Demain et après-demain, les 29 et 30 mai à 21h00, Pascal Légitimus se produira à Bobino pour deux représentations exceptionnelles de son spectacle Alone man show dans lequel il évoque ses origines métissées et se livre comme rarement jusque là. L’an dernier, peu avant la sortie du dernier film des Inconnus, Les trois frères : le retour, il avait répondu avec beaucoup de gentillesse à mes questions pour Paroles d’Actu. J’ai eu envie de renouveler l’exercice cette année, de l’inviter à une nouvelle interview. Une fois de plus, il a pris de son temps, précieux cette semaine, et accepté de jouer le jeu. Ses réponses me sont parvenues le 27 mai, cinq jours à peine après la rédaction des questions. Je l’en remercie, vous souhaite à toutes et à tous une bonne lecture... et vous invite à aller l’applaudir à Bobino ce week-end, il reste des places ! Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche.

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

Pascal Légitimus : « Je n’ai pas à me plaindre :

franchement, quel beau métier... »

 

Alone man show

 

Paroles d'Actu : Bonjour Pascal Légitimus, je suis ravi de vous retrouver pour cette nouvelle interview pour Paroles d’Actu. Votre actu immédiate, c’est Alone man show, votre spectacle sur le métissage, que vous reprenez pour quelques dates en ce mois de mai. Quels traits de caractère pensez-vous avoir reçus de vos héritages antillais (par votre père) et arménien (du côté de votre mère) ? Et à propos d’Arménie, justement, vous avez exprimé il y a peu le souhait de jouer ce spectacle en terre arménienne, avec à l’esprit le centenaire du Génocide. En quoi la conscience de cette tragédie, de cette mémoire a-t-elle contribué, elle aussi, à vous « forger » ?

 

Pascal Légitimus : On est toujours forgé avec les racines de son passé. Les présences, les absences nous forgent. Et tout ce qui nous entoure : les personnes, les odeurs, les images, fortes ou moins fortes, les ressentis, l’éducation, la religion, la nourriture, j’en passe. Tous ces ingrédients formatent un être humain, quel qu’il soit. En l’occurrence, mon arménité, c’est ma partie féminine, et les Caraïbes, la masculine. La douleur, les blessures de ces deux peuples me touchent car elles posent le problème de l’injustice, de la trahison, de la lâcheté, de la bêtise humaine. On touche ici aux notions de liberté, d’égalité, de respect aussi. Tout cela me rend sensible à ces maux.

 

PdA : La question du génocide arménien m’incite à évoquer un autre drame qui, pas très loin dans la région, se déroule sous nos yeux à peu près impuissants : la progression continue des criminels de Daech dans leur marche folle vers l’établissement forcé d’un califat totalitaire et intolérant. J’imagine qu’à au moins trois titres - comme descendant d’Arméniens, comme catholique et comme citoyen - le sort des Chrétiens d’Orient, si précaire en ce moment, ne doit pas vous laisser indifférent...

 

P.L. : Comment peut-on penser que l’exterieur est plus fort que l’interieur; que l’aspect d’un homme, la couleur de sa peau ou sa religion puisse le qualifier comme cible en 2015, à l’âge de l’insémination artificielle... En fait l’Homme n’a pas fait de progrès, ni évolué. Le constat, c’est qu’il est toujours cupide, avide de pouvoir; que son égo dirige encore sa cervelle. Daech, la CIA, la NSA, les hommes politiques et autres dirigeants, les industries agroalimentaire et pharmaceutique, Monsanto, les sectes et les Églises, l’argent-roi des banques et des compagnies d’assurance, etc. sont tous, chacun à leur manière, coresponsables des drames d’aujourd’hui.

 

PdA : Un journaliste vous faisait remarquer récemment qu’avec votre Alone man show, vous parliez étonnamment de vous, vous qui êtes d’ordinaire si discret personnellement. Vous dévoiler, vous confier à un public qui vous aime depuis tant d’années, c’est quelque chose, une envie, un besoin que vous sentez croissants avec le temps ?

 

P.L. : Me dévoiler à cinquante-six ans est important afin que les gens me connaissent davantage, et peut-être un peu plus en profondeur. Derrière l’artiste, il y a l’homme, et avec tous ces journaux people truffés de mensonges et, de surcroît, la télé qui déforme tout, j’ai trouvé quil etait important pour moi de rétablir certaines vérités, y compris pour que la relation que j’ai depuis quarante ans avec le public reste vraie.

 

PdA : Bon, on n’a pas été ultra-légers jusqu’à présent. Je vais tâcher d’y remédier mais d’abord vous poser une vraie question de fond. Je n’aime pas les clichés à trente centimes d’euros, encore moins contribuer à les colporter mais tout de même, les lecteurs ont le droit de savoir : les descendants d’Arméniens sont-ils forcément obligés d’être des inconditionnels d’Aznavour (qu’on salue par ailleurs, il vient de fêter ses 91 printemps) ? ;-)

 

P.L. : Il est un des premiers plénipotentiatres et porteurs de nos racines, son succès rejaillit sur la communauté. Nous avons besoin de référents de qualité; dans beaucoup de domaines, les Arméniens brillent et, avec mon spectacle, mon témoignage humoristique vient ajouter une pierre à l’édifice. Les Arméniens, c’est un peuple courageux, battant, fier et qui relève la tête sans cesse, malgré le déni du gouvernement turc, qui fait comme si rien n’avait existé.

 

PdA : L’an dernier, lors de notre premier entretien, le gros de mes questions avait porté, à la veille de la sortie en salle des Trois frères : le retour, sur la pérennité du succès du premier et la puissance de votre popularité auprès du public. Quelque jours plus tard intervint ce flot de critiques assassines dont on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il a contribué à gâcher vos retrouvailles avec le public. « La critique est aisée, mais l’art est difficile » : on connaît le dicton, les coulisses un peu moins. Vous avez déjà évoqué un peu le sujet mais j’aimerais vous demander, sincèrement, comment vous avez vécu tout cela, tous les trois ?

 

P.L. : Moyennement et, à la fois, on s’en fout car nous avons fait du bien pendant trente-cinq ans et les critiques intello du cinéma nous ont fait beaucoup de mal en une journée par jalousie, médisance, suffisance. Dire que nous sommes de mauvais acteurs, que le film est une succession de sketches et qu’il n’y a pas d’histoire, c’est ridicule; d’ailleurs, quand on compare les critiques qu’avait reçues Les Trois frères en 1995 et celles du retour, ce sont les mêmes ! Alors que dire... Flûte ! zut ! crûte !

 

PdA : Est-ce que, depuis ces moments, vous avez évoqué l’idée de retravailler ensemble, avec Bernard Campan et Didier Bourdon ?

 

P.L. : Ce n’est pas au programme. Tant que nous n’aurons pas une bonne idée, il ne se passera rien, et il faut être motivés tous les trois en même temps... Patience. Sinon, pas grave; chacun vaque à ses occupations personnelles.

 

PdA : On entre dans une zone de turbulences. Les questions risquent d’être un peu décalées ou loufoques. Ouch... on est prévenu... Au mois de mai, traditionnellement, Cannes tient son festival et la Croisette s’amuse. Quels sont les films qui, plus que tous les autres, vous ont marqué dans votre vie jusqu’à présent en tant que spectateur ? Et que vous aimeriez nous inviter à visionner - légalement of course ?

 

P.L. : La Chevauchée fantastique, de John Ford (1939). Les Dix commandements (Cecil B. DeMille, 1955). Collision (Paul Haggis, 2004). Punch-drunk love (Paul Thomas Anderson, 2002). Et la saga du Seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001 à 2003).

 

PdA : Une pièce, un spectacle à voir en ce moment ? (hors le vôtre bien sûr ^^)

 

P.L. : Made in Chollet, de Christelle Chollet. Le spectacle d’Alexandre Astier. Et tous ceux avec Michèle Bernier.

 

PdA : Cette question, j’aime bien la poser et l’ai déjà soumise à certains de vos confrères. Un savant un peu ouf, qu’on appellera Doc’, vient de mettre au point son prototype de machine à voyager dans le temps. Elle fonctionne, sans trop de pépins, ne vous inquiétez pas. Bref. Chacun a droit à un voyage : un aller-retour ou un aller simple, à l’endroit, à l’époque de son choix. En 2012, Jean-François Derec m’avait fait cette réponse : « Début du XXème à Hollywood, les débuts du cinéma burlesque ! Laurel et Hardy, Keaton, Chaplin... » Vous choisissez quoi ?

 

P.L. : Pas celle de l’esclavage en tout cas... La naissance du cinéma, à l’époque de Charlie Chaplin, comme Derec. Les premiers films muets... Et le 18e siecle en France, le siècle des Lumières.

 

PdA : Suite à l’évocation citée plus haut, celle précisément de ces débuts du cinéma qu’il aurait aimé vivre, tout comme vous, Jean-François Derec ajouta la phrase suivante : « Je suis malheureusement né cent ans trop tard ! ». Est-ce que, Pascal Légitimus, vous vous sentez bien dans vos baskets par rapport à la pratique de votre art, à la vie tout court à notre époque ?

 

P.L. : Je suis heureux dans tous les domaines; je fais tout pour et m’arrange pour que mon entourage le soit, c’est ma priorité. Je joins l’utile à l’agréable, et puis, faire rire les gens, les divertir, les émouvoir et, dans la foulée, les faire réflechir un peu, franchement, quel beau métier... Si en plus on peut enrichir son inspecteur des impôts...

 

PdA : Bon, celle-ci, c’est une gourmandise assumée de fan des Trois frères. Vous croisez Bernard Farcy - l’inénarrable Steven - de temps en temps ? Certaines mauvaises langues affirment qu’il aurait pris le melon depuis votre rencontre, on l’aurait même croisé déguisé en De Gaulle. Mais je ne prête pas foi aux rumeurs, cela ne me regarde pas...

 

P.L. : On était en fac ensemble. C’est un bon gars, avec quelques névroses. À part ça, joker. ;-)

 

PdA : Un scoop, une info jamais révélée à aucun journaliste, en exclu pour Paroles d’Actu ?

 

P.L. : Je prépare mon nouveau spectacle. J’ai déjà soixante dates dans toute la France, de janvier à mai 2016, et Paris en octobre. Alors là, ça va faire mal, un rire toutes les quinze secondes... tenez-vous prêts !

 

PdA : Que pouvez-vous nous révéler de vos envies du moment, de vos projets à venir ?

 

P.L. : Je pars en Guyane tourner un long métrage en tant qu’acteur  sur un film d’Antonin Peretjatko, celui qui avait réalisé La Fille du 14 juillet. Un petit tour au festival d’Avignon pour voir des potes jouer. Et ensuite, wakans en famille somewhere...

 

PdA : Que peut-on vous souhaiter, Pascal Légitimus ?

 

P.L. : Que ça dure... avec moins de contraintes absurdes, moins de violence dans le monde... en résumé : faites l’humour, pas la guerre.

 

PdA : Un dernier mot ?

 

P.L. : Youpi !

 

Une réaction, un commentaire ?

 

Vous pouvez retrouver Pascal Légitimus...