"Quinze ans à peine"... Dans l'une des chansons les plus célèbres de son répertoire, Barbara évoquait, avec un parfum de paradis perdu, le temps des "premières peines", le temps du "premier rendez-vous". Quinze ans... Barbara est partie il y a quinze ans. Loin des yeux depuis ce jour de novembre 1997, la "longue dame brune" n'a jamais quitté le coeur de ses admirateurs. Au-delà de ces fidèles, c'est la chanson française dans son ensemble qu'elle a marquée de son empreinte. On ne compte plus les reprises, y compris par la jeune génération, de ses classiques intemporels. Göttingen. L'Aigle noir... Trois ans après la disparition de l'artiste, l'association "Barbara Perlimpinpin" a vu le jour. Son objet ? Perpétuer la mémoire de celle qui était née Monique Serf. Continuer à faire vivre son oeuvre... Didier Millot fut durant une décennie le président de l'association. Il a accepté de répondre à mes questions, je tiens ici à l'en remercier très chaleureusement. Il retrace pour Paroles d'Actu les temps forts de la carrière de Barbara, non sans aborder, avec émotion, le lien qui l'unit à elle. Et celui qui unissait cette dernière à son public. Ma plus belle histoire... Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

DIDIER MILLOT

Membre fondateur et ancien président de l'association "Barbara Perlimpinpin"

Auteur de plusieurs ouvrages, notamment consacrés à Barbara

 

"Barbara et le public, c'était

 

une relation fusionnelle"

 

Didier Millot

(Photos transmises à ma demande par Didier Millot)

 

 

Q : 13/10/12

R : 11/11/12

 

 

 

Paroles d'Actu : Bonjour Didier Millot, comment allez-vous ? Qu'aimeriez-vous que nos lecteurs sachent de vous avant d'aller plus loin ?

 

Didier Millot : Bonjour Nicolas Roche et merci de m'inviter sur votre blog Paroles d'actu. En réponse à votre question, je dirai que je suis quelqu'un de passionné. Par l'écriture, par Barbara... et il se trouve que ces deux passions se rejoignent puisque je publie des ouvrages où Barbara est très présente. Cela me rend particulièrement heureux, surtout en ce moment avec la parution d'un nouveau livre "Je me souviens...Barbara" et du coffret "Barbara, une femme qui chante".

 

 

PdA : Vous avez été pendant dix ans le président de l'Association Barbara Perlimpinpin, association dédiée à la mémoire et à l'œuvre d'une "longue dame brune"... Comment cette aventure est-elle née ?

 

D.M. : C'est Marie Chaix (écrivain, secrétaire de Barbara de 1966 à 1970, et actuelle présidente de l'association) qui m'a sollicité. Et j'ai plongé dans cette aventure sans hésitation. Une aventure collective qui m'a permis de participer à la réalisation de très beaux projets autour de Barbara. L'association rassemble des personnes qui ressentent le besoin de prendre part à une action collective de mémoire.

 

 

PdA : Voulez-vous nous parler de l'Association, de son objet, de ses activités ?

 

D.M. : L'association Barbara Perlimpinpin s'est donné pour but de perpétuer la mémoire et de faire connaître et vivre l'œuvre de Barbara. Elle dispose d’un fonds patrimonial, ayant en partie appartenu à Barbara, (costumes et matériel de scène, partitions et documents manuscrits, affiches, photos, disques…) qui lui permet d'organiser des manifestations (expositions, concerts, rencontres) et de participer à des publications qui illustrent son chemin de chansons. L'association administre également le site Internet officiel dédié à la chanteuse.

 

Parmi les réalisations de l'association ces dernières années, on peut noter le baptême à Göttingen en novembre 2003 d'une "Barbara Straβe" (Rue Barbara), la parution d’un "Agenda Barbara 2003" réalisé avec les éditions Mille et une nuits. En 2004, on lui doit la création d’une rose "Hommage à Barbara". En 2007, pour les dix ans de la disparition de Barbara, un spectacle "Une cantate pour Barbara" a été organisé au Théâtre des Variétés. Cette année encore, qui marque les 15 ans de la disparition de Barbara, l'association est impliquée dans de nombreux projets dont un spectacle le 23 novembre au Studio Raspail.

 

 

PdA : À quelle occasion avez-vous découvert Barbara ? Qu'est-ce qui vous a séduit chez cette femme, chez cette artiste, au point de continuer à œuvrer, quinze ans après sa disparition, pour la préservation de son art ?

 

D.M. : J'ai l'impression d'avoir toujours connu Barbara. Je revois des images d'elle à la télévision dans les années soixante. En 1970, L'Aigle noir s'est retrouvé en bonne place dans ma discothèque. Mais comme je l'explique dans l'avant propos de mon dernier livre, c’est en 1979, que s'est produit le véritable déclic. Je suis tombé, tout à fait par hasard, un soir où je regardais la télévision, sur le film réalisé par François Reichenbach, à l’Olympia en 1978 et pendant la tournée qui a suivi. Ce fut un choc immense. Je me reconnaissais dans ce que Barbara chantait, dans ce qu’elle disait. Elle mettait des mots sur des émotions et des sentiments que, jusqu’alors, je ne savais pas exprimer. Je me suis senti comme irradié par sa personnalité. Dès lors, sa présence ne m'a plus jamais quitté.

 

 

PdA : L'avez-vous souvent rencontrée ? Comment était-elle dans la vie ? Nous raconteriez-vous quelques anecdotes à ce sujet... ?

 

D.M. : J’ai été pendant près de vingt ans le spectateur assidu de ses spectacles. La première fois où je lui ai parlé c'était à Pantin, en 1981, à l'occasion d'une dédicace. Comme pour beaucoup d’autres admirateurs fidèles, de lettres en fax, un échange épistolaire m’a permis de garder le contact avec elle en dehors de la scène. Barbara était quelqu'un qui avait un magnétisme extraordinaire. Sa présence était réellement envoutante. C'était une artiste, une femme d'une très grande générosité. Elle savait reconnaître "ses fidèles". J'ai un souvenir particulièrement émouvant avec elle un soir de 1990 à Mogador. Beaucoup de gens s’étaient rassemblés dans la petite cour située à la sortie des artistes. Sous le long porche un peu sombre, ma femme et moi, nous nous étions mis à l’écart. J’aimais rester en retrait de la foule et, simplement, profiter de l’instant de son départ. Ce soir-là, Barbara a fait arrêter sa voiture à notre hauteur, ouvert la vitre et avec une grâce infinie nous a tendu les mains. Ce fut un bref échange mais à la symbolique si forte que j’y repense souvent. J'ai encore très présente la sensation de ses mains sur les miennes.

 

 

PdA : Monique Serf, dite Barbara, est aujourd'hui largement reconnue et saluée par ses pairs. Mais ce succès est-il venu rapidement ?

 

D.M. : Dans les années cinquante, une carrière se bâtissait dans la durée. Avant de conquérir les grandes scènes parisiennes, Bobino puis l'Olympia, la période des cabarets a été longue pour Barbara ; d'abord en Belgique, puis à Paris, à l'Écluse principalement dont elle est devenue la figure de proue de 1958 à 1964. Barbara est donc l’illustration d’un parcours qui s’est construit grâce à un mélange de travail et de persévérance, bien sûr également grâce à son immense talent. D'abord interprète, Barbara est devenue auteur compositeur de ses chansons. Elle a composé ses premières musiques en Belgique sous le pseudonyme d'André Olga puis chanté à l'Écluse, sans dire qu'elle en était l'auteur, ses premiers grands succès comme Chapeau bas ou Dis, quand reviendras-tu ?.

 

 

PdA : Quels ont été les grands moments fondateurs de sa carrière ?

 

D.M. : L'Écluse, d'abord, où elle a fait ses premiers pas. En 1963, son passage au Théâtre des Capucines où elle créé Nantes lui ouvre les portes de Bobino où, en 1964, elle assure la première partie de Brassens pendant trois semaines. Elle revient à Bobino en vedette en septembre 1965. Sa chanson écrite pour le public, Ma plus belle histoire d'amour, est née de ce succès. La consécration à l'Olympia en 1968 est un aboutissement. Barbara devient alors une chanteuse populaire, ce que viendra confirmer deux ans plus tard l'immense succès de L'Aigle noir.

 

Son arrivée chez Philips en 1964, avec Claude Dejacques comme directeur artistique, lui permet aussi de sortir un premier 30 tours "Barbara chante Barbara" resté comme une référence dans son œuvre. Il contient, hormis Chapeau bas et Nantes, des incontournables comme À mourir pour mourir, Pierre, Au bois de Saint-Amand, Gare de Lyon.

 

 

Barbara par Didier Millot 1

Collection personnelle de Didier Millot - Barbara à Mogador (1990)

 

 

PdA : Le 5 novembre dernier est sortie "Une femme qui chante", l'intégrale de l'artiste. 19 CD, un écrin de luxe et un ouvrage biographique auquel vous avez largement participé. Qu'aimeriez-vous dire à nos lecteurs pour leur donner envie de se procurer ce bel objet ?

 

D.M. : Ce coffret permet de retrouver en intégralité, pour la première fois, l'ensemble de son œuvre discographique enregistrée en studio et tous les titres créés sur scène mais jamais repris en studio, et pour certains jamais sortis en disque. Il contient des chansons inédites que Barbara avait enregistrées dans les années soixante pour un projet de disque qui n'avait pas abouti. On retrouve également de nombreuses raretés, des versions inédites avec des variantes d'interprétation ou de texte. Il y a ainsi une version de L'Aigle noir comprenant deux phrases inédites. Une des premières versions de Nantes, dont le texte est très différent du texte enregistré en 1964 ; une autre version parlée de Nantes chantée à Mogador en 1990 ; des duos aussi, inédits avec Julien Clerc et Jean-Louis Aubert. Plus de 50 titres, sur les 370 du coffret, couvrant la période 1956-1997, qui donnent une autre vision de Barbara.

 

 

PdA : 19 CD, nous le disions à l'instant. Plus de 350 titres. Certains très connus - Nantes, Göttingen, Ma plus belle histoire... L'Aigle noir. Sans doute la plus célèbre, celle que l'on associe immédiatement à Barbara. Plusieurs interprétations ont été faites à propos de cette très belle chanson, l'une pour le moins glaçante... Que savez-vous de la genèse de L'Aigle noir ? Comment la recevez-vous personnellement ?

 

D.M. : Cette chanson est née d’un rêve, mêlé d’images lointaines de l’enfance et de la découverte étonnante d’un aigle naturalisé dans une vieille grange à la campagne. Si le succès a été immédiat, L’Aigle noir figure parmi les chansons de Barbara qui ont nécessité du temps pour trouver leur maturité. En septembre 1970, elle dira avoir mis six ans pour l’écrire. "J’avais fait une musique et les paroles, et je n’arrivais pas à le faire… Il ne s’envolait pas. Je n’y arrivais pas du tout et c’est seulement il y a quelques mois, juste avant mon disque, que j’ai repris cette chanson, tout à coup, et tout m’est arrivé. J’ai fini L’Aigle noir." La chanson a effectivement donné lieu a de nombreuses interprétations, surtout depuis la parution des mémoires de Barbara, liant la figure du père à la présence mystérieuse qu’incarne l’oiseau qui surgit de nulle part comme autrefois le père disparu depuis dix ans, revenu un soir de décembre 1959 dans la vie de Barbara, au moment où il décède à Nantes.

 

Je suis personnellement attaché à cette chanson onirique que j'ai énormément écouté adolescent et qui terminait le spectacle la première fois où j'ai vu Barbara sur scène. C'était aussi, à partir de Pantin, un moment très fort des récitals de Barbara.

 

Si l'on cherche une explication, le mieux est sans doute de relire ce qu'en disait Barbara : "J’ai fait un rêve. Beaucoup plus beau que dans la chanson. Un oiseau tournait autour d’un canyon, descendant, descendant… J’ai vraiment rêvé de ça, en couleur, et après, j’ai rêvé de deux panthères. Elles allaient se jeter sur moi. Après ce rêve d’aigle, des choses extrêmement bénéfiques sont arrivées."

 

 

PdA : Göttingen, c'est un hymne à la paix, à ces "enfants qui sont les mêmes" des deux côtés du Rhin. Cette peur de l'"alarme" qui pourrait de nouveau sonner un jour, était-ce quelque chose de réellement présent chez cette fille de Juifs ayant grandi pendant la guerre ?

 

D.M. : Cette période a sans aucun doute marqué Barbara. Même si dans Mon enfance, elle écrit "La guerre nous avait jetés là, d'autres furent moins heureux, je crois, au temps joli de leur enfance. La guerre nous avait jetés là, nous vivions comme hors la loi, et j'aimais cela quand j'y pense.", le fait que dans son dernier album, en 1996, elle ait repris Il me revient, une chanson commencée dans les années soixante-dix, montre combien cette période restait très présente dans sa mémoire. Cette chanson raconte l'arrestation d'un résistant à Saint-Marcellin où sa famille s'était réfugiée de 1943 à 1945.

 

Pour elle, accepter d'aller chanter à Göttingen n'a pas été une décision facile. On est en 1964, l'Europe se construit. Adenauer et De Gaulle ont permis de consolider la réconciliation entre la France et l'Allemagne. Göttingen, qui est, vous avez raison de le souligner, un très bel hymne à la paix, a pu être mal perçu lorsque Barbara enregistre ce titre en 1965. Barbara dira que c'est une chanson de la réconciliation mais pas d'oubli précisant : "Je ne porte pas de message, dans aucune de mes chansons… Göttingen, par exemple, n’est pas une chanson contre la guerre, c’est une chanson d’amour. En quittant Göttingen, j’ai voulu remercier mes amis, je l’ai fait à ma façon, c’est tout."

 

 

PdA : Dans Ma plus belle histoire d'amour, c'est à son public qu'elle déclare sa flamme, sa fidélité. Quel était ce lien si particulier qui les unissait ? Que lui apportait le contact avec le public ?

 

D.M. : C'était une relation fusionnelle. Barbara était avant tout une femme de scène. Elle trouvait là un accomplissement, un aboutissement à ce qu'elle avait toujours voulu être : une femme qui chante. Je cite souvent ce qu'elle nous confia, un soir de 1990 sur la scène de Mogador, à propos de ce lien entre elle et le public : "C’est un secret, un secret entre vous et moi. Je ne pouvais pas traduire cette chose-là, elle est intraduisible pour moi. Elle sera intraduisible jusqu’au dernier instant où je chanterai. Parce que c’est une chose comme ça, exceptionnelle, rare. Ce n’est pas une chose comme on dit, mystique, femme en noir, la messe… Ce n’est pas ça du tout ! C’est une histoire d’amour magnifique. Une passion magnifique."

 

 

PdA : Nous avons évoqué trois des chansons phares de son répertoire. Vous qui le connaissez parfaitement, pourriez-vous nous citer vos chansons préférées de Barbara, notamment celles qui sont moins connues, et que vous voudriez inviter nos lecteurs à découvrir ou redécouvrir ?

 

D.M. : C'est difficile de choisir dans un répertoire original de plus de 150 chansons !

 

Le premier titre qui me vient immédiatement à l'esprit est : Tu ne te souviendras pas, qui date de 1962. C'est pour moi une des plus belles chansons de Barbara. Le texte est d'une beauté absolue avec des images pleines de sensualité. C'est une merveilleuse chanson d’amour où, comme souvent, amour et désespoir sont mêlés. Mais Barbara laisse la porte entr’ouverte. L’autre peut choisir de revenir. C’est la joie de vivre après le mal de vivre. C’est peut-être cela qui, dans son répertoire, marque notre inconscient. L’espoir, tout aussi indicible qu’indispensable, qui nous permet de croire en la vie quand tout semble désespéré.

 

Une autre chanson que j'écoute très souvent est : Mémoire, mémoire, écrite par Barbara pour Lily Passion (le spectacle écrit par Barbara dans les années 80, ndlr) et que Barbara a chanté le soir de la dernière au Châtelet en 1987. C'est un très beau texte sur son parcours d'artiste et son lien avec le public. J'ai d'ailleurs pris quelques phrases de cette chanson comme fil conducteur de l'avant-propos de mon dernier livre.

 

Je pense aussi à Madame (à ne pas confondre avec la pièce Madame) et Parce que je t'aime écrites en 1967, Le minotaure une chanson de 1973. Enfin, John Parker Lee qui se trouve sur son dernier disque enregistré en 1996 et qui dit "Il y a comme ça dans la vie de merveilleux passagers qui croisent nos existences… Qui nous jouent d’étranges musiques... Qui nous tanguent le cœur et l’âme." C'est exactement ce que je ressens à propos de Barbara.

 

 

PdA : Nous avons parlé de l'intégrale, à laquelle vous avez participé. Je rappelle que vous êtes également l'auteur de "Je me souviens... Barbara", ouvrage qui sort ces jours, à l'occasion du quinzième anniversaire de la disparition de l'artiste. Pouvez-vous nous en dire plus ? Qu'a-t-il d'original ? Pourquoi est-il un "must" pour les amateurs de Barbara ? (05/11/12)

 

D.M. : C'est la première fois que j'utilise le "je" pour m'exprimer à propos de Barbara. Un "je" un peu particulier puisque c'est un livre qui s'inspire du procédé littéraire "Je me souviens" popularisé en France par Georges Pérec en 1978. C'est donc avant tout une biographie à la forme originale.

 

Le propos du livre est de restituer les souvenirs épars d’images, d’événements, de faits, d’anecdotes, qui parfois me sont personnels, mais qui ont pu être vécus par d'autres et que j’ai eu envie de partager. Ce qui est important pour moi c'est, à côté des éléments purement biographiques de la vie de Barbara, de faire revivre des moments forts, des instants de beauté, vécus grâce à elle.

 

J’ai pensé que ce livre pourrait, à sa manière, montrer combien Barbara, artiste inoubliable et inoubliée, fait partie de notre vie. J'espère contribuer à faire découvrir son univers à une nouvelle génération, de plus en plus nombreuse à apprécier son œuvre, notamment ceux qui n'ont pas vu Barbara sur scène ; avec mes mots, transmettre des émotions et des sentiments. Être, en quelque sorte, un passeur.

 

 

PdA : Barbara s'en est allée il y a quinze ans, le 24 novembre 1997. Novembre, un mois que, paraît-il, elle détestait... Comment l'avez-vous appris ? Comment était-elle perçue, dans les derniers mois de sa vie ? Comment les a-t-elle vécus ? Quel était son rapport à la mort ?

 

D.M. : J'ai été réveillé par la radio qui, au matin du 25 novembre, annonçait que Barbara avait été hospitalisée. Puis, vers 13 heures, la nouvelle de son décès a été connue. J'étais effondré. J'avais reçu un fax d'elle, plein d'humour, une dizaine de jours auparavant. Je savais qu'elle avait plein de projets et qu'elle rédigeait un livre. Barbara était quelqu'un qui aimait la vie et qui n'était pas du tout morbide. Elle avait d'ailleurs écrit une chanson La mort pour démystifier ce sujet. Beaucoup de ses proches disent avoir beaucoup ri avec elle. C'est l'image d'une femme lumière, qui a aidé beaucoup de gens à vivre, que je garde en moi.

 

 

PdA : Nombre d'artistes ont repris ses chansons après sa mort, sans doute avec conviction, mais sans jamais les vivre comme elle les a vécues. Y'a-t-il malgré tout sur la scène francophone actuelle, parmi les jeunes comme les moins jeunes d'ailleurs, des artistes qui réussissent à vous toucher un peu comme elle vous touche ?

 

D.M. : Compte tenu de la force de ses chansons, il y aurait quelque chose d'incongru à ce que la génération actuelle de la scène francophone ne reprenne pas son répertoire. Barbara a elle même commencé sa carrière en chantant le répertoire d'autres chanteurs, comme Brel et Brassens pour ne citer qu'eux.

 

Je suis touché par les émotions que ceux qui la reprennent sont capables de faire passer en s'appropriant à leur manière les textes et la mélodie. La première fois que j'ai vu Marie Paule Belle reprendre sur scène le répertoire de Barbara cela a été un moment très fort et de grande beauté. On peut avoir un vécu différent et chanter Dis, quand reviendras-tu ?Mon enfanceUne petite cantate de façon tout à fait bouleversante. Je pense à Jean-Louis Aubert , Calogero, Raphaël.

 

Des artistes comme Mathieu Rosaz, Daphné, par exemple, apportent avec leur voix, leur phrasé, quelque chose de nouveau. C'est ce qui me paraît essentiel. Avec eux, les chansons de Barbara traversent le temps.

 

 

Barbara par Didier Millot 2

Collection personnelle de Didier Millot - Barbara à Mogador (1990)

 

 

PdA : Finalement, qu'est-ce qui vous touche chez elle ? Qu'est-ce qui la rend si importante à vos yeux ?

 

D.M. : Pour moi, Barbara est une femme hors du commun. C'est difficile à exprimer. C'est une présence. Un partage d'âme, quelqu'un qui m'apporte du réconfort et qui m'accompagne dans ma vie de tous les jours. Je peux rester des mois sans l'écouter mais elle est quand même là. Avec ma famille très proche, Barbara fait partie des personnes qui sont essentielles à mon équilibre.

 

 

PdA : Qu'a-t-elle apporté à la chanson française ? Quel est l'héritage de Barbara ?

 

D.M. : Comme Piaf ou Gréco, elle a fait une incursion au théâtre et au cinéma. Barbara est une artiste complète. Auteur, compositeur et interprète, elle a su traverser son époque, sans jamais se répéter ni trahir ses choix, projetant un univers personnel où chacun peut retrouver ses combats, ses épreuves, sa propre vérité. Le mélange de texte et de musique qu’elle confectionne en artisan garde au fil du temps sa couleur d’origine. Il existe dans les chansons de Barbara une alchimie dont le secret n’a pas encore été découvert ! Personne n’a réussi à écrire et composer comme elle. C'est pour cela que Barbara reste aussi moderne et continue d'influencer les artistes : écrivains, chanteurs, peintres. Je crois que cela la ferait rire, mais ce n'est pas exagéré de dire que Barbara fait aujourd'hui partie de notre patrimoine.

 

 

PdA : Si vous pouviez lui adresser un message, lui poser une question... ?

 

D.M. : Je lui dirais ces quelques phrases de sa chanson Tu ne te souviendras pas :

 

"Passent les jours, file le temps,

 

S’égrènent les calendriers,

 

Brûle l’été, soufflent les vents,

 

Moi, je ne peux rien oublier."

 

 

PdA : Un message à nos lecteurs ? À quelqu'un en particulier ?

 

D.M. : Un message d'amour : penser à dire et redire "Je t’aime" à ceux que l'on aime.

 

 

PdA : Que peut-on vous souhaiter, Didier Millot ?

 

D.M. : J'espère que ma passion pour l'écriture et pour Barbara est commutative.

 

 

PdA : Un dernier mot ?

 

D.M. : Merci infiniment !

 

 

 

Oui Didier Millot, votre passion est communicative, soyez-en assuré... Merci infiniment pour ce bel entretien à coeur ouvert... Phil Defer

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le site de l'Association Barbara Perlimpinpin

 

L'intégrale Barbara : une femme qui chante

 

"Je me souviens... Barbara" de Didier Millot (dédicacé, jusqu'au 15/11/12)

 

"Je me souviens... Barbara" de Didier Millot (achat en ligne)

 

Le site de Didier Millot

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook

 

Modifications mineures : 13/11/12