Souvent, j'ai un peu de mal, avec mes intro. Je peine à trouver l'inspiration qui me permette d'éviter les lourdeurs ou les redites excessives par rapport au corpus de l'interview présentée. Bref... Je commencerai celle-là, tiens, par l'évocation d'une année, la nôtre : 2015. C'est un bon sujet, 2015... Si jeune avec, déjà, tant de vécu ; du très, très sombre... et quelques jolis rayons. Janvier y est propice : permettez-moi de m'associer aux bons vœux qu'à ce jour tout le monde vous a déjà prodigués ; de vous dire aussi que je partage ces pensées que vous avez tous dans un coin de la tête. Et que nous garderons. Ça, c'est fait.

   On reste sur 2015. Sur ce qu'elle aura, à coup sûr, de solaire. Elle sera, pour la scène musicale française, l'année du retour d'une de ses authentiques « grandes », j'ai nommé : Véronique Sanson. Bon, quand je la classe parmi les « grandes », déjà, ça me gêne. Parce que ça réduit d'à peu près 50% le groupe de référence. Le français est ainsi fait. Je sais qu'elle n'aime pas trop ça, les mots anglais qui s'immiscent dans la langue de Molière, mais tant pis. La classer parmi les « grands », ça ferait bizarre. Je remplace, donc, par un « one of the greats » plus shakespearien mais plus neutre, plus englobant bien qu'un brin plus pompeux. Je fais cela, je persiste et signe. Et précise, à ce stade, que je ne fais pas de la lèche. Et que je me suis toujours bien gardé d'être « fan » de qui que ce soit. Mais j'aime cette artiste. J'admire tout autant ses talents évidents d'auteure, de compositrice, d'interprète (chant et musique !). Ces émotions qu'elle sait transmettre comme personne (et dont on sait qu'elles ne sont pas feintes, de sa part) et que je reçois comme avec fort peu d'artistes. Au départ, j'aimais bien le peu que je connaissais d'elle. Des bribes, comme ça. De loin. Puis je me suis offert sa compil', « Petits moments choisis » (dont je recommande l'achat à tout le monde). Et là, le charme a opéré. Pour de bon...

   Plusieurs choses, donc, dans son actualité, en ce début d'année. Dès la fin janvier, elle remontera sur les scènes de province et de Paris (l'Olympia) pour se remémorer, avec ses admirateurs et -trices, ses « années américaines », qui comptent parmi les plus florissantes de sa riche carrière. Gravitent autour de ces spectacles à venir, en attendant la sortie de son nouvel album original, l'édition d'une compilation regroupant le meilleur de ces « années américaines » (Warner, le 2 février) et, surtout, la publication d'un beau livre de référence sur cette époque qui couvre une bonne partie de la décennie 70 (Grasset, le 21 janvier). Ses auteurs ne sont autres que Laurent Calut et Yann Morvan, deux très proches de Véronique Sanson.

   Le présent article, mis en ligne à la veille de l'apparition chez tous les bons libraires de cet ouvrage, se veut un hommage assumé et appuyé à une artiste d'exception, un peu comme le fut mon interview de son ancien manager, Bernard Saint-Paul (juillet 2014). Je remercie Yann Morvan d'avoir accepté, avec beaucoup de gentillesse, de répondre à mes questions ; de m'avoir offert de quoi illustrer ce document. Laurent Calut, pour l'infinie patience dont il a fait preuve à mon égard (c'est promis, Laurent, je ne vous relancerai plus jamais sur cette histoire d'interview). Véronique, enfin (si elle me permet, à ce stade, de l'appeler par son simple prénom). Pour tout ce qu'elle donne. Pour ce qu'elle est... Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche, alias Phil Defer. EXCLU

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

Yann Morvan

« Ce livre, c'est une

déclaration d'amour »

 

Véronique Sanson 1976

V. Sanson, somewhere in California, été 1976. Par Ken Otter.

 

Véronique Sanson, les années américaines

 

Q. : 24/12/14 ; R. : 19/01/15

 

Paroles d'Actu : Bonjour, Yann Morvan. J'aimerais, avant d'aller plus loin, vous demander de vous présenter ; de nous dire tout ce que vous souhaiteriez que nos lecteurs sachent à votre sujet ?

 

Yann Morvan : Bonjour à vous et à tous. Pour aller vite, à côté d’une carrière classique de fonctionnaire, j’ai toujours eu un pied dans la musique. J’en joue modestement en amateur, mais surtout j’ai plaisir à écrire sur la musique, sur la chanson en particulier, et à ce titre, j’ai eu la chance de collaborer à divers festivals, les Francofolies, d’abord, puis les Nuits de Champagne à Troyes, les Muzik’elles à Meaux. J’écrivais de courts textes de présentation des artistes en découverte, jusqu’à des petites conférences sur la carrière des artistes majeurs. Mais hormis quelques piges et fanzines, les seuls travaux que j’ai publiés concernaient Véronique Sanson.

 

PdA : Racontez-nous l'histoire de, précisément, "votre" histoire avec Véronique Sanson, artiste dont il sera évidemment largement question au cours de cette interview ?

 

Y.M. : C’est un peu le conte de fée de l’adolescent fan qui devient petit à petit le confident de celle qu’il admire depuis toujours. J’ai croisé Véronique quand j’étais dans l’équipe des Francofolies à La Rochelle, j’ai eu l’occasion de lui exprimer maintes fois mon admiration, et le courant est vite passé entre nous (enfin, de son côté ! du mien, il était déjà branché depuis longtemps !). Et j’ai eu la chance de pouvoir lui consacrer un petit livre-portrait qui a été publié en 1995, que j’ai écrit sans chercher à l’interroger, avec ce que je savais d’elle, (et tout ce que je ne savais pas à l’époque !). Je lui ai simplement soumis le texte avant publication, elle m’a fait la joie de l’aimer sans réserve, elle qui se reconnaît généralement si peu dans ce qu’on écrit sur elle, et ça a été le début d’une amitié plus solide. Et d’une vraie collaboration, sous diverses formes, qui dure depuis vingt ans.

 

PdA : Vous avez donc coécrit et, ai-je envie de dire, co-composé, avec Laurent Calut, l'ouvrage Les Années américaines, qui paraîtra dès le 21 janvier chez Grasset. Qui a eu l'idée de ce livre, au départ ? Comment vous êtes-vous organisés, et qu'avez-vous entrepris, pour son élaboration ?

 

Y.M. : Laurent est un ami de plus de trente ans, qui connaît Véronique depuis encore plus longtemps que moi, et avec qui j’ai une vraie complicité et un grand plaisir à travailler. Nous sommes un peu les Véronicophiles officiels (et songeons à ouvrir une chaire de Sansonologie à la Sorbonne !).

 

Véronique m’avait demandé en 2007 de superviser le projet de son intégrale, et elle nous a chargés, il y a cinq-six ans, de gérer son site officiel, et plus généralement son image sur internet. Tout naturellement, nous avons commencé alors à classer, organiser, numériser tous les documents, les articles, les photos qu’on pouvait recenser, et surtout toutes ses archives personnelles, qui s’entassaient dans un joyeux désordre. En 2012, nous avons fortement suggéré à Warner de marquer les quarante ans de son premier album (Amoureuse, ndlr) par un réédition anniversaire, puisque nous avions de belles archives sonores rares ou inédites, et pour la période suivante, de 1973 à 1978, la découverte de belles photos inconnues et de ses cahiers manuscrits nous a plutôt dirigés vers l’édition. Là, c’est sa sœur, Violaine, qui est la business-woman de la famille, qui a remué tout Paris pour nous dégoter un contrat, et quand elle nous a annoncé que nous signions chez Grasset, nous nous sommes pincés pour vérifier que nous ne rêvions pas !

 

Ensuite, nous avons avancé parallèlement sur toute l’iconographie : les photos, les manuscrits, et sur le texte. Nous avons obtenu de Grasset une carte blanche totale sur la présentation et la mise en page, qui sont superbes. Je peux le dire sans prétention, puisque c’est Laurent, dont c’est le métier, qui a fait le gros du boulot. Pour le récit, plutôt que de partir de zéro avec Véronique, nous lui avons soumis un premier projet, qui lui a réveillé un flot de souvenirs, et que nous avons donc complété avec elle.

 

Couverture Les années américaines 

 

PdA : Les années américaines de Véronique Sanson s'ouvrent sur une rupture qui s'avérera aussi douloureuse qu'elle fut fracassante : elle quitte Michel Berger pour Stephen Stills (Crosby, Stills, Nash & Young), l'épouse en 1973 et s'envolera bientôt, avec lui, pour les États-Unis.

Sanson a souvent évoqué, après coup, cet épisode et ses choix d'alors; ce double sentiment qui, à côté de la griserie inspirée par ce pays où tout est plus grand, lui est venu très rapidement : sentiment de culpabilité envers Berger - certaines de ses grandes chansons à venir, je pense au Maudit (1973), à Mortelles pensées (1988), porteront la marque de ces remords, de ces regrets difficilement expiables -, sentiment d'avoir  « fait une connerie » avec Stills. Comment vit-elle, au plan personnel, les premiers mois de cette nouvelle vie ?

 

Y.M. : Comme souvent chez Véronique, les sentiments sont extrêmes, violents, et contradictoires. Il y a d’abord une histoire d’amour intense, doublée d’une immense admiration pour Stills, qui est un musicien absolument exceptionnel ; la plongée dans un univers véritablement rock’n roll, avec tous les excès que ça suppose, beaucoup plus proche du caractère profond de Véronique que le milieu parisien bourgeois douillet dans lequel elle évolue jusqu’alors. Elle se retrouve dans un univers artistique formidablement plus excitant que pouvait l’être le milieu de la musique à Paris en 1972, et côtoie des musiciens de génie.

 

Mais le revers de la médaille, avec un personnage comme Stephen, aussi excessif qu’elle, est que l’histoire sentimentale n’est pas pavée de fleurs tous les jours. Berger, dont la folie était toute intérieure, était dans la vie un homme bien plus sage et raisonnable, qui tempérait un peu le caractère bouillant de sa fiancée, et d’une certaine façon la protégeait d’elle-même. Avec Stills, il n’y a plus de garde-fou, il y a même un plus fou qu’elle. Malgré la passion qu’ils ont l’un pour l’autre, et qui les dévore tous les deux, elle éprouve vite un profond sentiment de solitude. Et comme elle n’est pas fière de la lâcheté avec laquelle elle a abandonné Michel, sans oser lui parler, elle nourrit vite ce sentiment de culpabilité qui s’exprime dans ses chansons d’alors.

 

PdA : 1974 : leur fils, Christopher, voit le jour. On le retrouvera, pas beaucoup plus tard, au centre d'une bagarre épique. Le divorce était devenu inévitable ; salutaire, même, au sens premier du terme, pour ce couple qui jamais n'aura cessé de « danser sur des volcans ». Sex, drugs & rock'n'roll, version trash, parfois et, par périodes, à un cheveu des limites du polar : ce fut cela aussi, ses années américaines. Dans quelle mesure diriez-vous de ces expériences, qui couvrent deux bons tiers d'une décennie, qu'elles l'ont transformée ?

 

Y.M. : Encore une fois, elle a vécu le meilleur comme le pire, parfois en même temps, et toujours dans l’excès. Stills n’était pas protecteur comme l’aurait été Berger. Livrée à elle-même, elle n’a plus de limites. Moins couvée, moins soutenue, elle a aussi dû prendre sa carrière en main, et a énormément appris sur le plan professionnel. Le fait de devoir produire seule Le Maudit, son premier album enregistré là-bas, lui a apporté une expérience irremplaçable, un métier, une indépendance, qui serviront la créatrice géniale qu’elle était déjà.

 

PdA : Les lecteurs l'auront bien compris : vous comptez, avec Laurent Calut, parmi les meilleurs "spécialistes" de la vie, de l'oeuvre de Véronique Sanson. Avez-vous fait d'authentiques découvertes à l'occasion de l'élaboration de ce beau livre, Les Années américaines ?

 

Y.M. : Je ne dirais pas que nous avons fait de découverte fondamentale sur un sujet que, vous l’avez gentiment dit, nous commençons à maîtriser depuis un bout de temps ! Mais mille petites choses, oui. Avec Véro, il y a toujours quelque chose à découvrir. C’est plus du côté de l’anecdote, de la petite histoire. Elle a eu une vie tellement intense, elle a traversé tant de choses à une époque de créativité exceptionnelle, et aussi, elle a une mémoire tellement capricieuse, que parfois, lui revenait un détail que simplement, elle-même avait oublié, ou n’avait pas pensé à nous raconter avant. Plus nous avancions dans le récit, plus lui revenaient de souvenirs que nous ne connaissions pas. Mais il y a aussi beaucoup de choses de l’ordre de l’intime qui n’avaient pas leur place dans une publication !

 

PdA : « Ses » années américaines, ce fut surtout, évidemment, de la musique, de la très bonne musique. Elle côtoie, intègre et reprend à son compte des sonorités nouvelles qui, jusque là, ne s'écrivaient pas, ou quasiment pas, en français. Elle mariera bientôt l'ensemble ; les fruits de toutes ces rencontres et découvertes à son goût de la belle chanson française, à ses talents de compositrice.

Je ne citerai que quelques uns des titres de cette période, milieu-fin des années 70. Le Maudit, bien sûr ; Véronique, Bouddha, On m'attend là-bas (Le Maudit, 1974). Vancouver, Redoutable, Étrange comédie (Vancouver, 1976), Bernard's song,  Y'a pas de doute il faut que je m'en aille, Harmonies et, autre pépite méconnue, Les Délires d'Hollywood (Hollywood, 1977). Les sublimes Ma Révérence et Toute une vie sans te voir ; Lerida, Mi-maître, mi-esclave, Pour celle que j'aime (7ème, 1979)...

Quel regard portez-vous sur ces pages de sa carrière, bientôt à l'affiche dans le cadre de son prochain tour de chant ? Qu'est-ce qui, de votre point de vue, les caractérise, musicalement parlant ?

 

Y.M. : Vous me lancez sur un sujet où je suis intarissable, vous avez quatre heures ? ;-) Une grande partie du livre essaie d’analyser son travail, et encore nous sommes-nous surtout focalisés sur les trois premiers albums américains.

 

Disons, pour faire court que cet environnement américain lui a permis d’exprimer pleinement des qualités de compositeure (comme écrivent les Quebécois) qui étaient déjà présentes dans les deux albums précédents. Elle est un cas à peu près unique de synthèse d’influences classique, pop-rock, et latino-américaine. Seul peut-être Jonasz fusionne autant ces trois inspirations. Et quand je parle de synthèse, de fusion, je veux dire qu’on retrouve ces influences au sein d’une même pièce musicale, et non qu’elle peut un jour écrire un blues, le lendemain une bossa, etc. C’est, je crois, ce qui fait la richesse et l’originalité fondamentale de sa musique.

 

Et les Américains lui ont permis d’apprendre et de développer toutes les techniques de l’arrangement, l’écriture des cordes, avec un orchestrateur majeur comme Jimmie Haskell, celle des cuivres avec le fantastique Steve Madaio, qu’elle a d’ailleurs réinvité sur scène pour cette tournée.

 

Vancouver

 

PdA : Comment expliquez-vous, au vu de son talent dans les trois branches du métier d'artiste de musique, au vu de son aptitude à parler, à chanter et à écrire l'anglais, qu'elle n'ait jamais réellement percé à l'étranger, hors-francophonie ? L'a-t-elle simplement voulu ?

 

Y.M. : Vous avez mis le doigt dessus ! Ce qui semblait une évidence pour son entourage et tous les commentateurs, à partir du moment où elle a commencé à écrire en anglais, ne l’a jamais été pour elle. Véronique n’a jamais eu d’autre ambition que de pouvoir s’exprimer à travers la musique, mais l’idée d’une carrière de prestige (et donc de la conquête d’un public international) lui est étrangère. Elle a chanté une fois à Amsterdam, fait un petite tournée en Allemagne, où elle n’a pas eu que des spectateurs francophones, et où la presse germanophone a été assez intéressée. Mais elle n’a jamais vraiment creusé ce sillon.

 

Il était déjà bien compliqué de vivre et de composer aux États-Unis, et de venir tous les ans promouvoir et tourner en France (« On m’attend là-bas ! »), une carrière américaine lui aurait mangé le peu de temps qu’il lui restait pour vivre. Et elle savait avec beaucoup de lucidité qu’elle avait peu de chance de percer dans un pays où il y a déjà tellement de candidats, et si peu d’écoute pour ce qui viendrait de l’étranger. Quand on lui a suggéré quelques idées de marketing dans la composition, un adaptateur plus formaté pour ses textes, elle a définitivement compris que si en plus, elle devait abandonner une part de sa liberté de création, il n’y avait rien à espérer d’une tentative de carrière anglophone.

 

PdA : Cette question sera liée à la précédente. J'ai 29 ans et n'ai donc pas connu les périodes les plus fastes de son parcours musical et médiatique. Mais une chose, tout de même, me frappe : il me semble que les radios, les télés, le grand public lui-même tendent à la négliger un peu ; à ne pas la considérer tout à fait comme elle mériterait, à mon avis, de l'être. Pas volontairement, sans doute, mais en grande partie par méconnaissance de son oeuvre : l'erreur récente - et courante - d'Anne-Sophie Lapix à propos de M. Berger qui aurait écrit et composé des chansons pour V. Sanson est révélateur de cette méconnaissance qui, parfois, frise le malentendu. Est-elle, aujourd'hui encore, reconnue à sa juste valeur, d'après vous ?

 

Y.M. : L’erreur courante (Michel Berger composant pour Véronique) tient plus à l’image de Pygmalion de Berger, à ses chansons pour France Gall ou Françoise Hardy, qu’à une méconnaissance de Véronique. Et, bien sûr, la gémellité de leur inspiration musicale rend l’erreur très pardonnable.

 

Quant à l’importance de la place de Véronique dans le paysage musical français, j’ai la sensation que c’est vraiment en train de changer depuis quelques années. Elle a été au top pendant trois décennies, avec une vraie nouvelle génération dans les années 90, après Rien que de l’eau, puis sa carrière a continué sur ce socle d’admirateurs sans réel renouveau dans les années 2000. Mais il y a aujourd’hui une vraie redécouverte par les plus jeunes (pensez à Jay-Z ou à Tout ce qui brille), et surtout, toute une jeune génération de musiciennes qui témoigne de l’influence primordiale qu’elle a eue, et du modèle qu’elle représente pour toutes les filles qui font aujourd’hui de la musique. Il y a bien sûr eu le très beau travail de Jeanne Cherhal sur Amoureuse, mais des voix aussi variées que celles de Zaz, Nolwenn Leroy, Élisa Tovati ou Christine and the Queens font d’elle une figure tutélaire. Et l’énergie que Véronique a aujourd’hui, où elle apparaît dans une forme éblouissante après quelques années plus difficiles, et des événements comme cette tournée « Années américaines » devraient encore consolider ce travail de reconnaissance. Et notre livre, qui revient sur sa période « pop-star », espère bien modestement y contribuer !

 

PdA : Quelles sont, parmi toutes ses chansons, celles que vous préférez ; celles dont vous estimez qu'elles mériteraient d'être (re)découvertes - et que vous aimeriez voir dans un prochain setlist ?

 

Y.M. : C’est typiquement la question que vous pourriez me poser dix fois avec dix réponses différentes. Tellement dur de choisir. J’irais vers des chansons de cette période qui n’ont pas été chantées depuis trente ans, même si celles qui sont restées plus longtemps dans les set-lists sont toutes aussi bonnes. Mais je me réjouis à l’idée que (sans doute, elle est encore en pleine préparation), les plus jeunes pourraient avoir la chance d’entendre en scène Bouddha, pour laquelle j’ai toujours eu un gros faible, Étrange comédie ou Ma musique s’en va.

 

Véronique et Yann 

V. Sanson et Y. Morvan, 1995.

 

PdA : Citations, première :  « Qui prétendrait la connaître perdrait sa dernière chemise à parier sur ce qu'elle lui réserve dans l'heure qui suit. » Elle est de vous. Sur elle, of course. Pour l'avoir approchée, étudiée, qu'avez-vous appris d'elle et sur elle ? Quelle image de Véronique Sanson vous êtes-vous forgée ?

 

Y.M. : Je vais encore vous répondre : « Comment vous dire en quelques mots ce que j’ai déjà mis trois livres à essayer d’exprimer ! ». J’aime cette phrase que Julien Clerc a énoncée à l’occasion d’un récent duo à la télé : « Elle n’est que Musique ». C’est fondamentalement une artiste, pas une vedette. Elle paraît avoir une vie tout à fait ordinaire, elle est très abordable dans la vie, et en même temps, elle a une telle liberté, un tel refus des contraintes, que rien de ce qu’elle fait n’est tout à fait « normal ».

 

PdA : Citations, seconde et dernière (parce qu'il va falloir penser à conclure !) : « Rencontrer Véronique, c'est forcément l'aimer d'amour. Intensément. » Ces mots en disent long sur l'affection que vous lui portez. Elle s'apprête à remonter sur scène, à sortir un nouvel opus. 2015 sera l'année de son retour. Y a-t-il un message que vous aimeriez lui adresser ?

 

Y.M. : Je crois que ce livre, comme tous les travaux, petits et grands, que j’ai pu lui consacrer, est d’abord une déclaration d’amour. Et je suis sûr que c’est la même chose pour Laurent Calut. Une déclaration d’amour publique, il n’y a rien à ajouter à ça.

 

PdA : Quels sont vos projets, Yann Morvan ?

 

Y.M. : Je vis désormais le plus clair de mon temps sur une plage mexicaine, que j’ai quittée quelques jours pour accompagner la sortie du livre, et surtout, aller applaudir Véro à l’Olympia. Je continue à faire de la musique en amateur, et à gérer le site officiel de Véronique. Je n’ai pas d’autres projets pour l’instant, mais rien ne dit qu’une autre aventure ne surgira pas bientôt. Avec elle, bien sûr. On est monomaniaque obsessionnel ou on ne l’est pas.

 

PdA : Un dernier mot ?

 

Y.M. : J’espère sincèrement que les lecteurs de ce livre, s’ils ne sont pas déjà mordus, tomberont comme nous sous le charme de cette artiste unique, et surtout, qu’ils se presseront nombreux dans les salles.

 

Il faut voir Véronique Sanson en concert, elle n’est jamais plus vraie et plus belle que sur scène. On en sort toujours un peu transformé.

 

PdA : Merci infiniment...

 

Y.M. : Merci beaucoup à vous, Nicolas.

 

Photo de groupe

Y. Morvan, V. Sanson, L. Calut, juin 2014. Par Julien Tricard.

 

Une réaction, un commentaire ?

 

 

Pour aller plus loin...