Il y a neuf mois, le photographe de grand talent Julien Benhamou acceptait de se confier sur son métier, sa passion, dans les colonnes de Paroles d'Actu. Voici aujourd’hui, partant d’une conversation récente, un nouvel exercice auquel il a bien voulu se livrer : une réflexion autour du « nu » auquel il s’est converti après quelques réticences comme « metteur en scène » sur papier glacé. Il partage pour nous cette expérience, avec quelques uns de ses clichés, qui sont tous sublimes... Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche.

 

104557462 

Autoportrait, juin 2015. Signé Noémie Graciani.

 

En tant que portraitiste, je me suis refusé au nu pendant très longtemps, ayant peur de tomber simplement dans de l’érotisme ou l’esthétisation des corps. Je ne me sentais aucune légitimité à demander à mes modèles de se déshabiller.

Mais c’est tout naturellement, au cours de mes recherches personnelles sur la danse, que le nu s’est imposé ; les images l’exigeaient.

Ma première expérience fut avec Aurélien Dougé pour notre projet Blessed Unrest. Le corps étant le sujet principal, le visage toujours occulté. La pose était en slip noir, et je travaillais ma lumière pour « sculpter » le corps et les muscles...

 

benhamou__0839__1_-2-2

Blessed Unrest #1 (Aurélien Dougé)

« Les recherches réalisées avec Inkörper Company pour la série Blessed Unrest m’ont incité

à m’interesser au corps sans vêtement. »

 

Ensuite, au cours d’une séance photo avec Valentin Regnault, un ami et model qui participe à la plupart de mes projets. Je le photographiais de dos en pantalon noir et le travail des muscles du dos me faisais penser aux dessins de nus de Léonard de Vinci. Je lui ai proposé de faire un nu intégral, de dos par pudeur, et il a accepté. C’était notre première expérience de nus à tous les deux ! Notre complicité a fait que cela s’est merveilleusement passé.

 

D4D_4282-2-2

Valentin Regnault

1980486_901012113242272_4982298550542485140_o

 

Depuis je suis très décomplexé par rapport au nu et je sais que mes modèles sont prêts à poser nus si la photo l’impose. Je pense qu’il y a une confiance mutuelle qui fait que l’on ose.

Aujourd’hui, je considère que mon travail personnel s’en trouve plus abouti, le résultat est plus radical.

L’ambiance lorsqu’on fait du nu n’est pas du tout tendue mais, au contraire, très amusante de par la situation. Tout cela est pris au deuxième degré et il n’y a, du coup, pas de place pour la gène.

Mon dernier projet a été une séance photo avec Inkörper Company ; nous avions une vingtaine de personnes qui posaient nues, pour la plupart des amateurs et donc des « premières fois ». Ils ont répondu à un casting que l’on a posté sur Facebook et étaient tous d’accord pour poser ainsi. Au bout de cinq minutes, tout le monde oubliait qu’il était nu.

Le nu apporte plus d’authenticité aux photos. Que ce soit avec des hommes ou des femmes, il s’agit, réellement, de se mettre « à nu » et de faire confiance. De plus, le corps, la beauté et la sensualité sont des notions très importantes pour moi...

Julien Benhamou, le 8 mars 2016

 

Peut-on occulter totalement les aspects d’attirance, de fantasmes quand on prend des corps nus en photo ou quand on pose nu ? Comment, si tu me passes l’expression, « garder la tête froide »... ?

Lors d’une séance photo de nu, l’attirance peut exister pendant les premières secondes... mais elle est très vite oubliée au profit de la création artistique.

 

Serais-tu prêt à poser nu toi-même ?

Mais... qui prendrait la photo alors ? ;-)

 

Tes projets pour la suite ?

Du 24 mars au 2 mai, une expo présentée par la No Mad Galerie autour de Blessed Unrest.

Je m’occupe également, à l’Opéra, de la production Roméo et Juliette, jusqu’à la fin avril.

 

10623629_860404290636388_404292719202243613_o

Mickael Lafon
« Au cours de mes séances de portraits, le nu s’imposait de plus en plus
car les poses qu’on imaginait avec les danseurs devenaient plus lisibles et plus pures. »

10700315_914136675263149_47115444956805157_o 

 

D4D_3935

Duet#1
« Photo réalisée pour une exposition de mon travail sur le nu masculin à la librairie Les Mots à la Bouche. »

D4D_3977

 

10620345_1129587567051391_1065541370630752226_ofDSC_189310444366_816279945048823_420673917904571039_n 

Mathilde Froustey
« Mathilde Froustey est principal dancer au San Francisco Ballet. Je la connais et la photographie depuis plusieurs années. » 

 

10321077_812206952122789_4217636853105984093_o

Pierre-Antoine Brunet

10388643_811204215556396_8208014694611992447_n

 

906321_835104783166339_3629036224360461984_o

Mathilde Froustey et Pierre-Antoine Brunet

1271891_923381764338640_1687301009369805427_o

 

10830795_1011453668864782_2724322480179065300_o12015076_1085621698114645_6872529728747318243_o12186452_1098859540124194_5290992153809820507_o12195017_1098357700174378_296653609292059329_o

Utku Bal et Elena

« Recherches sur le graphisme... »

 

10847868_1014133645263451_8971729652385064215_n

Mickael Lafon

 

10371699_1125992094077605_1328356970414220845_n

Antonin Rioche

  

12301544_1113947021948779_8852740376203356551_n 

Valentin Regnaut et Rafaëlle Cohen

 

11202874_1012774268732722_9115495141518628439_o

Juliette Gernez

 

10847782_973814225962060_7355351428683060636_n 

Germain Louvet

 

Une réaction, un commentaire ?

 

Vous pouvez retrouver Julien Benhamou...