Après la mise en ligne, hier soir, de quatre compositions élaborées autour d’hypothèses personnelles d’entre-deux-tours de la présidentielle 2017, voici, comme prévu et comme promis, le cinquième et ultime texte de cette série inédite. La personne qui l’a écrit (je l’en remercie encore ici) a tenu à rester anonyme : j’entends respecter ce choix à la lettre. Le riche récit qu’elle nous livre - le texte date du 30 octobre et elle l’a intitulé « Lignes de Front » - ne devrait pas manquer de faire réagir... Bonne lecture ! Une exclu Paroles d’Actu, par Nicolas Roche.

 

EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

Déjà demain: « 2017, l’entre-deux-tours »

« Lignes de Front »

Marine Le Pen

KENZO TRIBOUILLARD / AFP

 

Lundi 1er mai 2017

Jamais le Front national n’avait connu pareil rassemblement. Près de deux cent mille sympathisants avaient répondu à l’appel de Marine Le Pen, qui s’apprêtait à donner un immense meeting sur le Champ de Mars en ce jour de Fêtes du Travail et de Jeanne d’Arc. Le soleil allait atteindre son zénith tandis qu’une marée de drapeaux bleu-blanc-rouge achevait de se déverser autour de la tour Eiffel. Dans quelques minutes, la candidate sélectionnée au second tour de l’élection présidentielle commencerait son discours devant une foute impatiente.

L’atmosphère printanière, où se faisaient sentir quelques effluves de muguet çà et là, était électrique. On sentait bien que quelque chose de nouveau, d’inédit par son ampleur, allait arriver à la France. Une semaine auparavant, Marine Le Pen, « candidate du peuple » selon le dire de ses militants, était arrivée en tête du classement avec 29,3% des voix recueillies, soit très exactement l’approbation de 9 896 632 Français et Françaises. Presque dix millions de personnes !

Certes, Le Pen au second tour était une histoire dont tous les plus de 20 ans pouvaient se souvenir. Mais ce qui fut présenté hier comme un regrettable accident, un monstrueux malentendu que les errements de la gauche, ajoutés à une participation très faible, avaient rendu possible, apparaissait à présent comme la conséquence inéluctable, prévue et annoncée depuis des mois, voire des années, de tous les renoncements de ces gouvernements fantoches qui se sont succédé au cours des dernières décennies. La percée de Jean-Marie Le Pen en 2002 avait été fortuite, celle de Marine Le Pen, quinze ans plus tard, était logique, nécessaire et attendue.

Au pied de l’estrade, assis dans la première rangée à côté des autres hauts cadres du parti, Jean-François Jalkh, vice-président chargé des affaires juridiques et des élections, mesurait le chemin parcouru depuis. Il avait 17 ans lorsqu’il adhéra au Front national en 1974, deux ans seulement après la création de celui-ci. Lorsque Mitterrand autorisa, dans le but ultime de déstabiliser la droite, la proportionnelle à l’élection législative de 1986, il fut le benjamin des trente-cinq députés frontistes qui entrèrent pour la première fois à l’Assemblée nationale grâce à la roublardise de la gauche. Ces hommes (et cette femme : Yann Piat, la députée assassinée ; – « que Dieu ait son âme » – pensa Jalkh) étaient tous partis, avaient été exclus ou étaient décédés. Tous, sauf lui. Même Bruno Gollnisch, qui n’a pas supporté l’exclusion de son vieil ami Jean-Marie Le Pen au printemps 2015, s’était mis en retrait de la vie politique. Des « Trente-cinq » de 1986, du Front national d’antan, il ne restait que lui, Jean-François Jalhk.

Et cela ne le chagrinait pas outre mesure. Il ne regrettait point l’effacement de ce passé tumultueux. Le parti devait achever sa mue commencée en 2011, lorsque le père céda son pouvoir à la fille, avec le consentement d’une large partie des adhérents. « Le Pen est mort, vive Le Pen ! » s’étaient moqués les journalistes. Mais l’héritière jeta son nom aux oubliettes de l’Histoire pour forger une renommée nouvelle avec son seul prénom, « Marine ». Restait à faire oublier celui du Front national. Jalkh ne croyait pas en la victoire finale, pas tant que le parti garderait le nom d’une formation qui fut associée durant un demi-siècle à l’extrême-droite. Les Français sont des traumatisés que leur ombre effraie…

« MA-RINE ! MA-RINE ! MA-RINE !!! »

Les ovations de la foule tirèrent le vice-président de sa rêverie. Marine Le Pen venait d’apparaître sur scène et saluait son public, les bras largement ouverts, comme si elle cherchait par ce geste à étreindre la France entière. Elle portait un chemisier bleu-marine, un pantalon blanc et des talons rouges. Remarquablement amincie, rayonnante et victorieuse, elle paraissait presque belle. Alors que les dernières notes de l’« Odyssée Bleu Marine » s’achevait, elle gagna place devant le pupitre et commença – le silence se fit aussitôt – de sa voix rauque et puissante.

Dix millions ! Ils avaient été dix millions à aspirer lui donner les rennes du pays ! Dix millions à crier leur soif de liberté dans les urnes ! Grave, la présidente du Front national déclara solennellement que le peuple français était face à un choix historique. Pour la première fois ou presque, une véritable alternative s’ouvrait à lui. D’un côté le parti de l’étranger, de l’immobilisme, de la haute finance mondialisée, incarné par le vieillard Juppé, débris d’un monde archaïque et corrompu. De l’autre, elle, Marine Le Pen, la candidate de la France, qui exercerait son pouvoir par et pour le peuple, seul souverain légitime devant lequel il convient de se plier. Finie la fausse alternative gauche-droite ! En ce jour, c’étaient les partisans de la France contre ceux qui l’ont reniée.

À vrai dire, digressa-t-elle, cette alternative s’était certes déjà posée au peuple quinze ans auparavant (Florian Philippot manqua de s’étrangler à l’entente de cet hommage inattendu à Jean-Marie Le Pen) mais, il fallait le reconnaître, à l’aube de ce siècle, le mouvement national n’était pas suffisamment mature. Depuis, il a grandi.

« Cette fois-ci, nous sommes prêts », assura Marine Le Pen.

Derrière l’estrade, une vingtaine de jeunes attendaient debout la fin de discours avant de monter sur scène et chanter l’hymne national aux côtés de leur présidente. Ils portaient des T-shirt bleu marine, sur lesquels était inscrit, en grosses lettres blanches, le slogan de la campagne présidentielle : « AU NOM DU PEUPLE ». Chacun avait, à la main, un drapeau, un drapeau français, bleu-blanc-rouge, et nulle part on ne pouvait voir de drapeau frontiste. Par ailleurs, la flamme bicolore et les deux lettres « F.N. », avaient été supprimées de toutes les affiches, de tous les tracts, banderoles, et pupitres. Le nom du Front national comme celui de Le Pen avaient disparu de la campagne de communication pour ne laisser place qu’à un objectif : « #Marine2017 ». « C’est fade », regrettaient certains. « Le FN, ce sera bientôt de l’histoire ancienne », répliquaient d’autres.

Arthur, 19 ans, patientait parmi ce petit groupe de militants du FNJ. Il terminait sa première année de droit à Assas. Il était monté au Front l’an dernier, pour ne plus le quitter par la suite, si bien qu’il avait validé ses partiels de justesse. Il éprouvait une naïve excitation à l’idée de monter sur scène rejoindre celle en qui il plaçait des espoirs insensés. Pour la première fois, la semaine dernière, il avait accompli fièrement son devoir de citoyen. Dans l’isoloir, il avait embrassé le bulletin de Marine avant de le glisser dans une enveloppe bleue, et cette dernière, dans l’urne. Dans la candeur de sa jeunesse, il imaginait lui et les siens comme les résistants des temps modernes bataillant contre les armées coalisées de l’Anti-France : bobos moralisateurs, politiciens cyniques, banquiers apatrides, immigrés voleurs, islamistes assassins. « Si Marine ne gagne pas cette fois-ci, c’est foutu », se disait-il. Il pensait à ces hordes de clandestins qui se déversaient inlassablement sur les rivages de l’Europe du sud, exactement comme l’avait décrit Jean Raspail dans le prophétique Camp des Saints. La pensée de la submersion migratoire le terrifiait, l’empêchait même parfois de dormir, comme le montant de la dette qu’il faudra rembourser, ou encore l’épuisement prochain des ressources planétaires. Il avait le sentiment de vivre dans un monde de cinglés.

« Nous ne voulons pas de ce marché mondialisé devenu complètement fou ! » répondait la voix de Marine, en exact écho à ses pensées.

« Ah, pesta-t-il en lui-même, qu’ils ont eu la belle vie, les enfants chanceux du direct après-guerre ! Pas de chômage, pas de crise, pas d’islamisme… Et ils ont tout cassé. Et c’est l’un d’entre eux, l’affreux Juppé, qui devra nous gouverner, alors qu’il est de ceux qui nous léguèrent un pays en ruines ? Mais jamais de la vie ! ».

Lui dont les parents, bourgeois, votaient à droite, lui qui jetait des regards dédaigneux aux crasseux anarchistes qui, pour un oui ou un non du gouvernement, avaient régulièrement bloqué à coup de poubelles renversées les portes de son collège, puis de son lycée toute sa scolarité durant, lui le conformiste, le Front national avait finalement fait de lui un révolté.

Vingt minutes plus tard, Gaëtan Dussaussaye, le souriant directeur du FNJ, fit signe au petit groupe que ce dernier devait s’avancer devant les escaliers métalliques. La candidate à la présidentielle achevait son long discours ; elle cria enfin de toute la force de sa voix éraillée :

« Vive la République ! »

« Vive le Peuple ! »

« Et vive la France ! »

Tonnerre d’applaudissements, explosion des « Marine présidente ! » sous le bel éclat du soleil de mai.

Les jeunes grimpèrent sur l’estrade et y agitèrent les drapeaux. Comme à l’accoutumée, les filles passèrent devant et entourèrent leur présidente ; les garçons devaient rester un peu en retrait. Le spectacle de la gigantesque marée bleue, blanche et rouge qui s’offrait sous les yeux d’Arthur était proprement stupéfiant. En bas, au niveau de la première rangée de chaises pliables, les grands cadres s’étaient levés et applaudissaient également. Arthur croisa le regard de la belle Marion Maréchal-Le Pen et il en fut tout ému. Enfin Marine Le Pen s’approcha de nouveau du micro et commença sur une note sourde :

« Allons enfants de la patrie… »

La multitude reprit en cœur La Marseillaise, et Arthur eut le sentiment d’une immense communion nationale. En cet instant précis, tous ces gens devant lui étaient ses frères et ses sœurs, et son cœur fut gros d’espoir et d’émotion.

« AUX ARMES CITOYENS ! »

Droit comme un piquet, presque au garde-à-vous, il chantait.

« FORMEZ VOS BATAILLONS ! »

La France, se dit-il, a dû affronter bien des épreuves au cours des siècles. Celle-ci n’en est qu’une nouvelle.

« MARCHONS, MARCHONS ! »

La providence a envoyé Jeanne d’Arc et le général de Gaulle au moment où le parti de l’étranger semblait l’avoir définitivement emporté, et menaçait de nous anéantir.

« QU’UN SANG IMPUR… »

Il tourna la tête à droite, vers la Présidente. Jeanne d’Arc avait vieilli, mais elle était revenue.

« …ABREUVE NOS SILLONS !!! »

Levée de drapeaux et ovations. Marine Le Pen fit un ultime salut à la foule et disparut. Le public continuait d’applaudir à tout rompre.

Avec une naïveté toute juvénile, Arthur pensa alors : « Avec tant de volontés, la victoire sera forcément au rendez-vous ».

 

*     *     *     *     *

 

Mardi 2 mai 2017

La télévision, la radio et les réseaux sociaux fourmillaient de mille rumeurs affolées. C’était la mélodie rituelle d’un Occident halluciné persuadé qu’il courait à sa fin.

Hillary Clinton avait beau l’avoir emporté – de peu – contre Donald Trump à l’automne dernier, la digue du populisme menaçait toujours de rompre de l’autre côté de l’Atlantique. Déjà l’inattendu « Brexit », puis l’avènement final de Norbert Hofer lors du second scrutin des élections présidentielles autrichiennes avaient-ils entamé la tour de Babel strasbourgeoise de brèches profondes. Un grondement de colère s’élevait de toute l’Europe et les institutions de Bruxelles assistaient impuissantes à l’expression des contestations populaires : référendums anti-migrants, manifestations contre l’austérité, montée en puissance des partis eurosceptiques. Celui de Marine Le Pen triomphait en tête du premier tour des élections présidentielles françaises, si bien que l’Union européenne n’avait pas fini de trembler.

Journalistes, politiques de droite et de gauche, hommes d’affaires, représentants d’associations diverses et innombrables, stars du show-business, tous se relayaient à la télé et à la radio, dans des marches et des concerts géants pour prêcher la parole du camp « républicain ». D’un air plus grave que jamais, Valls discourait sur une République en danger que seule l’union des démocrates pouvait sauver et le Quotidien de Yann Barthès enchainait chaque soir les reportages sur les agissements des néo-nazis et des catholiques intégristes dans le pays. Le sommet du consensus politico-médiatique fut atteint lorsque Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, appela ses troupes à voter pour le très libéral Juppé, l’ancien Premier ministre qui, vingt ans auparavant, avait tenté de saboter la Sécurité sociale et les retraites des travailleurs…

Toute cette agitation eût pu évoquer l’esprit du 21 avril 2002, si ce n’est que la mobilisation populaire ne fut pas de la même ampleur. Les activistes de SOS-Racisme constatèrent bien que leur rassemblement clairsemé de la place de la République fit pâle figure au regard des immenses cohortes que les évènements de 2002 avaient levées contre l’extrême-droite. Les gens se lassaient de ces scènes de déjà-vu, ou alors ils avaient suffisamment soupé de leçons de morale. La colossale Marianne de bronze, sur son socle tagué d’innombrables « JE SUIS CHARLIE », avait regardé avec hauteur le navrant spectacle de ces moutons venant bêler dans ses jupes leur désarrois à la moindre fois que leurs naïfs idéaux se voyaient contrariés par les vicissitudes de la réalité. Deux ans après l’assassinat de Charb et des siens, la France n’était définitivement plus Charlie.

Sur les hauteurs de Saint-Cloud, reclus dans un manoir d’époque Napoléon III, un vieil homme borgne contemplait le spectacle depuis son poste de télévision. Il se tenait affalé sur un fauteuil Empire, dans un salon lambrissé quelque peu poussiéreux. De splendides réceptions avaient dû se tenir en ces lieux ternis, car tout y évoquait une gloire passée que les années et l’abandon avaient ravie. Par les hautes fenêtres s’étendait une vue imprenable : le majestueux parc qui dominait la tour Eiffel, puis, au-delà, l’ensemble de la capitale.

« Le débat va commencer, Président », dit Gérald, le majordome.

Il n’y avait plus que ses amis qui continuaient d’appeler ainsi le vieil homme, pour lui faire plaisir, mais le cœur n’y était plus. Après des mois et des mois d’homériques combats devant les tribunaux, il avait perdu le droit de réclamer du titre de Président d’honneur du Front National. Jean-Marie Le Pen soupira.

« Voyons comment la petite va s’en sortir. »

Gérald augmenta le volume de la télé. On était le soir du traditionnel débat de l’entre-deux tours ; David Pujadas et Anne-Claire Coudray recevaient Marine Le Pen et Alain Juppé sur leur vaste plateau lumineux. Marine portait une éclatante veste rouge sang et à vrai dire, elle crevait déjà l’écran. Les deux candidats sélectionnés pour le second tour saluèrent les journalistes, puis se serrèrent poliment la main et prirent place.

Le tirage au sort octroya la première prise de parole à Juppé, qui expliqua pourquoi il avait accepté de débattre contre Le Pen, contrairement à son défunt prédécesseur, Jacques Chirac.

« Ah ce vieux bougre de Chirac, maugréa le vieillard, il aura crevé avant moi ! Quel escroc ! … Mais quel talent ! … Ha ha, le coquin…

« Nous ne devons plus fuir la confrontation, coupa la voix de Juppé depuis le poste de télévision. Il s’agit désormais de mettre l’extrême-droite face à ses contradictions, de révéler au grand jour la vacuité de son programme économique, de rendre évidente la dangerosité de son idéologie. Ce soir, je ferai tomber le masque de madame Le Pen… »

Et Marine Le Pen de répondre :

- Monsieur Juppé, je vais vous flatter : me voilà extrêmement satisfaite de me trouver face à vous ce soir. Il aura fallu attendre la présidentielle pour que vous acceptiez – enfin ! – de m’affronter ! J’espère que nous aborderons des sujets de fond car, voyez-vous, je vous estime un peu plus honnête que votre rival Sarkozy. Oh, bien sûr, vous êtes tout comme lui un repris de justice, mais vous ne cherchez pas à enfumer les gens comme lui le faisait. Vous assumez votre mondialisme, votre fédéralisme post-démocratique, votre complaisance envers le communautarisme. Vous ne faites pas semblant d’être patriote…

Tout au long du débat, alors qu’elle tenait tête à l’ancien Premier ministre sous les feux des projecteurs, devant des millions et des millions de Français, venaient à Jean-Marie Le Pen des sentiments contradictoires. De la fierté et de la tristesse. Fier de sa fille, oui, il l’était. C’était une battante, comme lui. Sans doute le sang breton qui voulait ça... Mais l’aventure se déroulait sans lui, et ce n’est pas ses pauvres comités Jeanne qui, il le savait, pèseraient d’une quelconque manière aux législatives. Pour la première fois de sa vie, à presque 90 ans, il se sentit vieux.

Ah l’ingrate… Mais il avait fait d’elle ce qu’il était : une brute. Le Pen n’était pas homme à faire des mea culpa. Jamais de sa vie il ne s’était excusé. Ni devant les Français, ni à ses proches. Jamais. Pourtant, dans son for intérieur, il savait quel père effroyable il avait été. L’attentat à la bombe qui faillit les tuer petites, l’école publique et les professeurs qui les haïssaient, l’absence de leur mère quinze ans durant, les menaces permanentes, les humiliations parfois, il avait fait subir tout cela à ses trois filles sans d’autres mots de réconfort, les rares fois où elles venaient se plaindre, que « vous pourriez être nues dans la neige en temps de guerre ». Et ce fut Marine qui pleura le moins. C’était celle qui lui ressemblait le plus.

Il avait déjà perdu le fil du débat. La sénilité lui posait des problèmes de concentration. Ses reins lui causaient maintes douleurs. Il se récita à lui-même, une fois encore, ces vers de Musset qu’il aimait tant :

« J’ai perdu ma force et ma vie,

Et mes amis et ma gaieté ;

J’ai perdu jusqu’à la fierté

Qui faisait croire à mon génie. »

Ah, qu’il était loin le temps de Poujade, lorsqu’il gueulait à s’en faire péter les glottes La Marseillaise dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale tandis que la Quatrième République agonisait ! Elles étaient loin, les bagarres et les beuveries du Quartier Latin ! Loin, l’Indochine et l’Algérie. Et les croisades en voilier sur les mers de sa chère Bretagne natale... Et les meetings endiablés où virevoltaient les drapeaux. Et tous les autres souvenirs innombrables…

« Le seul bien qui me reste au monde est d’avoir quelquefois pleuré. »

Dans la pénombre de ce salon désuet, peut-être le Menhir laissa-t-il son unique œil s’épancher un peu… Mais cette scène-là, il n’y aurait jamais aucune caméra de télévision pour la filmer.

 

*     *     *     *     *

 

Mercredi 3 mai 2017

Florian Philippot était ce qu’on appelle un homme pressé. Impeccable dans son costume gris anthracite de chez Paul Smith, rasé de près, droit comme un automate, il achevait son interview dans le studio de RTL. Il était 14h, et c’était déjà la cinquième de la journée. Cinq fois qu’il répétait presque mot pour mot les mêmes éléments de langage depuis qu’il était levé : « Les Français ont pu voir hier soir une Marine Le Pen digne et éloquente, plus présidentielle que jamais » ; « Nous appelons tous ceux qui ont la France à cœur, qu’ils soient de gauche ou de droite, à rejoindre la grande famille des patriotes »… Il n’avait pas eu le temps de prendre son déjeuner et il était affamé, mais ne laissa rien paraître de sa lassitude. Enfin, il entendit avec soulagement le journaliste déclarer :

« Merci Florian Philippot, excellente journée à vous. »

Il se leva – il eut un léger vertige – et, le visage impassible, prit congé des chroniqueurs par une dernière poignée de mains. Dans le couloir l’attendait Richard, son collaborateur favori. C’était un séduisant jeune homme brun, beau comme l’était Alain Delon à 20 ans, que Philippot avait fait nommer secrétaire FN d’un département des Hauts-de-France, où il avait par ailleurs été élu conseiller régional, sur la liste présidée par Marine Le Pen. Devant la mine visiblement épuisée de son patron, le garçon posa une main sur son épaule, dans un geste apaisant. Ils s’en allèrent déjeuner dans une brasserie du très chic quartier où ils se trouvaient.

Même rassasié, la migraine que Philippot avait ce matin senti poindre juste au niveau de sa tempe droite ne le quittait pas. Elle s’accentua au contraire lorsqu’il pensa au débat qu’il avait ce soir face à Maël de Calan, un des bras droits de Juppé, sur le plateau d’Apolline de Malherbe, de BFM-TV.

« Tu vas le défoncer, le petit Maël », dit Richard, en écho à ses pensées.

Philippot hocha lentement la tête. Il songea au visage blafard et insignifiant de ce frêle trentenaire, largement médiatisé depuis la publication de son pamphlet anti-FN, l’année dernière. Un jeune intello, timide et sans charisme, qui s’est retrouve parachuté du jour au lendemain sous le feu des projecteurs et des caméras de télévisons. Comme lui. Calan l’insupportait.

Une notification s’afficha sur l’iPhone dernier cri qu’il tenait toujours dans la main, comme greffé à elle. Philippe de Villiers venait de déclarer sur iTélé qu’il eût été prêt à soutenir Marine Le Pen à condition que celle-ci abandonnât « l’orientation laïcarde et gauchisante insufflée par ses conseillers chevènementistes » pour « une politique d’inspiration chrétienne, défendant la famille et la morale catholique ». Dans l’état actuel des choses, terminait le vieil homme, toute chance de victoire apparaissait impossible, faute d’unité de la part du camp patriote. Tous les sondages, d’ailleurs, le démontraient.

« Connard », pensa Philippot.

Sur Twitter, les ennemis du vice-président du FN exultaient. « Par la faute de Philippot qui aura dégoûté l’électorat de droite, le sursaut national n’aura pas lieu », twittait une certaine « Capu Patriote » ; « En liquidant le dernier espoir de la droite nationale, le funeste Philippot a définitivement livré la France aux Congoïdes », ajouta, lui, le comte Henri de Lesquen. « Une seule solution : se débarrasser de la truie Le Pen, digne fille de sa catin de mère, et de son acolyte, le sodomite Philippot », philosophait avec sa délicatesse habituelle Jérôme Bourbon, le directeur de la revue Rivarol. Et, clou de ce spectacle virtuel, Marie-Caroline Le Pen, la sœur de Marine, partageait sur son compte l’énième appel à l’union des droites de Karim Ouchikh, le président du très droitier SIEL, qui rêvait de voir réunis dans un seul et même mouvement Robert Ménard, Philippe de Villiers, Jean-Frédéric Poisson, Jacques Bompard et Marion Maréchal-Le Pen, soit autant d’adversaires résolus de la ligne « nationale-républicaine » insufflée par Florian Philippot au Front national.

- Un bon nombre de gens au Front n’en pensent pas moins, dit Richard. Après un silence, il ajouta : Ce parti ne te mérite pas, Florian. Il ne te pardonnera jamais d’être ce que tu es, ton parcours, tes principes politiques, et même ta vie privée. Ce tas de bouseux réacs ne te mérite pas. Quitte-le, fonde quelque chose de nouveau. Beaucoup de jeunes te rejoindraient…

- Je pense poser un ultimatum à Marine après l’élection, répondit Philippot. La Maréchal ou moi. Et si elle n’est pas capable de tourner définitivement le dos à sa famille de cinglés, alors je partirai. On partira.

- Elle ne le fera jamais. Elle préférera toujours la Princesse (c’est ainsi qu’ils surnommaient dédaigneusement Marion Maréchal). Ils ont beau se rentrer dedans à longueur d’année, c’est un clan bien plus soudé qu’il n’y paraît, les Le Pen. Une vraie meute de loups…

- Marine a montré à plusieurs reprises qu’elle savait faire passer les intérêts du parti avant des considérations familiales. Et elle sait qu’elle ne peut pas se passer de moi.

- On verra. Mais à ta place, j’en aurais assez d’être dans un parti qui me déteste.

Philippot posa son verre d’eau et se passa une main sur le front comme pour en essuyer la fatigue. Il marmonna :

« La Princesse, tout le monde l’adore. Elle n’a jamais fourni le moindre effort de sa vie, il lui suffisait juste d’être la petite-fille de son grand-père. Une petite bourgeoise sans intérêt, qui a joué la carte catho réac’ parce que c’est à la mode en ce moment. Mais comme elle est soi-disant jolie, les militants l’appr… ha ha ha! »

Il s’interrompit par un ricanement devant la méchante grimace que fit alors Richard, dont les yeux louchèrent en même temps qu’il battait des cils, se moquant du léger strabisme dont souffrait effectivement Marion Maréchal-Le Pen.

Florian Philippot reprit vite son sérieux habituel, puis il annonça, comme s’il réfléchissait à voix haute :

« Oui. J’irai en parler à Marine. L’heure est venue pour elle de faire un choix. »

Non loin de là, une jeune femme blonde et son garde du corps passèrent la porte d’un immeuble du Faubourg Saint-Honoré. Derrière l’élégante façade, à quelques mètres à peine du palais si convoité de l’Elysée, se trouvait le quartier général de l’équipe de campagne de Marine Le Pen. A l’intérieur, l’agitation était à son comble. David Rachline, à qui la présidente du FN avait confié la direction de sa campagne, sortit d’un bureau empli d’éclats de voix et de sonneries de téléphone afin de saluer sa collègue et amie de longue date, Marion Maréchal-Le Pen.

« Les dernières estimations ? » s’enquit Maréchal.

- Le débat d’hier a boosté la côte de Marine, mais l’écart avec le vieux reste trop large, répondit Rachline, qui essuyait de sa manche son front moite.

- C’était couru… Et ce lâche de Dupont-Aignan qui n’a pas osé donner de consigne de vote ! Ni personne d’autre à droite… soupira la députée. Merci David, à tout à l’heure.

Elle secoua la tête et monta au première étage où il y avait le bureau de Marine Le Pen. Elle trouva sa tante au téléphone. Cette dernière, lorsqu’elle vit qui se tenait sur le seuil de la pièce, abrégea sa conversation et raccrocha rapidement. Elle salua sa nièce d’un grande sourire :

- Ma chérie ! Comment vas-tu ? Je te croyais à Carpentras.

- Je prends le train tout à l’heure. Tu te rappelles que demain on a un meeting commun dans le Vaucluse ?

La Présidente acquiesça : « Oui, bien sûr. »

- J’ai croisé David, en bas, reprit Marion Maréchal. Il m’a dit que l’écart restait très grand.

- On savait que Juppé arriverait à faire reporter sur lui l’immense majorité de l’électorat de gauche, dit Marine Le Pen, désabusée.

Après un petit silence, la jeune femme lâcha sur un ton détaché :

« C’était bien la peine de faire une campagne à gauche qui a fait fuir l’électorat de droite pour finalement se retrouver cocus par les gauchos… »

Le Pen lui jeta un regard sévère.

- Allons bon, Marion. Te voilà en train de parler comme Sarkozy…

- La retraite à 60 ans, c’était pas une promesse de gauchistes démagos, peut-être ?

- Les gens veulent entendre de nous que l’on fera des économies ailleurs, avant de toujours s’attaquer à leurs salaires et leurs retraites…

Marine Le Pen s’assit à son bureau, et tira nerveusement sur sa cigarette électronique. Elle consulta quelques SMS sur son téléphone portable avant de lever de nouveau la tête vers sa nièce, debout et immobile. Elle la fixa de son regard perçant, puis reprit :

- J’imagine que tu n’es pas venue ici pour me conseiller de changer de stratégie électorale quatre jour avant le second scrutin de la présidentielle. Alors parle : je t’écoute.

- Marine, tu as suivi les convictions qui étaient les tiennes et la stratégie électorale qui te semblait la meilleure. Même si cela aboutit à l’échec dimanche prochain, je ne t’en tiendrais pas grief. Seulement, je me suis engagée en politique pour défendre certaines valeurs, certains principes, et je ne pense pas continuer si ceux-là sont bafouées au sein de notre formation.

Marine Le Pen haussa un sourcil :

- Allons-donc, tu vas finalement me faire le reproche de ne pas avoir battu le pavé chez La Manif Pour Tous aux côtés de tous les élus de l’UMP ?

- Tu sais bien que je ne te l’ai jamais fait. D’un point de vue tactique, c’était habile de ménager la chèvre et le chou. En revanche, certains, au Front, m’en ont fait le cuisant reproche… Parfois même publiquement, sur Twitter, par l’intermédiaire de petits sergents fielleux.

- Et voilà ! Florian. Encore ! s’exclama Le Pen. C’est fou que vous n’ayez jamais pu vous piffrer, tous les deux. Vous êtes pénibles avec vos guerres d’égo.

- Moi je l’ai respecté, répliqua Maréchal en haussant le ton. C’est lui qui m’a méprisée dès la première seconde. Il n’a jamais pu supporter l’affection que me portait Papy !

Le pourpre montait aux joues de la jeune députée du Vaucluse, qui respira et reprit d’une voix plus calme :

« Qu’on ne s’aime pas à titre personnel n’a aucune importance. En revanche, que ce parvenu se prenne pour le roi et t’impose à des postes clé ses petits mecs par chantage et caprice – si si, Marine, on sait tous qu’il le fait – ça, ça me pose de sérieux problèmes. Ces jeunes bobos de Sciences-Pô en costard-cravate, idolâtres de Chevènement et de Marchais, qui sont montés en grade on ne sait de quelle façon (je n’ose imaginer comment !) sont le type même de tout ce que nos électeurs haïssent chez les politiciens : ambitieux, cupides, coupés des réalités de la vraie vie. Ils n’ont rien, strictement rien à faire au Front national. Ces "mignons", comme disait Papy, ne sont fidèles qu’à Philippot, Marine. Toi et le parti, ils s’en foutent ! »

Et comme sa tante ne répondit rien, elle continuait :

« Ose me dire que j’ai tort, Marine… Les sectaires, c’est eux. Il y a quelques mois, Philippot a fait pression sur un président de collectif pour la seule raison que celui-ci était allé à un de mes meetings dans le sud. On ne peut pas continuer à tout lui céder. Moi je ne peux plus. Je n’ai rien dit jusqu’à présent pour l’unité du parti, pour ta victoire… Mais maintenant je te le dis. Lundi prochain, il faudra choisir : c’est lui ou moi. »

« Marion... »

Marine Le Pen murmurait presque à présent.

- Je ne peux pas choisir entre vous deux. Tu le sais.

- Je suis désolée, Marine, dit doucement Maréchal, les yeux brillants. Mais l’heure est venue pour toi de faire un choix. Au revoir, à demain, pour notre meeting du Vaucluse.

Marion Maréchal-Le Pen tourna les talons et quitta le bureau de sa tante. La pensée de partir à Carpentras en fin d’après-midi était pour elle un soulagement. Elle y aimait la belle clarté de la Provence, le parfum des champs de lavande, le chant des cigales, l’accueil toujours chaleureux que lui réservaient les solides gaillards du Midi. Olympe, sa fille de trois ans, l’attendait là-bas avec sa mère.

Elle retrouva son garde du corps qui patientait au rez-de-chaussée. Au moment où elle s’apprêtait à quitter l’établissement, Florian Philippot s’avançait de sa démarche chaloupée. Ils se croisèrent, s’ignorèrent royalement, comme ils le faisaient toujours lorsqu’ils se trouvaient sous un même toit. Mais en cet instant précis, pour une rare fois, ils étaient exactement sur la même longueur d’onde.

Au même moment, dans la même ville, au pied du Panthéon, un groupe de jeunes gens du FNJ distribuaient des tracts aux étudiants qui sortaient de la faculté de Paris 1. L’atmosphère y était extrêmement tendue, à la limite de l’hystérie : ils avaient manqué plusieurs fois de recevoir des coups de la part de militants de gauche écœurés. Ces quelques frayeurs n’empêchaient pas Arthur de tendre joyeusement ses tracts bleu-marine : il faisait beau, et un parti dynamique et uni comme le sien, ça valait la peine de tout encourir pour lui.

« Vivement Dimanche », se dit-il en contemplant le Panthéon, où dormaient tous les héros de la France.

FIN.

 

Une réaction ? Un commentaire ?

Suivez Paroles d’Actu via FacebookTwitter et Linkedin... MERCI !