L'industrie musicale est en crise. C'est en tout cas ce que nous disent, depuis des années, les majors du disque. Incontestablement, il y a du vrai. Les chiffres des ventes ne sont pas au beau fixe, en partie parce que la culture de la gratuité sur internet a modifié les comportements des consommateurs. Le piratage est présenté comme le fléau à l'origine de tous les maux, la cible à abattre. Mais n'est-ce pas une réponse un peu facile, exonérant les maisons de disques de leur propre responsabilité ? Ont-elles réellement joué leur rôle, ces dernières années ? Comment les "petits" de la profession se débrouillent-ils ? J'ai souhaité donner la parole au représentant d'un label indépendant. Le co-fondateur du Saule, l'auteur-compositeur-interprète Aurélien Merle, a bien voulu répondre à mes questions, non sans humour. L'occasion d'entendre un son de cloche un peu différent... et surtout de découvrir d'autres artistes, d'autres talents... Merci à lui ! Une exclusivité Paroles d'Actu, par Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

AURÉLIEN MERLE

Co-fondateur du label indépendant Le Saule

Auteur-compositeur-interprète

 

"L'industrie musicale est morte,

 

vive la musique !"

 

Aurélien Merle

(Photos fournies par Aurélien Merle - celui de gauche, enfin je crois...)

 

 

Q : 30/07/12

R : 28/08/12

 

 

 

Paroles d'Actu : Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? 

 

Aurélien Merle : 33 ans, dont 20 de pratiques diverses de la musique. Hyperactif à tendances paresseuses et réciproquement.

 

 

PdA : Quel rôle la musique tient-elle dans votre vie ? Quelles sont vos influences personnelles en la matière ?

 

A.M. : Pratiquer la musique est une des rares activités de ma vie vers laquelle je reviens toujours. En écouter, en revanche, est de moins en moins systématique, en vieillissant. La musique que j'écoute influe sur ma vie, mais pas nécessairement sur la musique que je joue. Tout de même, aujourd'hui, je peux vous citer Nick Drake, Dick Annegarn et Areski comme des parents proches en chanson.

 

 

PdA : Quelle est l'histoire du label Le Saule ? Pourquoi vous être engagé dans cette aventure ? Quel y est votre rôle ?

 

A.M. : L'idée du label a germé il y a presque 5 ans, après la rencontre avec JD Botta, Léonore Boulanger, Philippe Crab et Antoine Loyer. Cette série de rencontres s'est faite en très peu de temps. D'abord nous aimions la musique des uns et des autres (et pourtant nous n'aimons pas grand chose en chanson !) et ensuite, ce fut une belle rencontre humaine. Moi, arrivant de province, je n'attendais rien des maisons de disques et d'un système dont je m'étais toujours senti éloigné. J'avais appris à me passer d'elles. Mais je voyais mes camarades qui espéraient toujours un signe, attendaient qu'on s'intéresse enfin à eux. Je leur ai proposé qu'on regroupe nos efforts, qu'on communique ensemble, qu'on joue ensemble, qu'on enregistre, qu'on tourne, etc. Et on a choisi de s'appeler "Le Saule" car c'est la première chanson qu'on a chantée tous ensemble sur scène, sur une proposition d'Antoine Loyer qui venait de travailler cette chanson de Dick Annegarn avec JP Nataf. C'est une chanson parfaite, qui nous mettait tous d'accord.

 

Depuis, mon rôle à moi est grosso modo de coordonner nos initiatives, et puis j'ai plus de compétences administratives et informatiques que mes camarades. Malheureusement.

 

 

PdA : Depuis plusieurs années, les grosses maisons de disques se lamentent d'en vendre moins, pointant du doigt internet et sa culture de la gratuité, le piratage notamment... Qu'en pensez-vous ? N'est-ce pas une explication un peu "facile", tendant à passer sous silence un manque d'esprit de risque, d'innovation ? Je vous pose cette question après avoir observé tous ces best of, ces albums de reprises. J'ai un peu le sentiment que ces maisons de disques misent de plus en plus sur leurs valeurs sûres, sans réellement donner leur chance à de jeunes artistes. Et que l'innovation se fait, au moins dans un premier temps, sur internet, et chez les indépendants. Qu'est-ce que tout cela vous inspire ?

 

A.M. : Je pense que la bonne musique se pirate aussi bien que la mauvaise et que la crise de l'industrie musicale aurait sans doute été aussi forte, quand bien même les choix éditoriaux auraient été différents. Les ventes de disques ont commencé à baisser avant le développement d'Internet : on a d'abord copié les K7 puis les CD des copains, puis on a échangé des fichiers avec le monde entier. C'est le piratage de masse que l'industrie musicale n'a pas su maîtriser. Je ne sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose dans le fond. L'industrie musicale s'est massivement développée à partir du moment où elle a transformé la musique en objets, soit écrite, soit enregistrée sur des supports de plus en plus sophistiqués. Il y avait tellement d'argent que des dizaines de métiers se sont créées autour des musiciens : managers, attachés de presse, tourneurs, distributeurs, directeurs artistiques, producteurs, etc. Certains disparaissent aujourd'hui. Pas les musiciens. L'inertie de l'industrie musicale vient à mon avis de son conservatisme : chacun essaye de sauver son boulot, donc rien ne change vraiment. Alors elle coule lentement.

 

Quant à ce qui est vendu... il faut quand même se dire que, plus largement, l'industrie de la culture s'est transformée en industrie du divertissement. Mais tant qu'il y avait de l'argent, il existait toujours des directeurs artistiques dans des maisons de disques qui signaient des gens audacieux. C'était encore vrai dans les années 70 en chanson avec des gens comme Dick Annegarn, Colette Magny, Albert Marcoeur, Areski & Fontaine... et puis terminé. D'ailleurs tous ceux que je viens de citer sont sortis du système d'une manière ou d'une autre dans les années 80 (avant éventuellement d'y revenir...). Maintenant, on peut faire de la chanson plus audacieuse, mais on est tout de suite étiqueté "intello" ou "art & essai", autrement dit ce n'est pas supposé être de la chanson populaire. En France, le cinéma avec son mode de financement, et la littérature grâce à la politique sur le prix du livre qui a sauvé les libraires indépendants, s'en sortent un peu mieux, mais à peine. La chanson, elle, est dans un sale état.

 

 

PdA : Hadopi, etc... vous en pensez quoi ? 

 

A.M. : Hadopi, dix ans plus tôt, pourquoi pas. Mais là, les habitudes sont prises et on ne peut pas mettre à l'amende toute la nouvelle génération qui ne comprend plus pourquoi on achèterait la musique. Aujourd'hui, je n'imagine qu'une mort progressive mais rapide de tous les plus faibles du système et pas d'autre choix que de revenir à une forme d'artisanat qui pourra être tout à fait bénéfique à la chanson.

 

 

PdA : Parlez-nous du label Le Saule, que représente-t-il aujourd'hui ? Comment fonctionne-t-il, et quel est votre modèle économique ? 

 

Le Saule représente aujourd'hui 7 parcours, ou "carrières" si vous préférez : ceux que j'ai déjà cités et moi-même, ainsi que Camille Couteau et June et Jim qui nous ont rejoint l'an dernier.

 

Juridiquement, c'est une association loi 1901 qui fonctionne sans salarié ni subvention. Donc peu de moyens financiers, mais pas de souci de rentabilité pour l'association et totale indépendance.

 

 

PdA : Comment la rencontre se fait-elle entre Le Saule et ses futurs artistes ? Ces derniers peuvent vous contacter d'eux-mêmes et vous présenter leur travail ? 

 

A.M. : On reçoit beaucoup de choses, alors qu'on ne cherche rien et qu'on a très peu de moyens. Mais il y a écrit "label" alors des gens envoient des disques, c'est normal. On aimerait bien tomber sur quelque chose qui nous épate et qui nous mette tous d'accord. Mais non, rien. Je me dis souvent qu'il faudrait chercher ailleurs, hors de France, mais on est attachés à l'idée de "faire de la chanson française" malgré tout ce que cette expression charrie de péjoratif et de désuet.

 

 

PdA : Quelques mots pour nous faire découvrir quelques uns de vos artistes ? Avec si possible des liens vers quatre ou cinq chansons emblématiques de votre label ?

 

A.M. : Tout simplement, baladez-vous sur www.lesaule.fr. Tout y est.

 

 

PdA : Quelle est la clé du succès dans votre métier ? Comment être rentable à l'ère du tout-internet tout en privilégiant l'innovation ? 

 

A.M. : Je crois que cette question est destinée à Pascal Nègre, pas à moi !

 

 

PdA : Dernière question, qui n'en est pas une. Pour vous permettre de conclure l'interview comme il vous plaira. Vous pouvez approfondir un sujet, ou bien en aborder un autre. 

 

A.M. : Eh bien, pour finir, poussons tous ce cri de soulagement : l'industrie musicale est morte, vive la musique !

 

 

 

"Le Saule" en images

 

Sélectionnées et commentées à ma demande par Aurélien Merle

 

Botta et Loyer

 

"Jean-Daniel Botta et Antoine Loyer, s'interrogeant sur la pertinence de la loi Hadopi"

 

 

Crab

 

"Philippe Crab, sur le point de trouver la clé du succès"

 

 

June Jim et Boulanger

 

"June et Jim et Léonore Boulanger, grisés par l'ère du tout-numérique"

 

 

 

Un grand merci, une nouvelle fois, à Aurélien Merle, ainsi qu'à toute l'équipe du Saule ! Tous mes voeux... Phil Defer

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le Saule

 

Le site d'Aurélien Merle

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook

 

Times New Roman > Georgia : 30/09/12