À l’extrême fin du mois de décembre 2014, je contactai Germain Louvet, jeune danseur tout juste promu au cœur du saint des saints, l’Opéra de Paris, pour lui offrir un espace d’expression pour un autoportrait. Je tenais à réaliser cet article, parce que ce que j’ai pu voir ou lire de lui m’a touché - pour ne pas dire séduit -, et parce que j’avais envie, à travers lui, d’évoquer un peu cette forme d’art dont on ne parle finalement que très peu, et qui de fait demeure largement méconnue (pour moi au premier chef) : la danse au sein de l’opéra.

Le temps a passé. Après de multiples relances, j’ai cru le projet avorté. Au mois de juin, dans le même esprit, je publiai lautoportrait auquel j’avais convié, le mois précédent, Julien Benhamou, photographe de talent qui sest spécialisé dans l’univers de lOpéra. La proposition faite à Germain Louvet tenait en ces termes : coucher sur papier numérique un texte dans lequel il se raconterait ; sélectionner et commenter quelques unes de ses photos. Son texte m’est finalement parvenu le 24 juin ; ses photos commentées le 23 juillet.

Je ne puis désormais que vous inviter à le lire, à regarder, à aller le voir. Ses mots, la sensibilité qui en transparaît vont vous toucher, forcément. Pour le reste, pour en prendre pleinement la mesure, il faut aller le voir ; cela concerne aussi votre serviteur. Voici, en attendant, la belle histoire d’un gosse qui, depuis ses quatre ans, a toujours eu envie de danser et qui, à force de travail et de persévérance, semble bien parti pour tutoyer les sommets - et les plus belles étoiles. Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche.

 

« Les sensations que procure la danse permettent, l’espace

d’un instant, de lever le voile, d’effleurer l’impalpable... »

On me demande souvent pourquoi j’ai commencé la danse. Je n’ai pas vraiment de réponse. Je crois qu’il me serait plus facile de répondre à la question inverse : pourquoi j’aurais fait autre chose ? Alors là, oui, la réponse me vient d’elle-même : c’était évident.

À quatre ans, j’ai demandé à mes parents s’il était possible de m’inscrire à un club de danse. Ravis d’avoir à s’éviter la peine de me trouver une activité pour m’occuper, ils ont accepté avec plaisir. J’ai donc débuté au club de danse de Givry (Saône-et-Loire, Bourgogne), tenu par une personne pleine d’enthousiasme et de douceur, un parcours d’éveil où, enfin, je pouvais canaliser mon hyperactivité.

À la suite de ces trois années de « tremoussage » en musique qui m’ont apporté beaucoup de plaisir, il m’a été proposé d’intégrer le Conservatoire national de région de Chalon-sur-Saône, pour poursuivre un enseignement plus poussé, si tel était mon souhait.

Je me suis ainsi retrouvé, à sept ans, à la barre, à entreprendre le long apprentissage des rudiments de la danse dite « classique ». J’y ai appris à mêler mon envie irrépressible de danser avec la rigueur qu’impose cette discipline. J’en garde un souvenir d’insouciance et de bonheur, dépourvu de toute question du genre : « pourquoi il faut fermer ses cinquièmes », « à quoi ça sert d’être en-dehors »...

Mon professeur, Sylvie Mondoulet, une femme pétillante et tendre, pleine de bienveillance à mon égard, proposa à mes parents, au bout de ma cinquième année au Conservatoire, s’ils étaient partants pour que je tente l’audition de l’École de danse de l’Opéra de Paris, étant donné que j’avais toutes les aptitudes physiques requises. Mes parents, légèrement anxieux dans le souci de mon bien-être, ont accepté, et me voilà parti à la découverte d’un tout nouveau monde qu’est celui de l’Opéra de Paris, alors encore totalement inconnu de moi. J’ai eu l’impression d’être Harry Potter découvrant Poudlard avec, pour baguette magique, mes rêves de scène et mon envie de flirter avec l’apesanteur.

Les six années qui ont suivi se sont déroulées comme s’emboîtent les rouages d’une horloge bien huilée. J’ai eu un cursus des plus classiques, sans sauter de classe ni en redoubler, mais surtout, j’ai passé six ans remplis d’allégresse durant lesquels j’ai rencontré des personnes extraordinaires qui m’ont aidé à me connaître mieux et, donc, à donner le meilleur de moi-même.

À dix-huit ans, un bac mention « Bien » en poche, j’obtiens le Saint Graal de tout petit rat, un CDI avec le prestigieux ballet de l’Opéra de Paris. C’est une page qui se tourne et le début de ce qui va être, et qui continuera à être ma plus riche aventure.

Je suis aujourd’hui « Sujet » au sein de la hiérarchie de la compagnie. Je travaille avec des danseurs incroyables, des artistes époustouflants, qui me nourrissent chaque jour ; tout cela contribue à mon épanouissement dans ce que j’ai toujours aimé faire, danser.

Car c’est là qu’à toujours résidé ma volonté de continuer, de travailler et d’aller toujours plus loin. Au-delà de toute envie de réussir, de désir de satisfaction ou d’ambition, de reconnaissance et de fierté ; cette pulsion, inhérente à ma personnalité depuis toujours, à utiliser mon corps comme outil d’expression, comme moyen de voyager à travers l’espace, le temps, les histoires, les personnages, les hommes et les femmes, à travers soi. Le langage lui-même n’a pas cette faculté à témoigner autant de la beauté du monde et de l’humanité dans sa complexité, dans ce qu’elle a de plus infâme à ce qu’elle a de plus pure. Je dirai finalement que, par la danse comme par beaucoup d’autres formes artistiques, on arrive, pendant certains instants suspendus au-dessus de toute réalité socioculturelle, de lieu ou de temps, à lever le voile, et à effleurer l’impalpable. Ce qui nous entoure, qui fait ce que nous avons été, ce que nous sommes, et ce que nous pouvons devenir. Cette sensation est tellement grisante ! Au point d’en devenir addict, voire religieusement fervent. Et pour rien au monde je ne m’en priverai. Tant que j’en ai la force et le courage...

Alors bien sûr, je ne mets pas en lumière les périodes de doutes et de démoralisation que j’ai pu traverser, comme toute personne choisissant ce chemin. Mais c’est tellement dérisoire comparé à tous les moments de béatitude et de jouissance que j’ai pu vivre en dansant, que ce soit sur scène, en studio, chez moi, ou ailleurs...

J’oublie également de parler de l’importance du partage qui a lieu avec le public, sans qui l’histoire est racontée à un mur de pierre. C’est le public qui crée l’artiste, et c’est ensemble qu’ils vont dessiner les traits d’une émotion, les contours d’une larme ou les soubresauts d’un frisson, modelant avec la sensibilité qui est propre à chacun ; la silhouette d’un souvenir perdu, un amour de jeunesse oublié, un deuil à apaiser, le feu d’un espoir qui était éteint…

Alors, quand parfois je me sens un peu perdu, je pense à tout ça, je pense à la chance que j’ai d’avoir la possibilité de vivre de ma passion et de mon art, et je pense à ce petit garçon qui mettait de la musique dans la chaîne hi-fi de ses parents et qui se mettait à bouger, timidement d’abord, puis de façon de plus en plus fluide, à danser, jusquà en perdre la notion de gravité, mais toujours en dansant.

Germain Louvet, le 24 juin 2015

 

Germain Louvet 2005

« Ma première année à l’École de danse, en 2005. »

 

Germain Louvet 2009

« Les Sept Danses grecques de Maurice Béjart, au spectacle de l’École de danse,

un moment de pur bonheur, autant dans le travail que sur scène. En 2009. »

 

Germain Louvet 2010

« Aux démonstrations de l’École de danse, en première division,

avec Jacques Namont comme professeur. En 2010. »

 

Germain Louvet 2011

« Mon premier concours annuel de promotion. Colas, dans

La fille mal gardée de Spoerli, en 2011. Copyright : Sebastien Mathé. »

 

Germain Louvet, Le Lac des Cygnes

« Le concours de promotion pour monter Sujet. Le Prince Siegfried dans

le Lac des Cygnes de Noureev. Copyright : Sebastien Mathé. »

 

Germain Louvet, Caligula, I

« Spectacle Jeunes Danseurs. Incitatus dans Caligula de Nicolas Le Riche,

avec Alexandre Gasse. Une rencontre exceptionnelle avec un monstre sacré

de la danse et de la scène, Nicolas... En 2014. Copyright : Isabelle Aubert. »

 

Germain Louvet, Caligula, A

« Copyright : Agathe Poupeney. »

 

Germain Louvet et Léonore Baulac, Casse-Noisette, S 

 

Germain Louvet, Casse-Noisette, S

« Premier rôle de soliste. Drosselmeyer/le Prince dans Casse-noisette de Noureev, avec la merveilleuse Léonore Baulac dans le rôle de Clara. Une expérience inoubliable qui ne donne qu’une envie : en vivre d’autres...

Le travail avec Aurélie Dupont comme maître de ballet a été une de mes aventures les plus enrichissantes, tant la personne et l'artiste est généreuse et sensible. Cette rencontre aura marqué un tournant dans mon évolution artistique. 2014. Copyright : Sebastien Mathé. »

 

Germain Louvet, Casse-Noisette, I

 

Germain Louvet, Casse-Noisette, I

« Copyright : Isabelle Aubert. » 

 

Germain Louvet, Mad Rush

« Mad Rush de Sébastien Bertaud, avec Charlotte Ranson, 2015. »

 

Germain Louvet, Julien Benhamou

« Shooting avec Julien Benhamou. Copyright : Julien Benhamou. » 

 

Germain Louvet, Polaroïd, M

 

Germain Louvet, Les Danseurs, M

« Premier polaroïd du photographe Matthew Brookes, avant une magnifique collaboration

qui a abouti à la sortie du livre Les Danseurs, d’abord en édition limitée (Colette)

avant sa sortie officielle en septembre. 2014. »

 

Son actu...

Germain Louvet sera sur scène à partir du 22 septembre dans la nouvelle création de Benjamin Millepied, lors de la soirée d'ouverture de la saison Robbins/Balanchine/Millepied. Le même soir, il sera remplaçant du rôle principal pour Opus 19 / The Dreamer, de Jérôme Robbins.

Toujours en septembre, il figurera, au côté d’Hanna O’Neill, dans une vidéo présentée sur la nouvelle surface multimédia de lOpéra de Paris, 3ème Scène. La chorégraphie est de Benjamin Millepied, la musique signée Nico Muhly, le tout réalisé par Jacob Sutton.

 

Une réaction, un commentaire ?

 

Vous pouvez retrouver Germain Louvet...