Le 28 juin, j’entrepris de composer un nouvel article à « plusieurs voix » visant à donner la parole à des jeunes du Front national, à l’image du document « choral » réalisé en novembre dernier. L’ambiance au sein du parti frontiste a singulièrement changé depuis cette époque pas très lointaine, depuis le congrès de Lyon. Linterview controversée qu’a accordée Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN, à Rivarol au mois davril, a semble-t-il achevé d’exacerber les tensions qui couvaient entre la direction nationale du parti et son fondateur. Début juin, le bureau politique du FN s’est prononcé pour la suppression de la dignité de « président d’honneur » des statuts du parti, une question qui a été soumise, entre autres sujets, au vote-courrier des adhérents. Les résultats de ce référendum interne étaient prévus pour le 10 juillet. « Étaient prévues », puisque la justice, saisie par lui sur la question de la régularité dun tel congrès « postal », a donné raison à Jean-Marie Le Pen et annulé la consultation sous cette forme. La présidente du Front national, Marie Le Pen, a aussitôt interjeté appel de cette décision. Voilà, à cette heure, pour la situation en interne.

La thématique sur laquelle j’ai souhaité interroger quelques membres du Front national de la Jeunesse (FNJ) effleure bien sûr les questions de personnes, omniprésentes dans les esprits. Mais cela va bien plus loin. Je n’y reviens pas ici, la proposition qui leur a été soumise est retranscrite dans les deux derniers paragraphes d’introduction. Le panel retenu n’est pas composé d’après une méthode scientifique. Je me suis refusé à toute synthétisation ou mise en perspective de ces témoignages ; pris bout à bout, ils constituent un reflet dune part de la pensée de jeunes militants du Front national. Car il est bon, je crois, d’écouter et d’entendre ce que disent, ce que veulent ces jeunes du FN auxquels on ne donne finalement que peu la parole. Je remercie celles et ceux  d’entre eux qui ont pris la peine d’au moins répondre à mes sollicitations et, parfois, de m’accorder un peu de leur temps pour élaborer une réponse. Celles et ceux qui, à un moment donné, en ont eu l’envie - ou l’auraient eue dans des circonstances autres que celles du moment ; ces circonstances dont j’ai souvent constaté qu’elles provoquaient chez nombre de jeunes un sentiment réel de malaise.

« La série récente d’escarmouches opposant l’actuelle direction du Front national et le clan resserré de Jean-Marie Le Pen semble participer, au-delà des griefs invoqués de part et d’autre, d’un mouvement plus profond visant la détermination de la doctrine d’un parti qui se veut aux portes du pouvoir. Nonobstant l’évidente différence des stratégies et tactiques adoptées, les divergences fondamentales paraissent réelles entre les tenants d’une ligne souveraino-étatiste relativement modérée sur les questions sociétales, tendance incarnée par Florian Philippot et soutenue pour l’essentiel par Marine Le Pen, et ceux qui se réclament d’une lecture plus traditionnelle de la société et du monde, dont, au premier chef, après son grand-père, la députée Marion Maréchal Le Pen. »

« Vous avez fait du chemin aux côtés du Front national et du Front national de la Jeunesse. J’aimerais vous demander d’évoquer pour nos lecteurs votre parcours de vie et les éléments qui ont contribué à forger votre conscience citoyenne et vos engagements ; de vous exprimer quant à la place qu’a pu tenir Jean-Marie Le Pen dans votre militantisme et aux questions qui le concernent directement aujourd’hui ; surtout, d’expliciter, sur la base de vos idées profondes et des conceptions que vous croyez les bonnes, votre positionnement relativement à la ligne qui, d’après vous, devrait être celle du FN. » Voilà pour la proposition. À eux la parole, maintenant. Par Nicolas Roche.

 

UNE EXCLUSIVITÉ PAROLES D’ACTU

Jeunes FN Lignes de Front (?)

 

FN

Illustration : LCHAM/SIPA (2014)

 

 

Le nom de Le Pen est associé à mon premier souvenir politique. Le soir du 21 avril 2002 en effet, j’avais dix ans et j’observais mes parents éberlués découvrir à la télé le résultat du premier tour de l’élection présidentielle. Ils avaient beau avoir voté pour Chirac, il leur semblait contraire à l’ordre naturel des choses que le candidat qui devait l’affronter en duel fût Jean-Marie Le Pen. Pourtant, dix années plus tard, lorsque j’eus enfin l’âge de voter, je donnai ma voix à un autre Le Pen : Marine. Aurais-je pu voter pour son père ? Je n’en sais rien, je ne crois pas, mais la question n’a pas beaucoup d’importance puisque lorsque je devins majeure, Marine avait déjà repris le flambeau du Front national pour y imprimer sa marque propre. Ma voix fut donc pour ce parti lors des présidentielles et des législatives de 2012, des municipales et des européennes de 2014, et, enfin, des départementales de mars 2015. Depuis, je décidai de m’encarter et de rejoindre le Front national de la Jeunesse. Puisqu’il s’agit d’expliquer ici les origines et les attentes de cet engagement – encore récent, il faut bien l’avouer –, commençons sans plus de préambule.

Née en 1992, je suis une enfant de Maastricht. Aussi suis-je de cette fameuse « génération Y », que l’on dit dépolitisée et désabusée, ainsi que peu portée à se laisser encadrer par les repères traditionnels que sont la famille ou la nation. Je ne me suis jamais reconnue dans ce portrait de la jeunesse occidentale que l’on dresse souvent à la télé. Grâce à l’éducation que j’ai reçue, ou par la nature de mon tempérament, je n’ai jamais eu l’envie d’être une blasée. Je veux croire qu’il existe des valeurs immuables. Les identités ne sont pas des prisons. Bien au contraire, un être dénué de ses caractéristiques culturelles, religieuses ou sexuelles ne serait qu’une substance abstraite, prisonnière du vide, réduite à l’état de simple consommateur. Un tube qui avale et défèque, le nouvel esclave de la société mondialisée ultra-libérale. Qu’on le veuille ou non, la famille et la patrie constituent des organes de protection et de solidarité naturels des individus contre le capitalisme sauvage. Or l’une et l’autre sont gravement menacées aujourd’hui : ce sont des constats criants d’évidence sur lesquels il n’est guère utile de s’appesantir ici. L’Union européenne qui la dilue, et le communautarisme qui la fragmente auront bientôt raison de la France si rien n’est fait urgemment. De ce fait, l’angoisse identitaire fut, naturellement, le moteur premier de mon adhésion au Front national.

Un sentiment, l’angoisse, donc. Mais pas que. Les électeurs du Front ne sont pas, comme certains médias et nos adversaires politiques aiment à les présenter, des animaux qui grognent, aveuglés par leurs émotions. S’ils sont en colère, et s’ils ont peur, c’est que leurs peurs et leur colère sont fondées. Nous ne votons pas seulement par rejet de l’UMPS, désormais « R-PS », nous votons aussi par adhésion au programme global du Front national, qui recouvre des thématiques variées pour chaque pan de la société. Aussi le vote FN est-il rationnel, et il serait malhonnête de prétendre le contraire. En mûrissant, j’ai pu apprécier la doctrine souverainiste que le Front propose afin de redonner à l’État français le pouvoir de prendre en main sa destinée. Une France étatiste, sociale et identitaire : voici notre idéal ! Il s’agit là, somme toute, d’un triptyque cohérent, dans lequel chaque donnée est la condition des deux autres.

Trop de commentateurs semblent s’étonner que nous proposions tantôt des mesures dites « de droite », tantôt « de gauche ». Mais nous ne sommes plus au temps de la Guerre froide ! Le clivage gauche/droite me semble révolu, et celui de mondialistes/antimondialistes m’apparaît plus pertinent. Quant à cette analyse mille fois ressassée, qui voudrait qu’un « FN de droite », incarné par Marion Maréchal-Le Pen, soit en conflit larvé avec un « FN de gauche », représenté par Florian Philippot, elle me semble bien superficielle. Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot sont deux jeunes politiciens très talentueux au service d’une même cause, la cause nationale. Si le discours de l’un insiste sur des points différents par rapport au discours de l’autre, chacun reste en accord avec le programme général du parti. Ils ne sont donc pas adversaires mais complémentaires. Ensemble, ils parviennent à toucher un large spectre de l’opinion publique.

Les Français ont trop souvent vu les prédictions du Front national se réaliser pour que ce dernier ne pût continuer d’exister que grâce aux polémiques. À l’heure où la société n’est déjà que trop divisée, lancer telles des grenades des controverses aussi inutiles qu’anachroniques est une stratégie qui laisse perplexe d’incompréhension. J’espère profondément que le Front national saura guérir les blessures qu’a causées le départ de Jean-Marie Le Pen, afin que tous, nous restions unis derrière Marine, notre présidente, qu’il faudra faire parvenir à l’Élysée en 2017. Il en va de la survie de notre si beau pays.

Rien, absolument rien ne nous sera épargné. Nos adversaires dresseront tous les obstacles possibles et imaginables au travers de notre chemin. Face au Front national, ils jugeront légitime de recourir aux pires extrémités. Les chances de gagner sont minimes. Mais s’il en existe une, nous devons tout faire pour la saisir. C’est un impératif catégorique. Marine Le Pen, dans son discours du 1er mai 2015, avait cité cette phrase de Georges Bernanos : « l’espérance est un risque à courir ». L’espérance : voici pourquoi je suis partie pour le Front. Que la victoire soit ou non au rendez-vous, nous pourrons dire plus tard que nous nous serons battus. Et que notre combat aura été historique.

 

Manon C

Manon C. (29 juin 2015)

 

-         -         -

 

Après un court passage par l’UMP, en tant que sympathisant, j’ai décidé de rejoindre le rassemblement patriote mené par Marine Le Pen. Nicolas Sarkozy, qui s’était fait élire en 2007 sur des points très précis (consultation des Français concernant l’Europe, réforme de Schengen, limitation du taux d’immigration, application du « Kärcher », etc…) n’a rien fait de son quinquennat, et cela a été une véritable catastrophe. Le fameux coup de Kärcher, lui, n’a été qu’un simple coup de vaporisateur.

La France se meurt, nous sommes abandonnés. Nos gouvernements successifs encouragent l’immigration massive, l’insécurité, et vendent notre indépendance à Bruxelles. Notre culture est détruite, notre patrimoine est effacé, notre histoire est piétinée. Nous ne sommes plus respectés, nous n’avons plus aucun droit. C’est principalement pour ces raisons-là que j’ai rejoint le Front national, car moi, je crois en la France.

Mes multiples expériences au sein du Front national m’ont enrichi, tant sur le plan des relations humaines que sur le plan intellectuel. J’ai pu voir, vivre, et partager de nouvelles choses. J’ai pu rencontrer des personnes, discuter, et débattre. Je suis heureux et fier de dire aujourd’hui que je vote Front national. Nous devons et nous pouvons être fiers de nos convictions, nous n’avons rien à envier à ceux qui ont détruit notre pays depuis tant d’années.

Aujourd’hui au sein de Front national, j’ai trouvé mes repères, et des personnes qui préfèrent l’action au « blabla ».

En ce qui concerne le récent conflit entre Jean-Marie Le Pen et la direction du Front national, je soutiens Marine à 100% ; c’est pourquoi j’ai voté pour la modification des statuts du parti, ce qui supprimera la fonction de président d’honneur.

Je trouve important de souligner que, pour ce qui me concerne, je n’aurais jamais pris ma carte dans ce parti si Jean-Marie Le Pen en avait encore été président. Ses dérapages réguliers, ses prises de position, qui ne représentaient que lui, ne me plaisaient pas.

Aujourd’hui, au Front national, nous n’avons qu’une seule ligne, un seul leader, et un seul programme. Nous devons et nous allons tous aller vers la même direction, suivre le chemin qui mènera Marine Le Pen à l’Elysée en 2017.

 

Victor Catteau

Victor Catteau (5-14 juillet 2015)

 

-         -         -

 

« Qui ne dit mot consent » ai-je souvent entendu… Ne pouvant supporter de n’être qu’une spectatrice de la déliquescence laxiste, progressiste et mondialiste de notre société, la fibre militante est née en moi il y a désormais plus de cinq ans, suite aux blocus lycéens. Je n’ai réellement commencé à militer pour le Front national qu’au moment des élections européennes de 2014, après avoir participé activement à de nombreux rassemblements pour la famille - aux côtés de la Manif pour Tous - puis pour la Syrie.

En 2002 et 2007, bien que fort jeune, je voyais déjà en Jean-Marie Le Pen une figure de l’Histoire, un candidat incomparablement plus honorable que les Bayrou ou les Ségolène. En grandissant, cette perception s’est accentuée ; quand on essaie de rejoindre les FFL à seize ans et qu’on quitte son siège de député pour prendre les armes et défendre son drapeau, on n’est pas un simple politicard mais bel et bien un héros de la Nation. Hors toutes considérations partisanes. Le fondateur du Front national demeure - je pense - la figure politique patriote française par excellence au 20e siècle, un ancien combattant à qui nous devons le respect, un homme libre de ses actes et de ses paroles qui a créé ce dont nous sommes les héritiers. Je ne me permettrais évidemment pas de juger cet Homme avec un grand H auquel je n’arrive pas à la cheville. Toutefois, à 85 ans passés, il est probablement plus que temps de mettre un terme à la politique politicienne… On aurait d’ailleurs pu espérer le voir se retirer avec dignité plutôt que de charger politiquement et désormais judiciairement le FN.

In fine, je soutiens totalement Marine dans sa décision de confier la tête de liste de la Région PACA à Marion Maréchal Le Pen.

Vouloir absolument distinguer deux « lignes » au sein du mouvement patriote est assez manichéen. Des partisans des libertés économiques nationales, sur le plan micro-économique, ne pourraient-ils être modérés sur les questions sociétales ? Des partisans d’une « lecture traditionnelle de la société » ne pourraient-ils être, sur le plan macro-économique, en faveur d’un certain souveraino-étatisme ? Les parcours de chacun d’entre nous nous font nous engager pour et nous intéresser davantage à telle ou telle thématique, mais nous sommes tous pour l’arrêt de l’immigration, la priorité nationale, la défense de la famille, la baisse des impôts ou encore la fermeté pénale.

Si je prends mon cas en exemple, je me sens, sur les questions sociétales, très proche de la benjamine du palais Bourbon ; sur les questions géopolitiques, totalement en phase avec mon député, Aymeric Chauprade. Mais je suis également sensible aux questions de souveraineté, du fait notamment de mes études en droit franco-allemand, tout en étant portée sur la défense du secteur public et de l’État fort, me rapprochant en cela de la pensée de Florian Philippot…

Il ne s’agit à vrai dire pas réellement de divergences ou de divisions, mais davantage de choix de communication et de thèmes plus ou moins mis en avant ; qu’aucun ne prédomine sur les autres au point de les occulter, voilà un point essentiel. Marine, en tant que présidente de parti, se doit d’incarner - et elle incarne - une synthèse des différentes personnalités et sensibilités ; après tout, « le FN n’est pas un parti stalinien » !

Les questions sociétales, migratoires et géopolitiques sont non-négociables dans mon engagement ; j’espère donc que mon parti ne tiédira pas sur ces thématiques, mais je pense que nos cadres et nos élus sauront se focaliser sur les vrais combats d’aujourd’hui : l’islamisme, la mondialisation, l’immigration, la marchandisation du corps humain, la crise grecque, l’asphyxie économique de nos entrepreneurs, ou encore l’Ukraine et la loi renseignement.

Les fondamentaux du FN demeurent, mais les combats d’hier, qui appartiennent désormais à l’Histoire plus qu’à la politique, ne suffiront pas (voire même nous affaibliraient s’ils devaient être de nouveau débattus) pour mener le mouvement patriote aux responsabilités… Le premier des objectifs, c’est le pouvoir, afin de mettre en œuvre nos propositions, pour le bien de la France et des Français ! « Unis, les Français (et les frontistes) sont invincibles. »

 

Euryanthe Mercier

Euryanthe Mercier (5-7 juillet 2015)

 

-         -         -

 

L’engagement du militant implique la plupart du temps l’effacement individuel au service d’idées qui le transcendent. Évoquer mon parcours personnel est de fait un exercice très inhabituel pour moi.

Je n’ai pas grandi dans un milieu propice au militantisme, et moins encore au patriotisme. Comme beaucoup de Français, mes parents évitent les conversations politiques, et votent sans grande conviction, à droite ou à gauche. C’est de fait dans un constat personnel que se trouve la source de mon engagement. Ce constat, il fut celui d’un monde moderne qui m’apparaissait naturellement comme n’étant qu’une anomalie, faite d’une humanité destructrice de sa propre planète, reniant ses racines et ses traditions, renonçant progressivement à sa liberté pour jouir de ses tentations, et surtout bien consciente que son monde court à la catastrophe mais ne s’en inquiétant guère, et bien superficiellement.

Si ce constat peut sembler fort malheureux voire déprimant, ma conviction n’en est pourtant pas moins optimiste. Car je n’ai jamais cru l’homme fondamentalement mauvais. L’homme moderne l’est, ou plutôt on lui a appris à l’être, mais de la même manière que l’état médical normal d’un individu est la pleine santé, ma foi se trouve dans l’idée que l’état normal d’une société est la civilisation, au sein de laquelle les hommes peuvent se faire grands d’une spiritualité, d’une culture et d’une identité qui permettent de vivre heureux, en harmonie avec les lois de la nature.

La décadence moderne, mondialiste et dominée par des logiques financières, n’est pas une fatalité. Elle est seulement acceptée par des individus qui renoncent à leurs responsabilités, et ne sont ainsi plus des hommes ni des femmes à part entière.

J’ai donc lâché ma télécommande, ma manette de PlayStation et ma souris pour aller à la rencontre d’autres personnes qui savaient s’organiser collectivement, dans le but de réaliser ce changement qui devra arriver un jour. J’ai découvert des gens pour qui le combat était avant tout culturel, pour d’autres il est spirituel, pour d’autres encore il est avant tout médiatique, et parfois, certains l’imaginent politique. Je crois quant à moi que chaque forme que prend ce combat a son importance, mais on ne peut pas tout faire, et c’est en politique que mon engagement personnel s’est concrétisé.

On me demande dans cet article de commenter les « divergences » entre les uns et les autres au Front national. Mais ce serait une erreur que de croire que Marion Maréchal Le Pen incarnerait un courant fondamentalement opposé à Florian Philippot, comme le suggère la question qui m’est posée. Aujourd’hui le combat est avant tout national, de lui dépendent la liberté et la souveraineté de la France, ainsi que sa liberté à s’auto-gérer et à se gouverner elle-même, par son peuple.

C’est ainsi, et pas autrement, qu’elle pourra se protéger des lois que lui impose le monde de la finance internationale, ces règles qui enrichissent une poignée d’hommes tout en appauvrissant les peuples. C’est ainsi qu’elle pourra aussi libérer le travail des Français, et permettre à l’initiative individuelle de prospérer au sein d’une économie nationale plus juste. Mais pour en arriver là, il faudra sortir de l’Union européenne, et retrouver le contrôle de notre propre monnaie.

C’est ce combat, pour la Patrie, qui ne s’occupe pas des orientations que certains classent tantôt à « droite » ou à « gauche », sur des critères souvent obscurs, que se battent aujourd’hui des gens comme Florian Philippot ou Marion Maréchal Le Pen. Et c’est uni, avec des personnalités sans aucun doute différentes, mais surtout complémentaires, que le Front national pourra continuer à être le seul parti crédible dans cette bataille, pour véritablement faire « front », à l’échelle de toute une nation, au service d’un bien commun objectif.

Mais il me semble aussi important de ne jamais oublier ce qu’est la politique. Son champ d’action est limité d’une part, et surtout, elle se pratique selon des règles qui lui sont propres. Si certains estiment que ces règles sont difficiles à supporter, ou qu’elles sont contraignantes, je le comprends. Mais, dans ce cas, la meilleure chose à faire est de changer d’activité afin de donner une autre forme au combat que l’on souhaite mener. Si certains, au sein du Front national, s’entêtent à ne pas respecter les règles de ce jeu, je ne trouve pas anormal qu’ils soient écartés.

Aujourd’hui, force est de constater que Marine Le Pen a su rendre son parti efficace au service d’idées nationales que nous partageons tous. Je suis donc fier de la soutenir, à mon humble niveau.

 

Sylvain Marcelli

Sylvain Marcelli (6 juillet 2015)

 

-         -         -

 

En tant que militante du Front national depuis maintenant trois ans, je me retrouve comme de nombreux autres adhérents confrontée aux « histoires de la famille Le Pen ». Cependant je ne pense pas que celles-ci doivent entacher en quoi que ce soit notre amour de la France et le dynamisme que nous ne cessons de déployer pour la sauver. Il est évident que Marine Le Pen, comme Jean Marie Le Pen à son époque, se bat pour son pays et pour les Français. Cette affaire de famille ultra-médiatisée tend à insinuer la dissension au sein du parti. Bien sûr, Jean Marie Le Pen est le père fondateur du parti, et nous lui sommes reconnaissants de son dévouement. Mais Marine en est aujourd’hui la présidente, les temps ont changé, les problèmes à résoudre aussi.

Marine s’est fait élire sur un programme. Son père a créé le parti. Elle travaille à l’améliorer, à réinventer nos propositions en prenant en compte les priorités des Français, et ils le savent. L’acharnement médiatique, je le pense, est vain. De fait, ces histoires, avec leurs apparences de contradictions, n’ont fait démissionner personne, et tout le monde reste uni autour dun seul but : la défense des intérêts de la France et des Français.

Quant à mon parcours de vie, puisque c’est la question d’introduction, je dirais, pour rebondir sur mon développement précédent, que mes convictions sont orientées vers l’avenir de mon pays. Les valeurs de la France et son identité sont mises à mal chaque jour. L’UMPS a, depuis quarante ans, déconstruit notre société : l’immigration massive est devenue insupportable, la fiscalité étouffe les entreprises, l’Europe impose ses diktats et les lois anti-famille achèvent la décomposition de notre société.

Mais c’est parce qu’il n’est jamais trop tard que je me suis engagée au FN et au FNJ.

Nous sommes dans un pays démocratique. Dans un état de droit, c’est des urnes que sortira le chef d’État capable de mettre en pratique son programme. Or Marine Le Pen est la seule capable aujourd’hui de sauver la France. En tant que jeunes, il s’agit de mettre notre espoir dans le parti qui servira le pays et de travailler à son unité. « Unis les Français sont invincibles ».

Voyons plutôt l’avenir de notre pays, et laissons les petites querelles de côté. Il est déjà bien tard pour le sauvetage complet de notre pays, mais nous devons mobiliser tous les Français patriotes pour éviter le pire. Il s’agit de conserver, au sein même du Front, ces sensibilités différentes qui font la richesse de la réflexion et nous aideront à avancer.

Marine sera la future présidente de la République et, tous ensemble, nous devons travailler sur les sujets qui préoccupent les Français (limmigration, le chômage, l’insécurité, lEurope…) afin d’aider nos concitoyens dans leur vie quotidienne, rendue sans espoir par ceux de l’UMPS.

 

Manon de Saint-Just 2015

Manon de Saint Just (8 juillet 2015)

 

-         -         -

 

Alsacienne âgée de vingt et un ans, je suis adhérente au Front National depuis 2012. J’ai décidé de prendre ma carte à l’aune de mes dix-huit ans, révoltée par le paysage politique français en désuétude, meurtri par des années de bipartisme n’ayant que peu à faire de la res publica.

Mon engagement politique s’inscrit tout à la fois dans la continuité de mon parcours universitaire, étant licenciée en droit, ainsi que dans l’affirmation des valeurs qui me sont chères, telles que l’identité nationale et le respect de notre culture, de nos traditions.

Pour mener à bien ce combat qui me tient assurément à cœur, je me suis présentée aux élections municipales en 2014, dans mon village natal, à savoir Rustenhart, sur la liste menée par Jean-François Bintz. J’ai renouvelé cette expérience en me portant candidate aux côtés de José San Juan, lors des dernières élections départementales dans le canton d’Ensisheim. Nous formons un trio politique incarnant trois générations, ce qui favorise - avantage indéniable ! - la prise de décisions pondérées et aide à garder les pieds sur Terre. Cette coordination nous assure une solidarité sans faille.

J’ai compris que, pour me réaliser, il fallait que j’affirme ce en quoi je croyais vraiment et, autant que possible, dialoguer avec les gens pour les amener vers un déclic, une prise de conscience.

Concernant les propos tenus par Jean-Marie Le Pen, je pense que le Front national a pris les mesures qui s’imposaient. Il est aberrant de vouloir détruire ce qu’on a créé. Il fallait prendre des mesures ; il en allait de l’intérêt supérieur du parti. Cela dit, je respecte cet homme. Pour la richesse de son parcours ; pour son esprit visionnaire : il a osé aborder des questions aussi sensibles que l’immigration et l’insécurité très tôt, dès les années soixante-dix. Pour autant, Jean-Marie Le Pen n’a pas réellement joué de rôle dans mon militantisme, j’ai davantage été saisie par la femme charismatique qu’incarne Marine Le Pen.

Au delà d’une querelle politique, il ne faut pas oublier que cette discorde a également un retentissement familial. Je suis outrée par l’utilisation que les médias peuvent faire de ces divergences. Souvent, ils vulgarisent cette affaire, à l’image dun mauvais feuilleton.

Quoi qu’il en soit, nous, patriotes, devons rester unis malgré ces évènements, nonobstant le soutien de chacun à différentes personnalités. Des millions de Français souhaitent être gouvernés par le Front national et qu’ainsi les idées patriotes soient appliquées. Nous devons accomplir notre devoir pour sauver les valeurs de notre république, là prend tout le sens de notre engagement.

 

Cassandra Rotily

Cassandra Rotily (13 juillet)

 

-         -         -

 

Je suis adhérent au Front national depuis un an et demi. Voyant la situation de mon pays se dégrader, il me semblait important de m’engager dans le parti politique qui, selon moi, comprend le mieux la situation de la France actuellement et apporte les solutions les plus pertinentes, à savoir, donc, le Front national. D’après moi, la jeunesse a un devoir moral de s’impliquer dans la vie politique de son pays. Il est important que les jeunes puissent décider de leur avenir. Ainsi, logiquement, ils se doivent de tenir une place prépondérante sur la scène politique.

Mon engagement au Front national est né du déclin, chaque année plus important, de la puissance de notre pays, ainsi que de sa souveraineté. Seule Marine Le Pen propose des solutions claires et cohérentes par rapport à la situation actuelle. Contrairement aux autres partis, de droite comme de gauche, le Front national a toujours été honnête avec ses électeurs et les Français. À chaque élection, lorsqu’on vote FN, on vote effectivement pour un candidat FN, alors que, du côté des Républicains, au Parti socialiste, ainsi que chez tous les autres partis satellites, les appels à tel ou tel vote fusent, ce en fonction du candidat qui est opposé au candidat du Front national. Ne nous étonnons donc plus de voir le PS voter pour les Républicains, ou bien les Républicains voter pour le PS. Tout ceci est absolument scandaleux, et clairement anti-démocratique, le choix du peuple se trouvant bafoué dans la grande majorité des cas par cette caste « RPS ». L’alternative pour la France est donc bien dans les mains du Front National et de Marine Le Pen. 

Le « Menhir » Jean-Marie Le Pen est le fondateur du Front national. Il a, pendant quarante ans, construit les fondations du parti. Rien que pour cela, déjà, nous lui devons tous le plus grand respect. Aucun de nous ne serait au Front national sans Jean-Marie Le Pen. Je pense que sil avait été davantage écouté dans les années 80-90 sur plusieurs thèmes, comme l’immigration, ou bien l’insécurité, de nombreux problèmes actuels auraient pu être évités. Sur ces points-là, il a été un visionnaire.

De mon côté, je milite pour Marine Le Pen au niveau national, et pour Marine Le Pen et Florian Philippot dans l’est de la France. Jean-Marie Le Pen reste une icône du Front national, mais la présidente du parti est Marine Le Pen, et la personne à suivre est donc Marine, et non Jean-Marie.

Nous avons aujourd’hui atteint des scores inimaginables pour le Front national il y a encore quelques années, et cela est le fruit du travail effectué par Marine Le Pen et Florian Philippot. Retrouver notre souveraineté, retrouver une monnaie nationale, rétablir nos frontières, stopper l’immigration massive, autant des points du programme qui permettront à la France de briller à nouveau. La ligne du Front national est toujours la même : elle privilégie un État fort plutôt qu’une entité supranationale qui n’a aucun sens, l’avènement dun franc nouveau qui relancerait notre économie et permettrait à la France de redevenir compétitive ; elle vise la suppression de Schengen, afin de pouvoir contrôler qui et ce qui entre et sort de notre territoire, ce qui, au passage, nous protégera également beaucoup mieux de la menace terroriste.

Marine Le Pen est aux portes du pouvoir, et nous misons tout notre espoir en elle. Dans quelques années, après son élection à la présidence de la République, je souhaite pouvoir dire, « Nous avons tellement eu raison d’y croire... », et voir la France briller à nouveau.

 

Pierre-Henri Eisenschmidt

Pierre-Henri Eisenschmidt (13 juillet)

 

-         -         -

 

Comme une grande partie des jeunes adhérents du Front national, je me suis intéressé dès l’adolescence à la politique, car comprendre le monde qui m’entoure et agir pour l’intérêt général apparaissait déjà pour moi comme quelque chose de fondamental.

Et, comme beaucoup d’électeurs, j’ai été influencé par le charisme de Nicolas Sarkozy, et très vite déçu par le fossé entre les promesses faites et celles qui ont été réellement mises en œuvre.

Plus que de simples promesses non réalisées, ces propositions non suivies ont fragilisé la croyance des citoyens français dans la capacité des hommes politiques à répondre à l’appel des Français et, plus largement, dans la capacité des institutions de la République à résoudre les problèmes posés.

Étudiant en quatrième année de Droit, je suis imprégné des notions de rigueur, de justice, d’écoute par rapport au monde qui m’entoure. Ce parcours juridique n’est pas un hasard ; il s’inscrit dans une volonté de défendre une conception de la société en conformité avec les valeurs de la République française, qui sont les miennes. Alors, passer des idées aux actions me paraissait évident, car pour faire bouger les choses, il faut d’abord se mobiliser soi-même. Mon adhésion au Front national est venue naturellement, puisque c’est le parti qui répondait le mieux à mes convictions personnelles, celle d’une France forte, souveraine, unie et protectrice de ses citoyens.

Je ne me considère ni de gauche, ni de droite. Si je considère que le capitalisme est le système le moins imparfait, la manière dont il se dévoile aujourd’hui dans ses plus grandes inégalités me semble être une dérive, une dérive cautionnée par une pseudo Union européenne des droits de l’Homme qui n’hésite pas à exploiter tout un peuple, tel que le peuple grec, pour satisfaire les créanciers. Il apparaît alors comme fondamental de prendre les mesures nécessaires pour réguler ce capitalisme et revenir sur une situation d’équilibre, avec un meilleur partage des richesses, tout en valorisant les entrepreneurs dynamiques.

À ces fins, il convient de redonner au peuple français le pouvoir de décider de son propre destin, tant en matière économique que sociale, juridique et culturelle. Cela passera sans nul doute par une sortie de l’Union européenne, qui a pour projet de faire des États souverains d’Europe un bloc homogène, sans identité ni racine. En effet, un peuple sans repère ni identité est un peuple disposé à se déplacer plus facilement pour satisfaire à la volonté des grandes entreprises ; autrement dit, les peuples européens seraient une force de production malléable au cœur d’une Europe des grands capitalistes, à laquelle je suis fermement opposé. Je suis en revanche en faveur d’une Europe des Nations, une conception qui n’est pas incompatible avec le Traité de Rome de 1957 qui établit une Europe économique respectueuse de la volonté des États souverains.

Sur le plan juridique et sociétal, m’engager auprès du Front national était un moyen de dire « stop » à tout ce laxisme en matière d’éducation et de justice. Je suis consterné de voir qu’aujourd’hui le système transforme trop souvent les victimes en coupables et les coupables en victimes. Les droits profitent davantage aux délinquants qu’aux victimes innocentes. Quelle logique ? Quelles valeurs pour demain ? Il faut répondre fermement à la délinquance quand les actes sont établis et remettre clairement l’accent sur l’éducation et l’apprentissage des valeurs morales dans notre pays, en redonnant aux parents, aux enseignants et aux forces de l’ordre, les moyens pour répondre aux missions qui sont les leurs.

Ces valeurs et principes que je défends sont ceux défendus par le Front national, qui ose remettre les priorités dans le bon sens, ce face au lobbying du politiquement correct, qui détruit chaque jour un peu plus l’unité nationale.

Si, en effet, apparaissent, chez les cadres du Front national, différentes sensibilités que vous avez rappelées, à savoir, l’attachement de Marion Maréchal Le Pen (députée du Vaucluse) à une société plus traditionnelle, conservatrice et libérale, et, chez M. Philippot (député européen et conseiller de Marine Le Pen), une sensibilité qui va davantage à l’interventionnisme étatique, ainsi qu’à certaines mesures sociales, il n’en demeure pas moins que l’objectif qui nous réunit tous est l’avenir de la Nation. Le Front national dépasse les sensibilités politiques et les égos de chacun pour répondre à l’appel des millions de Français qui voient dans le Front national, une alternative, un espoir.

C’est dans cette logique que, face aux derniers évènements internes du parti, ma position est à la modification des statuts concernant la présidence d’honneur.

Si Jean-Marie Le Pen est le cofondateur du parti et, à la fois, un homme brillant, son statut ne lui donne pas tous les droits. La ligne du parti et celle que je supporte est celle de Marine le Pen. Jean-Marie le Pen a certes permis au parti de voir le jour, mais c’est bien par le travail de l’actuelle présidente et de ses proches collaborateurs que le parti prend toute son importance sur la scène politique française. Je respecte Jean-Marie le Pen pour ce qu’il a fait. Cependant, je ne partage pas toutes ses idées. Et je pense qu’il faut savoir se retirer au bon moment, et faire preuve de sagesse.

 

J. Capelli (13 juillet)

 

-         -         -

 

Je suis le produit de la France. Nous le sommes tous. Descendant d’une ligne paternelle de Français de la terre peut-être aussi vieille que la France, et d’une ligne maternelle d’enfants perdus d’Europe, d’orphelins adoptés tant symboliquement que réellement par la France, je suis fier de mon pays. Ce pays est celui des Philippe-Auguste, des Saint-Louis, des Colbert, des De Gaulle tant que celui des Mazarin, des Bonaparte, des Senghor et des Manouchian. Ma famille comporte des Justes, des résistants communistes, des soldats qui défendirent le sol de France. Elle comporte aussi des ouvriers, des paysans, des gens « lambda » qui ne durent leur quiétude qu’à leur sueur et leur sang, mais à aucun esclavage, pillage ou apartheid. Quand bien même mes racines auraient-elles été plus sombres, je ne crois pas l’erreur héréditaire, ni qu’il existe une culpabilité par héritage, comme certains voudraient nous le faire penser. D’une famille et d’une éducation de gauche, je me suis longtemps cru socialiste. 

En fait, je ne suis que français, un « étatiste gaulois », un colbertiste et un Gaulois, avec tout ce que cela comporte d’anarchisme anti-totalitaire et de fierté anti-fédéraliste. Ainsi, ni de droite ni de gauche, je découvrais le Front national au moment où Marine Le Pen en prenait la tête, en 2011. Ayant déjà aperçu les limites de l’UMP comme du PS, j'ai voulu approfondir ma connaissance de ce parti qui m’était alors quasi inconnu. Mû par ma raison autant que par la sensation étrange d'y trouver, dans ce monde d’Alésia, un peu de Gergovie, je résolus de m'y engager pleinement. 

Nous voici, aujourd’hui. En ce 14 juillet 2015, je suis le secrétaire départemental du FNJ Rhône. Mon parti m’a permis de rencontrer et de me lier à des personnes de grande qualité, de tous les âges, professions et catégories socioculturelles. Si Jean-Marie Le Pen n’est pas notre préoccupation principale, nous ne ferons honneur à son combat pour la France, par-delà les polémiques, qu'en le continuant. Nos élites ont été contaminées par le projet de destruction de l’héritage français, notamment celui de De Gaulle. Il ne fut pas compliqué de les convaincre, la comparaison avec ce père spirituel qui serait « tellement déçu » étant si peu flatteuse. Tels Robert Fischer Junior dans le film Inception, leurs épaules étaient de toute façon trop frêles. Marine Le Pen n’est pas tombée dans ce piège. Elle sait que poursuivre une œuvre aussi importante que le Front national lui permettra de redresser le pays, allant ainsi plus loin que le simple entretien d’un héritage paternel. Car la dédiabolisation ne consiste pas à cacher les ombres de lhistoire sous le tapis, mais à les éclairer afin qu’elles soient enfin comprises dans leur justesse. 

Il n’y a qu’une ligne au Front national, mais une ligne subtile en ce qu’elle est concrète et composite. Les médias sont souvent réducteurs alors que le programme, par rapport auquel les militants et les sympathisants se déterminent, est très complet. Il propose une synthèse d'autorité et de liberté, de culture de l’État et d'initiatives. Certes, le programme a évolué, devenant plus étatiste, à mesure que l'État français se désengageait de l'économie, laissant le pays en proie à l'ultralibéralisme. Mais cette évolution du programme impulsée par Marine Le Pen lui a permis, en réalité, de rester fidèle à l’idée du FN : redresser la France par tous les moyens. Sur les sujets sociétaux, il me semble que la parole du peuple doit prédominer, avec le recours aux référendums. Pour ce qui est des déboires familiaux du Front national, je me permettrai un seul commentaire, « tuer le père » symboliquement aurait suffi, le « tuer » politiquement aurait sans doute pu être évité.

 

Timothée Courberand

Timothée Courberand (14 juillet)

 

-         -         -

 

Je suis né à Fréjus, ville de 53 000 habitants, aujourd’hui gérée par le Front national. J’y ai grandi, fait ma scolarité et mes études avant de partir pour Nice, pour le travail, puis d’y revenir.

Étant blanc et blond aux yeux bleus, j’ai rapidement connu le racisme, l’injustice, la violence, la haine de la différence et le choc des cultures. Mon premier souvenir politique remonte au 21 avril 2002, une date importante de mon engagement actuel. J’avais douze ans. Je ne comprenais pas l’acharnement, la peur et la diabolisation de cet homme, Jean-Marie Le Pen, qui pourtant disait des choses évidentes, et me posais les questions suivantes : pourquoi avoir peur d’une justice ferme ? pourquoi la notion de « France française » est-elle devenue quasiment injurieuse ? pourquoi les autres personnalités politiques, sans cesse critiquées, ne perdent-elles jamais leurs places ?

Plus tard, j’ai été conquis par le discours de Nicolas Sarkozy sur les banlieues et le Kärcher qu’il devait y passer, mais jai déchanté bien vite. Alors, j’écoutai avec attention les discours de chacun, avec cette envie que les choses changent mais, je l’avoue, avec le doute que cela soit possible, tant le Front national peinait à acquérir des succès électoraux. Et puis, mon parcours de vie personnelle se faisant, j’ai rencontré David Rachline en 2014. Rapidement, il m’a convaincu d’aller sur le terrain, convaincu puis prouvé que les choses pouvaient changer. Depuis la détermination de prendre le pouvoir pour redresser notre pays m’habite.

Aujourd’hui, le mouvement avance à grands pas ; malgré quelques tourmentes, l’objectif ne doit pas être perdu de vue.

Jean-Marie Le Pen est un véritable résistant, celui qui, avant les autres, a vu et dit la vérité. Celui qui, depuis toujours, défend la France. Celui qui, pour toujours, se battra pour la France. Et, en cela, il mérite un respect sans faille. Cependant, le monde évolue et, de ce fait, le programme et la stratégie doivent suivre. Jamais le Front national n’a été aussi fort que depuis 2011, la nouvelle direction tient pour elle un bilan de réussite qui doit lui permettre de pouvoir continuer sereinement son travail. Je suis de ceux qui pensent que le linge sale se lave en famille, et non pas sur la place public. Par conséquent, les acteurs des polémiques récentes devraient, d’un côté comme de l’autre, mesurer leurs propos. Quand on voit une France qui décline autant, et que nous souhaitons accéder au pouvoir pour la redresser, nous nous devons de présenter une image à la hauteur de l’enjeu.

Concernant le fond de la ligne politique, les nuances d’opinions sont saines et se doivent d’être constructives. À l’heure de la confrontation des projets pour les échéances présidentielles de 2017, les Français seront face à des choix cruciaux. Dans la configuration dans laquelle nous sommes aujourd’hui, je prône l’équilibre sur la question économique. La voie libérale n’est pas une mauvaise voie en soi, au contraire, mais elle doit être complétée dans certains domaines par une intervention de l’État, afin que la création de richesses profite au plus grand nombre. La liberté d’entreprendre et l’émergence de fortes richesses pour quelques-uns ne sont pas antagonistes à l’enrichissement modéré et équilibré pour tous. Au milieu de cette globalisation sauvage, il faut pouvoir se protéger et protéger les intérêts de la France. Il faut que l’État insuffle au pays une vision économique, une orientation stratégique, une dynamique de grands travaux. Par conséquent, une part d’interventionnisme est nécessaire.

Quant aux questions sociétales, je suis un fervent conservateur des symboles de notre société. La décadence croissante de celle-ci, aggravée par un libéralisme à outrance, ne doit pas pervertir nos lois en se justifiant par une simple existence. Ce que certains pensent être une avancée de la société n’est en fait que l’effet pervers d’une économie qui asservit les masses pour ouvrir des marchés supplémentaires. Je défends donc avec fermeté la conservation de nos structures traditionnelles.

Voilà donc ma nuance personnelle. Jean-Marie Le Pen restera à jamais le premier homme à avoir dit la vérité et à avoir montré le chemin. Désormais, place à ceux qui, en adéquation avec le monde d’aujourd’hui, exécuteront un programme efficace pour le redressement de la France.

 

Florent Erard

Florent Erard (16 juillet)

 

-         -         -

 

Étudiant en master d’architecture à Strasbourg, je suis adhérent au Front national depuis l’âge de dix-neuf ans. Originaire de la région lyonnaise, c’est en Alsace que je poursuis mes études. Bien avant mon engagement politique, je partageais les constats et les solutions de Jean-Marie Le Pen ; par la suite ceux de sa fille. Ma pensée politique s’est forgée relativement tôt. Je suis issu d’une de ces nombreuses familles de droite qui affectionnent le combat mené par Jean-Marie Le Pen. Ma conscience a toujours été nationaliste. Il m’a toujours semblé évident que la Nation est le fondement social indispensable. Que sommes-nous sans une nation qui tire dans ses racines le sens de son identité ?

Si j’ai voulu m’investir au Front national, c’est pour plusieurs raisons. La première étant évidemment de vouloir agir pour mes convictions. Mais agir pour ses idées nécessite aussi un environnement militant structuré. C’est donc dans la perspective de construire une cellule locale que je mène mon combat. À Strasbourg, nous étions orphelins d’une direction structurée. Les élections municipales ont été un élément déclencheur pour la mise en place de nouveaux cadres dynamiques, chose primordiale. Et tout cela a été rendu possible par l’implication de Marine Le Pen.

Je n’ai que vingt-deux ans, alors que le Front national existe depuis quarante-trois années. C’est donc avec un œil nouveau que je juge ce qu’il se passe dans notre formation. On m’a posé cette question des dizaines de fois : « Auriez-vous rejoint le FN sous Jean-Marie Le Pen ? » Ma réponse est certaine : OUI.

Je crois qu’il a toujours existé plusieurs lignes politiques au FN. Avec des différences assez minimes, rien de comparable avec ce que l’on peut voir aujourd’hui. Mais, paradoxalement, je n’ai pas l’impression de voir actuellement deux lignes politiques en opposition. Il me semble plus juste de voir au sein du Front national une bulle dans laquelle évoluent des personnes aux aspirations plus étatistes, qui se définissent souvent par le sobriquet de « national-républicain ». Il est évident pour quelqu’un comme Florian Philippot, un énarque, de proposer une politique étatiste. C’est un positionnement qui découle de sa formation. Son action s’agissant de la ligne politique n’est certainement pas négligeable dans la progression qu’a enregistrée le FN aux dernières élections. C’est l’apport d’un programme social qu’on peut voir en décalage face à l’héritage plutôt poujadiste de Jean-Marie Le Pen.

J’ai le plus profond respect pour la personne de Jean-Marie Le Pen. Il s’est battu avec convictions au fil des années et des élections, et a mis sur pied une force politique importante. Sans lui quel serait le paysage politique français ? Quand je regarde les débats, les discours qu’il a pu mener depuis des décennies, je suis admiratif. Le discours d’Arras de 2009 sur la mondialisation reste pour moi le plus marquant de tous.

Je crois qu’il faut distinguer deux périodes dans les derniers rebondissements. La première se résumant à la position attentiste de Jean-Marie Le Pen, durant laquelle s’est joué l’emballement médiatique, ainsi que celui du bureau politique. La sanction à l’encontre de Jean-Marie Le Pen me semble disproportionnée. On peut tout à fait critiquer le fait de donner une interview au journal Rivarol. Il n’était pas donné meilleure occasion aux ennemis de Marine Le Pen pour semer le trouble. M. Spieler (ex-FN puis ex-MNR), en recueillant cette interview, a réussi un coup médiatique qui doit encore le faire jubiler.

La deuxième partie de cet évènement débute à mon sens lorsque riposte Jean-Marie Le Pen. Et, en la matière, on peut dire que le Menhir reste fidèle à lui-même. On ne va pas le changer à quatre-vingt-sept ans. On a le sentiment qu’aucune sortie de crise n’est souhaitée. C’est regrettable et triste. Mais beaucoup de choses devraient encore se passer, ne tirons pas de conclusions trop hâtives.

Cependant, j’émets une critique de l’image qu’a pu donner le parti. Le Front national a des valeurs de droite. Dans ces valeurs, nombreuses, il faut voir le respect de la famille, des aïeux. Et lorsque je vois le père fondateur se faire traiter en renégat, je crois que beaucoup de monde, notamment de droite, est choqué par le traitement dont est victime Jean-Marie Le Pen. Nous ne devons pas oublier que nous sommes un parti avec des valeurs que d’autres ont piétinées, et nous nous devons de rester fidèle à ces valeurs.

C’est un épisode qui fait les choux gras des médias. Voir une dissension à l’intérieur d’un parti politique est toujours savoureux pour ces gens-là. D’autant plus quand il s’agit du Front national. Il n’y a pas meilleure occasion pour masquer les préoccupations cruciales des Français. La situation n’a que peu d’impact en réalité. C’est un conflit de personnes comme il y en a tant d’autres. Nous devons, en tant que militants, comme éveillés, ne pas nous laisser distraire par de tels évènements. Notre combat se place au-dessus de ces histoires personnelles, aussi désagréables soient-elles. Alors, serrons les rangs, et en avant !

 

Lionel Charrin

Lionel Charrin (16 juillet)

 

-         -         -

 

Né en Russie, je m’installe dans la Drôme en 2005. Je suis naturalisé Français en juillet 2011. J’adhère au Front national en avril 2012, dans la foulée du meeting de Marine Le Pen à Lyon. Je participe à la campagne des élections législatives en tant que simple militant, aux côtés de Richard Fritz. En septembre de la même année, je rencontre Julien Rochedy, alors directeur national du FNJ, à l’université d’été de La Baule. L’année suivante, je participe à la refondation du FNJ en région Rhône-Alpes. Au cours de la campagne municipale, je m’engage sur la liste de Valence tout en militant avec Julien Rochedy à Montélimar. À cette occasion, il me nomme chargé de mission FNJ de Valence. En juin 2014, je présente ma candidature au Comité central du Front national. Durant l’année 2015, je milite pour les  élections départementales et régionales.

Il y a une seule ligne au sein du Front national, et ce depuis sa création. Il a toujours été un parti trans-courant dont l’ambition était, au-delà d’une simple victoire électorale, un bouleversement profond de la société française. Au sein du parti, il y a des différences d’approches car les parcours, les époques sont différents. Ces approches ne sont pas contradictoires mais complémentaires. Ainsi, lorsque l’on oppose libéraux-conservateurs aux nationaux-républicains, on oublie que l’on peut être à la fois conservateur sur le plan politique, et social sur le plan de l’économie. De même, la liberté d’entreprendre n’implique pas le libéralisme : on peut à la fois soutenir la petite entreprise et lutter contre la finance internationale.

Le Front national doit conserver son caractère anti-système qui n’attire pas seulement un vote protestataire, mais qui appelle une alternative au libéralisme de droite (libre circulation des capitaux) et de gauche (libre circulation des personnes). Ce qui est en jeu, ce n’est pas tant l’arrivée au pouvoir qu’une révolution sociale, un changement de consciences et de modes de vie. Cette révolution ne pourra pas se faire sans contrôle de la production, même avec le soutien du système médiatico-politique. C’est pourquoi il est fondamental que le FN puisse compter dans ses rangs des chefs d’entreprises moyennes (en cela le collectif Audace est une initiative à soutenir), et que chaque adhérent s’efforce de produire de la richesse économique pour échapper au salariat.

Certains pensent que le Front national devrait délaisser son projet social pour plaire à l’électorat de droite. Or, le parti a raison sur son programme économique, mais il est nécessaire d’insister sur des aspects microéconomiques pour tenir compte de la porosité entre sympathisants FN et UMP. Le changement de système monétaire est une nécessité, mais il ne suffira pas de supprimer l’euro et rétablir un système qui a pu exister par le passé pour mettre fin à l’injustice sociale. Il faut repenser de fond en comble notre vision du monde et de la nature. La population doit être réduite notamment par le retour au pays de nombreux immigrés non assimilés. L’économie sera relocalisée au plus près des lieux de vie. L’usure sera de nouveau prohibée et les banques nationales financeront les États sans percevoir d’intérêts.

L’émergence d’un pôle européen ne doit pas se faire au détriment de la Russie. Actuellement, ce sont les États-Unis qui poussent l’UE à l’affrontement contre les Russes, particulièrement en Ukraine. Or, la Russie ne menace pas l’indépendance des pays européens, contrairement à l’OTAN qui colonise militairement l’Europe et cherche à s’élargir vers l’Est. L’avenir est au dialogue entre partis patriotes pour une Europe des peuples, reconnaissant la liberté de chacun de ses membres et portant un projet commun de civilisation. Le Front national l’a compris en promouvant à la fois une coopération avec la Russie (comme lors du référendum en Crimée) et la création d’un groupe au parlement européen (Europe des Nations et des Libertés).

 

Vladimir Berezovski

Vladimir Berezovski (16 juillet)

 

-         -         -

 

J’ai adhéré au Front national en 2010, à l’âge de vingt ans. Je me suis toujours intéressé à la politique depuis mon adolescence. Vivant dans le Val-de-Marne (le dernier département communiste de France) depuis toujours, j’ai toujours pu observer de près les conséquences néfastes de l’immigration sauvage en France.

Évidemment, cela a participé à ma prise de conscience. Quand on est témoin quotidiennement d’une substitution de population, on a le choix entre l’indifférence et la réaction. J’ai choisi. Voilà pourquoi, dès mon premier vote, lors des régionales du printemps 2010, j’ai voté pour Marie-Christine Arnautu (FN). Je n’ai d’ailleurs jamais voté autre chose que FN.

Cela étant, un vote me paraissait un engagement bien faible. J’ai donc décidé de m’encarter au FN. J’ai participé à toutes les campagnes électorales, en militant d’abord, puis en 2014 j’ai décidé de « monter » une liste dans ma ville, à Ormesson-sur-Marne, où j’ai été élu conseiller municipal (seul élu FN). Lors des dernières élections départementales, j’ai également été candidat dans mon canton (regroupant des villes UMP, PCF…), lors desquelles je me suis qualifié pour le second tour, après avoir éliminé le conseiller général sortant PCF au premier tour.

La figure de Jean-Marie Le Pen a naturellement été une des raisons principales de mon engagement.

Ayant toujours été admiratif devant Le Pen, son combat, seul contre tous depuis des décennies, a été comme un modèle, qui me faisait comprendre que mes risques et mon engagement n’étaient pas grand-chose à côté de la vie de Jean-Marie Le Pen. Son refus du politiquement correct, son refus de soumission face à la pensée unique, son franc-parler m’ont toujours fasciné.

Voilà pourquoi je me sentirai éternellement redevable envers Le Pen. Il m’a poussé à me former politiquement, idéologiquement. Sans Le Pen, je ne pense pas qu’un mouvement patriote aurait pu atteindre de tels scores en France, et que, par conséquent, nous en serions là aujourd’hui. Il suffit de regarder certains pays voisins, comme l’Espagne ou l’Allemagne, pour nous rendre compte que, sans figure politique charismatique, les mouvements patriotes ou de droite nationale n’ont eu que peu de succès.

Je n’ai pas envie d’avoir le choix entre une ligne souveraino-souverainiste et une simple ligne identitaire luttant contre l’islamisme.

Elles sont selon moi complémentaires. Je pourrais reprocher aux « nat-rep » un manque de profondeur. D’après moi, retrouver notre souveraineté nationale n’est qu’une étape, et non une fin en soi. À quoi sert d’être souverainiste si l’on souhaite appliquer, par la suite, une politique non identitaire ?

Je souhaite que la France, et les pays européens, retrouvent leur souveraineté afin d’être totalement libres de se défendre face au mondialisme. Cela implique donc, par la suite, une lutte contre l’immigration, pour la survie de nos peuples, mais également une politique qui soit un rempart face à l’idéologie progressiste, qui est l’arme idéologique du mondialisme.

Je pourrais également reprocher aux « identitaires », ou du moins à ceux pour qui l’islamisme (par ailleurs totalement soutenu par les mondialistes, la situation en Syrie l’a démontré) est le problème principal, un manque de perspicacité. S’attaquer à l’islamisme est, selon moi, s’attaquer à des conséquences, et non à des causes. De plus, l’islamisme en France n’est pas né du néant, il est évidemment lié à la forte immigration africaine depuis des décennies. Que je sache, il n’y a pas de problème d’islamisme en Amérique du Sud. Et pour cause, il n’y a pas de populations provenant de pays de culture islamique. Cette immigration en Europe, elle a été encouragée, organisée. Subie par les Français, mais organisée par l’oligarchie. Nous devons donc identifier les responsables, qui sont les véritables ennemis.

Par ailleurs, je serais tenté de dire que j’ai plutôt de l’admiration envers les individus qui placent le spirituel avant l’individualisme occidental actuel, tout en ayant conscience que, dans le cas des gens issus de l’immigration africaine et maghrébine, il s’agit plus d’un réflexe identitaire que d’une réelle croyance, et tout en ayant conscience qu’il ne s’agit pas non plus d’une population ayant majoritairement une vocation pacifiste sur notre sol européen, et une folle envie de sy assimiler (les évènements d'actes de terrorisme ou de défiance de notre culture, particulièrement chez moi, dans le 94, le prouvent régulièrement). Je crois que le spirituel est surtout ce qui fait défaut aux Européens d’aujourd’hui, qui sont totalement néo-occidentalisés. Entre un musulman intégriste en France et un Européen « de souche » baignant dans le progressisme, je ne vois aucun « ami ».

En revanche, s’attaquer à l’implantation de mosquées, ou au nombre de burqas, ne me paraît absolument pas primordial. Si, demain, tous les descendants de l’immigration extra-européenne se convertissent au catholicisme, ou mieux encore (pour l’establishment), au laïcisme, je ne serais pas satisfait pour autant, bien au contraire. Ils deviendraient simplement de bons produits occidentalisés, et se mêleraient définitivement au sein de nos peuples. Je comprends tout à fait, au contraire, les réflexes identitaires, quels qu’ils soient. Ainsi, voilà pourquoi je ne peux pas reprocher aux musulmans ou aux extra-européens de penser et d’agir en tant que communautés. Cependant, la France étant un pays européen, je souhaite évidemment qu’à terme, nous cessions de vivre dans un melting-pot culturel et de peuple, et que nous retrouvions notre identité naturelle.

Voilà pourquoi je pense qu’il faut lutter contre la mondialisation, en reprenant le contrôle de nos institutions, mais en gardant bien à l’esprit que cela doive servir à la protection de notre identité, aujourd’hui indéniablement en péril.

Au sein du Front national, il est évident que ces deux lignes existent (et d’autres encore), et je pense que cela est une force. Plusieurs courants ont toujours existé, cela est naturel, et il est important pour la survie du mouvement de ne pas vouloir imposer un modèle unique à tous les adhérents ou militants, la liberté d’esprit et d’opinion étant un des socles du Front national, me semble-t-il.

Pour finir, et étant présent sur le « terrain » depuis plusieurs années, je peux affirmer sans aucun problème que les électeurs du Front national, qu’ils viennent de droite comme de gauche, ont le sentiment avant toute chose de voir disparaître leur pays et leur identité. Il s’agit là de la raison principale de la forte adhésion de la population à notre mouvement, et il est évident que les Français sont de plus en plus réceptifs à un discours radical (pas extrémiste, mais radical) concernant notre identité ; ce n’est donc pas le moment de nous laisser dépasser par les discours de marketing de la droite pro-UE et mondialiste française.

 

Alexandre Pallares

Alexandre Pallares (17 juillet)

 

-         -         -

 

Tout est parti d’un petit rien, d’une envie qui était et est toujours ancrée en moi, l’envie de changer les choses, d’apporter un regard nouveau, de donner mon avis, j’avais alors à l’époque tout juste dix-sept ans lorsque j’ai décidé d’adhérer au Front national.

Étant jeune et relativement peu informé du fonctionnement interne des partis, je pensais devoir atteindre ma majorité pour pouvoir rejoindre un parti politique, mais un soir, alors que je participais à un énième débat sur Facebook quant à l’importance des valeurs françaises et patriotes, un ami m’a envoyé un message qui a changé cette donne ; à partir de là, de ce contact, j’ai su que je pouvais agir.

Nous prîmes alors rendez-vous avec le responsable local du Front national afin de, premièrement, voir si cela correspondait à mes attentes, mais également dobtenir ce fameux sésame, la carte qui ferait de moi un membre à part entière de cette faction.

Je ne m’étais pas trompé. Peu de temps après, je recevai ma première carte et, surtout, j’ai milité pour la première fois. Un grand moment. Ce fut l’occasion pour moi de rencontrer d’autres jeunes qui avaient les mêmes affinités que moi, mais également de montrer ma détermination et ma motivation. J’avoue qu’en y repensant j’étais très anxieux à l’époque, j’étais empli de l’image véhiculée par les médias et je me demandais comment les gens allaient réagir à ce tract politique que je venais distribuer ; au final ce fut une agréable surprise, les gens ont réservé un très bon accueil au groupe de jeunes patriotes que nous formions.

Le temps à passé. Je m’investissais davantage à chaque réunion, chaque action, chaque meeting, j’étais photographe, graphiste, je donnais des coups de main, à gauche, à droite, l’idée était de rendre service autant que possible !

Puis vint le premier mai. Un moment magique. En parler me fait encore frissonner. Cette ambiance... La première rencontre avec Marine, avec Jean-Marie, avec Florian Philippot, puis avec d’autres cadres, les liens qui se tissaient avec les autres militants.

Entre deux évènements du parti, j’ai également lancé une initiative populaire, basée sur une page Facebook et un slogan, « Touche pas à l’Alsace », qui servait de cheval de bataille afin d’enrayer la réforme territoriale, la fusion des Régions, que la majorité des Alsaciens trouvaient stupides.

En septembre 2014, j’ai eu l’occasion d’aller aux universités d’été du Front national de la Jeunesse à Frejus, cela a eu pour conséquence de renforcer mes contacts avec les collègues d’autres départements, mais également de me confronter à la presse. En novembre, je me suis rendu au congrès et ai, par la même occasion, été chargé par le nouveau président du FNJ, Gaëtan Dussaussaye, de gérer les jeunes dans le département du Haut-Rhin. Ce fut en quelque sorte la récompense à mes deux ans de militantisme, la chance de pouvoir donner une nouvelle impulsion au parti chez les jeunes près de chez moi !

J’ai également été investi candidat dans le canton de Colmar-1 lors des dernières élections départementales, une chance pour moi de faire mes preuves sur le terrain. Ce fut extrêmement enrichissant. J’ai beaucoup appris de cette expérience, autant des autres candidats que des gens rencontrés au fil des tractages sur le marché. Je n’ai pas gagné, mais mon but était de donner une alternative au vote habituellement de droite dans le canton. Le Front, qui n’y était plus implanté depuis plus de dix ans, y étant arrivé, ma satisfaction fut complète.

J’ai été inspiré, au fil du temps, par de nombreuses personnalités politiques. Néanmoins, si l’on restreint ce nombre à celles qui sont au Front national, il est clair que je suis arrivé au parti pour Marine Le Pen. En tant que militant, on ne peut qu’espérer une victoire en 2017. Mais ma position quant à la ligne du Front national est toute relative, je considère qu’il n’y a qu’une ligne à suivre, celle de notre présidente. Il peut m’arriver d’avoir quelques discordances avec cette dernière, mais nous devons nous réunir derrière elle. Après, je suis partisan de la multiplicité des annexes qui découlent de cette ligne, celle de Marion et Jean-Marie, plus identitaire, ou celle de Florian Philippot, beaucoup plus gaullienne.

À ce propos, une définition, pour nos lecteurs : « Le terme "gaullien" fait référence à la personnalité même du Général de Gaulle, aux postures liées très directement à sa personne, à son tempérament, à sa manière de parler alors que le terme de "gaulliste" renvoie lui aux conceptions politiques, à l’idéologie qui au fil des années, pendant et après le Général, ont et continuent d’irriguer la vie politique française. »

Je possède cette part identitaire, mais également cette part gaulienne ; je pense qu’il faut puiser dans tous les courants et les idées qui nous entourent pour réaliser les meilleurs choix, mais également pour diversifier notre champ de vision ! Pour moi, tout est une question de bon sens, bien que ce dernier varie beaucoup selon l’appartenance politique.

Quant à savoir si Jean-Marie le Pen a influencé ma façon de militer, c’est avec assurance et confiance que je répond OUI ! Ce grand monsieur incarne énormément de valeurs aujourd’hui perdues, il représente la résistance, la ténacité, le combat, il est notre « Menhir », l’homme sans qui le parti n’existerait pas, et il occupe effectivement une belle place dans mon esprit militant. Bien que je ne cautionne pas ses récents propos dans Rivarol, ce quotidien d’extrême droite, je pense qu’il ne devrait pas être mis à la porte d’une façon aussi violente. Jean-Marie est un homme passionné, un homme amoureux de son pays et de ses valeurs, il est encore apprécié par nombre de jeunes et c’est bien mieux ainsi, il est un peu notre grand-père à tous !

Et même si les récents évènements nous ont montré dispersés, désunis, au final nous finissons tous par nous réunir pour un même idéal, car dans le fond, nous cherchons tous la même chose, changer les choses, rendre la France meilleure et nous nous battrons pour elle, quoi qu’il en coûte ! La jeunesse de France se mobilise et montre clairement son amour de la nation, Vive la France !

 

Romain Thomann

Romain Thomann (17 juillet)

 

-         -         -

 

C’est avec prudence que j’avance ici être né dans une « famille de droite », non que je doute de leurs convictions, mais plutôt parce que j’évite de leur coller une étiquette, d’autant plus que le clivage gauche/droite ne veut plus rien dire depuis longtemps.

Aux présidentielles de 2007, la « tradition familiale » (terme que je n’aime pas, mais qui montre bien ma conscience politique limitée d’alors) aurait logiquement dû m’amener à voter pour Sarkozy.

Qu’a-t-il bien pu se passer pour que, quelques années après son élection, j’en arrive à envoyer mon courrier d’adhésion à Nanterre alors que le système scolaire m’avait bien appris à repousser la soi-disant menace fasciste lepéniste ? Je dirais que c’est l’explosion de la dette, la création du CFCM, sa trahison daprès le référendum de 2005 ajoutés à son atlantisme carabiné qui m’ont convaincu de la nocivité des orientations UMPistes.

C’est en lisant le programme du FN, qui s’avère être en réalité un ensemble de propositions d’une cohérence remarquable, que j’ai eu envie de le défendre, d’où mon engagement en 2013, puis en 2014, pour les municipales. Nous avons, le candidat tête de liste et moi, réussi à monter une liste de cinquante-trois personnes à Créteil et avons obtenu trois élus au conseil municipal, dont je fais maintenant partie.

Pourquoi le Front national, me demanderez-vous ? Tout simplement parce qu’il me paraît être le seul mouvement qui n’ait pas trahi la France et les Français. Le mondialisme n’est-il pas une réalité, l’hégémonie américaine une évidence ? L’abdication de nos élites étant actée depuis des décennies, seul le FN a maintenu et maintient toujours cette flamme de l’espoir national face à la décadence.

Quand la gauche internationaliste prétend défendre le peuple, alors qu’elle n’est en réalité que la caution humaniste du système, la droite ultra-libérale, elle, ne cache pas sa volonté d’imposer un nouvel ordre mondial. J’ai choisi de ne pas être l’idiot utile de ceux qui rêvent de tuer la France.

Notons que leur « bel aujourd’hui » est en train de nous faire gagner le combat des idées. Un retour aux valeurs, à la morale et au bon sens est maintenant souhaité par une majorité de nos compatriotes.

En ce qui concerne les querelles internes, je pense qu’à long terme elles nous seront profitables. Elles ont le mérite de mettre en lumière différentes sensibilités, qui je le pense augmenteront l’ampleur du report de voix. Un Front en pointe sur le combat anti-immigration (axe identitaire qui, je le crois, sera capable de rassembler la droite au-delà des différends en matière d’économie) et un Front présent sur le social, donc en pointe sur le combat contre l’euro et pour la souveraineté.

Tous ces éléments me confortent dans l’idée que la stratégie « ni droite ni gauche » est la bonne, et que le Front national est plus que jamais notre seul espoir.

 

Raphaël Quinart

Raphaël Quinart (18 juillet)

 

-         -         -

 

La politique est avant tout pour moi une passion. Le débat, la prise de parole, le combat, la compétition, la confrontation… la politique est une arène, et nous en sommes les gladiateurs.

Avant même d’avoir eu des convictions, j’ai toujours été attiré par ce monde politique. Avant de vivre dans une atmosphère paisible en Seine-et-Marne, j’ai vécu dix ans à Fleury-Mérogis, ville connue pour… sa prison, la plus grande d’Europe. Je n’ai jamais été agressé ou racketté, mais j’ai vu des vols, une crèche brûlée aux cocktails Molotov, des agressions, des bagarres de gangs… bref, une insécurité chronique. Insécurité qui poussa mes parents à déménager.

Dans le contraste de l’atmosphère de cette ville du 91, mes parents m’ont inculqué les valeurs du respect, du travail, du patriotisme, et de la famille. De par léducation qu’ils m’ont transmise, ils m’ont indirectement mené sur la route du Front national.

C’est en 2012 que j’ai véritablement commencé à m’intéresser au discours du FN. J’avais quatorze ans, j’étais en quatrième, et je découvrais ce parti que je connaissais jusqu’alors comme celui du « diable de la République ». Mes parents ne m’ont pas inculqué de convictions politiques (tout du moins pas directement). De Nicolas Sarkozy à Philippe de Villiers, mes parents n’ont pas toujours été des « frontistes convaincus » ; ils n’ont voté pour le Front national pour la première fois qu’en 2012. Niveau politique, je suis donc un « autodidacte ».

Très vite, le discours de Marine Le Pen m’a séduit. Ses références, son vocabulaire, son dialecte, son charisme… tout. Mais je voulais en savoir plus. Plus sur son parcours, sur son programme, sur l’histoire de ce parti. De reportage en reportage, de documentaire en documentaire, j’ai commencé à entamer un véritable travail de recherche sur le Front national. J’ai découvert le Front à ses débuts, sa traversée du désert, ses premiers succès électoraux, sa scission, ses déboires, ses polémiques, et surtout… son menhir, Jean-Marie Le Pen.

Cet homme qui pourrait être mon arrière-grand-père me fascine, m’intrigue. C’est un homme politique comme on n’en fait plus, un « vieux de la vieille », qui s’est construit tout seul. Marin pêcheur, soldat en Algérie puis en Indochine, chef d’entreprise, puis chef de parti, cet homme qui a eu mille et une vie devient très vite un modèle pour moi, une référence.

En m’intéressant à l’histoire, à l’actualité, à certains grands économistes, je me suis construit de véritables opinions. Dès mes quinze ans, je suis passé d’un engagement basé exclusivement sur des valeurs (la patrie, le travail, la famille…) à un engagement plus complexe, plus « politique ». Une Europe des Nations souveraines, une réforme structurelle de notre fiscalité et de notre système social, une revalorisation de la France sur la scène internationale, une justice plus autoritaire, une éducation tournée vers les valeurs fondamentales : le respect, l’autorité, la hiérarchie, et la valorisation des filières techniques… ma vision de la société française et du monde était née.

Très vite, je me suis promis de ne jamais rester spectateur de tout cela, mais d’être un acteur, un acteur du changement, du vrai changement. La politique n’était donc plus une passion, mais bel et bien une vocation, un devoir. À seize ans, j’adhérais au Front national. Tractages, réunions de circonscription, congrès, j’ai vite pris goût à cet univers. Il y a quelques mois, je devenais le vice-président du groupe FN-RBM du Parlement des Étudiants. Une autre étape de mon engagement.

Depuis quelque temps, j’assiste, comme tous les autres militants, à ces tensions qui secouent le Front. Si la vie n’est pas un long fleuve tranquille, la politique l’est encore moins. Mais je regrette de voir que beaucoup d’adhérents ont enflammé le débat sur les réseaux sociaux, insultant tantôt notre présidente de « traître », tantôt notre fondateur de « vieux débris ». Je pense que la logique aurait été de se taire, au lieu de servir de la soupe sur un plateau d’argent à nos adversaires qui se délectent de notre « crise ».

En ce qui me concerne, je n’ai pas une vision manichéenne de ce conflit, et ne tiens pas à faire partie d’un « camp », car je veux encore croire à l’union, et non à la division. Notre présidente Marine Le Pen a pris les décisions qu’elle devait prendre, et a démontré ses capacités de chef d’État en prenant une décision difficile, sans rebrousser chemin. Je la soutiens, et la soutiendrai toujours, car en la soutenant, je soutiens la France. En la soutenant, je soutiens ses idées. En la soutenant, je soutiens un avenir meilleur.

En revanche, je ne tomberai jamais dans l’ingratitude envers notre fondateur. Cet homme que j’admire, et que j’admirerai toujours, a dirigé le Front pendant quarante ans. La reconnaissance qu’on lui doit est imprescriptible, intemporelle. Sans lui, le Front n’existerait pas. Sans lui, nous n’en serions pas là. Alors oui, il est vrai que je continue de le soutenir. Mais je ne pense pas que le soutenir fasse de moi une sorte de « frondeur ». Certains militants préfèrent retourner leur veste et le vilipender sur les réseaux sociaux, alors qu‘ils l‘idolâtraient il y a quelques mois, mais moi je ne suis ni un arriviste ni un ingrat. Je respecte mon président d‘honneur. Et tout bon frontiste devrait faire de même.

Le Front n’a pas besoin de guerre entre ses militants. Chacun doit rester à sa place, participer aux prochaines élections, continuer la bataille des idées, mais ne pas sombrer dans l’anarchie. Marine Le Pen et son père sont assez grands pour régler leurs déboires. Espérons juste que leur conflit idéologique ne fasse pas émerger des listes concurrentes aux élections. Ce serait une grossière erreur. Car je n’oublie pas que si je me suis engagé au Front, ce n’est ni pour Marine, ni pour Jean-Marie, mais pour la France.

Des divergences avec le programme du Front National, j’en ai. Tout le monde en a. Et heureusement, car c’est ce qui permet d’avancer. C’est cette confrontation idéologique qui permet de construire un programme solide et fiable. Qui choisira la ligne du Front ? La majorité, tout simplement. C’est pourquoi un militant qui a des divergences avec le programme frontiste ne doit en aucun cas quitter le parti, enflammer la Toile, ou demander la démission d’un cadre. Il doit conserver ses convictions, évoluer avec, et tout faire pour les imposer de façon démocratique, par le débat, par le vote.

Le Front national n’est pas sectaire. Un homme de convictions et de compétences peut facilement évoluer dans le parti, afin de proposer ses idées. La ligne d’un parti évolue lorsqu’un certain nombre de cadres portent des idées nouvelles, et non lorsqu’un groupe de militants menacent de quitter le parti ou de le détruire. Alors, à nous de nous serrer les coudes, peu importent nos divergences, afin de s’unir, et non de se fragmenter. Nos ennemis ne sont pas au Front, mais au pouvoir. Unissons-nous face à eux. Car unis, les Français sont invincibles.

 

Mathieu Latrille de Lorencez

Mathieu Latrille de Lorencez (18 juillet)

 

-         -         -

 

Le Front national est le premier parti politique chez les moins de vingt-cinq ans, c’est une donnée très importante car elle signifie que c’est le parti qui incarne l’espérance. Chaque militant frontiste considère le Front national comme le dernier moyen légal de sauver la France et les Français, de retrouver la prospérité et la gloire. Avant de parler de ce qui, dans mon parcours personnel, m’a conduit à adhérer au mouvement national, je souhaite évoquer rapidement une caractéristique très importante du Front national, celle qui m’a convaincu. Le Front national est un parti patriote, qui défend la France en tant que nation, peuple et civilisation. Cette idée est très importante pour moi, permettez-moi de vous dire pourquoi.

Je suis né dans la banlieue Est parisienne, plus précisément dans la banlieue rouge, à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. La ville historique de Georges Marchais, qui fut le secrétaire général du Parti communiste français jusqu’en 1994. Mon père est un ancien communiste, devenu socialiste avec l’âge, et ma mère est centriste ; je n’ai pas vraiment grandi dans une atmosphère Front national. Passionné d’Histoire depuis ma plus tendre enfance, j’ai appris à aimer celle de mon pays et je suis devenu très tôt patriote. Longtemps, un de mes rêves a été de participer au défilé du 14 juillet. Le premier choc qui a réveillé ma conscience politique se produisit au collège, j’étais alors en cinquième ; une camarade de classe d’origine algérienne me dit, parlant des Algériens : « Nous, on est là pour l’argent et on s’en fout de la France ». À partir de ce moment, j’ai compris que j’étais Front national. C’était en 2005-2006, et tous les évènements qui ont suivi n’ont fait que confirmer mon positionnement politique.

Au départ, je ne pensais m’engager en politique mais, en terminale, j’ai eu un déclic. Un bon matin, je me suis levé en me disant : « C’est bien beau de se plaindre, mais il faut agir pour changer les choses ». J’ai pris ma carte par internet en septembre 2012, et voilà comment je suis entré dans le grand mouvement pour la renaissance française. Je suis aujourd’hui conseiller municipal à Villiers-sur-Marne et secrétaire départemental FNJ du Val-de-Marne.

Le Front National traverse aujourd’hui une période difficile. La figure de Jean-Marie Le Pen est assez contrastée à mes yeux. A la fois, j’ai une grande admiration pour lui, sa vie et ce qu’il représente. C’est un ancien combattant qui a quitté son mandat parlementaire pour défendre la grande France ; il a résisté à son niveau pendant la Seconde Guerre mondiale et a dirigé pendant quarante ans le Front national qui, sans lui, n’aurait surement jamais connu de succès. Mais, d’un autre côté, de par ses provocations néfastes pour le mouvement, il nuit à la progression du Front national et à son arrivée au pouvoir. Or, notre pays a besoin de nous, de Marine pour se relever. La ligne que je suis est celle qui place la France avant tout. Par conséquent, j’aurais rejoint, hier, le Front de Jean-Marie Le Pen, et je me sens pleinement à ma place dans celui de Marine Le Pen aujourd’hui. Mais c’est dans Marine que je place tous mes espoirs pour l’avenir ; si Jean-Marie est un frein, un obstacle, il devra être écarté, car la cause est plus grande.

Les convictions propres ne sont pas importantes quand on est membre d’un parti politique comme le Front national. Nous avons une seule ligne politique, elle est décidée par le bureau politique, et chacun doit s’y tenir. Certes, nous avons des débats en interne ; il est normal qu’il y ait plusieurs sensibilités au sein d’un grand parti comme le Front national. Cela fait aussi notre force. Nous sommes un parti qui continue à produire des idées, des propositions novatrices pour l’avenir de notre pays. La ligne du mouvement est assez riche pour que celui ou celle qui souhaite réellement que la France renaisse y trouve son pain, c’est là notre but à tous.

 

Gilles Parmentier

Gilles Parmentier (26 juillet)

 

Une réaction, un commentaire ?

Suivez Paroles d'Actu via Facebook et Twitter... MERCI !