Alors qu’était célébrée hier, à l’occasion de son soixante-treizième anniversaire, la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, comment ne pas penser, encore et toujours, à celles et à ceux qui l’ont subie, et qui l’ont faite ? J’ai choisi de consacrer un nouvel article « grand format » à Winston Churchill, sans doute l’homme qui, seul, pesa dès mai 1940 du poids le plus déterminant pour la suite des événements, en des heures sombres où à peu près tout paraissait perdu face au funeste rouleau compresseur nazi. J’ai l’honneur de recevoir, pour cette interview, M. Antoine Capet, qui comme son nom ne l’indique pas (!) est un historien grand spécialiste du Royaume-Uni. En janvier de cette année était publié son ouvrage qui, je le crois fera date, de ce côté-ci et bientôt sans doute de l’autre côté de la Manche : Churchill, Le Dictionnaire (Perrin). Tout Churchill y est : c’est riche, très riche, hautement lisible car bien pensé et bien rangé, et épuré de tous les fantasmes (vraies-fausses petites phrases, etc.) que l’on peut voir passer ici ou là, souvent, à propos du « Vieux Lion » britannique. Je remercie M. Capet d’avoir accepté de répondre, avec enthousiasme et précision, à mes questions. Je remercie amicalement Isabelle Bournier, directrice culturelle et pédagogique du Mémorial de Caen, pour avoir facilité cette prise de contact, et pour sa fidélité en général. Et je vous invite enfin, lecteurs, à lire cet article, long mais qui en dit beaucoup sur Churchill. Et à lire ou relire également, à côté, mon interview de François Delpla - que je salue ici - sur Churchill, les deux se complètent bien. Un document exclusif Paroles d’Actu, par Nicolas Roche.

 

EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

Q. : 29/04/18 ; R. : 04/05/18.

Antoine Capet: « Churchill avait les défauts de ses qualités.

Nobody’s perfect... et c’est tant mieux ! »

Churchill Le Dictionnaire

Churchill, Le Dictionnaire, Perrin, 2018.

 

Antoine Capet bonjour, et merci d’avoir accepté de répondre à mes questions. Voulez-vous, avant d’entrer dans le vif du sujet, nous parler un peu de votre parcours ? Et de ce goût pour l’histoire du Royaume-Uni : d’où vous vient-il ?

pourquoi le Royaume-Uni ?

C’est en fait mon enfance au Havre qui a déterminé la suite. Tous les Havrais connaissent le Quai de Southampton, à l’entrée du port, d’où partaient depuis le XIXe siècle les «  bateaux d’Angleterre  ». J’avais hâte d’entrer en 6e pour commencer l’anglais. Dès l’âge de dix-sept ans, j’avais obtenu une bourse offerte par les Anciens Élèves du Lycée du Havre et j’ai pris le Normannia pour faire un petit voyage d’étude sur le Wessex en auto-stop pendant les vacances d’été, logeant en auberge de jeunesse. Depuis, je ne compte plus les fois où j’y suis retourné en bateau, en voiture, en train ou en avion. Certains anglicistes sont attirés par la littérature ou la linguistique – dans mon cas, cela a toujours été ce que les universitaires appellent dans leur jargon «  la civilisation britannique  » : cela va au-delà de l’histoire pour englober les arts, les pratiques religieuses, les idées et institutions politiques, les questions sociales et les syndicats, le système d’enseignement, le service de santé, etc. Ces choix, dictés par les goûts et les aptitudes de chacun, sont impossibles à expliquer rationnellement.

 

Pourquoi avoir choisi de consacrer à Winston Churchill cet ouvrage massif, Churchill, Le Dictionnaire, publié chez Perrin en janvier dernier ? Manquait-on d’ouvrages de référence sur le Vieux Lion britannique, de ce côté-ci de la Manche ? Et comment avez-vous procédé pour rassembler, classer et restituer de manière digeste tous ces morceaux éparpillées d’une vie aussi riche ?

pourquoi Churchill ?

Ma thèse d’État – soutenue il y a bien longtemps – portait sur «  Les classes dirigeantes britanniques et la réforme sociale, 1931-1951  », et Churchill figurait bien sûr au premier rang de ces dirigeants à partir de 1940. Mais la thèse ne traitait que de cet aspect du personnage, alors dans une phase de son existence où, quand il ne la chassait pas de ses préoccupations, il freinait des quatre fers face à la «  Reconstruction  » d’une société britannique sur de nouvelles bases après la guerre. Ce n’est que peu à peu que je me suis véritablement penché sur les autres – et fort multiples – aspects de sa vie et de son action, avant puis après la guerre.

Je me suis alors aperçu qu’il existait une véritable «  industrie Churchill  ». Souvent avec une dimension méprisable  : on mettait son nom à toutes les sauces dans les titres pour faire vendre (on dit que les deux noms figurant sur le titre qui font le mieux vendre les livres en Grande-Bretagne sont ceux de Churchill et d’Hitler). D’où les multiples intitulés du genre «  L’armée de Churchill », «  Les armes secrètes de Churchill  », etc, où en fait il n’apparaît guère ou pas du tout. On publiait aussi de lucratifs «  recueils de bons mots de Churchill  » qui n’étaient nullement attestés et que l’on répétait d’édition en édition sans jamais en vérifier l’authenticité. À côté de cela, cependant, au Royaume-Uni, et encore davantage aux États-Unis, il existait tout une catégorie d’admirateurs et d’amateurs éclairés qui s’efforçaient au contraire de cerner la vérité de leur «  idole  » au plus près. Ils ont fondé des associations qui ont finalement et récemment fusionné sous le nom de International Churchill Society, publiant depuis maintenant quelque cinquante ans un trimestriel consacré à l’étude du grand homme sous tous ses aspects – du plus anecdotique (ses cigares ou ses chats) jusqu’aux plus austères (ses complexes relations avec la religion). Les plus distingués des historiens et biographes churchilliens anglophones n’ont jamais refusé d’y apporter leur contribution. Cumulativement, tous ces numéros de Finest Hour – The Journal of Winston Churchill and his Times, comme il s’appelle actuellement (simplement Finest Hour à ses modestes débuts) m’ont fourni une matière abondante et précieuse sur tous les débats qui subsistent autour de son action, de ce qu’il a dit ou n’a pas dit, de ce qu’il a fait ou n’a pas fait – le pourquoi alimentant des interprétations qui ne cesseront vraisemblablement jamais, et qui personnellement me passionnent.

 

« Je voulais livrer au public francophone un ouvrage

qui dissipe tous les malentendus et toutes les rumeurs

à caractère non fondé qui circulent sur Churchill. »

 

Un collègue britannique de l’université de Nottingham, Chris Wrigley, avait fait paraître aux États-Unis en 2002 Churchill : A Biographical Companion, désormais épuisé. C’est là bien sûr l’«  industrie Churchill  » dans ce qu’elle a de meilleur. Je le trouvais très commode pour trouver très vite une précision de date ou de lieu, mais en même temps je me disais bien souvent que je n’y trouvais pas ce que je cherchais, malgré l’excellent index. C’est à mon sens parce qu’un ouvrage de cette nature doit être tout ou rien. Soit vous dites tout – soit vous ne dites rien : vous vous abstenez alors de l’écrire. Mais «  tout dire  » sur Churchill représente évidemment une tâche considérable. Tâche irréalisable, d’ailleurs – mais on peut tenter de s’approcher au mieux de cet idéal. D’où les 862 pages du Dictionnaire. On ne peut décemment faire moins sans tromper l’acheteur, sans l’induire en erreur, faute de place, par des silences (qui valent cependant mieux que des notices à demi fausses), des approximations hâtives qui équivalent à des contre-vérités, ou des simplifications de problèmes qui exigent un examen nuancé, donc approfondi. Je voulais livrer au public francophone, qui n’en disposait pas sous cette forme, un ouvrage qui dissipe tous les malentendus et toutes les rumeurs à caractère non fondé qui circulent à la fois dans certains opuscules ficelés à la va-vite et surtout sur Internet, où l’on le replace les sempiternelles «  citations  » apocryphes et répète les mêmes âneries sur Churchill sans se poser de question.

J’ai donc dressé une liste des notices qu’il me semblait indispensable d’inclure – elle faisait dix pages – et je suis parti du noyau de fiches cartonnées que j’ai toujours conservées depuis les premiers pas dans la rédaction de ma thèse, il y a quelque quarante ans  : cela me donnait un bon point de départ sur la pensée philosophique, politique et sociale de Churchill. J’ai étoffé ensuite chaque notice, sur le principe de la boule de neige, à partir des innombrables sources sérieuses que l’on a sur Churchill – au premier chef l’admirable série de Churchill Documents en cours de publication depuis 1966, initialement intitulés Churchill Companions. On en est au volume 20, qui nous mène à décembre 1944, et les éditeurs en prévoient encore trois pour parvenir à 1965, année de la mort de Churchill. Chaque volume compte désormais quelque 2 500 pages de correspondance publique et privée, de procès-verbaux gouvernementaux alors ultra-secrets, de brouillons de discours, de lettres aux journaux, de factures : Churchill ne jetait jamais rien, ce qui nous facilite la tâche. Par ailleurs, je me suis constitué au fil des ans une copieuse bibliothèque où figurent les volumineux écrits, notamment autobiographiques, de Churchill lui-même, ainsi qu’une bonne partie (je crois qu’aucun particulier n’en possèdera jamais l’ensemble) des biographies et commentaires qui le concernent – notamment sous la plume de ceux qui l’ont côtoyé, leurs témoignages étant bien sûr à vérifier par recoupement.

C’est l’informatique qui aujourd’hui permet de mettre progressivement et impeccablement la chair sur le squelette (les dix pages initiales de liste de notices à prévoir), en autorisant tous les ajouts à chaque notice à mesure que l’on rencontre un élément intéressant à y inclure.

 

Deux biopics ont récemment été consacrés à Winston Churchill, au cinéma : Churchill de Jonathan Teplitzky en 2017, avec Brian Cox dans le rôle-titre, et Les Heures sombres de Joe Wright (2017 également), film qui valut à Gary Oldman l’Oscar du Meilleur Acteur, cette année. Deux films évoquant deux périodes critiques de la Seconde Guerre mondiale : l’avant-Débarquement en Normandie pour le premier, les bouleversements de mai-juin 1940 pour le second. Avez-vous vu ces deux films, et si oui, qu’en avez-vous pensé en tant qu’historien et en tant que spectateur ? Quid des deux acteurs ?

les deux films sur Churchill ?

J’ai parlé plus haut de l’International Churchill Society et de Finest Hour : évidemment les plus fins limiers churchilliens se sont attelés à débusquer toutes les erreurs factuelles ou psychologiques, petites ou grosses, de ces deux films (auxquels, puisque l’on parle de 2017, on pourrait ajouter – ce que je ne ferai pas ici – la série The Crown, où Churchill joue un grand rôle dans les premiers épisodes). Commençons donc, chronologiquement selon le mois de sortie (et non de la vie de Churchill) par le Churchill de Jonathan Teplitzky. Tout le monde a à la fois salué le beau travail d’acteur de Brian Cox et démoli – le mot est encore trop faible – le travail de la scénariste, dont il vaut mieux passer le nom sous silence par charité. J’en étais gêné pour elle en voyant le film pour la première et unique fois : je n’avais pas encore lu les réactions de mes collègues churchilliens d’Outre-Manche et d’Outre-Atlantique, mais je l’appréhendais en pensant à ce qui l’attendait. Ils se sont déchaînés à juste titre sur le tissu d’invraisemblances que constitue le film, avec des acteurs qui ne ressemblent en rien aux personnages qu’ils incarnent (en ne prononcent aucunement leurs paroles réelles) : le roi, Eisenhower, Montgomery, dont tous les spectateurs d’un certain âge connaissent les traits et parfois la voix. Cependant il y a toujours une exception pour confirmer la règle : le maréchal sud-africain Smuts, proche ami et conseiller écouté de Churchill, est plus vrai que nature – mais il est peu connu, voire inconnu, du grand public visé par les producteurs…

 

Churchill 

Affiche du film Churchill de J. Teplitzky.

 

« Imagine-t-on les services de sécurité laisser le Premier ministre

échapper à leur vigilance, au risque de l’exposer à un attentat

perpétré par des nazis infiltrés dans la foule londonienne ? »

 

Pour les invraisemblances de Darkest Hour, antonyme bien évidemment de «  Finest Hour  », qui parle au premier degré à un Britannique cultivé qui connaît les discours et les ouvrages de Churchill, alors que «  Les Heures sombres  » n’ont pas ce sous-texte pour un francophone, Joe Wright est venu s’expliquer en personne dans un colloque devant les spécialistes de l’International Churchill Society qui – ce n’est pas un mince compliment – lui ont donné quitus. Je passe sur les nombreuses invraisemblances mineures, pour aborder d’emblée les trois plus criantes. Les War Rooms souterraines n’étaient pas encore utilisées par le Conseil restreint à l’époque du film (fin mai 1940) : elles ne le seront qu’à partir du mois d’août. La jeune dactylo n’était pas encore au service de Churchill – elle ne le sera qu’en 1941. Enfin, invention – inventivité diront les défenseurs de la licence poétique et de l’écriture cinématographique – exceptionnelle, il y a la scène du métro, qui naturellement n’aurait jamais pu avoir lieu : imagine-t-on les services de sécurité laisser le Premier ministre échapper à leur vigilance au risque de l’exposer à un attentat perpétré par des nazis infiltrés dans la foule londonienne ?

 

Darkest Hour

 Visuel du DVD Les Heures sombres, de J. Wright.

 

Sur ces trois points, Joe Wright avance qu’il s’est borné à concentrer des faits réels soit en les avançant en date, soit en les transposant dans un lieu que la chronologie lui imposait. Nous avons vu que les War Rooms en sous-sol ont bien été utilisées ensuite et que la dactylo a bien été recrutée un an plus tard. Pour le métro, le réalisateur a un autre argument. Il a voulu symboliser le soutien bien réel dont Churchill a bénéficié lors des bombardements de l’automne 1940 : il est avéré de source absolument sûre qu’il était acclamé par les sinistrés quand il se rendait au milieu des décombres le lendemain pour constater les dégâts de la nuit – ce n’étaient pas des figurants rémunérés. Or, son film se déroule fin mai : l’invraisemblance aurait été mille fois supérieure, et en fait intolérable, s’il avait montré Churchill parcourant des quartiers bombardés.

(...) À mon avis, Gary Oldman a reçu l’Oscar du Meilleur Acteur pour les mauvaises raisons, à savoir qu’on a salué le fait qu’il avait un physique a priori très éloigné de celui de Churchill et que grâce aux miracles du maquilleur-prothésiste japonais il a fini par lui ressembler. On récompense là le tour de force de l’équipe technique, pas le talent de l’acteur. Reste qu’il est excellent – mais pour moi ce n’est pas le meilleur «  Churchill  »  : c’est Albert Finney, immense acteur britannique qui, lui, ressemble à Churchill, dans The Gathering Storm (2002, disponible en DVD et à voir naturellement en V.O.), avec à côté de lui la grande Vanessa Redgrave, elle aussi très ressemblante à Clementine, contrairement à Dame Kristin Ann Scott. Les costumes et les décors de Darkest Hour sont quant à eux splendides de véracité, qu’il s’agisse de la reconstitution des War Rooms, de la Chambre des communes ou du grand salon de Buckingham Palace où le roi reçoit Churchill pour le nommer Premier ministre.

 

The Gathering Storm

DVD du film The Gathering Storm, de Richard Loncraine.

 

Vous venez d’évoquer un peu ce point... Dans le film Les Heures sombres, il est déterminé à refuser tout compromis avec Hitler. Et pourtant, on l’y pousse fortement, y compris des voix fort influentes (Halifax, Chamberlain) au sein de son propre parti. À un moment donné, on le voit sortir dans Londres et, dans une scène marquante, prendre le métro. Une fois la glace brisée, il y échange avec des Londoniens. S’ensuit un moment de communion patriotique au cours duquel toute la rame crie, à l’unisson, que never ils ne céderont, et qu’ils sont prêts à se battre pour défendre leur terre. Est-ce qu’il y a du vrai là-dedans : a-t-il rencontré des citoyens en ces heures critiques ? A-t-il utilisé, comme il est suggéré dans le film, un soutien populaire pour emporter l’adhésion du Parlement à ses vues ?

Churchill... dans le métro ?

Fin mai 1940, Churchill n’a aucun témoignage concret d’un quelconque soutien populaire. Ce qui fait de lui ce qu’il est : un homme politique d’une clairvoyance parfois exceptionnelle, c’est que lui, haut personnage totalement éloigné du petit peuple par sa naissance, son éducation, son mode de vie et sa carrière, a l’intime conviction qu’il sait – contrairement à ses collègues défaitistes – que les petites gens veulent qu’on poursuive la lutte quoi qu’il en coûte. Toutefois, ce ne sont pas eux qui emportent la décision, mais les ministres de second rang qui ne font pas partie du Conseil restreint et assurent unanimement Churchill de leur soutien contre les partisans de la négociation. Chacun jugera s’il trouve les explications de Joe Wright convaincantes. Je dois dire que lors du premier visionnement, j’avais été indigné par la scène du métro – mais à écouter ces arguments, je me laisse désormais un peu fléchir.

 

Dans quelle mesure peut-on considérer que l’histoire passée de Winston (67 ans au compteur lorsqu’il devient Premier ministre du Royaume-Uni) détermine ce que sera Churchill à partir des heures critiques de 1940 ?

Churchill ’40 était-il prévisible ?

C’est là une question éminemment controversée. Si l’on en croit l’intéressé lui-même qui, parlant de sa nomination dans ses mémoires écrits en 1948, indique : «  J’avais l’impression d’accompagner le Destin, comme si toute ma vie antérieure n’avait été qu’une préparation pour cette heure d’épreuve », la réponse va de soi. Mais évidemment tous les commentateurs s’accordent pour dire que ses mémoires sont en grande partie un plaidoyer pro domo. Certes, dès sa prime jeunesse, il proclame urbi et orbi que son ambition est simple : devenir un jour Premier ministre. Certes, il se juge supérieur à tous les Premiers ministres (à l’exception peut-être de Lloyd George) qu’il a connus dans sa carrière jusqu’à 1940 – en particulier Chamberlain à partir de mai 1937. Certes, il pense que ce dernier «  ne fait pas le poids  » face à Hitler après la déclaration de guerre. Mais rien de tout cela ne prouve objectivement qu’il sera pleinement l’homme de la situation après la décisive percée allemande en France de mai 1940.

 

« Par un extraordinaire retournement de l’histoire, ses

pires défauts, dénoncés en se gaussant par ses adversaires

au fil des années 1930, vont précisément devenir les qualités

nécessaires pour résister au choc que provoqua

l’effondrement des armées alliées en mai 1940. »

 

Par un extraordinaire retournement de l’histoire, ses pires défauts, dénoncés en se gaussant par ses adversaires au fil des années 1930, vont précisément devenir les qualités nécessaires pour résister au choc psychologique, politique et diplomatique de l’effondrement des armées alliées en mai 1940. Ces défauts d’avant-guerre sont au premier chef son obstination (démontrée par son rejet viscéral de l’indépendance indienne, qu’il maintient au prix de son exclusion des postes de pouvoir après 1930), son «  anti-hitlérisme primaire  » (alors dénoncé comme irrationnel) et surtout son bellicisme : être le plus vocifère des va-t-en-guerre, comme ses adversaires le décrivaient de 1933 à 1939, fait de lui le dirigeant le plus apte à mobiliser le pays pour la guerre totale qui s’annonce. Par ailleurs, sa formation d’officier et sa passion pour les affaires étrangères sont une parfaite préparation aux décisions lourdes de conséquences qu’il aura à prendre à Downing Street. Le proche entourage politique, militaire et diplomatique de Churchill ne cachera pas après la guerre qu’il a commis un certain nombre d’erreurs extrêmement graves (un seul exemple : le catastrophique raid de Dieppe, qu’il a laissé lancer en août 1942) – mais tous s’accordent sur un point : qui d’autre aurait su faire, non pas mieux, mais aussi bien avec le peu d’atouts qui restaient à la Grande-Bretagne en mai-juin 1940 ?

 

La lutte à mort dans laquelle Churchill se résout à entraîner tout l’empire britannique contre l’Allemagne hitlérienne s’appuie-t-elle véritablement sur de hauts principes moraux, ou bien les arguments décisifs sont-ils plus terre-à-terre (mais certes pas moins légitimes) : perception lucide des ambitions de Hitler, du risque d’asservissement du Royaume-Uni et de l’effondrement du système d’équilibre sur le continent ?

du réalisme et des valeurs

Comme toujours, il y a vraisemblablement un peu de tout cela. Nous ne saurons jamais ce qui traversait l’esprit de Churchill quand il prenait telle ou telle décision, et ses mémoires ne sont pas d’un grand secours car nous n’avons que sa parole – or, c’était un grand manipulateur, au sens où c’était un grand séducteur d’hommes, toujours prompt à avancer l’argument décisif au bon moment. Donc, son argumentaire varie en fonction de son interlocuteur, de ce qu’il perçoit comme l’aspect le plus apte à le séduire. Quand son interlocuteur est l’électorat britannique (qui se contente d’écouter sans pouvoir répondre, mais dont le soutien tacite est capital), il joue sur la corde sensible du patriotisme, de la fierté de ne pas avoir «  vu un bivouac ennemi  » sur le sol britannique depuis 1066, avec un brin de flatterie du petit peuple renfrogné, râleur, difficile à convaincre – mais impossible à faire reculer quand il a pris une décision, ici celle de se battre. Les Britanniques n’aiment pas les grands discours moralisateurs, surtout dans la bouche de leurs hommes politiques, d’autant qu’on «  leur a déjà fait le coup  » en 14-18 du combat du bien contre le mal – et Churchill a la présence d’esprit de personnaliser le conflit en en faisant une querelle personnelle entre chaque citoyen et Hitler, incarnation non pas seulement du mal absolu dans l’abstrait, mais de tous ces importuns de par le monde qui empêchent le bon peuple britannique de vivre sa vie comme il l’entend, en toute tranquillité.

Devant ses chefs militaires ou son ministre des Affaires étrangères, il tient certes le même discours : tant qu’Hitler sera là, la Grande-Bretagne ne pourra espérer voir un monde vivable. Mais ce maître de ce que l’on appellera plus tard la géo-politique fait des calculs pour l’après-guerre dès l’effondrement de la France. Le premier de ces calculs, c’est que toute perspective de victoire ne peut être envisagée qu’avec l’entrée en guerre des États-Unis. L’alliance étant acquise en décembre 1941, il va s’agir de l’entretenir, de faire en sorte qu’une fois la victoire acquise les États-Unis ne repartent pas sur-le-champ Outre-Atlantique, en laissant la Grande-Bretagne seule face au géant soviétique dont elle a certes souhaité le triomphe sur l’Allemagne, mais dont il craint au plus haut point les volontés expansionnistes.

 

« Churchill est parfaitement sincère lorsqu’il répète, dès 1940,

qu’il veut revoir une France forte jouant un rôle de premier plan

en Europe, par francophilie mais aussi comme élément

pour assurer la sécurité britannique et l’équilibre continental. »

 

Quand il répète dès 1940 qu’il veut revoir une France forte jouant un rôle de premier plan en Europe, voire dans le monde (en Indochine, par exemple) après la victoire, il est parfaitement sincère. En partie, peut-être, pour sa francophilie indéniable, mais par-dessus tout parce qu’il a besoin d’un État-tampon entre son île et l’Allemagne, et éventuellement l’URSS.

Qui plus est, comme il l’a indiqué dans un discours resté célèbre, il «  n’a pas été nommé premier des ministres du roi pour procéder à la liquidation de l’empire britannique  » : or, les Américains, que cela soit sincère ou non, se proclament, eux qui sont si fiers d’avoir été les premiers à se libérer du joug d’un colonisateur européen, les ennemis de tous les empires coloniaux et les champions du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Objectivement, les intérêts de l’empire britannique et de l’empire français sont identiques face aux remontrances américaines, qu’il lui faut cependant faire semblant d’écouter. Et les intérêts des trois convergent devant la menace de l’expansion communiste, en Europe comme en Asie.

Churchill passera par conséquent la guerre à jongler entre les discours lénifiants destinés à flatter son auditoire, les arguments moraux, les hymnes à la liberté et les nécessités inavouables en public de la Realpolitik. Cela n’en fait pas un hypocrite, mais simplement un membre éminent des «  grands de ce monde  », qui ne peuvent sans péril pour leur pays se soustraire à ces contraintes.

 

Comment qualifier ses relations avec de Gaulle, chef des Français basés à Londres : il lui donne bien des moyens pour préserver et réorganiser de la résistance en France, parce qu’il veut coûte-que-coûte qu’un maximum de forces puissent se tenir de son côté, mais a-t-il à titre personnel estime, peut-être affection pour le Général ? Comment leurs rapports vont-ils évoluer au fil du temps ? Après Mers el-Kébir ? Après l’entrée en guerre et la montée en puissance des géants russe et américain, Staline et Roosevelt ? Qu’est-ce qui a caractérisé leurs rapports après-Guerre ?

Churchill et De Gaulle

Si peu d’ouvrages ont été exclusivement consacrés aux relations entre Churchill et de Gaulle, en revanche le nombre de «  témoignages  » plus ou moins orientés, de commentaires destinés à mettre l’un en valeur au détriment de l’autre et d’articles dictés davantage par des préoccupations nationalistes que par un souci de vérité, est considérable. Que retenir de tout cela ? Que la nature profonde de leurs rapports est inévitablement difficile, voire impossible, à cerner – et ce pour plusieurs raisons. Dans ses mémoires, de Gaulle avance que les nations ne peuvent pas avoir d’amies – leur politique doit être dictée par leurs seuls intérêts égoïstes. Churchill, moins franc ou moins provocateur, ne le dit pas : mais tout porte à croire qu’il partage cette opinion.

Ainsi, chacun des deux se voulant le meilleur porte-parole des intérêts égoïstes de son pays, tout va bien quand ces intérêts convergent – ce qui sera fondamentalement le cas la plupart du temps entre 1940 et 1945. On verra alors de Gaulle veiller tard dans la nuit, un verre de vieux cognac dans une main, sa fidèle cigarette dans l’autre, lors des interminables soirées où le Premier ministre invite à tour de rôle des hôtes étrangers de marque dans la résidence officielle de week-end des Chequers.

 

« De Gaulle faisait une fixation sur le Proche-Orient, notamment

le Liban, où il croyait voir partout et la plupart du temps

à tort des complots britanniques pour en éliminer la France. »

 

Mais les meilleurs commentateurs actuels estiment désormais que de Gaulle faisait une fixation sur le Proche-Orient, notamment le Liban, où il voyait partout et la plupart du temps à tort des complots britanniques inspirés par Churchill pour en éliminer la France. Quand les questions du Levant se posaient, c’était alors le conflit – non pas vraiment entre les deux hommes, mais bien plutôt entre les intérêts de leur pays perçus par chacun. Ce n’était pas véritablement à Churchill en tant qu’homme que de Gaulle s’opposait, mais à la volonté de l’empire britannique de «  pousser ses pions  » à travers lui au détriment de l’empire français, dont de Gaulle se considérait alors comme l’unique protecteur de poids. En renversant les rôles, on explique alors facilement la scène houleuse du 4 juin 1944, où un Churchill en rage lance à de Gaulle qu’il choisira toujours Roosevelt contre lui : les intérêts supérieurs de la Grande-Bretagne sont alors de ne rien faire qui puisse introduire la moindre fausse note dans l’harmonie anglo-américaine indispensable à la réussite du Débarquement. En se proclamant chacun les champions uniques d’une cause qui de par l’importance de leur pays à l’échelle mondiale les dépassait largement, ils semaient de facto les graines d’un conflit entre eux en tant qu’hommes alors qu’il s’agissait bien davantage d’un conflit entre les deux empires.

Autant qu’on puisse en juger, car là encore on ne peut pénétrer dans l’âme d’autrui, l’estime qu’ils avaient l’un pour l’autre était considérable, même si pour des raisons d’État telles qu’ils les percevaient, elle était occasionnellement éclipsée par des querelles fracassantes auxquelles la presse et la TSF donnaient un retentissement encore plus grand. Churchill a dû comprendre qu’il avait fait le bon choix en pariant en juin 1940 sur de Gaulle quand quelques semaines plus tard, au moment de la tragédie de Mers el-Kébir, le général prit publiquement la parole avec une grande dignité pour à la fois faire part de son émotion devant ce gâchis et surtout ces victimes innocentes qu’étaient les équipages et indiquer qu’il était conscient que les autorités de Vichy n’avaient laissé d’autre issue à Churchill.

Leur bonne entente culminera au cours de la guerre lors de la grande cérémonie du 11 novembre 1944 dans le Paris récemment libéré, où Churchill est l’invité d’honneur – de Gaulle pour sa part jouissant de son statut tout juste reconnu par les Anglo-Américains (à l’initiative de Churchill, qui avait fini par emporter le consentement d’un Roosevelt fort réticent) de chef du gouvernement provisoire de la République Française. Quand à Yalta Churchill obtiendra pour la France, face à un Roosevelt indifférent et un Staline sceptique, à la fois un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies et une zone d’occupation en Allemagne prélevée sur la portion britannique, on pourra estimer comme de Gaulle que Churchill n’a fait là que servir les intérêts bien compris de la Grande-Bretagne à long terme. La gratitude n’existant pas selon de Gaulle entre les nations, il n’en montrera alors pas la moindre vis-à-vis de Churchill.

Viendra pour les deux une «  traversée du désert  », de six ans pour Churchill, de douze pour de Gaulle. Les retrouvailles, avec la remise en novembre 1958 de la croix de la Libération à un Churchill qui n’est plus aux affaires, seront plus que chaleureuses. Après deux autres rencontres, à Londres et à Nice au début des années 1960, ce sera le lent déclin, puis la disparition de Churchill en janvier 1965. Venu pour les funérailles nationales de Churchill dans sa tenue de général, le président de la République Française adressera à la reine d’Angleterre le message protocolaire de rigueur, avec une formule admirative d’une magistrale concision, qui résume tout : « Dans ce grand drame, il fut le plus grand ».

 

De Gaulle et Churchill

C. de Gaulle remettant la croix de la Libération à W. Churchill, en 1958.

Photo © Keystone Pictures USA

 

Est-ce que, comme il est suggéré dans le film Churchill, le désastre de la bataille de Gallipoli durant la Première Guerre mondiale a rendu Churchill très frileux par rapport à la perspective d’un débarquement allié en Normandie ?

Churchill et le projet de débarquement

Les Dardanelles, c’est comme les rapports avec son père : la bouteille à l’encre, une bénédiction pour quiconque se pique de psychologie – freudienne dans le deuxième cas – et s’embarque dans la rédaction d’un livre ou le tournage d’un film sur Churchill où cela explique tout. Inutile de dire que les choses sont infiniment plus compliquées. Un seul fait est certain : Churchill a toute sa vie entretenu le douloureux souvenir du désastre des Dardanelles (1915) – non pas tant l’hécatombe militaire, ce que lui reprocheront toujours les Australiens et Néo-Zélandais, dont les troupes ont proportionnellement subi les pires pertes, que l’injustice perçue de l’accusation de légéreté dirigée contre lui. On discute encore parmi les experts d’histoire militaire pour savoir où se situent les responsabilités de l’échec, et quelle part attribuer à Churchill. Là en fait n’est pas la question : Churchill estimera toujours qu’en le traitant comme un malpropre, ses adversaires ont commis une inexcusable injustice à son égard devant l’histoire. Dans le film Churchill de Jonathan Teplitzky, cela tourne à l’obsession : c’est évidemment une grossière exagération, comme l’est sa panique de dernière minute à la veille du Débarquement.

 

« Churchill craignait des pertes considérables les premiers jours

du Débarquement, et il fut agréablement surpris au soir

du 6 juin 1944 d’apprendre que les pertes humaines

avaient été inférieures aux prévisions. »

 

Reste que Churchill avait insisté auprès de Roosevelt pour qu’on ne lance pas une offensive mal préparée, où les assaillants se feraient décimer sur les plages. Mais d’une part, il y avait le massacre de Dieppe de 1942 tout frais dans sa mémoire (les Américains n’y avaient pas participé) et d’autre part il s’était rendu à la raison à l’automne 1943 et n’avait jamais depuis tenté de remettre en question la décision de procéder au Débarquement en mai ou en juin 1944. Tout est donc faux dans l’extrapolation que fait le film à partir du souvenir de Gallipoli. Reste un point parfaitement avéré : Churchill craignait des pertes considérables les premiers jours, et il est agréablement surpris au soir du 6 juin 1944 d’apprendre que non seulement les alliés ont fermement pris pied sur le sol français, mais de surcroît avec des pertes humaines inférieures aux prévisions.

 

Est-il vrai, comme suggéré également par le même film, qu’il avait songé sérieusement à prendre part au Débarquement, aux côtés des marins et militaires britanniques, aux côtés du roi George VI ? Et qu’il a renoncé, après avoir été raisonné par le souverain ("Si nous mourons tous les deux, ce serait une catastrophe pour la cause que nous défendons") ?

Churchill, dans le Débarquement ?

L’épisode – que l’on retrouve dans plusieurs (télé)films – du petit jeu entre Churchill, le roi, et leurs conseillers est parfaitement véridique. De fait, le 16 mai, Churchill demande à l’amiral responsable des opérations navales de lui réserver une place dans un croiseur pour qu’il puisse lui aussi y assister. L’entourage de Churchill, mis en alerte, organise aussitôt un complot avec la complicité du roi – le seul à pouvoir le faire renoncer. S’ensuit tout un scénario d’intrigues bien intentionnées entre les protagonistes, à l’insu de Churchill, évidemment. Une première lettre du roi, rédigée le 31 mai, contient en substance les propos que vous citez, mais elle ne réussit qu’à le faire changer d’avis sur un point  : il embarquera seul, sans le roi. La lettre décisive du roi, datée du 2 juin, rédigée par ses conseillers, est un petit bijou d’appel au « fair play » du Premier ministre : puisque le souverain n’a pas été autorisé à partir par les chefs militaires, ce ne serait pas juste que le Premier ministre soit de la fête sans lui. Churchill s’incline à regret, mais il s’incline.

 

Churchill and the Royals

W. Churchill en compagnie du roi George VI et de la reine, en 1940.

 

Churchill a-t-il eu des problèmes d’addiction à l’alcool, et si oui, a-t-on connaissance de conséquences que cela aurait pu avoir sur sa vie, publique comme privée ?

Churchill et l’alcool

La question de Churchill et l’alcool constitue une autre bouteille à l’encre, sans mauvais jeu de mots. Non seulement des quantités de demi-vérités ont toujours été colportées sur le sujet, mais Churchill lui-même est souvent intervenu dans le débat – soit par des «  bons mots  », soit par de vraies ou fausses confidences, soit par des mises en scène délibérées destinées à entretenir sa légende. Dans la première catégorie on trouve : «  Quand j’étais jeune, j’avais pour règle de ne jamais boire avant le déjeuner – maintenant, ma règle c’est de ne jamais boire avant le petit-déjeuner  ». Dans la deuxième (à son médecin) : «  J’essaie de réduire l’alcool. J’ai arrêté le cognac [silence et sourire] – et je prends du Cointreau à la place  ». Enfin, ses domestiques ont révélé plus tard que l’éternel verre de whisky qui trônait sur sa table de nuit – même à l’hôpital – contenait infiniment plus d’eau que de whisky, et qu’il le sirotait à toutes petites gorgées pour le faire durer. Bien sûr les visiteurs ne manquaient pas de remarquer ce qui était en fait un manège pour leur faire croire qu’il ingurgitait des quantités considérables d’alcool à longueur de journée. Ils s’étonnaient alors de ne voir chez lui aucun signe d’ébriété.

 

« Churchill buvait certes énormément, notamment pendant

les repas, mais sa résistance à l’ivresse était hors du commun.

On ne l’a jamais vu rouler sous la table. »

 

C’est exact qu’il buvait énormément à table, principalement du champagne (midi et soir) et passait ensuite de longues soirées arrosées de vieux cognac. Mais sa résistance à l’ivresse était hors du commun et on ne l’a jamais vu rouler sous la table. Il était certes alcoolique dans le sens où il était alcoolo-dépendant – mais sa dépendance ne le conduisait pas à la dépression : il soutenait au contraire que l’alcool avait un effet roboratif, tonifiant et stimulant pour lui. «  J’ai tiré plus de l’alcool que l’alcool n’a tiré de moi  », aimait-il à proclamer : lui seul aurait pu dire si c’était une bravade provocatrice ou la conclusion qui s’imposait à lui à la suite d’une longue vie bien arrosée. Un fait est certain : il n’est pas mort de cirrhose du foie mais de thrombose et artériosclérose cérébrales conjuguées à une congestion pulmonaire.

 

A-t-il connu des instants véritables d’abattement ? A-t-il songé au suicide ?

la tentation du suicide ?

Deux passages à vide sont absolument indiscutables : mai 1915, lorsqu’il est limogé de l’Amirauté à la suite de l’enlisement aux Dardanelles ; et juillet 1945, lorsqu’il prend connaissance du désastre électoral qui l’élimine du pouvoir. Dans les deux cas, outre l’humiliation, il y a la crainte de l’inactivité, que Churchill, «  hyperactif  » comme on dit de nos jours, ne supportait pas. Son entourage redoutait le jour où il serait contraint par l’âge de quitter les affaires – ce qui se fit en 1955. Le remède infaillible, même s’il prend du temps, c’est le soleil de la Méditerranée, en septembre 1945 comme en avril 1955.

 

« Il avouait ne jamais attendre un train trop près du quai

au cas où une subite impulsion morbide l’aurait poussé à

se jeter sous les roues de la locomotive qui approchait. »

 

Il avait peur de la tentation du suicide, et il avouait ne jamais attendre un train trop près du quai au cas où une subite impulsion morbide l’aurait poussé à se jeter sous les roues de la locomotive qui approchait. À l’inverse, au cours des multiples combats auxquels il a participé dans sa jeunesse, et jusqu’à la quarantaine dans les tranchées, en y frôlant la mort à plusieurs reprises, il se révèle comme un risque-tout, un trompe-la-mort qui ignore la peur de se faire tuer : le «  feu de l’action  » ne lui laisse aucun répit qui pourrait conduire à des réflexions existentielles. Ce «  feu de l’action  », au sens propre comme au sens figuré, est de toute évidence pour lui nécessaire à son équilibre psychologique.

 

Est-ce qu’à Yalta, Churchill a été clairvoyant quant aux intentions de Staline ? A-t-il, par réalisme, « trahi » la Pologne avec Franklin Roosevelt ?

Churchill, Staline, et la Pologne

Les accords de Yalta continuent d’alimenter commentaires savants et polémiques orientées, et il est inévitable que Churchill, l’un des «  Trois Grands  » de la conférence, soit lui aussi au cœur des controverses qui se poursuivent. Il expliquera lui-même dans ses mémoires – et tout porte à le croire – qu’il n’avait d’autre choix que de faire le pari que Staline tiendrait parole quand il promettait le retour à des élections libres dans la Pologne libérée et restaurée dans de nouvelles frontières. Toute l’histoire de l’humanité, fait-il valoir, démontre que la possession militaire du sol vaut possession politique. Là où l’armée Rouge était indélogeable, tout reposerait sur la bonne volonté des Russes (Churchill ne disait jamais «  Soviétiques  » en dehors des contraintes diplomatiques et protocolaires). Que veut dire «  trahir la Pologne  », comme l’en accusaient les «  Polonais de Londres  » comme les Soviétiques les appelaient désormais, par opposition aux Polonais prosoviétiques mis en place par l’armée Rouge à mesure qu’elle «  libérait  » le pays ?

 

« Au printemps 1945, Churchill fit étudier la possibilité d’un

retournement d’alliances pour une croisade antibolchévique,

mais, inconcevable militairement comme politiquement,

l’initiative, évidemment ultra-secrète, fit long feu. »

 

Churchill était parfaitement conscient que jamais les Soviétiques n’accepteraient volontairement la présence d’un gouvernement anticommuniste et anti-russe sur leur frontière – or, accepter des élections libres, c’était assurer une majorité conservatrice et donc hostile. On apprit plus tard qu’en fait Churchill n’était pas resté inactif au printemps de 1945 : il avait fait étudier la possibilité d’un retournement d’alliances, les Anglo-Américains libérant dans cette hypothèse tous leurs prisonniers allemands pour qu’ils se joignent à eux dans une croisade antibolchévique. Baptisée «  Operation Unthinkable  » (Opération Impensable), cette initiative évidemment ultra-secrète fit long feu. D’une part les responsables militaires faisaient valoir l’écrasante supériorité de l’armée Rouge en hommes et en chars, de l’autre ses conseillers politiques objectaient que l’opinion publique ne suivrait pas, vu l’immense prestige dont jouissait l’héroïque peuple russe en 1945 à la suite de tous ses sacrifices. Churchill n’avait donc plus comme issue que de s’en remettre au bon vouloir de Staline : nulle fourbe trahison là, mais perception réaliste du rapport de forces en Europe au sortir de la guerre, qui prendra plus de quarante ans à s’inverser.

 

 

Yalta

Churchill, Roosevelt et Staline à Yalta, 1945.

 

En 1945, sa majorité est renversée lors d’élections qui propulsent le travailliste Clement Attlee au 10 Downing Street. Peut-on dire qu’à ce moment-là, il n’a pas su sentir ce qu’étaient les aspirations profondes du peuple britannique tout juste sorti d’une guerre épuisante ? Qu’il était sur les questions intérieures un conservateur manquant de souplesse ? Qu’il a été meilleur chef de guerre que chef de temps de paix ?

Churchill comme dirigeant de pays en paix ?

Alors qu’on discute encore des actions militaires et diplomatiques de Churchill pendant la guerre, la cause est depuis longtemps entendue sur son action en matière de politique intérieure entre 1940 et 1945 – action qui conduira à son éviction. On est très vite tenté de dire «  qui conduira logiquement à son éviction  ». Tout indiquait en fait que Churchill était hostile à ce qu’il voyait comme une «  utopie  » ou un «  Eldorado  » proposé par des idéalistes qui «  brassaient de l’air  » dès les premiers éléments concrets de plans de «  Reconstruction  » (au sens propore comme au sens figuré), publiés en décembre 1942, où l’on envisageait la création à la fois d’un État-Providence et d’un Service national de santé accessible à tous, ainsi que la mise en œuvre des idées de Keynes pour éliminer le chômage, notamment «  l’économie dirigée  » et «  l’économie mixte  » accompagnées d’une acceptation provisoire du déficit budgétaire qui selon lui serait comblé lors du retour à la croissance soutenue.et donc au plein emploi. Logiquement, donc, les classes populaires avaient tout intérêt aux législatives de juin 1945 à voter pour le Parti travailliste, qui promettait de traduire ces projets de «  Reconstruction  » en institutions bien réelles, et non pour le Parti conservateur emmené par un Churchill, certes au faîte de sa gloire, mais bien décidé à prolonger l’austérité au nom du refus du désarmement face aux Soviets et de la défense des possessions impériales menacées par des courants nationalistes qu’il exécrait.

 

« Après sa défaite électorale de 1945, Churchill laissera à des

conservateurs plus jeunes et plus souples le soin d’adapter

la doctrine du parti aux nouvelles problématiques sociales

pour éviter qu’il ne soit exclu perpétuellement des affaires. »

 

L’erreur de tous les observateurs de l’époque – y compris les experts électoraux travaillistes – avait été de surestimer le prestige de Churchill chef de guerre qui, pensait-on, bouleverserait cette logique et lui ferait gagner les élections malgré son lourd handicap sur les questions sociales. Aussitôt les résultats connus, tout le monde s’est aperçu de son erreur – Churchill au premier chef, qui retiendra l’amère leçon et laissera les conservateurs plus jeunes et plus souples que lui adapter la doctrine pour que leur parti ne soit pas à jamais condamné à la défaite. De sa défaite cuisante de juillet 1945 à sa démission volontaire d’avril 1955, il leur laissera dans les faits carte blanche pour «  acheter la paix sociale  », au prix de toutes les dérives budgétaires, comme le dénoncent aujourd’hui a posteriori ses adversaires «  thatchériens  ».

 

Churchill a-t-il été un combattant d’arrière-garde sur l’affaire, gigantesque pour le Royaume-Uni d’après-guerre, de la décolonisation ? Quel fut son sentiment quant à la perspective d’une indépendance de l’Inde et du Pakistan ?

Churchill et l’impérialisme

Churchill lui-même se proclamait fièrement «  victorien  » – après tout, il avait 25 ans quand la souveraine est morte : ses schémas mentaux étaient évidemment déjà en place. Si l’on y ajoute que son premier poste de militaire de carrière l’a conduit aux confins des Indes face aux redoutables «  insoumis  » de la frontière afghane, qu’il a obtenu d’en être détaché pour pouvoir aller combattre les musulmans soudanais en révolte au sud de l’Égypte, puis qu’il a été fait prisonnier par les Boers lors d’une sanglante embuscade en Afrique du Sud avant de quitter l’uniforme – le tout dans les dernières années de règne de Victoria (1837-1901), on comprend que l’empire britannique à son heure de gloire de la fin du XIXe siècle n’était pas pour lui une abstraction livresque, mais un ensemble de territoires bien réels qu’il fallait en permanence défendre pied à pied : il parle souvent du «  tribut du sang  » que payaient les Britanniques pour asseoir leur domination.

 

« Cette tutelle, Churchill en avait l’intime conviction,

n’était pas égoïste : elle était dans l’intérêt de ces

"peuplades barbares" elles-mêmesIl soutiendra jusqu’à

sa mort que la colonisation concilie les intérêts bien compris

du colonisateur britannique et du colonisé "indigène". »

 

Cependant, à ses yeux, cette tutelle n’est pas égoïste : au contraire, elle est dans l’intérêt de ces «  peuplades barbares  » elles-mêmes. Churchill avait lu Gibbon, Adam Smith, Malthus et Darwin entre deux confrontations avec les «  rebelles  » quand il était posté aux Indes. Il est presque contemporain de Kipling (1865-1936), qui lance la formule du «  fardeau de l’homme blanc  » en 1899 – concept auquel Churchill souscrit totalement. Il ne va pas jusqu’à dire que la colonisation est désintéressée : il soutiendra en revanche jusqu’à sa mort qu’elle concilie les intérêts bien compris du colonisateur britannique et du colonisé «  indigène  ». Chez Gibbon et Darwin, il puise l’idée que les civilisations sont périssables (Gibbon) et que seules celles qui sont les plus aptes à suivre le progrès des techniques et des lumières pourront survivre (Darwin) : il est clair en 1900 que la Grande-Bretagne répond aux critères «  darwiniens  » tels que les impérialistes victoriens les ont façonnés (on sait qu’en fait Darwin ne parlait pas des civilisations, mais seulement des espèces animales), alors qu’avec leur démographie galopante, les «  populations arriérées  » sont vouées à l’extinction par famine si rien n’est fait pour les préserver de leurs errements (Malthus). Par ailleurs, il suit Adam Smith à la fois dans son idée que le progrès passe par la libération de l’initiative potentielle qui sommeille en chaque individu – les règles tribales ancestrales maintenant le primitif dans un carcan obscurantiste d’où il ne pourra jamais sortir – et dans celle selon laquelle l’intérêt général n’est que la somme des intérêts individuels quand on leur donne libre cours.

Pour Churchill, les Britanniques – qui sont pourtant selon lui les premiers au monde à y être parvenus – ont mis des siècles traversés de sanglantes luttes internes pour trouver tant bien que mal les règles de gouvernement qui garantissent à peu près paix civile, liberté politique et prospérité relative à tous les habitants du pays. Comment espérer que des territoires qui pour certains vivent encore à l’âge de pierre ou presque puissent du jour au lendemain se voir confier une indépendance fondée sur les canons du «  Westminster Model  », un homme-une voix ?

Certes, les Britanniques apportent chaque jour scolarisation et adoucissement des mœurs auprès de ces miséreux – mais vu leur nombre et l’ampleur de la tâche, on ne peut envisager ni autonomie ni a fortiori indépendance dans un avenir prévisible : ce serait livrer ces populations à la loi du plus fort, du plus cruel, du moins scrupuleux, les soumettre à un nouvel esclavage dont beaucoup ont été tirés en ce XXe siècle naissant.

Viennent s’y greffer les rivalités ancestrales, ethniques et religieuses, auxquelles la Pax Britannica avait imposé une trêve, l’exemple le plus frappant étant les Indes (qui englobaient Ceylan et la Birmanie) avec leurs multitudes de groupes toujours prêts à s’entretuer. Churchill se gardera bien de tenir des propos triomphants quand éclateront les massacres liés à l’indépendance et à la partition des Indes en 1947, et il avait fini par céder, résigné, à la pression des dirigeants plus jeunes qui l’entouraient pour annoncer in extremis que le Parti conservateur allait entériner la législation travailliste qui conférait l’indépendance à l’ancien Raj. La mort lui épargnera de voir entre autres les crimes d’Amin Dada en Ouganda (colonie à laquelle il promettait un avenir radieux dans l’empire quand il l’a visitée en 1907) ou la perpétuation des massacres de Tamouls à Ceylan. On peut supposer qu’il avancerait que ses refus constants jusqu’à 1947 d’accepter l’accession à l’indépendance de peuples non encore formés à établir des institutions durables autres que fondées sur la violence permanente n’étaient en aucune façon un combat d’arrière-garde, mais un combat humanitaire pour protéger le faible contre le fort.

 

Quels sentiments, au fond, vous inspire Churchill ? Quelle est l’image que vous vous êtes forgée de lui ?

Churchill, d’après vous ?

Vaste question ! La première idée qui me vient, c’est le jugement du maréchal Alanbrooke, chef suprême des armées britanniques, qui côtoyait Churchill tous les jours pendant la guerre, et qui écrit dans ses Carnets publiés dix ans après : «  c’est de loin l’homme le plus difficile avec qui j’aie été amené à travailler, mais pour rien au monde je n’aurais raté la chance de travailler auprès de lui  ». Je me permettrai de le paraphraser en disant que Churchill a constitué de loin le sujet le plus difficile sur lequel j’aie été amené à travailler mais que pour rien au monde je n’aurais raté la chance de travailler sur lui.

 

« Ce qui, au-delà de tout "présentisme", exaspère, c’est la vaniteuse

confiance en lui dont il a fait preuve à de multiples reprises,

se comportant en goujat. Mais le plus souvent il regrettait de s’être

laissé emporter par la passion, et faisait amende honorable. »

 

Dans ces mêmes Carnets, il a aussi écrit : «  Jamais je n’ai simultanément admiré et méprisé un homme à un tel point. Jamais de tels extrêmes contraires n’ont coexisté chez le même être humain  ». De fait, Churchill exerce une sorte de fascination sur quiconque passe du temps à étudier les multiples facettes de sa personnalité, de son action et de ses écrits ; mais en même temps on peut éprouver une certaine répulsion face aux défauts criants de la cuirasse. Je ne parle pas des accusations faciles pour les adeptes du «  présentisme  », le travers qui consiste à juger les hommes du passé à l’aune de nos critères actuels : raciste, nationaliste, ultra-patriote, militariste, belliciste, anti-féministe, anticommuniste primaire, sybarite, dépensier avec l’argent des autres, écornifleur, expert dans l’art de l’évasion fiscale, buveur invétéré, gros fumeur même en présence de non-fumeurs, élitiste, ouvertement méprisant vis-à-vis des pas-doués et des incultes – bref un sale réactionnaire à l’égotisme démesuré. Non, ce qui exaspère au-delà de tout «  présentisme  », c’est la vaniteuse confiance en lui : «  nous sommes tous des vers, mais moi je suis un ver luisant  », déclara-t-il tout de go à sa voisine de table au cours de sa jeunesse. On a mille témoignages de situations où il s’est comporté comme un goujat – et ce aussi bien face à des gens du peuple qu’à de hauts personnages. Mais le plus souvent il regrettait de s’être laissé emporter par la passion et son tempérament impétueux et il faisait amende honorable en envoyant un télégramme d’excuses ou un bouquet de fleurs peu après en espérant se faire pardonner – ce qui était le plus souvent le cas.

Nous ferons comme les personnes offensées qui passaient sur ses écarts d’humeur : nous jugerons qu’il avait les défauts de ses qualités et qu’à côté de ses dons et qualités hors du commun les défauts apparaissaient certes irritants, mais comme la rançon à payer pour qu’il reste humain. «  Nobody’s perfect  » – et c’est tant mieux.

 

Quels sont vos envies, vos projets pour la suite, Antoine Capet ?

Je ne veux surtout pas les divulguer – j’ai trop peur qu’on me vole mes bonnes idées d’ouvrages à venir sur Churchill ! Une exception, cependant : je suis très désireux de proposer une édition du Dictionnaire adaptée pour un lectorat anglophone. J’y suis encouragé par mes collègues et amis churchilliens d’Outre-Manche et d’Outre-Atlantique qui l’ont lu ou parcouru – selon leur degré de compréhension du français. Des pourparlers sont en cours avec un éditeur prestigieux, qui a soumis le projet à son comité de lecture pour avis. J’attends le verdict : nous verrons bien.

 

Antoine Capet

Antoine Capet.

Un événement à noter, le 26 mai au Salon du Livre de Caen.

 

Un dernier mot ?

Oui – ce sera pour mettre en garde tous vos lecteurs contre toutes les choses fausses qui circulent sur Churchill. Ce n’est pas la peine d’inventer des «  bons mots  » de toute pièce ou de lui attribuer ceux qu’il a empruntés à d’autres : les authentiques traits d’esprit churchilliens sont assez nombreux et savoureux comme cela. Ce n’est pas la peine non plus d’inventer des péripéties amusantes ou émouvantes autour de sa personne : sa longue existence en est suffisamment riche pour remplir des ouvrages aussi épais que le Dictionnaire. Il faut donc toujours tout vérifier avant d’avancer quoi que ce soit sur Churchill – et ce n’est pas une mince affaire vu l’ampleur de la «  désinformation  » hagiographique, malveillante, ou simplement ignorante, qui entoure le personnage.

 

Churchill V

Cheers, Mr Capet ! À la vôtre !

 

Un commentaire ? Une réaction ?

Suivez Paroles d’Actu via FacebookTwitter et Linkedin... MERCI !