Un an après la sortie de La Présidente, BD d’anticipation politique qui imaginait les premiers pas d’une Marine Le Pen propulsée à la présidence de la République par les électeurs de 2017, le tome 2 de cette aventure (éd. Les Arènes BD - Demopolis), toujours orchestré par le duo François Durpaire (textes) et Farid Boudjellal (dessins), s’attache à mettre en scène la présidente sortante à l’aube de la campagne pour sa réélection. Sous-titre de ce deuxième opus (en attendant le 3, attendu pour avril) : « Totalitaire ». Les passionnés de politique, comme ceux qui s’y intéressent d’un peu plus loin, suivront avec curiosité, avec angoisse parfois, ce récit joliment illustré.

Le parti pris est clair et les postulats retenus peuvent être contestés, mais l’ouvrage est à lire, en ce qu’il nous interroge, au-delà du simple cas du FN, sur pas mal de questions qui ne manqueront pas de se poser à l’avenir (la postérité de lois restrictives de libertés, notre dépendance aux nouvelles technologies et aux grandes compagnies qui les portent, les utilisations qui pourraient être faites des unes et des autres par un régime autoritaire, etc.) À découvrir, donc. Je remercie François Durpaire, qui a accepté de répondre à mes questions. Avec, comme dans le livre, quelques pointes d’optimisme. Une exclu Paroles d’Actu, par Nicolas Roche.

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

« Si François Fillon ne parvient pas

à élargir son électorat aux classes populaires,

Marine Le Pen a ses chances pour 2017... »

Interview de François Durpaire

Q. : 03.12 ; R. : 06.12

La Présidente Tome 2

La Présidente, tome 2 : « Totalitaire », aux éd. Les Arènes BD - Demopolis.

 

Bonjour François Durpaire. Le deuxième tome de votre BD La Présidente, sous-titré « Totalitaire » (éditions Les Arènes)met en scène Marine Le Pen en situation de réélection et se veut une fiction citoyenne, engagée, pour alerter les consciences. Quels ont été vos premiers retours, quel impact en espérez-vous, et ne craignez-vous pas que l’initiative puisse desservir votre cause en apportant du grain à moudre à ceux qui veulent voir un  « système politico-médiatico-culturel » vent debout contre leur championne et leurs idées (y compris ceux qui hésitent) ?

Oui, l’objectif de ce que nous appelons une « science-fiction civique » est de prendre de la distance, d’échapper à l’imposition du flux d’informations immédiates qui empêche le recul de la réflexion. Se poser les bonnes questions - notamment sur la montée du nationalisme et ses raisons, sur le basculement possible vers une société de la surveillance - nous paraît nécessaire. Nous ne nous sentons pas plus appartenir au « système » que Marine Le Pen. Nous pouvons comparer avec elle notre temps de parole à la télévision, notre train de vie, notre accès aux lieux de pouvoir, et nous jugerons qui de elle ou de nous fait partie des élites et de ce qu’elle appelle le « système ».

Jusqu’à quel point croyez-vous ces scénarios que vous avez échafaudés plausibles ? Les derniers événements en date (poussée plus forte que prévu de Trump dans les régions périphériques, défaite de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé aux primaires de la droite au profit de François Fillon, renonciation de François Hollande, scrutins en Autriche et en Italie...) vous paraissent-ils de nature à les rendre moins improbables encore ? À l’instant de votre réponse, à quel pourcentage estimeriez-vous la probabilité d’une élection de Marine Le Pen à la présidence de la République au printemps prochain ?

Je pense que la question actuelle est celle de la capacité pour le programme de François Fillon de susciter un rassemblement, notamment entre les deux tours. Comment un bloc républicain populaire pourrait se constituer derrière un programme aussi radicalement libéral ? Le pourcentage de chances pour Marine Le Pen d’arriver à l’Elysée en mai ne dépend pas de notre boule de cristal, mais de la capacité de François Fillon à élargir son électorat, notamment aux classes populaires.

Dans votre histoire, Marine Le Pen, qui n’est pas dans son camp parmi les plus radicaux, essaie de contenir l’influence de son aile droite (qui d’après les mots que vous lui prêtez la précipiterait, avec sa politique, « dans le mur »), avant d’être dépassée par une ambitieuse et revancharde Marion Maréchal-Le Pen après sa réélection. Est-ce que pour vous, clairement, il y a deux FN, ou bien tout n’est-il pas finalement affaire de stratégies, de degré plutôt que de nature ?

Il y a une différence de stratégie profonde, et une différence idéologique sur le plan économique. Étatisme du côté de Philippot, libéralisme du côté de Marion Maréchal. Mais l’on se retrouve sur la question migratoire et sur la question identitaire. Le refus d’une société française qui s’éloignerait de ses fondamentaux chrétiens blancs.

Votre récit nous présente un régime FN qui n’a finalement qu’à appliquer, pour faire avancer ses desseins, les lois votées par des majorités antérieures à lui, modérées, et notamment l’actuelle de gauche. Est-ce à dire que dans la lutte contre le terrorisme, on met un peu trop rapidement entre parenthèses des libertés au profit de réflexes sécuritaires dans la France de 2016 ? On est sur une pente dont l’inclinaison vous inquiète ?

Oui, car elle est presque indépendante de l’arrivée ou non de Marine Le Pen au pouvoir. C’est l’objet de notre BD : mettre dans les mains d’un chef d’État les lois sécuritaires actuelles et voir ce que cela donne concrètement en termes de remise en cause de nos libertés quotidiennes.

À la fin de la BD, la présidente Marion Maréchal-Le Pen prononce ces mots : « Il ne suffit pas de réprimer l’esprit critique, il faut éduquer le citoyen nouveau ». Un aspect de cette tentation du totalitarisme, plus puissant ici que jamais puisqu’il utilise à plein les possibilités énormes des nouvelles technologies. Est-ce que vous croyez que tout ou partie du FN a réellement cette tentation totalitaire ? Et ne diriez-vous pas qu’on travaille tous, accro que nous sommes à nos smartphones et autres appareils, au stockage et traçage accrus de nos moindres données, faits et gestes, à la réalisation finalement d’une société orwellienne à peu près consentie ?

Vous avez tout à fait raison. La question est de savoir ce que cela donnerait si un jour un régime politique avait la tentation de se servir des moyens technologiques à sa disposition. Et que se passerait-il si un jour les entreprises du numérique et les pouvoirs politiques s’entendaient sur le dos des citoyens ? C’est le totalitarisme 2.0 que nous décrivons pour essayer de conjurer cette évolution. Soyons des citoyens vigilants !

Un point concernant, mais pas seulement, la politique américaine, que vous maîtrisez fort bien : est-ce que la victoire de Donald Trump en novembre dernier, dans des États clés notamment, ça n’est pas aussi le signe d’une exaspération de larges franges de la population par rapport au discours des démocrates - remarque transposable à de nombreux partis progressistes d’Europe - qui, de moins en moins, donnent l’impression de parler au « peuple » dans son ensemble, mais de plus en plus à telle ou telle catégorie d’une population fragmentée (et plus du tout à des « classes sociales ») ?

Oui, sauf que n’oubliez pas que le système américain, avec un vote par État, doit également être prise en compte dans votre analyse. Clinton a bien eu 2 millions de voix de plus que Trump, alors qu’est-ce que le peuple, si ce n’est la majorité des citoyens ? Et la défaite du candidat d’extrême droite en Autriche montre que le peuple n’est pas nécessairement acquis aux idées des nationalistes populistes. L’histoire n’est pas faite, même s’il est temps de se réveiller.

Dernière question, mention comme un clin d’œil mérité aux beaux dessins en noir et blanc de votre complice Farid Boudjellal. Si vous deviez sélectionner des couleurs pour peindre des visions d’avenir de la France, de l’Europe et des États-Unis telles que vous les anticipez pour les cinq prochaines années, quelles seraient-elles ?

On passerait peut-être du noir et blanc à la couleur à la fin du tome 3 de la BD, qui sortira en avril. L’avenir en rose ou en bleu azur, ce serait, pour moi, celle d’une démocratie éducative. Une démocratie toute entière tournée vers l’éducation des citoyens. De l’école du désir d’apprendre à la formation tout au long de la vie. Cette démocratie éducative est seule à même de répondre au défi de notre temps : comment accompagner chacun dans cette transition de civilisation imprimée par la globalisation ?

 

François Durpaire

Crédits photo : Seb Jawo.

 

Un commentaire ? Une réaction ?

Suivez Paroles d’Actu via FacebookTwitter et Linkedin... MERCI !