Qu'adviendra-t-il des hauts fourneaux de Florange ? Petit récapitulatif... ArcelorMittal, propriétaire du complexe sidérurgique, souhaite se séparer d'une partie de son activité florangeoise, la filière dite "liquide" (production d'acier). Plus de 600 salariés sont concernés. Le groupe tient en revanche à y conserver les activités "aval" (transformation de l'acier), à forte valeur ajoutée. Face à l'émoi suscité par ses plans, la multinationale s'est engagée à observer un délai censé permettre à d'éventuels repreneurs de se manifester. Jusqu'au premier décembre. Des successeurs potentiels, il y en a, dont l'ambitieux projet de captage de CO2 Ulcos, assuré d'obtenir des financements européens. Arnaud Montebourg a évoqué le 28 novembre un repreneur prêt à mettre "400 millions" sur la table. Problème : la portion du site mise en vente ne serait pas, seule, intéressante pour une reprise fructueuse. Le ministre du Redressement productif, qui s'est fortement investi dans ce dossier, a mis les pieds dans le plat. L'idée d'une nationalisation temporaire de l'ensemble de la structure - qui viserait à faciliter l'émergence d'un nouveau pôle privé - fait son chemin. Les syndicats l'approuvent, des politiques d'horizons très variés la voient d'un oeil favorable. À la tête de l'État, on ne l'exclut pas. ArcelorMittal, en revanche, ne l'entend pas de cette oreille, considérant que les activités qu'elles souhaite maintenir sont pleinement "intégrées au reste des activités du groupe en France et en Europe." Quelle sera l'issue de ce bras de fer ? Le volontarisme politique, porté notamment par le président François Hollande, fera-t-il ses preuves ? En filigrane, la seule question qui vaille... : quel avenir pour l'industrie en France ? Le maire de Florange, Monsieur Philippe Tarillon, a accepté de répondre à mes questions, à l'aube d'une semaine cruciale. Je souhaite lui adresser mes remerciements et mes voeux pour une revitalisation de l'économie de sa commune. Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

PHILIPPE TARILLON

Maire de Florange (Moselle)

 

Florange, "ville symbole"

 

Philippe Tarillon

(Photo fournie par Philippe Tarillon)

 

 

Q : 20/11/12

R : 25/11/12

 

 

 

Paroles d'Actu : Bonjour Philippe Tarillon. Qu'aimeriez-vous que nos lecteurs sachent de vous avant d'aller plus loin ?

 

Philippe Tarillon : Que je me suis engagé jeune en politique. Que je suis issu d'un milieu populaire et que je ne l'oublie pas, au delà de mon cursus universitaire (Sciences Po Paris puis l'ENA en 1988). Je suis originaire de ce coin de Moselle et que j'ai souhaité retourner y vivre, plutôt que de "faire carrière".

 

 

Paroles d'Actu : Qu'est-ce qui vous a poussé à vous engager dans la vie de la cité, à adhérer au Parti socialiste ? Quels ont été vos premiers combats ?

 

Philippe Tarillon : Le refus des injustices et aussi la prise de conscience, renforcée durant mon cursus, que notre société est très cloisonnée. Mon premier souvenir politique, c'est la campagne de François Mitterrand en 1974. J'avais moins de 13 ans ! Le plus émouvant : le 10 mai 1981. Mon père pleurait de joie. Pour lui, ça signifiait la retraite à 60 ans.

 

 

Paroles d'Actu : Comment avez-vous réagi à l'annonce de l'élection de François Hollande à la présidence de la République ? Qu'avez-vous ressenti à ce moment-là ?

 

Philippe Tarillon : Une immense joie ! J'ai pensé à mes amis sidérurgistes d'ArcelorMittal. C'est avec eux que j'ai fêté la victoire.

 

 

Paroles d'Actu : Qu'attendez-vous raisonnablement de ce "quinquennat rose" ? Qu'est-ce qui vous fera dire, au printemps 2017, qu'il a été - ou non - réussi ?

 

Philippe Tarillon : Si les engagements pris ont été tenus, si le chômage recule significativement, si la dette a commencé à diminuer, alors Hollande aura servi notre pays.

 

 

Paroles d'Actu : Vous êtes depuis 2001 le maire de Florange, en Moselle. Une ville qui fait figure, comme sa voisine Gandrange, de symbole de la casse industrielle en France, d'une Lorraine post-sidérurgique sinistrée. Quelle est la situation dans votre commune aujourd'hui ?

 

Philippe Tarillon : Oui, une ville symbole d'un combat pour l'industrie, mais aussi une ville qui diversifie son économie, qui change son image de marque (centre culturel la Passerelle par exemple). Pour autant, le chômage ne cesse de monter (402 demandeurs d'emploi en juin 2008, plus de 1000 aujourd'hui !)

 

 

Paroles d'Actu : Êtes-vous optimiste quant à une revitalisation fiable et durable de l'industrie florangeoise ? Je pense notamment à ULCOS, un projet innovant de captation et de stockage du CO2. Quels sont les derniers éléments de ce dossier ? Quels appels souhaiteriez-vous lancer à l'attention des différents acteurs d'influence dans cette affaire ?

 

Philippe Tarillon : Vous avez vu l'initiative commune des élus de toute sensibilité, sous forme d'une lettre ouverte au Président de la République, pour permettre une solution de reprise. Ulcos est désormais classé 1er, c'est très important.

 

 

Paroles d'Actu : Plus généralement, qu'est-ce qui devrait être fait dans notre pays, à tous les niveaux, pour renforcer notre tissu industriel et favoriser l'installation d'entreprises innovantes ?

 

Philippe Tarillon : Travailler sur la compétitivité produit, pas seulement au niveau prix. Nous avons besoin de favoriser le lien innovation-entreprises, l'investissement plutôt que les placements financiers. Ce qui manque à la France, ce sont ces entreprises moyennes qui exportent et choisissent des créneaux porteurs.

 

 

Paroles d'Actu : Florange, je le suggérais tout à l'heure, reste largement associée dans l'esprit des Français à un évènement négativement connoté. Parlez-nous de la Florange qui gagne à être connue, découverte...

 

Philippe Tarillon : Florange, c'est aussi une formidable politique de solidarité, pour l'insertion, les personnes âgées ou les plus démunies. C'est aussi une riche vie associative. Et une référence culturelle avec la Passerelle !

 

 

Paroles d'Actu : Voulez-vous évoquer pour nous votre quotidien de maire ? Les moments de découragement, les moments de joie... Si vous aviez un avis à émettre là-dessus, qu'aimeriez-vous que vos administrés retiennent de vous, au terme de votre mandat ?

 

Philippe Tarillon : Que je ne ménage pas mon temps pour ma ville. Que je sais privilégier l'intérêt général sur les grands dossiers (ArcelorMittal, le port d'Illange). Que je suis un bâtisseur d'idées et de projets. Il y a des moments de découragement quand vous êtes confrontés de plus en plus à l'égoïsme. Mais aussi de grandes satisfactions quand vous avez le sentiment d'avoir été utile.

 

 

Paroles d'Actu : À l'heure où je rédige ce questionnaire s'ouvre le Congrès des Maires de France. Quel est, en tant qu'élu local, votre message au législateur, au gouvernement ?

 

Philippe Tarillon : Qu'il clarifie les responsabilités. Qu'il nous laisse travailler, en diminuant l'inflation des normes et en évitant d'accroître le transfert des charges. Qu'il fasse enfin confiance à l'intelligence locale de la France.

 

 

Paroles d'Actu : Vous êtes très actif sur le web, sur Facebook notamment. Que représentent ces nouvelles technologies d'information, de communication à vos yeux ?

 

Philippe Tarillon : Un lien direct avec une partie des citoyens et un formidable moyen de communication, pour faire passer ses idées, échanger, réagir.

 

 

Paroles d'Actu : Que peut-on vous souhaiter pour la suite, Philippe Tarillon ?

 

Philippe Tarillon : La réussite pour ma ville, pour les projets que je porte avec mes équipes à la mairie et au Val de Fensch. Et puis, comme pour tout le monde, une part de bonheur personnel ! 

 

 

Paroles d'Actu : Un mot pour nos lecteurs ?

 

Philippe Tarillon : Merci pour leur intérêt. J'ai été très sensible à la vague de solidarité à l'égard de Florange, devenue un symbole. 

 

 

Paroles d'Actu : Quelque chose à ajouter ? Merci infiniment...

 

Philippe Tarillon : À bientôt sur les réseaux sociaux !

 

 

 

Une nouvelle fois, je vous remercie, Monsieur Tarillon ! Je m'associe évidemment à ces souhaits que vous formulez. Puisse Florange sortir renforcée des événements à venir... Phil Defer

 

 

 

Un commentaire, qu'il soit positif ou négatif, est toujours apprécié...

 

Pour en rédiger un, cliquez ici... Merci !

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le site de Florange

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook