La fidélité de l’ami Alain Duverne, géniale maman des Guignols, artiste aux doigts d’or et à la pensée féconde, à Paroles d’Actu m’est précieuse : après notre longue interview de février 2013, il avait encore accepté, deux années plus tard, après la tragédie Charlie, de prendre la plume pour composer autour de la question d’actu,  « Peut-on rire de tout ? ».  On est toujours restés en contact, ce qui me ravit à chaque fois que j’y pense.

Le soir de la triste disparition d’Alain de Greef, l’ancien patron des programmes de Canal+ et papa des Guignols (son interview Paroles d’Actu est à lire ou à relire ici), le 29 juin 2015, j’avais eu à cœur de lui envoyer un petit message de sympathie et lui avais demandé une réaction ; elle ne s’était pas fait attendre et fut accompagnée d’une photo touchante des deux Alain prise un peu plus d’un an auparavant. Je n’avais jusqu’à présent publié ni l’une ni l’autre, cet article m’en donne l’occasion, et avec elle celle d’une évocation de ce grand bonhomme de la télé que fut Alain de Greef. Quelques lignes, efficaces et qui comme toujours avec lui savent aller à l’essentiel. « En économie, les Trente Glorieuses ont été une rare comète de croissance ; Alain, avec ta modeste et souriante faconde, tu as illuminé dans Canal+ une comète de-bien être dans la morosité française. Nous sommes des millions à te remercier. »

Les Alain

Un peu plus de deux mois après, en septembre, à la suite des grands chamboulements décidés à Canal+ par son patron Vincent Bolloré, je lui avais demandé ce qu’était pour lui l’esprit Canal ; sans surprise sa réponse fut franche et pas encombrée de bien-pensance : « J’ai peur de décevoir en décrivant l’esprit Canal. Il a donné un reflet flatteur à la nouvelle classe sociale nommée bobocratie. Du pain et des jeux, ici et maintenant, décontract’, en toutes amitiés avec les gentilles politiques de gauche qui nous protègent,  et nous libérent des soucis d’avenir. »

Ces quelques derniers jours, par-delà les clivages politico-partisans, on est nombreux à avoir une pensée pour l’ex-Président Jacques Chirac, en proie à de très sérieux soucis de santé. Chirac, c’est un peu notre jeunesse (votre serviteur avait 10 ans quand il a pris l’Élysée, 22 quand il l’a quitté), et il dégageait quelque chose de bienveillant, de « sympa ». Il a été et restera peut-être comme « la » vedette historique des Guignols. J’ai tout naturellement que j’ai proposé à Alain Duverne d’écrire quelques mots sur lui et sa marionnette, tout cela étant précédé d’une réflexion sur un de ses grands chevaux de bataille, la tyrannie de la grammaire et de l’orthographe dans le français. Merci cher Alain pour cette nouvelle marque de confiance ; au plaisir de vous donner la parole pour évoquer vos projets à venir - et d’avenir ! Une exclu Paroles d’Actu. Par Nicolas Roche.

 

*     *     *

 

Sur la langue française

Les Français sont un peu plus schizophrène que les autres peuples, parce qu’à l’âge de leur initiation, on les plonge dans le dogme orthographique en leur faisant croire que c’est de la culture. En fait, l’orthographe est une immense culture pour les linguistes et les historiens qui ont là, les reliques de dix siècles d’histoire de l’écrit des langues européennes, mais pas pour les gamins de huit ans !

« La langue appartient au peuple, mais

l’orthographe déraisonnable appartient à l’État »

Pour les enfants malheureusement, c’est de la pure obéissance à l’État. Ils doivent obéir sans comprendre, sans poser de question et sans se poser de question. La langue appartient au peuple, mais l’orthographe déraisonnable, opaque et filandreuse appartient à l’État. La Révolution française a gardé la même instruction pour les enfants que l’instruction monarchique précédente. L’orthographe, la plus dogmatique des religions, forme des monoglottes orthographeurs franco-français. Mais les jeunes s’en balancent, ils préfèrent avoir une belle syntaxe, plus de vocabulaire, apprendre la musique, etc. Ils pensent que les correcteurs des ordis sont bien suffisants.

Pourquoi perpétuer cette tyrannie de l’orthographe grammaticale et lexicale alors que l’enfant, à quatre ans, a déjà acquis l’essentiel de la grammaire de sa langue maternelle ? Confondre la grammaire que tous les enfants acquièrent brillamment et joyeusement dans leurs premières années, avec l’orthographe grammaticale et lexicale, qui en dégoûte un sur deux plus tard, est en effet une brouille que la névrose orthographique française entretient. Il y a de grands noms et de grands savants qui ont vilipendé l’orthographe. D’autres, avec moins de discernement, disent que c’est la science de l’âne. Ils ont tort, car il faut apprécier d’autant plus les ânes qui, comme les zèbres ou comme les chats, ne se laisseront jamais domestiquer par l’homme. Ce n’est pas le cas de ces chevaux qui obéissent aux leurres de leur dressage.

Dans la francophonie, voulons-nous développer la clarté et le rayonnement de la pensée… grâce aux accords du participe passé ?

 

Sur Chirac, sa marionnette, et les rumeurs

La confusion entre l’affect et la raison des Français est la principale nuisance dans notre démocratie.

Jacques Chirac qui s’est montré comme un sympathique Roi, ainsi une grande partie des gens l’aime mais déteste l’homme de “droite” qu’elle à dû réélire de force !

Je suis marionnettiste justement pour utiliser les marionnettes comme moyen pédagogique pour instruire mieux que des ministres, mieux que des profs… Mais ce fut autre chose :

Nous avons ri avec le Guignol de Chirac, et la rumeur populaire a dit que son Guignol l’a fait réélire !

Nous n’avons pas beaucoup ri avec le Guignol de Nicolas Sarkozy, facho et renégat excité, mais ici, la rumeur populaire n’a pas dit que son Guignol l’avait fait perdre ? Pourtant, Sarkozy aurait fait rire la France en un superbe Louis de Funès. C’est sous Sarkozy que les Guignols de Canal+ ont perdu beaucoup d’audience. Espérons que cette année ils reprennent de la vigueur.

 

Chirac Les Guignols

 

Quand j’ai modelé la marionnette de Chirac, je me suis inspiré aussi de vingt ans de travail des caricaturistes, ce qui explique aussi la réussite de cette marionnette.

« Le physique de Chirac a joué

beaucoup pour sa carrière »

(...) Chirac, comme tout bon acteur politique, est un personnage qui doit se montrer sympa au yeux du peuple. Physiquement, ses paupières en toit de chaume, l’on beaucoup aidé à exprimer la compassion et la mansuétude. A contrario, sa forte mâchoire et son sourire tiré vers l’arrière par le muscle buccinateur, montraient le combattant, voire le tueur pour ses rivaux. Ses lèvres charnues bien dessinées en faisaient un amant attractif. Le mythe de son appétit gargantuesque, avec une tête de veau pour son repas, le rapprochait d’un autre mythe français, celui du Gaulois. Sa grande protubérance nasale, carrossée comme un avant de TGV, le faisait arriver le premier sur les bons coups, y compris pour les coups sexuels. (Vous voyez où je veux en venir, avec son nez !) Ce qui veut dire que son physique a joué beaucoup pour sa carrière, quelle chance pour les Guignols de Canal+, dont il était la star !

 

Jacques et Bernadette

 

Utopique ?

Demandez-moi de vous modeler un président pour 2017 ?

Eh bien, je vous ferais tout autre chose, parce que je souhaite qu’il inspire aux Français d’être en politique plus raisonnables qu’affectifs, et que son “coefficient de binette” peopolisable ne soit pas pris en compte, puisqu’il n’est pas là pour jouer la comédie. On pourrait ne pas le connaître, il s’appellerait Le Huitième.

On s’informerait sur son travail parce qu’on sait écouter et lire. Il pourrait parfois être représenté par des comédiens. Nous serions dans une nouvelle ère, celle de la démocratique intelligente et de la politique de la raison. Fini l’affectif et les affects, laissons cela dans la famille, nous supportons de moins en moins d’être pris pour des gamins.

par Alain Duverne, les 22 et 26 septembre 2016

 

Alain Duverne 2016

 

Un commentaire ? Une réaction ?

Suivez Paroles d’Actu via FacebookTwitter et Linkedin... MERCI !