présentation de l'article le 21 juin 2012
.
Times New Roman > Georgia : 01/10/12