« Janvier 2025. La période est propice aux échanges de bons vœux, aux projections ; les rétrospectives, on nous les sert plutôt en fin d'année, en général. C'est pourtant à cet exercice particulier que j'ai choisi de convier nos invités. Au moment du "massacre de Charlie Hebdo", événement que l'on commémore, ces jours, à l'occasion de son dixième anniversaire et qui, à l'époque, avait chamboulé tout un pays, eux étaient, déjà, en dépit de leur jeune âge, des citoyens résolument engagés dans la vie de la cité. C'est avec ces yeux-là ; acteurs parfois, spectateurs souvent, qu'ils ont vécu ces dix années marquantes. Chacun d'eux a accepté d'en faire une synthèse et de nous les conter, en exclusivité pour Paroles d'Actu. » Ce projet a été initié à la fin du mois de janvier. Au 27 février, date de parution de l'article, ils étaient huit, parmi celles et ceux sollicités, à m'avoir fait parvenir leur texte. Les contributions sont présentées par ordre chronologique de réception. D'autres suivront peut-être. À toutes et tous, pour avoir joué le jeu ou, en tout cas, en avoir manifesté l'intention... merci ! Par Nicolas Roche, alias Phil Defer. EXCLU

 

UNE EXCLUSIVITÉ PAROLES D'ACTU

C'était il y a dix ans : Charlie

Retours sur les années 2015-2025

11 janvier

Illustration : AP/Peter Dejong

 

 

Nous avions tellement raison d'y croire !

Je me souviens de mes quinze ans, campagne de 2007, brevet des collèges et coupe au carré. À l’époque quand on me parlait de l'avenir, quand on me demandait comment je me voyais en 2020, je répondais « morte ». J'étais persuadée de mourir jeune, dans une manif, dans le feu d'une révolution ou dans le chaos d'une guerre civile. Je me voyais en Gavroche moderne, persuadée - je le suis encore - que c’est sans doute la plus belle des morts.

Aujourd'hui nous sommes en 2025, et Dieu que je suis vivante ! Mais il a longtemps fallu agir dans l’urgence, toujours ; toujours se dépêcher d'éveiller les consciences face aux lâchetés dangereuses de nos dirigeants, toujours essayer de sauver des bribes de l'héritage splendide de nos grands-parents. Toujours essayer de ne pas perdre la face devant les générations à venir. « Il n’y a plus d’espoir », nous disaient les cons. Mais nous nous sommes battus, à la sueur de notre Front. Nous avons suivi notre idéal contre vents et marées, et nos efforts ont payé.

Au soir du 1er tour des présidentielles de 2017, nous étions à bout de souffle. Aucun homme ne peut s'imaginer ce que c’est que de militer comme nous l’avons fait durant toutes ces années, et même, je crois qu’aucun militant politique éphémère et de salon comme nous en fournissent la « droâte » et la « gôche » par dizaines ne peut s’imaginer ce dont les militants du Front national sont capables durant une campagne électorale.

Dans ma famille nous militons depuis trois générations, et la réalité des campagnes électorales, laissez-moi vous la conter : on tracte dans le froid, sous la neige et la pluie ; on colle des affiches jusqu'à 7h du matin pour être au boulot ou en cours à 8h (mention spéciale à la présidentielle de 2012…), on se casse la voix sur les banquettes arrière en chantant du Piaf et du Brel, on survit à grands renforts de café et de casseroles de spaghetti, quand on a cinq minutes à perdre on dort à même le sol, entre deux rendez-vous médiatiques on hurle ses tripes sur l’unique militant d’extrême-gauche qui a le mauvais goût de s’interposer sur notre chemin et au final, on va jusqu'à n'avoir absolument plus aucun souci de son apparence, traînant ses cernes et ses bras pleins de colle dans les couloirs de la fac. Et on adore ça.

La campagne de 2017 fut, dans la forme, égale à toutes les autres, si ce n'est que nos adversaires redoublèrent de mauvaise foi et de bassesses, tant ils savaient leurs petits privilèges menacés par notre grandiose ascension. Quant à nous les militants, nous avions perdu cinq kilos et avions des valises sous les yeux, rien n'avait changé à ce niveau-là. Mais l'enjeu, lui, était tout autre : 2017 devait être l'accès au pouvoir de Marine Le Pen. C'était une promesse que nous faisions aux retraités en souffrance, aux mères de famille qui devaient se priver pour élever leurs enfants, aux jeunes qui ne trouvaient pas et pensaient ne jamais trouver d’emploi. C'était une promesse que nous avions faite à la France, la promesse que Jean-Marie Le Pen avait faite en créant le Front national en 1972. Depuis 2015 et les attentats de Charlie Hebdo, tout s'était enchaîné. Les Français laissaient exploser une saine colère qui n'était pas tant dirigée vers les extrémistes religieux que vers nos dirigeants politiques qui nous avaient menés dans cette situation et étaient désormais incapables de nous protéger.

Ce soir du printemps 2017, je m'en souviendrai toute ma vie.

Avec 55% des suffrages exprimés, Marine Le Pen est élue présidente de la République française.

La suite vous la connaissez : comme toujours dans l'Histoire, la France a montré la voie. Partout en Europe, les mouvements patriotes ont connu des poussées spectaculaires et ont pris le pouvoir dans leur pays. En Autriche d'abord, puis en Italie, en Suède, en Grande-Bretagne. Je ris en me souvenant de l’argument des non-spécialistes politiques des années 2010 : « Si vous êtes élue, Madame Le Pen, la France sera en autarcie, isolée des autres pays de l'UE. » La réalité c'est qu'au contraire, nous avons montré la voie de l'affranchissement et entraîné avec nous tous nos compatriotes européens à se libérer du carcan imposés par les banksters de Bruxelles. Pauvres « spécialistes politiques », ils ont toujours tort avant tout le monde.

Jean-Marie Le Pen rit encore à gorge déployée, du haut de ses quatre vingt dix-sept ans, en se réécoutant les analyses politiques foireuses des Aphatie, Duhamel et autres.

Aujourd'hui je n'ai pas peur de le dire : Marine nous a fait relever la tête. Nous contrôlons nos frontières. Nous produisons et consommons français. Nous créons de l'emploi. Ça ne tenait à pas grand-chose de relancer ce cercle vertueux - du courage, peut-être ?

Quand je dis aujourd'hui à mes enfants qu'il y a dix ans encore, on pouvait acheter des habits fabriqués en Asie par des petits gamins de leur âge, ils croient que je me fiche d'eux.

D'ailleurs, en parlant de mes enfants, je crois que c’est là ma plus grande fierté : pouvoir me dire chaque matin en me levant que j'aurai permis un peu, à ma façon, de leur offrir l’avenir dont je rêvais pour eux. Cette France sublime que jadis quelques escrocs avaient voulu détruire.

 

Julia Abraham

 

« Nous avions tellement raison de nous battre... »

par Julia Abraham, le 4 février 2015

 

 

 

Janvier 2015, comme cela semble loin maintenant... Dix ans ont passé, mais les plaies ouvertes par les attentats de Paris ne sont toujours pas refermées. Ouvertes certes, mais en train de suturer. L'arsenal antiterroriste s'est fait plus efficace, a permis des arrestations en amont, a évité d'autres drames et rassuré la population. Évidemment, l'émotion populaire qui avait suivi ces événements a mis en lumière le besoin toujours plus criant d'une parole laïque forte. Il ne s'agissait pas de punir l'islam, d’œuvrer comme certains à maintenir des amalgames mais à appeler les choses par leur nom et de reconnaître que si la grande majorité des musulmans de France aspiraient à la paix sociale et n'étaient pas bien différents d'un juif ou d'un catholique, les discours vengeurs et fanatiques de certains prêcheurs islamistes étaient bien la source du problème. Il n'était plus permis de fermer les yeux.

Pendant dix ans, le monde a continué à s'embraser. La Syrie, la Libye et l'Irak sont soit des champs de ruines, soit des pays en état de mort clinique. Les minorités religieuses ont fui, l'État islamique, pourtant pourchassé, contrôle toujours une partie du Moyen-Orient. Il n'est plus question là-bas de tolérance religieuse. Les chrétiens qui sont restés se sont fait massacrer, le conflit israélo-palestinien n'est toujours pas réglé et les régimes militaires succèdent dans cette région du monde aux dictatures religieuses. Les haines se cristallisent et la sortie du tunnel semble bien loin. Bien sûr, le paysan d'Irak ou le maraîcher du Pakistan est aussi la victime de ces barbares, à qui l'on renie le droit de vote, pille les richesses et impose une loi religieuse insoutenable. Tout comme dix années plus tôt, les musulmans restent les premières victimes de l'islam radical.

La France a pourtant pris le problème a bras le corps. Et si François Hollande n'a pas été réélu en 2017, son successeur a poursuivi son travail, qui faisait globalement consensus dans la communauté nationale. Des mosquées ont été construites afin que les musulmans n'aient plus à prier dans la rue. Pas des bâtiments massifs, avec de fiers minarets, mais des édifices discrets, s'acclimatant parfaitement à l'urbanisme. Les règles de financement de ces bâtiments ont été durcies, et il n'est dorénavant plus possible que des théocraties étrangères financent la construction de ces édifices. Les imams, désormais tous français et formés à l'université, se réunissent régulièrement, comme le font les catholiques avec leur conférence des évêques. S'ils ne sont pas littéralement "excommuniés", les prêcheurs de haine sont désormais interdits d'exercice. De nombreuses initiatives œcuméniques ont vu le jour, mêlant lors de rassemblements religieux importants pour les trois monothéismes, musulmans, chrétiens et juifs. La déchéance de nationalité pour les binationaux et la privation de droits civiques des intégristes religieux, appliquées avec sévérité, ont permis de réduire drastiquement le nombre de fanatiques. De nouvelles prisons ont été construites, où les islamistes sont désormais placés à l'isolement, seuls, empêchant ainsi de propager leur haine et de faire des émules.

Un véritable plan de rénovation urbaine a été mené dans les banlieues. Les yeux se sont ouverts : s'il n'est plus permis d'expliquer la radicalisation par des causes uniquement économiques et sociales, il a été admis que celles-ci participaient à les accentuer. Les grands ensemble urbains des années 1960 ont tous été détruits, laissant place à des immeubles de faible hauteur ou à des pavillons accessibles financièrement. Une politique de tolérance zéro au niveau de l'insécurité a été mise en place, partant du principe que la petite incivilité amène la grande. Les trafics de drogue ont été stoppés, les caches d'armes démantelées et il fait désormais bon vivre en Seine-Saint-Denis. Les maires communistes, qui avaient laissé filer les problèmes par aveuglement et laxisme pendant des décennies ont été au fur et à mesure remplacés par des élus responsables, ne tolérant plus l'imbrication du religieux dans la sphère publique.

Le retour d'un programme scolaire fort, mettant l'accent sur les fondamentaux, un apprentissage constant des valeurs républicaines et un certain récit historique ont participé à rendre d'anciens jeunes désœuvrés fiers de leur pays, tout comme leur pays était fier d'eux : le service civique obligatoire, mêlant adolescents des beaux quartiers et enfants des cités a porté ses fruits, et il n'est pas rare de croiser dans des associations, pendant les six mois de mission, un gosse de grand patron en train de travailler avec un gamin de banlieue. Les cérémonies patriotiques sont devenues une habitude, et il est commun, comme dans les villes américaines, de voir des drapeaux français accrochés aux fenêtres.

Désenclavés, les quartiers sensibles désormais proches de nombreux sièges de grandes sociétés ont participé à régler le problème du chômage. Le retour de la croissance, à la suite des réformes du marché du travail et d'une priorité nationale autour des nouveaux métiers (numérique, écologie, services à la personne) ont permis d'embaucher à tour de bras.

Grâce à l'alliance objective d'une amélioration des conditions économiques, d'une rigueur éducative, du choix d'un islam de France et d'une sévérité avec l'islamisme radical, 2025 permet de dresser un bilan positif des années écoulées. Tout le monde se serait bien passé de ces tristes journées qui avaient ensanglanté la France dix ans plus tôt. Mais cela a agi comme une prise de conscience : conscience du danger du djihadisme, nouvelle fierté nationale et surtout attachement des musulmans à la République. Non pas qu'ils aient eu besoin de se justifier, sommés de se désolidariser de fanatiques avec qui ils ne partageaient rien. Non, spontanément, dans les médias, dans les meetings, de nombreuses prises de paroles ont mis en lumière leur amour de la laïcité. Le dicton "À Rome, fais comme les Romains" est désormais employé de manière courante, et cela ne choque même plus de voir des étudiantes musulmanes enlever spontanément leur voile avant d'entrer à l'université, bien que celui-ci y soit toujours autorisé.

Dix ans après ces attentats, le monde reste donc toujours une poudrière, mais la France fait figure d'exemple. Loin du multiculturalisme anglo-saxon qui fracture la société et entretient l'idée qu'il existe plusieurs communautés, la France au contraire fait bloc. Dix ans après, les Français ont à nouveau défilé entre République et Nation, drapeaux au vent, sous le froid hivernal. Ils n'étaient pas chrétiens, juifs, musulmans ou athées ; ils n'étaient pas rabbins, évêques ou imams ; ils ne venaient pas de Neuilly, de Clichy ou de Clermont-Ferrand. Dix ans après, ils étaient tout simplement des Français, unis, fiers de leur pays et déterminés à propager des valeurs de paix contre la barbarie religieuse.

 

Adrien Delaporte

 

« 2015-2025 : chronique d'une prise de conscience »

par Adrien Delaporte, le 6 février 2015

 

 

 

Dix ans déjà. Dix ans que les attentats de Charlie Hebdo ont secoué la France. Dix ans depuis ce séisme et ses quelques répliques un peu partout en Europe. Dix ans que les peuples du vieux continent, soutenus par un collège international, se sont élevés pour défendre la liberté d'expression contre l'obscurantisme barbare...

Dix ans d'oubli.

Les seules traces de ces événements se retrouvent désormais dans les livres d'histoire, dans quelques lois prises à la va-vite en réponse aux attentats (mais dont les décrets d'application n'ont jamais été publiés) et dans nos greniers où s'entassent des dizaines d'exemplaires de Charlie Hebdo post-traumatiques, jamais ouverts, encore moins lus.

Ce constat est sans doute sévère, car nous nous souvenons tous de ce qui s'est passé début 2015, d'où nous étions, de ce que nous faisions quand nous avons appris la nouvelle. Nous savons notre révolte et notre sentiment de fraternité immédiat. Ce souvenir est vif, encore. Mais que vaut un souvenir qui ne trouve pas d'écho dans le présent ? Qui peut dire, aujourd'hui, que sa vie quotidienne est impactée par ce qui s'est passé il y a dix ans ?

Nous avons stagné. Notre capacité de résilience, si souvent admirée, vire à l'amnésie collective dès lors qu'il s'agit de tirer les leçons du passé. La liberté d'expression est aujourd'hui un concept vide de sens plus qu'une réalité, la défiance envers les musulmans (ou assimilés) est aussi vive qu'au début du siècle, et on se demande où est passé le sentiment d'union nationale, revendiqué tant par les citoyens que par les politiques de l'époque.

Cette incapacité à se poser les bonnes question en se reposant sur le passé n'est pas nouvelle. Au XXème siècle, par exemple, l'inventaire de la collaboration n'a jamais été réalisé, ne permettant pas aux générations suivantes de s'identifier à ceux qui avaient aidé les nazis ou fermé les yeux, donc de comprendre et de corriger les mentalités. Plus tard, les révolutionnaires de Mai 68 ont jeté des pavés dans des mares qui en avaient sans doute bien besoin, mais sans s'inquiéter des remous créés et en s'y baignant des années plus tard, faisant les mêmes erreurs (ou des erreurs contraires, c'est pareil) que ceux qu'ils critiquaient alors... Plus près de nous, au début des années 2000, les électeurs continuaient d'élire des présidents de la République leur promettant de creuser la dette française alors que cette dette avait déjà commencer à détruire la société française et qu'un autre candidat à la présidentielle les prévenait du danger désormais décuplé.

Dans le flot de l'Histoire, qui ne nage pas, coule. La France et l'Europe se noient désormais de concert, faute de n'avoir su se remettre en question. Cette noyade est politique, certes, mais surtout citoyenne. Le peuple a, dans une démocratie, le pouvoir et tous ses instruments. C'est finalement lui qui tire les ficelles, lui dont tout dépend, lui qui gouverne. Tout le travail des politiciens et de nombreux médias a été de le lui faire oublier. Or, avec cet oubli, le sens commun s'est perdu, et l'individualisme a pris le pas sur la responsabilité individuelle. Chaque membre de la communauté vit désormais sa vie dans son coin, trop peu conscient de faire partie d'un ensemble, et donc incapable d'en apprendre quoi que ce soit. Dilué dans les mémoires solitaires, Charlie Hebdo n'est plus qu'un soubresaut de l'Histoire, alors que c'était à l'époque un formidable prétexte à un aggiornamento salvateur. Quel gâchis !

Désormais, notre vieux continent n'a jamais semblé autant sur le déclin malgré la tutelle asiatique, et nous n'arrivons plus à faire face au défi écologique. Il devient donc urgent sortir de nous plonger dans notre passé, tous peuples d'Europe confondus, d'ouvrir les yeux et de regarder où nous avons péché. Faire ce devoir d'inventaire et en tirer des leçons sera déjà un bon moyen de sortir la tête de l'eau avant d'espérer reprendre pied.

 

Vincent Fleury

 

« La noyade des autruches »

par Vincent Fleury, le 15 février 2015

 

 

 

Je remercie la rédaction de me donner une nouvelle fois la parole et tiens à renouveler mes souhaits à l'ensemble de l'équipe ainsi qu'à tous ses lecteurs pour la nouvelle année.

Ce dixième anniversaire est l'occasion pour rappeler la nécessité de préserver notre presse, symbole de liberté et de démocratie.

Depuis presque quinze ans que je suis engagé en politique, j'ai pu observer, et parfois, comme beaucoup d'autres, vivre, les changements profonds de notre société et son évolution.

Les attentats de 2015 ont marqué un tournant sévère mais nécessaire dans la manière de faire de la politique, s'agissant notamment de la notion de laïcité. Restée floue et indéfinissable, cette notion a, semble t-il, enfin trouvé sa voie depuis qu'il a été avoué que seule la République devait être laïque - et non le peuple. Les tensions dues à la montée du communautarisme ont malheureusement provoqué un inévitable repli sur soi, une exacerbation des réflexes frisant la haine de l'autre, tout cela sur fond de climat de peur. La montée de l'extrémisme, en France comme en Europe, s'est produite sous nos yeux ébahis sans que nous ne réagissions. Pourtant, depuis les années 90, la seule "solution" apportée a été de marginaliser mordicus le principal parti d'extrême-droite (dont le programme économique se rapproche d'ailleurs dangereusement de celui porté par l'extrême-gauche) ; cela a eu pour effet, comme une réaction naturelle, d'offrir à ses dirigeants un boulevard pour s'imposer comme l'un des partis les plus influents de la scène politique. Ce qui est extrême est pourtant excessif. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles les citoyens se sont éloignés de la politique, au regard de la démagogie aberrante de ces programmes, dont le seul but est le saupoudrage qui tend à donner des espoirs aux gouvernés sans apporter jamais la moindre solution d'avenir crédible.

Ce repli identitaire a montré les limites du « village-monde », relevant la notion restée longtemps tabou de « frontière » qui est pourtant ancrée anthropologiquement dans nos racines. La religion, alors qu'elle lie entre eux des millions d'hommes, fait l'objet de questionnements importants, précipités par les avancées décisives qu'a connues la science, celle qui touche aux origines de la vie en particulier. Les tensions sont exacerbées entre science et religion : la première a sapé dangereusement quelques piliers de la deuxième, ce qui a provoqué de graves troubles. Rappelons-le : la religion est un élément indispensable de cohésion entre les hommes, elle ne peut être écartée au profit de la science. Pour des millions d'êtres, elle représente toujours un idéal commun vers lequel aspirer. À ce propos, nous ne pouvons que nous féliciter de l'apprentissage du fait religieux à l'école de la République, enseignement qui contribue d'ailleurs à aider nos jeunes à une meilleure compréhension de l'Histoire.

S'il est nécessaire de proposer une vraie alternative au projet de l'extrême-droite, c'est aux partis responsables de proposer des solutions d'avenir qui soient bénéfiques pour l'intérêt général et non des réponses aux intérêts particuliers de quelques-uns. La e-citoyenneté, bien que très controversée, est présentée aujourd'hui, avec son avatar le plus connu qu'est la carte d'identité numérique, comme un rempart pour un meilleur contrôle des flux migratoires. Le stockage des fiches citoyennes, longtemps pointé du doigt comme un risque de dérive totalitaire, a semble t-il permis un meilleur contrôle, favorisant en conséquence l'« assimilation républicaine » via le respect accru des normes et des valeurs. Cela dit, les tensions sur le plan éthique restent vives.

La technologie est au cœur du processus d'évolution ; certains parlent de progrès, de résolution des problèmes sociaux. De nombreux logiciels ont, c'est une réalité, permis la réduction des inégalités d'accès à l'éducation.

Malheureusement, la technologie, à l'image de Janus, a un double visage ; elle a entraîné des dérives graves soulevant de nombreuses questions éthiques et juridiques, comme le montre très bien la généralisation des e-bébés. Ce nouveau marché provoque des débats inédits entre « conservateurs » et « progressistes ». Le capitalisme à outrance a son pendant : celui de la libéralisation à outrance où tout se vend, où tout a un prix, même la vie.

La réduction de la mortalité infantile, grâce au développement et à une accessibilité accrue de la médecine, a soulevé des problématiques mondiales qu'on entrevoyait déjà dans les années 2000, dans les « objectifs du millénaire ». Même si l'autosuffisance alimentaire de l'Afrique est atteinte, les conflits autour des denrées et des ressources naturelles sur Terre devront être résolus dès 2030. La démographie est telle que l'aménagement des territoire doit devenir aujourd'hui, ici comme ailleurs, l'un des axes prioritaires des politiques publiques.

 

Pierre-Henri Bovis

 

« Dix années de bouleversements »

par Pierre-Henri Bovis, le 16 février 2015

 

 

  

La stupeur. Le choc. Et, toujours, cette sensation de brûlure interne, sorte de veille traumatique quand je repense au matin où j'appris la nouvelle.

Charlie Hebdo. 

Les visages des collègues de travail, blêmes, douloureux et impuissants, frappés d'effroi mais ne sachant que dire, moi-même, muette, tant les mots paraissaient désuets et inadéquats face à cette tragédie collective que nous étions entrain de vivre. 

La place de la République, ce soir-là, noire de monde sous un vent glacé. Tous ces stylos pointés en l'air, comme un cri général  retentissant dans un ciel lourd.

Et puis le 11 janvier. Ce sentiment de vivre un moment historique. Ce sentiment d'être, plus que jamais, française. Cette fierté d'être là, parmi tant d'autres, résistants. Cette foule qui communiait, parfois en silence, parfois en scandant « Je suis Charlie » à l'unisson. Quelque chose est né ce jour-là, quelque chose de rare et précieux, de presque inespéré, eu égard aux événements et à la situation du pays alors, et nous n'en avions pas encore conscience. Ce n'est que dix ans après, aujourd'hui où nous nous apprêtons à nous rendre à cette marche commémorative, que j'en discerne pleinement l'ampleur.  

Je pose sur mes genoux ma tablette recyclable (eh oui, l'on s'est enfin préoccupé de l'obsolescence programmée de nos objets électroniques, qui l'aurait cru !) sur laquelle je lis le journal et me laisse aller à regarder les gens dans le métro. À côté de moi, une adolescente tapote frénétiquement sur son iPhone 14 en mâchonnant un chewing-gum au goût whisky coca/ginseng et programme l'enclenchement de son aspirateur robot pour 10h30. Je ne peux m'empêcher de sourire en pensant à mes parents qui, lorsque j'avais son âge, m'envoyaient sempiternellement ranger ma chambre d'un air exaspéré. Je programme également mes appareils ménagers, et les progrès de la domotique, je dois l'admettre, sont un réel gain de temps. En face de moi, un couple discute, une petite fille se tenant sagement sur les genoux de son père. Son regard croise le mien et elle me lance d'un ton fier dans lequel je décèle une pointe de frime : « Ce soir ce sera mon premier match ! ». « Ah oui ? Et tu pratiques quel sport, dis-moi ? » « Le roller derby ! », m'annonce-t-elle joyeusement. « Oh, c'est amusant, j'en ai fait moi aussi ! Mais quand j'avais ton âge, ça n'existait pas en France ». Elle me dévisage avec de grands yeux, et j'ai soudain la sensation, pas tellement agréable, il faut bien le dire, d'être reléguée dans la catégorie des brontosaures. « Ah ouiiiii, et même que vous écoutiez de la musique sur des CD !!! » ajoute-t-elle en partant d'un grand éclat de rire, probablement dû à l'imagination de cette scène qui doit lui paraître ubuesque. « Ça ne fait pas si longtemps que ça hein », tempère gentiment son second papa, tentant (vainement) de me faire oublier qu'une bonne partie des choses qui configuraient mon quotidien lorsque j'avais son âge sont aujourd'hui soit totalement obsolètes, soit d'un has been achevé.

Devant nous, se tenant à la barre, un jeune homme m'adresse un signe de tête et un sourire timide. Où l'ai-je donc rencontré ? Ah oui, c'est un petit nouveau de ma section, Gaëtan je crois. Le PS, qui, il y'a dix ans, disons-le sans langue de bois, se débattait avec lui-même, s'est depuis transformé et renouvelé. L'on voit aujourd'hui beaucoup plus de jeunes qui s'intéressent à la politique et aux enjeux de citoyenneté. J'en compte d'ailleurs bon nombre dans mon conseil de quartier, là où, à l'époque, ceux-ci avaient, c'est le moins qu'on puisse dire, des allures de club du 3e âge.

Je crois qu'il y'a une chose très forte qu'a induit cette marche du 11 janvier : la réalisation de la puissance du collectif, du fait que chaque Français était une pierre dans l'édifice et, par conséquent avait un rôle à jouer, une place à prendre. Ce qui en découla fut aussi formidable qu'inattendu, pour les gens qui se souviennent de la situation ambiante de l'époque, oscillant entre désespérance, lassitude, montée des extrêmes et du rejet de l'autre.

La majorité des partis politiques connurent une mutation conséquente, allant parfois du nom - au PS nous avons gardé notre appellation de « Parti socialiste » qui nous paraît toujours adéquate, mais l'ancienne UMP se nomme aujourd'hui l'UPR, « l'Union pour la Rente » (effectivement plus pertinent au regard de leurs propositions actuelles) - à la forme du jeu politique. Les cumuls des mandats (en nombre et dans le temps) n'existent plus et la parité est atteinte (notamment grâce aux actions savamment initiées par le ministère, puis le secrétariat des Droits des femmes). Et puis il y a eu des mouvements de fond : chez les socialistes, nous nous sommes fédérés autour d'une vision majoritaire internationaliste ; de l'action en faveur de l'égalité réelle et son corollaire, le combat contre la rente collective ; de la régulation du capitalisme et d'une transition énergétique à grande échelle. À l'initiative des harmonisations qui ont lieu actuellement en Europe dans bon nombre de domaines, et notamment en termes de fiscalité (ce qui nous a permis de récupérer des capitaux et de les réinjecter ingénieusement dans l'économie réelle), nous avons su, via un réformisme radical, prendre toute notre part au sein de cette réhabilitation du politique qui est en cours et à la construction de la société à laquelle nous aspirons, portée par nos valeurs qui sont celles du progrès social, de l'émancipation des peuples et de la République comme rampe d'accès à l'égalité.

Le FN, dont nous craignions, autour des années 2015, une montée spectaculaire, fut vite démasqué dès qu'intervint le temps de dresser les bilans - calamiteux - de leurs actions à Béziers, Fréjus, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Hayange, le Pontet et autres… Ces villes malheureuses sont désormais reprises en main par divers partis qui ont cependant tous un point commun : un profond respect des valeurs républicaines et autre chose que l'obscurantisme et la démagogie de bas étage comme boussole. 

L'arrêt du métro me tire soudainement de mes pensées - il est vrai que ceux-ci vont beaucoup plus vite qu'il y'a dix ans -, et je réalise que je suis déjà arrivée place de la République et qu'il est temps, encore une fois et pour longtemps j'espère, d'aller marcher aux côtés de mes compatriotes français, avec enthousiasme, détermination et confiance en l'avenir.

 

Stéphanie Vovor

 

« La France retrouvée »

par Stéphanie Vovor, le 18 février 2015

 

 

 

Sa fille, Alma, sauta sur le lit. « Maman, maman ! mon lait ! » Elle attrapa sa fille de six ans et descendit à la cuisine. Arthur était déjà debout, en train de parler avec son père via visioconférence. Il devait être 19h30 là-bas et son mari racontait sa journée avec les réfugiés climatiques.

Elle ne put s'empêcher de sourire. Pour ses enfants, les écrans dématérialisés faisaient partie du quotidien. Pour elle, utiliser un collier intelligent à la place d'un smartphone était toujours une surprise. Voir les gens interagir avec un mur ou leur avant-bras, sur lequel était projeté l'image, l'amusait. Les enfants regardaient leur parents avec de grand yeux lorsqu'ils leur racontaient le monde sans Internet, avec des téléphones fixes énormes dotés de combinés. Sa fille adorait l'histoire de l'avènement « des téléphones sans queue ».

En quelques années, les pays « développés » s'étaient convertis au tout-connecté. Les plus riches se faisaient implanter des micro-puces mesurant leurs constantes médicales. Ils surveillaient leurs enfants grâce à une micro-puce implantée sous leur peau. Du frigo au pot de fleur, l'ensemble de leur maison était connectée : de la notification sur la date de péremption du beurre à celle de la fréquence d'arrosage des plantes, tout y passait. La contraception hormonale était aussi diffusée par micro-puce. De la chirurgie esthétique, on était en phase de passer à la chirurgie bionique, qui permettrait aux aveugles de voir et aux paraplégiques de marcher, mais aussi aux sportifs d'augmenter leurs performances discrètement. Les gens n'avaient jamais autant été dépendants de la technologie.

- Maman, maman, est-ce que je peux mettre du chocolat dans mon lait, aujourd'hui ?

- Oui, ma chérie.

Depuis qu'elle avait expliqué à sa fille les problèmes de pénurie qui menaçait le cacao et faisait monter les prix, Alma se tracassait pour cette gourmandise qu'elle adorait.

Une inquiétude maternelle transparut sur son visage. Elle trouvait ses enfants beaucoup trop sérieux pour leur âge. Peut-être que son mari et elle leur parlaient trop des combats qu'ils avaient menés. Peut-être qu'ils étaient nés à une mauvaise époque. Les périodes de transition étaient souvent les plus violentes. Quoi qu'il en soit, elle se sentait responsable.

Elle prépara le bol de ses enfants et appela son fils : « Chéri, il est tard, viens manger avec ta soeur... »

Elle en profita pour dire bonjour à son mari. Il était tendu. Voir la misère des gens aggravée par l'inaction des gouvernements le révoltait profondément. En plus de la douleur de devoir partir, des milliers de personnes se retrouvaient sans endroit où aller. Les États voisins faisaient leur maximum pour filtrer les demandes de visas. La communauté internationale, incapable de mettre en oeuvre les décisions prises à Paris pendant la COP21, commençait seulement à prendre la mesure de la crise écologique, y compris en France.

- Tes articles ont bien été publiés par Le Monde, mon amour. Ils sont bons. 

- Merci. Je suis épuisé. C'est si dur ici…

- Comment ça se passe pour les habitants ?

- Les îles voisines, qui sont également touchées par le dérèglement climatique, ne veulent pas accueillir les migrants. La France fait de grands discours mais elle a accordé très peu de visas via la Nouvelle-Calédonie ou Wallis-et-Futuna. Des familles ont été séparées entre Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Calédonie et Papouasie-Nouvelle-Guinée… Les gens ne savent plus où aller. Bref, on est en train de fabriquer un désastre humain.

- Vu nos gouvernements, cela ne m'étonne pas.

- En effet... La seule bonne nouvelle, c'est que dans soixante-douze heures, je serai auprès de vous.

- Tu nous manques. J'irai te chercher à la gare, comme prévu.

- Oui… on se recontacte. J'ai rendez-vous avec des journalistes du coin.

- Bonne nuit mon amour.

- Bonne journée, mon amour...

Elle se tourna vers ses enfants. Arthur écoutait la radio tout en surveillant sa soeur, qui avait une fâcheuse tendance à laisser tomber la confiture de sa tartine. Elle se dirigea vers Alma et lui dit : « Allez, hop, on va s'habilller ma chérie ! ». Elle avait préparé sa tenue la veille et laissa donc sa fille s'habiller. Elle-même revêtit ses vêtements de travail. Elle s'occupait de la micro-ferme naissante du village.

Après les brossages de dents quotidien, les bottes et les manteaux, Clémence lança le top départ. Les autres enfants à emmener étaient déjà tous sortis. Sa grande pote, Aline, la charia : « Oh la la, mais c'est que la conductrice est presque à l'heure, aujourd'hui ! Que se passe-t-il ? »

Elle rigola. «  Allez, les enfants, tous dans le minibus. C'est parti pour l'école. »

- Tu peux aller retirer mon colis au point relais, s'il te plaît ?

- Bien sûr. Je serai à la ferme ensuite, jusqu'à la fin de l'école. T'es pas trop pressée pour ton colis ?

- Non, c'est de la vaisselle.

- Ok, à tout à l'heure.

- Travaille bien.

- Oui, toi aussi.

Elle embarqua les enfants et les conduisit à l'école. Elle passa par le point relais et récupéra le colis puis reprit la direction du village. Un reflet du soleil avait percé les nuages et illuminait une partie de la montagne. Elle repensa aux événements qui l'avait conduite à cet instant, sur cette route de campagne, en ce mois de novembre 2024.

Paradoxalement, la clé de voûte de ce changement de vie était le progrès technologique. Face au tout-connecté, face à la surconsommation, face à la pollution, face aux ghettos de riches qu'étaient devenues les grandes villes, une frange de la population avait choisi de revenir vivre à la campagne. On assistait à un mouvement de décentralisation, portée non pas par les plus aisés mais par ceux dotés d'un capital culturel ou manuel. À l'exode rural du XIXe siècle se succédait l'exode urbain du XXIe siècle. La multiplication des puces et des robots, ainsi que le début du transhumanisme, qui avaient pour vision de soustraire par les sciences et la technologie toute imperfection à l'être humain, avaient apporté leur lot d'angoisse et d'interrogations éthiques. Certains avaient refusé la manipulation génétique des embryons, l'implantation de micropuces partout et pour tout. "Les sans fils", comme on les appelait, avaient progressivement décidé de revenir à la nature. Clémence était fière d'être l'une d'entre eux.

Ce retour à la nature avait été favorisé par une des seules lois sociales des dix dernières années. Celle-ci avait abaissé la durée légale du temps de travail. Les politiques s'étaient, difficilement, rendu à l'évidence : avec la robotisation, il n'y avait pas assez de travail pour tous, il fallait le partager. Le télétravail s'était alors démocratisé ainsi que les mini-espaces de coworking où des graphistes, consultants et artisans se côtoyaient. Certains faisaient le choix de changer de carrière et s'occupaient d'épiceries locales sans emballages, de micro-fermes, de loisirs itinérants, d'éco-construction... À partir du moment où il y avait une connection internet performante et un axe de transport efficace vers une des dix premières villes de France, les campagnes et petites villes se repeuplaient petit à petit.

Clémence avait toujours voulu quitter Paris. Mais elle n'imaginait pas déménager à la campagne : les insectes, l'ennui, prendre sa voiture constamment, les longues soirée d'hiver et la monotonie du paysage lui faisaient peur. Et puis, par hasard, avec son amie Aline, elle s'était retrouvée dans un hameau participatif en plein hiver. Elles avaient apprécié l'atmosphère… et construit leur projet. Il avait fallu convaincre. Le climat les avait aidés. Plusieurs canicules, en 2017, 2019 et 2020, avaient fait de la capitale un espace irrespirable pour les enfants et les seniors.

Après pas mal de recherches (et un peu d'économies), elles avaient finalement trouvé un terrain immense, pas cher, aux abords d'un village pas trop loin de la ligne de train Paris-Clermont. Le projet avait rassemblé six familles à la sensibilité écolo. Aménagé par un architecte qui avait su préserver leur intimité respective, les familles partageaient un grand jardin, une salle de jeu et de détente, trois chambres d'ami ainsi qu'un atelier et un garage. Les maisons étaient toutes à énergie positive, de petite taille, bien agencées et lumineuses. L'isolation était primordiale du fait des nouvelles amplitudes de température qui affectaient la France. Les familles mutualisaient une solide connection à Internet, un immense sèche-linge et faisaient du covoiturage. Au milieu du village, l'ex-attachée de presse du groupe avait ouvert un espace bar/épicerie/petit resto/co-working qui permettait de mélanger autochtones et néo-ruraux. L'objectif du village étaient maintenant d'attirer du personnel médical.

Clémence bifurqua à l'entrée du village et se gara à côté de la petite cabane où elle entreposait ses outils. La micro-ferme, qu'elle bâtissait selon les principes de la permaculture, commençait à prendre forme. Avant de travailler sous serre non-chauffée, elle parcourut le jardin pour voir si son plan d'optimisation de l'eau fonctionnait et nota les correction à apporter. Elle fit le tour des buttes, vérifia l'état des plantes et des arbres qu'elle avait plantés avant l'hiver et ramassa les courges mûres.

Prise d'une envie subite, elle leva les yeux au ciel, comme lorsque sa mère lui disait que la pluie était bonne pour la peau, et sourit. Elle se sentait heureuse.

 

Clarisse Heusquin

 

« Les Sans-fils »

par Clarisse Heusquin, le 18 février 2015

 

 

  

7 janvier 2025. Comme dix ans auparavant, ils marchent. Le soleil aveuglant du nord réchauffe leur visage fouetté par le vent glacial qui souffle dans le port de Boulogne-sur-Mer. Marins, pêcheurs, poissonniers, habitants, promeneurs, tout le monde est là autour. Ils avancent main dans la main dans le tumulte du marché au poisson bondé, grisés par l'odeur de poissons ruisselants que l'on nomme la breule, par là-bas. Personne ne se retourne sur leur passage. Aucun murmure à l'oreille d'un éventuel compagnon de promenade. Pas d'injure. Plus de honte. Non, rien de tout ça. Uniquement l'immense jetée vers la mer ; le soleil, le vent, et la breule.

Lui est ouvrier, lui est marin. Ils parviennent jusqu'à la plage, bondée elle aussi. L'immensité de la mer devant eux les renvoie à ces années d'invisibilité forcée, de double vie, de mensonges. Ce que Didier Eribon décrivait comme le « ghetto mental » [1] dans lequel les homosexuels, astreints à l'invisibilité et à l'espace privé, étaient enfermés depuis toujours, est en phase d'explosion. Les portes et fenêtres sont désormais grandes ouvertes et le vacarme des vagues s'écrasant contre les digues qui entourent le vieux phare leur rappelle le chemin parcouru depuis toutes ces années.

Tout commença à Paris. Comment aurait-il pu en être autrement, tant cette capitale est un symbole rayonnant d'une infinie liberté de pouvoir vivre sa vie comme on l'entend, qui que l'on soit et d'où que l'on vienne, avec ses lieux de socialisation, sa diversité, ses espaces de liberté sociale, culturelle et sexuelle. Mais Paris a toujours été une ville aux multiples visages, dont les plus sombres pouvaient exercer une violence, une oppression inouïes.

Une période politique morose suivie d'une campagne politique glauque et désintéressée installa aux reines du pays un nouveau chef de l'État élu à bout de souffle avec seulement 20% de suffrages exprimés. Mais c'était suffisant. Ainsi allait la vie politique française, à l'apathie générale. Mode de scrutin et calendrier électoral obligent, le nouveau gouvernement en place disposait d'une (courte) majorité absolue, et la tyrannie de celle-ci ne tarda pas à s'exprimer.

Quelques mois après cette élection, qui semblait ne jamais avoir eu lieu, on vit pointer, dès les premières heures du matin, un soleil rouge comme pour annoncer les prémices d'une journée sanglante. La France, frappée par le chômage, les inégalités, l'exclusion, la déprime, se réveillait comme à son habitude, ivre et sans but. Comme prêchant au milieu d'un infini désert, le Premier ministre annonce par voie de presse, qui ne touchait plus grand monde, qu'il engagera la responsabilité de son gouvernement en usant de l'archaïque article 49-3 de la Constitution (dont il avait demandé sa suppression quelques années auparavant) sur un projet de loi. Peu en avaient entendu parler, beaucoup s'en fichaient pas mal, la plupart même.

Ce fut une déferlante. Fermetures de lieux de socialisation, interdictions d'associations de défense des droits de l'homme, arrêt total des régularisations administratives et des naturalisations, inscription du pays d'origine et obligation de mention de l'orientation sexuelle sur la carte d'identité, retour du crime « d'immoralité » qui avait condamné Oscar Wilde à la prison et à la mort sociale plus d'un siècle auparavant. La légende devint une rumeur. La rumeur devint un bruit qui se répandit comme transporté par le vent, jusque dans les plus petits villages et campagnes de France. Les cris de douleur du pays résonnaient en chacun de nous dans les grondements incessants du ciel. L'identité de la France et sa devise furent piétinées et balancées par le vide-ordures en moins de temps qu'il ne faut pour ne serait-ce que l'imaginer.

En quelques heures, tout était détruit. Il ne resta plus qu'un pâle espoir de sursaut populaire. Et la rue. Mais ils y descendirent. Ils étaient tous là, ou presque. Par milliers. Par dizaines, puis centaines de milliers, puis par millions. Dans chaque ville, chaque village, chaque campagne de France, des foules immenses tinrent rues, boulevards, avenues et impasses, bravant les interdictions et les couvre-feux imposés par le ministre de l'Intérieur. Plus personne n'était là pour les faire respecter d'ailleurs. Policiers, gendarmes et militaires avaient rejoint chômeurs, ouvriers, employés, artisans, agriculteurs cadres, et tous les autres finalement, dans la rue.

Le gouvernement pouvait bien enfoncer à grands coups de pied les portes de toutes les chaînes de télévision en même temps pour s'expliquer, il n'y avait désormais plus personne ni pour regarder, ni pour écouter, ni pour les interroger, d'ailleurs. Ils devaient parler, tremblant, seuls dans de gigantesques studios vides, devant des caméras et des micros éteints. Ou peut-être étaient-ils allumés, personne n'en sut rien.

Le siège du peuple français contre son gouvernement oppresseur dura des mois. La masse finit par s'organiser. Assemblées citoyennes et associations délibératives fleurirent dans tout le pays. Le gouvernement, impuissant, démissionna au bout de quelques mois et une assemblée constituante fut convoquée par le peuple lui-même, le 7 janvier 2019. Pendant plusieurs années, une totale mais tranquille confusion allait régner dans le pays mais qu'importe, nous étions libres. Et la reconquête de la liberté valait bien cette joyeuse confusion.

La nuit tombe sur la plage. Que s'était il réellement passé durant les années qui suivirent cet élan populaire ? Les longues heures de contemplation de la mer, en cet après-midi d'hiver, ne sauraient suffire pour en faire ressurgir les détails. Tout ce que l'on a besoin de nous rappeler à cette heure, c'est que la conquête de la liberté et sa sauvegarde sont des batailles d'une guerre qui ne prendra jamais fin.

Rentrons, il pleut maintenant.

1   p. 156. Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, nouvelle édition revue et corrigée Flammarion, 2012

 

Hugo Hanry

 

« Il ne resta plus qu'un pâle espoir de sursaut populaire... »

par Hugo Hanry, le 19 février 2015

 

 

 

Paris, le 11 janvier 2025. La commémoration du dixième anniversaire de la grande marche républicaine va débuter. Qu'est-ce qui m'a poussé à venir ? Je ne sais pas vraiment. Peut-être l'espoir de retrouver un sentiment qui m'avait traversé ce jour-là, l'impression inédite que des millions d'esprits s'étaient retrouvés. J'avais alors 22 ans. J'avais la conviction que ma génération avait le pouvoir de conquérir son avenir. Ce jour-là, elle s'était renforcée.

Je me suis installé au milieu de la foule rassemblée derrière les barrières dressées pour l'occasion sur la place de la République. De l'autre côté des barrières, le Premier ministre, entouré de plusieurs centaines d'écoliers, s'apprête à lire son discours. Derrière lui, les membres du gouvernement, parfaitement alignés, précèdent une cohorte de personnalités, journalistes, artistes, femmes et hommes politiques de tous les partis, Parti des possibles, la coalition centriste République-Unie... tous à l'exception, cependant, du Front national.

Les images de ce jour du 11 janvier 2015 me revenaient comme des souvenirs lointains. Je cherchais à comprendre. Que s'était-il passé depuis pour que tout cela perde de son sens ?

Commençons par le début. Il y a dix ans, deux millions de personnes étaient rassemblées sur cette même place et dans Paris. quatre millions partout en France. Elles étaient venues honorer la mémoire de Charb, Cabu, Tignous, Wolinsky, Ahmed et tous les autres. Journalistes satiriques, habitants de confession juive ou policiers, ils avaient été assassinés parce qu'ils représentaient tout ce que le fondamentalisme religieux rejette : la liberté d'expression, la liberté de pratiquer un culte différent, la sécurité pour garantir l'accès de chacun à ces libertés.

La Liberté « avec un grand L » avait été attaquée. La vague d'émotion avait largement dépassé les frontières du pays. Peut-être parce que c'est dans ces moments-là qu'il est facile de comprendre son importance. Comprendre que la liberté est ce par quoi l'humanité s'affirme en tant que telle. Mais avec elle, il y a avait surtout la volonté d'ébranler la République, d'affaiblir un modèle de cohésion sociale afin de fragiliser le pays tout entier.

Battre le pavé, montrer que nous étions debout, ensemble, fut alors la réponse qui s'imposait. Ce fut la première, mais ce ne fut pas la seule.

Peu de temps après, des voix dissonantes se firent entendre. Le slogan « Je suis Charlie » avait du mal à se décliner à toutes les personnes. Car la République était aussi synonyme d'exclusion pour une partie de la population. Quel paradoxe ! En défendant la République, nous défendions une conception égalitaire et fraternelle de la communauté nationale ! Car l'histoire de la République française s'était mêlée à une conception de la communauté nationale qui s'opposait au nationalisme racial pour promouvoir un modèle contractuel de la nation. Une conception basée sur la volonté de partager un legs commun de souvenirs et d'appartenir à une communauté de destins, selon les mots du philosophe français Ernest Renan, à la fin du XIXe siècle.

Pour elles, pour eux, la République devait donc devenir une volonté, alors qu'elle était un découragement. « Aimez la France pour qu'elle vous aime en retour » entendaient-ils. Alors même que l'école reproduisait les inégalités déjà existantes à l'extérieur de ses murs, que la police représentait une menace aux yeux des uns, que l'accès à un emploi de qualité n'était qu'un rêve inaccessible pour les autres…

C'est en cela que le 11 janvier 2015 devait marquer une rupture.

Après trois années à attendre que la gauche redevienne synonyme d'espoir, j'y croyais encore. Je n'attendais pas le grand soir. Je savais qu'il était difficile de résoudre sa principale contradiction : celle de résorber les inégalités sans remettre en cause la dynamique libérale d'extension des mécanismes de marchés à l'ensemble de la vie. Dynamique qui ne fonctionne que par le retrait de la puissance publique et la stratégie du moins disant social et environnemental. Mais nous attendions qu'elle donne une place privilégiée à l'audace, aux idées neuves et hétérodoxes.

Vu d'aujourd'hui, le problème était simple : les contraintes imposées par la globalisation économique étaient perçues comme indépassables. La gauche était au ralenti dans la marche du progrès humain parce qu'elle était incapable d'apercevoir le chemin à prendre. Elle marchait dans tous les sens, un coup en avançant par la concrétisation de grands progrès qu'elle avait défendus depuis plusieurs années, à l'image du mariage pour tous ; un coup en reculant sur de grands combats tels que la réduction du temps de travail.

D'abord le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi), vingt milliards pour les entreprises sans contreparties, alors que la disette budgétaire concernait l'ensemble de l'action publique et rendait chaque denier précieux à investir efficacement. Ensuite la loi Macron, pour, notamment, étendre le travail le dimanche. Elle n'était que le début d'une longue remise en cause de la réduction du temps de travail.

Voilà les marqueurs principaux de l'action de la gauche au pouvoir. Ils ne constituent pas l'ensemble de son action, bien des progrès ayant été réalisés à côté. Mais nous nous éloignions dangereusement des rêves et des promesses de la campagne présidentielle.

Cette loi Macron, soit dit en passant, « grande loi du quinquennat » selon certains pour «déverrouiller l'économie française », n'était parvenue qu'à raviver les tensions au sein de la gauche sans abolir les privilèges de la rente ou les corporatismes, ni même créer un seul petit point de croissance. Quel gâchis ! À se demander si l'objectif de Manuel Valls n'était pas de diviser…diviser pour mieux régner. Son score de 5% lors des primaires en 2011, seule consultation démocratique du PS à laquelle il participa, laissaient penser qu'il n'était pas en capacité d'être, dans un futur proche, la figure de tête du Parti socialiste. Il devait dès lors changer le parti. 

Les divisions n'ont cessé de s'accentuer au sein de la gauche, beaucoup dénonçaient la « trahison » du gouvernement vis-à-vis de son électorat, jusqu'à ce que l'union devienne inconcevable. Nous assistions au suicide lent et douloureux du Parti socialiste. Mais ces divisions étaient bien éloignées des préoccupations des Français. Elles paraissaient puériles et intéressées, alors que l'enjeu était bien plus grand.

La gauche du Parti socialiste, à qui l'on adossait facilement l'image de la fronde, ne parvenait pas à être audible alors qu'elle était la seule à chercher à donner du sens au socialisme. En fait, nous aussi étions démunis face aux effets complexes de la globalisation libérale. D'autres discours parlaient au peuple de gauche. Rendez-nous les frontières ! Rendez-nous la monnaie ! Rendez-nous le capitalisme industriel qui permettait les avancées sociales dans le rapport de force avec le capital ! Rendez-nous la société salariale dans laquelle les classes moyennes finissaient par s'épanouir ! 

Nous devions employer notre énergie à penser un modèle alternatif sans nier les contraintes existantes pour l'ancrer dans le réel. Nous devions mettre en réseau ceux qui innovent, qui inventent des méthodes d'action politique plus ouvertes, des modèles d'action publique plus démocratiques, des instruments de solidarité dans les territoires, travailler avec ceux qui pensent des modèles macro-économiques où la prospérité ne passe plus par la possession de biens, où les technologies émergentes permettent d'accroître le bien-être collectif.

Car la crise que nous vivions et que nous vivons encore, s'inscrit dans le temps long. Elle n'est rien d'autre que les conséquences de l'épuisement du système dominant. Le capitalisme avait atteint son apogée en réussissant à faire de l'argent avec de l'argent. La crise ne provient pas du manque de contrôle des institutions capitalistiques mais bien de l'incapacité du capitalisme à se reproduire. Il ne se perpétue que sur des bases fictives de plus en plus précaires. C'est ce que nous a montré la crise de 2008. C'est ce que nous montre aussi l'échec du principe de compensation environnementale qui avait triomphé suite à la Conférence Climat de Paris en novembre 2015. Les marchés éco-systémiques et les systèmes de quotas d'émissions de gaz à effet de serre se sont considérablement développés. Il s'agit de donner un prix à la nature pour la protéger et limiter les émissions de gaz à effets de serre. En réalité il n'en fut rien. Nous comprenons aujourd'hui que les multinationales ont pu ainsi continuer à faire du profit sur son dos. Cela n'a pas permis non plus de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Ce plafond a été jugé clairement inatteignable d'après le dernier rapport du GIEC publié il y a un mois. 

Ce sont finalement les crises des dettes souveraines en Europe qui ont affaibli le plus les valeurs dominantes. Propriété, possession, individualisme…tout cela n'avait plus de sens quand la pauvreté et les inégalités ne cessaient de croître. Aujourd'hui les valeurs d'entraide, de partage et de solidarité gagnent du terrain face aux risques de plus en plus clairs que présentent le dérèglement climatique et l'affaiblissement de l'économie européenne face aux nouvelles puissances (anciennement « émergentes »).

La révolution lente des nouvelles économies, c'est-à-dire le développement en Europe des modèles micro-économiques solidaires y contribua.

Mais tout cela ne fut pas sans peine. L'extrême droite aussi a continué à progresser partout en Europe, en particulier au Sud où les inégalités sont les plus grandes et le désespoir le plus fort. En France, le Front national est devenu le premier parti d'opposition.

Il faut dire que la déflation fut sans précédent à partir de 2016. L'opération de « quantitative easing » de la Banque centrale européenne en 2015, censée réinjecter des liquidités dans l'économie réelle pour contrer la déflation, n'avait suffi qu'à faire monter les prix des actifs pour en faire profiter ceux qui n'en avaient pas vraiment besoin…

Cela dit, la victoire de Syriza en Grèce, également en 2015, avait ouvert la brèche à un discours hétérodoxe assumé au sein du débat européen. La renégociation de la dette grecque, l'assouplissement des règles de stabilité et l'abandon du plafond de l'inflation ont précédé l'augmentation du budget européen sur de nouvelles bases fiscales. Car le regain de la demande intérieure était plus que nécessaire. Les déficits extérieurs des pays européens ne cessaient de se creuser. Les factures énergétiques ont explosé ces cinq dernières années. Après la baisse importante des prix dans un premier temps, liée à la compétition entre l'essor des gaz de schistes et le pétrole, la perspective de plus en plus proche du peak oil et les conflits géopolitiques autour de la zone d'influence russe et au Moyen-Orient ont mené à l'augmentation rapide des prix.

Par ailleurs, les conséquences sociales et environnementales désastreuses de l'exploitation des hydrocarbures de schistes en Pologne et en Espagne surtout, ont obligé l'Europe à investir dans les énergies renouvelables, dans les réseaux pour lisser l'offre énergétique à l'échelle européenne et dans le stockage de l'énergie. L'Europe était considérablement en retard. Certaines nouvelles puissances comme l'Inde avaient réduit par vingt le coût de la fabrication des panneaux solaires entre 2009 et 2020.

Aujourd'hui, nous comprenons que le réalisme a changé de camp. Qu'il ne consiste plus à vouloir gérer ce qui existe mais à imaginer, anticiper et amorcer les transformations fondamentales dont la possibilité est inscrite dans les mutations en cours. 

Il est désormais clair que l'écologie passera par la transformation des rapports sociaux. Le travail ne doit plus être un lieu de pression et de menaces permanentes ou un moyen d'exclusion sociale quand on n'en a pas. Le lieu de vie ne doit pas être trop isolé du lieu de travail et des lieux de distraction pour éviter les modes de vie individualistes. Les institutions ne peuvent plus être des machineries complexes aux yeux des citoyens.

C'est ainsi que la mort prématurée du socialisme français a donné vie à une autre gauche de transformation sociale derrière l'égide du Parti des possibles. Comment cela s'est-il passé ? Le congrès du Parti socialiste de 2015 n'a mené à rien. La majorité n'existait déjà plus avant. Le système des coalitions propre à la Quatrième république renaissait à ce moment-là.

Marine Le Pen est parvenue au second tour face à François Hollande en 2017. L'UMP, affaiblie par les nombreuses affaires pesant sur ses cadres et son président Nicolas Sarkozy, s'est déchirée au moment de ses primaires et s'est dissoute peu de temps après les élections. Le Front national a recueilli une bonne moitié des voix et des élus de l'UMP.

Il aura fallu attendre 2020 pour que soit menée dans la douleur la réforme constitutionnelle que tout le monde attendait. L'abolition de la Cinquième république s'est faite par l'introduction de la proportionnelle à l'Assemblée nationale. Le président de la République a aujourd'hui moins de pouvoirs qu'auparavant.

C'est suite à tout cela que le Parti socialiste se scinda. Les sociaux-libéraux ont choisi de s'allier au MoDem et à l'UDI dans une grande coalition nommée République-Unie, qui prit le pouvoir grâce au mode de scrutin proportionnel.

Le Parti des possibles, coalition de gauche réunissant des anciens socialistes avec des écologistes, des communistes et des anticapitalistes, est devenu le principal parti à gauche. Il est encore très instable.

Je comprends mieux. Nous avions perdu tant de temps, tant de progrès, tant d'espoirs en route. La République n'était restée qu'une incantation. Et notre avenir nous ne l'avions pas conquis. Voilà pourquoi cette cérémonie a perdu de son sens.

Tenant la main de mon fils de cinq ans, je me demandais s'il verrait un jour cette démocratie sociale et écologiste si chère à mon cœur…

 

Lucas Trotouin

 

« Le réalisme a changé de camp »

par Lucas Trotouin, le 21 février 2015

 

Une réaction, un commentaire ?

 Suivez Paroles d'Actu via Facebook et Twitter... MERCI !