Le secrétaire national de l'UMP (en charge de l'entrepreneuriat des jeunes) et délégué national des Jeunes populaires Jonas Haddad est devenu, je l'en remercie, un habitué de Paroles d'Actu. Il a participé à trois articles avant celui-ci, m'a accordé trois interviews correspondant, chacune, à un moment de la vie de sa formation politique. Il a exprimé avec force ce qu'étaient ses convictions après les défaites de la droite en 2012, s'est clairement engagé en faveur de Jean-François Copé dans le cadre de l'élection à la présidence de l'UMP et a fait, comme d'autres, un premier bilan négatif de la présidence de François Hollande, un an après son investiture.

 

L'UMP bénéficiera-t-elle de l'impopularité record de l'exécutif national pour gagner quelques positions lors des élections locales et européennes qui se tiendront ce printemps ? Chacun l'espère, en tout cas, rue de Vaugirard... Dans ce contexte préélectoral intense, Jonas Haddad a accepté, une nouvelle fois, de répondre à mes questions. Parmi les sujets évoqués : l'entrepreneuriat et la politique économique de François Hollande, l'hypothétique retour de Nicolas Sarkozy et la nouvelle direction des Jeunes pop'... À propos de la branche junior de l'UMP, il affirme - Julien Rochedy ne sera pas forcément d'accord avec lui - qu'elle est aujourd'hui le premier parti jeune de France. Son dernier livre, Droite 2.0 (coécrit avec son camarade Michael Miguères, préfacé par Jean-Pierre Raffarin et publié aux éditions L'Harmattan), vient de sortir, il nous en dit quelques mots, en ouverture de l'entretien... Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche, alias Phil Defer. EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

JONAS HADDAD

 

« La droite doit se reconnecter

aux réalités du pays »

 

Jonas Haddad 2014

(Photo proposée par Jonas Haddad.)

 

Q. : 13/02/14 ; R. : 19/02/14

  

Paroles d'Actu : Bonjour Jonas Haddad. L'été dernier, vous avez fait parvenir à Nicolas Sarkozy, qui vous a reçu en privé, une note sur la notion de « progrès », une thématique à laquelle vous avez consacré un livre, Droite 2.0, cosigné avec Michael Miguères... Pouvez-vous nous en dire davantage à propos de cet ouvrage ?

 

Jonas Haddad : C'est un ouvrage qui a nécessité deux ans de travail, mais qui se fonde surtout sur un constat implacable, issu de nos réunions dans toute la France : si la gauche est intégralement décrédibilisée, toute une frange de la population ne voit pas dans la droite une alternative innovante. C'est une condition sine qua non à tout retour au pouvoir que de remettre notre logiciel idéologique à jour.

 

L'objectif de ce livre est de redonner des boussoles claires à la droite, le « progrès » et le « patriotisme », pour qu'elle soit enfin le rempart au déclin de notre pays, qu'elle incarne un espoir pour les jeunes, les entrepreneurs.

 

PdA : Ces derniers mois, je le suggérais à l'instant, Nicolas Sarkozy a multiplié les rencontres avec les « jeunes pousses » les plus en vue de l'UMP, celles en lesquelles il croit pour l'avenir et sur la fidélité desquelles il compte sans doute dans l'optique d'un retour éventuel pour 2017. Voulez-vous nous révéler ce qu'a été la teneur de votre conversation, de ses interrogations ? Quels ont été vos sentiments quant à cet entretien ?

 

J.H. : Notre conversation a d'abord porté sur la France. En me rendant à ce rendez-vous, j'avais beaucoup entendu dans la presse cette conviction des journalistes que Nicolas Sarkozy voulait s'attacher la jeune génération. Sauf qu'une fois rentré dans son bureau, celui d'un président de la République, j'ai sincèrement oublié tout cela. Je ne fais pas partie de ces blasés de la politique et, conscient de l'importance de l'instant, j'ai évoqué tous les sujets qui me semblaient à la hauteur de l'importance du moment.

 

Nous avons évoqué le sort des jeunes générations, leur capacité à croire en l'avenir de la France, comment le pays pouvait redevenir une terre de progrès. Pour le reste, cela tient du privé.

 

PdA : Quelle est votre intime conviction ? Reviendra-t-il sur le devant de la scène ? Le souhaitez-vous, ou bien est-il temps pour l'UMP de passer à autre chose, de favoriser l'émergence de nouvelles idées, de nouvelles têtes ?

 

J.H. : Vous me permettrez de laisser à un ancien président de la République la décision de revenir ou pas. J'ai déjà dit clairement que son retour était souhaitable, et surtout que ce n'était pas incompatible avec l'émergence de nouvelles têtes... La preuve, vous m'avez évoqué parmi les « jeunes pousses » dans votre question précédente.

 

PdA : L'UMP continue tant bien que mal de panser les plaies nées du scrutin calamiteux qu'elle a tenu pour sa présidence au mois de novembre 2012. Des directions collégiales - et pléthoriques - ont été mises en place pour essayer de contenter les deux parties, à la tête du parti et de sa branche junior, les « Jeunes populaires ». Plusieurs jeunes responsables de la Droite sociale de Laurent Wauquiez, présidée par Mickaël Camilleri - pour ne parler que d'eux - ont fait savoir à l'automne dernier qu'ils se sentaient marginalisés, voire, pour certains, sciemment floués par le montage d'alors. La composition du nouveau bureau national transitoire, annoncée il y a quelques jours, semble répondre en partie à ces inquiétudes. Les « Jeunes populaires » sont-ils pour de bon en ordre de bataille ? N'en êtes-vous pas, de facto, le nouveau chef ?

 

J.H. : Je ne partage pas votre pessimisme. Malgré les difficultés de novembre 2012 - qui commencent d'ailleurs à dater, nous sommes en 2014 - nous avons réussi à promouvoir une nouvelle génération qui va partir à la reconquête des territoires avec une foi inébranlable dans nos valeurs, dans notre pays.

 

Quant à moi, je me contente, à la place qui est la mienne, de mettre toute mon énergie au service des Jeunes Populaires qui, au nombre de 20 000, sont aujourd'hui le premier parti jeune de France.

 

PdA : Lors de sa conférence de presse du 14 janvier, le président de la République a affirmé, sans ambiguïté, son appartenance au courant de pensée social-démocrate. Il a dévoilé son intention de procéder à une baisse massive des charges incombant aux entreprises au titre de la politique familiale en échange d'engagements en matière d'embauches. Ces annonces ont été globalement bien accueillies, y compris par certaines personnalités de l'UMP. Ne vont-elles pas, à votre avis, dans le bon sens ?

 

J.H. : Tout ce qui va dans le sens de sortir nos entreprises de l'étranglement provoqué par l'empilement des impôts est positif, si cela produit des emplois. Cependant comment s'enthousiasmer sur un virage sémantique, un débat interne à la gauche sur la ligne à adopter ? Trop de temps a été perdu par ce gouvernement pour se rendre enfin compte des réalités économiques, des besoins profonds du pays.

 

PdA :  L'entrepreneuriat, c'est votre sujet de prédilection au sein de l'UMP et, à l'évidence, l'une des clés maîtresses pour l'avenir de notre économie, de notre pays. Quelles actions d'ordres législatif - budgets compris - et réglementaire devraient, de votre point de vue, être conduites pour favoriser au maximum l'éclosion et le développement d'entreprises en France ?

 

J.H. : Depuis des années, bien avant que ce sujet ne soit à la mode, j'ai rencontré des associations, des entrepreneurs de tous âges pour m'imprégner des aspirations de cette nouvelle économie. J'ai proposé de façon claire de supprimer l'impôt sur les sociétés pour les moins de 25 ans. Ce n'est pas une mesure qui va plomber les finances de la France - déjà bien dégradées. C'est un signal puissant envoyé à tous ces jeunes qui ne croient plus en l'avenir de notre pays, qui pensent que le système est plus porteur d'espoir ailleurs.

 

PdA : Au vu de l'impopularité record de l'exécutif actuel, l'UMP paraît être en mesure d'aborder - au moins sur le papier - les échéances électorales de 2014 (les municipales au mois de mars, les européennes en mai) dans une position relativement favorable. Vous travaillez à titre personnel sur le fond des sujets, nous l'avons vu avec l'entrepreneuriat. Les interventions des différents ténors de votre parti semblent, elles, être riches davantage de critiques que de propositions concrètes ou prospectives. L'UMP, qui a exercé le pouvoir au plan national pendant dix ans, se veut toujours l'alternative naturelle à François Hollande et aux socialistes. Quand aura-t-elle un projet pour la France et les Français ?

 

J.H. : L'UMP décline depuis plusieurs mois des conventions destinés à bâtir un projet alternatif à la société divisée que produit la gauche. Je comprends de votre propos que nous ne sommes pas assez entendus sur les propositions, davantage sur l'opposition. Mais quand un président de la République est au plus bas niveau historique d'adhésion des Français, ces derniers comprendraient-ils qu'on ne dénonce pas, qu'on ne pointe pas toutes les failles du système ?

 

Si l'UMP ne fait pas ce travail d'opposition pied à pied, elle laissera prospérer ceux qui préfèrent la contestation à l'opposition républicaine.

 

PdA : Quelque chose à ajouter ?

 

J.H. : 2013 a été l'année de la société civile, 2014 doit être l'année de la droite 2.0, celle qui se reconnecte aux réalités du pays, à ses aspirations profondes.

 

PdA : Merci !

 

Droite 2

 

 

Et vous, que vous inspirent les propos, les propositions de Jonas Haddad ? Postez vos réponses - et vos réactions - en commentaire ! Nicolas alias Phil Defer

 

 

Vous pouvez retrouver Jonas Haddad...