« Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera. » Cette prédiction de Napoléon est vieille de deux siècles, mais elle semble bien coller, dans l'esprit, à la réalité d'aujourd'hui. Le monde ne « tremble » certes pas. Mais les inquiétudes sont palpables dans nombre des pays que l'on qualifiait jadis de « développés ». L'économie chinoise n'a cessé de croître, à vive allure, depuis les réformes libérales voulues par Deng Xiaoping, il y a un tiers de siècle. Soyons précis : pris individuellement, le Chinois moyen est plutôt "pauvre", quel que soit le calcul retenu, il se situe à peu près à la centième place du classement "PIB/habitant". Mais prise collectivement, la Chine, 1,3 milliard d'âmes, 1/6 de l'humanité, est un géant qui a récemment privé le Japon de sa médaille d'argent : elle est devenue la deuxième économie mondiale.

 

Atelier de la planète, elle inquiète les entreprises qui craignent de ne pas être assez compétitives et les salariés qui, eux, redoutent les délocalisations. Bénéficiaire de balances de paiements largement excédentaires, créancier majeur de l'Occident, Pékin jouit désormais, et sans doute pour longtemps, d'une certaine position de force. Elle inquiète aussi parce que son régime est ce qu'il est, parce que son "agenda" diffère souvent, du moins en apparence, de celui de Bruxelles ou de Washington... L'Empire du Milieu est-il réellement solide ? Quelles responsabilités s'apprête-t-il à assumer sur la scène internationale ?

 

Voici en tout cas l'un des (nombreux) sujets que Monsieur Jean Besson, président du groupe interparlementaire France-Chine depuis 1998, a accepté d'aborder, en exclusivité pour Paroles d'Actu. Sénateur de la Drôme depuis 1989, il siège à la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées. Il a également été vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes, en charge des affaires européennes et des relations internationales (2004-10). Administrateur de l'agence de développement économique Entreprise Rhône-Alpes International, il est aussi, depuis 2011 le président de Rhône-Alpes Tourisme.

 

Je tiens à le remercier, très chaleureusement, pour l'honneur qu'il a bien voulu me faire en répondant à mes questions. Un grand entretien au cours duquel sont abordées plusieurs thématiques : l'élection de François Hollande et les objectifs de la majorité nouvelle, la décentralisation, le Sénat, la France et ses entreprises dans la mondialisation, la diplomatie et la défense nationales, la Syrie et le Proche Orient, l'Empire du Milieu bien sûr... et un autre très joli coin de la planète, le beau département de la Drôme. Merci infiniment, Monsieur le Sénateur Besson ! Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche, alias Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

JEAN BESSON

Sénateur de la Drôme ; membre de la Commission des Affaires étrangères,

de la Défense et des Forces armées, président du groupe interparlementaire France-Chine.

Ancien vice-président de la région Rhône-Alpes, aux Affaires européennes et aux relations internationales.

 

« La Chine est consciente

de son nouveau statut »

 

Jean Besson

(Photo fournie par M. Jean Besson)

 

Q : 06/08/12

R : 25/09/12

 

Paroles d'Actu : Vous êtes membre du Parti socialiste depuis plus de quarante ans. Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez su que François Hollande allait effectivement devenir notre nouveau président de la République ? Que ressentez-vous aujourd'hui, à l'idée d'être, avec vos collègues sénateurs et députés, en première ligne pour la concrétisation du « changement » ?

 

Jean Besson : J’ai ressenti une joie mêlée de soulagement. La blessure du 21 avril était effacée. Je n’ai pu, aussi, m’empêcher de penser au 10 mai 1981. J’étais déjà militant socialiste. Cette victoire avait alors marqué un tournant historique dans la vie politique, un tournant dont j’avais pleinement conscience.

 

La victoire de 2012 a eu lieu dans un autre contexte. Nous avons derrière nous une expérience du pouvoir ; nous avons gagné au cours des années 80 et 90 nos galons de parti de gouvernement. François Hollande s’inscrit dans cette évolution du Parti socialiste que je qualifierai de « réaliste ». Il faut dire que la conjoncture se prête moins à l’utopie qu’à la nécessité de surmonter une crise sévère et de réinsuffler de la justice sociale. En tant que parlementaire, j’ai un devoir de responsabilité que je partage avec l’ensemble de mes collègues de la majorité. Des engagements ont été pris par le nouveau président de la République, et le parlement sera un acteur actif du changement nécessaire.

 

PdA : Le « changement », justement. Beau slogan. Mais qu'y a-t-il derrière ?

 

J.B. : Le changement, ce n’est pas la « rupture » ni la révolution, cela passe par des mesures concrètes, graduelles, qui modifient la vie des gens au quotidien.

 

PdA : Sur la base de quels résultats considérerez-vous, au printemps 2017, que la présidence Hollande aura été un succès ?

 

J.B. : L’emploi, et en premier lieu l’emploi des jeunes, qui atteint près de 25% des moins de 25 ans, se situe au cœur du programme de François Hollande. Ce sera sans nul doute un des marqueurs de son quinquennat et le critère d’évaluation de sa réussite en 2017. En tout état de cause, un pays qui se coupe de sa jeunesse est un pays sans avenir. Redonner espoir aux jeunes générations qui sont, depuis trop longtemps, sacrifiées sur l’autel de la crise économique est un investissement à long terme, le seul qui puisse redresser durablement un pays en perte de confiance et de repères. Mais il faut un minimum de temps pour obtenir des résultats, en particulier dans ce domaine.

 

PdA : Comment définiriez-vous "votre" socialisme ?

 

J.B. : Je me qualifierai volontiers de social-démocrate et, contrairement à l’air du temps, je crois que cette famille politique a un bel avenir devant elle, à condition qu’elle fasse son « aggiornamiento ». Aujourd’hui, la foi dans « l’efficacité absolue des marchés » et dans leurs « capacités autorégulatrices » a vécu. La crise remet au goût du jour des idées fortes de la gauche telle que je la conçois, comme la régulation et la décentralisation.

 

La social démocratie, historiquement, est une démarche et un projet visant à garantir un compromis plus équilibré entre le travail et le capital, ce par le jeu de la concertation. Le rapport de force entre les deux s'est rompu d’une manière spectaculaire depuis dix ans, à lavantage dun capital mondialisé, qui s’est affranchi du pouvoir politique. C'est réellement à ce défi que le courant réformiste est confronté. Mais celui-ci ne pourra être relevé que dans une Europe plus intégrée, plus régulatrice mais aussi plus démocratique.

 

Le courant réformiste dans lequel je m’inscris a par ailleurs intégré un principe de réalité économique que je résumerais ainsi : il n’y a pas de croissance, donc de redistribution, sans création de richesses, et pas de création de richesses sans compétitivité.

 

PdA : Vice-président de la Région Rhône-Alpes entre 2004 et 2010, vous avez eu la charge des affaires européennes et des relations internationales. Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? De quoi êtes-vous le plus fier s'agissant de cette charge ?

 

J.B. : J’ai été très heureux d’exercer ce mandat. La coopération décentralisée a un bel avenir devant elle, même si nos régions ne disposent pas encore de moyens suffisants comparativement, par exemple, à ses voisines allemandes.

 

Je suis fier, néanmoins, d’avoir fortifié, avec l’appui du président Jean-Jack Queyranne, les « Quatres moteurs pour l’Europe », regroupant le Bade-Wurtemberg, la Catalogne, la Lombardie et Rhône-Alpes, dans le but de créer une véritable force économique et d’innovation.

 

Cette réussite a inspiré d’autres territoires, avec la création en 2009 des «Quatre moteurs pour le Mercosul », réunissant l’État du Parana au Brésil, le département du Haut Parana au Paraguay, la province de Cordoba en Argentine et le département de Rivera en Uruguay.

 

PdA : Quel regard portez-vous sur l'action de l'agence Entreprise Rhône-Alpes International, dont vous êtes administrateur ?

 

J.B. : L’ouverture d’antennes ERAI (Entreprise Rhône-Alpes International, le bras armé économique de la région), notamment à Shanghai, dans l’État du Parana au Brésil, à Bruxelles, a conforté la dimension internationale de Rhône-Alpes.

 

Les États-Unis sont les premiers investisseurs étrangers en Rhône-Alpes, générant près de 40 000 emplois sur notre territoire. Fort de ce constat, ERAI s’est aussi implanté à Philadelphie, pour faciliter l'installation sur place des entreprises rhônalpines et, en 2010, la Pennsylvanie a ouvert un bureau de représentation permanent à Lyon.

 

PdA : Dans la plupart des autres grands pays européens, le niveau régional décentralisé est doté de pouvoirs, de compétences, d'une reconnaissance bien supérieurs à ceux dont bénéficient les régions françaises. Certes, notre pays, historiquement très unitariste, demeure à mille lieues du fédéralisme... Pour autant, un renforcement de nos régions vous semble-t-il souhaitable ? Quelles évolutions appelez-vous de vos vœux concernant cette collectivité que vous connaissez si bien ?

 

J.B. : Notre système jacobin est à bout de souffle, chacun peut en faire le constat. Les collectivités territoriales sont ainsi appelées à prendre de nouvelles responsabilités. Les États généraux de la démocratie territoriale, qui se sont déroulés au Sénat, le 4 octobre dernier, s’inscrivent dans ce processus nécessaire d’approfondissement de la décentralisation.

 

Le « fait régional », c'est-à-dire, la montée en puissance des régions, est une évolution inéluctable. Ce mouvement de fond exige, par exemple, que celles-ci puissent gérer elles-mêmes les fonds structurels européens. Je suis par ailleurs favorable à une meilleure articulation entre les domaines d’intervention des régions et des départements. Les régions doivent s’affirmer comme chefs de file du développement économique et de l’aménagement du territoire. Elles ont aussi vocation à prendre en main l'appui au développement international des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI). La ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a reçu il y a quelques jours les présidents de régions pour évoquer les premières pistes d'une nouvelle stratégie à l'exportation permettant à quelque 10 000 PME et ETI de contribuer à la résorption en cinq ans des 26 milliards d'euros de déficit du commerce extérieur, ce en lien avec les pôles de compétitivité, les CCI, Ubifrance et la future Banque publique d'investissement. Dans la région Rhône-Alpes, nous disposons d’un outil supplémentaire qui a déjà fait ses preuves. ERAI, je l’ai déjà évoqué, propose des services sur-mesure pour accompagner les entreprises rhônalpines dans leur développement international grâce à ses 27 implantations dans le monde. Notre région a, de ce point de vue, pris une certaine avance qu’il convient de renforcer... 

 

PdA : Une question liée à la précédente... C'est au sénateur que je m'adresse plus particulièrement, cette fois. En général, les chambres hautes des parlements nationaux représentent les territoires, très souvent les collectivités régionales, qui sont d'ailleurs le niveau de référence pour l'Europe communautaire (fonds structurels...). En France, 95% des grands électeurs proviennent des communes. Seriez-vous favorable, à un rééquilibrage de la composition du Sénat au profit des régions ?

 

J.B. : On peut toujours discuter du mode d’élection des sénateurs et de la sur-représentation - bien réelle - des communes rurales que celui-ci induit. Je ne suis pas, a priori, contre le fait d’apporter de vrais correctifs à la représentativité territoriale et sociologique des sénateurs. C’est un chantier, un vieux serpent de mer, à dire vrai, qui reviendra immanquablement dans l’agenda politique. Ceci dit, le Sénat doit rester la maison des collectivités et plus particulièrement de la ruralité. C’est son ADN, sa raison d’être…

 

PdA : Vous êtes membre depuis 2008 de la prestigieuse Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées. Pourriez-vous nous présenter en quelques mots votre travail au sein de cette commission ? Qu'avez-vous appris en son sein ?

 

J.B. : La Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées est l’une des sept commissions permanentes du Sénat. À la différence de l’Assemblée Nationale, où il existe deux commissions distinctes, le Sénat a fait le choix d’une Commission unique afin d’avoir une vision globale des enjeux de politique étrangère et de défense.

 

Pour ma part, je suis chargé plus précisément de la diplomatie culturelle et d’influence. J’interviens, dans le cadre de la loi de finances, sur cette thématique qui m’est chère. À ce titre, j’ai mené une mission d’information à Belgrade portant sur l’expérimentation en cours du rattachement du réseau culturel de la France à l’étranger au nouvel opérateur de l’action culturelle extérieure, l’Institut Français.

 

Par ailleurs, j’ai participé, avec l’ensemble de mes collègues, aux travaux sur le Livre blanc de la Défense. En substance, la Commission estime nécessaire de préserver un effort somme toute modeste de 1,5 % du PIB pendant la période de crise et de faire un effort supplémentaire, une fois la crise passée. La sécurité, l’indépendance et la place de la France dans le concert des nations sont à ce prix. En deçà de ce seuil, ce sont les ambitions de notre pays dans le monde qu’il conviendrait de réexaminer.

 

PdA : Que vous inspire cette tragédie qui meurtrit la Syrie actuellement ? Quelles sont les actions de la Commission en la matière ? Que doit faire la France ?

 

J.B. : La Commission soutient et accompagne la politique de la France en Syrie telle que mise en application par Laurent Fabius.  La position de la France est claire : nous considérons que Bachar al-Assad est le bourreau de son peuple, qu’il doit partir, et que le plus tôt sera le mieux. La France est très présente au niveau international pour inciter les Syriens à trouver une transition politique.

 

Mais si la tentation d’intervenir militairement est forte et se justifierait au regard de l’horreur de ce régime, je reste pour ma part sur mes gardes quant à des solutions trop « va t-en guerre ». La situation est autrement plus complexe que celle, à priori comparable, de la Libye. Il se constitue en effet dans la région un arc chiite Irak-Iran-Syrie particulièrement puissant et dangereux et défendu, notamment, par la Russie et la Chine. Une intervention armée aurait des conséquences dont il est difficile d’estimer l’impact.

 

Permettez moi, d’ailleurs, d’évoquer la situation des Chrétiens, dont l’avenir apparaît sombre au sein du Proche-Orient. Les Chrétiens de Syrie représentent 10 % de la population, et la communauté internationale devra veiller à ce qu’ils ne soient pas les grands oubliés au moment de la constitution d’un nouveau régime, que j’appelle de mes vœux. 

 

PdA : Parmi les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, il y a la Chine. Vous êtes depuis 1998 le président du groupe interparlementaire France-Chine. Qu'implique une telle fonction ? Serait-il possible que vous nous racontiez quelques souvenirs marquants liés à celle-ci ?

 

J.B. : Je rappelle toujours, avec satisfaction, que je suis président du premier groupe interparlementaire en nombre d’adhérents. Son « succès », si vous me permettez l’expression, ne se dément pas. Ainsi, depuis 1998, j’agis aux côtés de plus de 100 députés et sénateurs afin de développer un partenariat à la fois politique, économique, culturel, scientifique, essentiel au rayonnement de notre pays dans un monde en plein bouleversement.

 

PdA : Avant d'être à la tête de ce groupe interparlementaire, quel regard portiez-vous sur la Chine ? Comment celui-ci a-t-il évolué ?

 

J.B. : J’ai toujours été passionné par ce pays-continent. J’avais très tôt pressenti, pour reprendre une expression célèbre, son « réveil ». La civilisation chinoise est fascinante à plus d’un titre, et notamment parce qu’elle est la plus vieille du monde : elle remonte à plus de 10 000 ans ! Il est incontestable que le développement exponentiel de la Chine depuis dix ans remet en cause certaines traditions et crée des tensions sociales de grande ampleur, particulièrement dans les régions de l'intérieur. Un vrai choc des cultures a lieu au sein même du pays, entre une Chine rurale et une autre, située sur la façade maritime, en plein boom économique et culturel. Pour autant, ce pays a réussi, jusqu’à maintenant, à intégrer les éléments de la modernité occidentale à une vitesse impressionnante, sans se couper de ses racines. Le renouveau du confucianisme en est l’illustration. D’autre part, la montée en puissance d’une classe moyenne et l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants seront deux indicateurs très intéressants de l’évolution prochaine de la Chine.

 

PdA : La Chine, superpuissance en devenir, semble avoir beaucoup d'ambition, tant aux plans économique que géopolitique. Parce que le régime qui la dirige est ce qu'il est, parce que nous méconnaissons ce peuple et ce pays, également... la Chine inquiète. En France. En Europe. Aux États-Unis. Ces peurs sont-elles justifiées ?

 

J.B. : En 2010, la Chine est devenue la deuxième puissance mondiale. Ce pays-continent produit à présent près de cent fois plus de biens et de services qu’en 1978. Ce qui représente une croissance moyenne d’un peu plus de 10 % par an. Des chiffres qui peuvent faire peur.

 

La boutade « God made heaven and earth, and everything else is made in China » (« Dieu a fait le ciel et la terre, et le reste est fabriqué en Chine ») n’est pas complètement dépourvue de crainte. Mais la peur naît souvent de l’ignorance. La Chine est consciente de son nouveau statut sur la scène internationale et c’est pour elle un objet de fierté nationale. Mais elle mesure, dans le même temps, les nouvelles responsabilités qui lui incombent, notamment en matière environnementale. La Chine est le premier producteur de CO2, en partie parce qu’elle est à présent le plus grand marché automobile du monde. Depuis l’année dernière, on y vend chaque mois plus de voitures qu’aux États-Unis ! Dans ce contexte, les problématiques écologiques sont devenues une priorité des dirigeants chinois. Je peux le mesurer à l’occasion des Rencontres du groupe interparlementaire France-Chine que j’organise au Sénat. Depuis plusieurs années, les thématiques choisies portent sur des questions de développement durable comme, par exemple, « Les éco-villes et la maîtrise de l’urbanisation ». Cette année, nos sixièmes rencontres porteront sur le thème « L’énergie durable pour tous : enjeux et solutions ».

 

Ainsi, la Chine, toute nouvelle superpuissance qu’elle est, se trouve confrontée à des défis qui demandent des solutions globales et requièrent des démarches coopératives. La France et l’Europe ont vocation, dans ce cadre, à rester des partenaires incontournables, à condition qu’elles s’en donnent les moyens, à la fois politiques et économiques. Sans verser dans l’angélisme, la Chine n’a pas de visée coloniale ni d’intentions belliqueuses, mais elle reste très sensible aux problèmes de frontières. La nouvelle vague de manifestations anti-japonaises qui s’est manifestée dernièrement contre la nationalisation par Tokyo des îles Diaoyu, situées en mer de Chine, rappelle que les enjeux de souveraineté territoriale restent toujours d’actualité, en particulier dans cette partie du monde.

 

PdA : Diriez-vous qu'en matière de politique monétaire, de relations commerciales et d'investissements internationaux, les Chinois jouent un jeu franc avec les Européens ?

 

J.B. : Le sommet annuel entre l'Union européenne et la Chine a eu lieu récemment à Bruxelles sur fond de tensions commerciales, mais aussi d'espoirs européens quant au soutien chinois à leurs dettes. La Chine est le premier créancier de l’UE, il convient de ne pas l’oublier. Il faut dire que les Chinois disposent de colossales réserves de change, évaluées à plus de 3 200 milliards de dollars. Le mois dernier, les autorités chinoises ont assuré que, malgré de graves inquiétudes sur l'Europe, Pékin allait continuer à acheter des obligations d'État des pays européens.

 

L'Union européenne est la première destination des exportations chinoises et le deuxième fournisseur de la Chine, derrière le Japon. La Chine est aussi le deuxième partenaire commercial de l'Union, juste derrière les États-Unis. Nos intérêts sont donc étroitement mêlés. Mais il est vrai que nos relations commerciales souffrent de graves déséquilibres. C’est pourquoi, je suis favorable à l’instauration d’un « juste échange » dont les principes sont la réciprocité – si la Chine a le droit d’accéder à nos marchés publics, nous devons avoir le droit d’accéder aux siens ; l’équilibre – si la Chine exporte pour 280 milliards d’euros en Europe, l’Union européenne doit pouvoir exporter pour à peu près autant vers la Chine, et non 130 milliards, comme c’est aujourd’hui le cas ; l’équité – nos marchés doivent être ouverts aux produits des pays les moins développés sans droits de douane ; et, enfin, le respect des normes européennes et internationales établies par les grandes gonventions – normes sanitaires de protection des consommateurs, édictées par l’Union européenne, mais aussi normes environnementales, sociales, humanitaires.

 

Quant à la question de la monnaie, il est évident que la sous-évaluation du yuan a permis à la Chine de devenir le premier pays exportateur et l’usine du monde. Mais les choses évoluent. Pékin a décidé de procéder il y a quelques mois au doublement du plafond de fluctuation du yuan.

 

L'appréciation devrait continuer, sans doute pas spectaculairement, du moins tant que les inquiétudes concernant le marché européen resteront aussi fortes. L'Europe est le premier importateur de la Chine, une importante évaluation à la hausse du yuan doit donc aujourd'hui être écartée.

 

PdA : Nous quittons l'Empire du Milieu... pour retourner à notre bonne vieille France. À votre département de cœur et d'élection, pour être plus précis. J'ai nommé, la Drôme. La promotion du tourisme est depuis longtemps l'un de vos chevaux de bataille. Vous présidez depuis 2011 le Comité régional du tourisme Rhône-Alpes...

 

J.B. : J’ai la chance d’être président de Rhône-Alpes Tourisme, et ce mandat s’inscrit dans la continuité de mes fonctions précédentes. J’ai été, avec mon ami Jean Mouton, ancien président du Conseil général, le créateur de la Drôme provençale, dans les années 90. Ce concept est devenu, au fil des ans, une marque à part entière, connue et reconnue dans l’Europe entière.

 

PdA : Quels arguments mettriez-vous en avant pour inciter nos lecteurs à venir découvrir votre beau département ?

 

J.B. : La Drôme est un département magnifique. Je ne peux qu’encourager vos lecteurs à s’y rendre et à (re)découvir ses merveilles. Je pense d’abord à ses paysages aussi diversifiés que ceux de la Drôme provençale, du Vercors, de la Vallée de Drôme ou bien encore de la Drôme des Collines.

 

La Château de Grignan, de Suze-la-Rousse, le Palais du facteur cheval, la ferme aux crocodiles sont quelques pépites citées en vrac qui balisent un territoire d’une richesse naturelle et patrimoniale exceptionnelle. Mais je ne voudrais pas faire de favoritisme et c’est la région Rhône-Alpes dans son ensemble que je souhaite mettre en valeur. Fière d’abriter huit parcs naturels et des sites exceptionnels, comme le Mont Blanc et les gorges de l’Ardèche, Rhône-Alpes offre toute une palette de paysages : montagnes, vignobles ou douces vallées, champs de lavande ou oliveraies, dont je suis fier d’être le représentant à l’international.

 

 

Merci encore de tout cœur, Monsieur Besson, pour votre générosité et pour le grand intérêt de vos réponses ! Merci également à votre collaborateur. Phil Defer Un commentaire ?

 

 

Quelques liens...

 

 

Times New Roman > Georgia : 30/09/12. Présentation remaniée : 21/11/13.