Il y a un peu moins de trois mois, le 15 juillet en début de soirée (heure française), l’équipe de France de football décrochait, en Russie, sa deuxième étoile de championne du monde en battant, au cours d’un match épique, une constamment impressionnante équipe croate, par 4 buts à 2. Un moment de grande joie collective, réunissant jeunes et moins jeunes autour d’une équipe, efficace et sympathique, et d’un drapeau, trop souvent ressorti précédemment pour des événements tragiques ; une communion comme on n’en connaît plus beaucoup mais dont le foot est capable et qui nous a rappelé 98, tout juste vingt ans auparavant. Dès le 20 juillet était publié, chez Hugo Sport, le bel ouvrage collectif Champions, les Bleus sur le Toit du Monde, confectionné par une bande de passionnés. J’ai pu interroger, tout récemment, deux des auteurs du livre, Lucie Bacon et Julien Choquet, tous deux journalistes pour Football Stories (Konbini). Merci à eux d’avoir accepté mon invitation et répondu à mes questions, et merci à Olivia Debarge (Hugo & Cie), sans qui cet article n’aurait pas été possible. Une exclusivité Paroles d’Actu, par Nicolas Roche.

 

EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

« N’Golo Kanté sera encore présent en 2022.

Comment voulez-vous qu’une malédiction nous touche ? »

Interview de Lucie Bacon et Julien Choquet.

Q. : 03/09/18 ; R. : 04/10/18

Champions les Bleus

Champions, les Bleus sur le Toit du Monde (Hugo Sport, 20 juillet 2018).

 

Bonjour, et merci d’avoir accepté mon invitation pour évoquer votre ouvrage, Champions, les Bleus sur le Toit du Monde (Hugo Sport, 20 juillet 2018). Parlez-nous de vous, qui l’avez composé ? Ça a été quoi, votre parcours aux uns et aux autres ? Parmi vos points communs, vous êtes tous fans de foot ? 

Lucie Bacon : Nous sommes six amis (enfin je crois) liés par la passion du football et de Didier Deschamps. Je suis journaliste depuis 3 ans chez Konbini, et suis rédactrice en chef de leur site de foot.

Julien Choquet : Je suis également rédacteur chez Football Stories, et je pense aussi être amis avec les cinq lurons qui ont écrit ce livre à mes côtés.

 

Comment avez-vous vécu le 15 juillet 2018, jour de la finale bien sûr, et que retiendrez-vous de cette soirée ?

Lucie : La soirée, je n’en ai pas tellement profité car il fallait boucler les dernières pages du livre. Donc je me souviendrai surtout de l’après-midi et du match, où ça a été une succession de toutes les émotions, puis le partage entre le bonheur d’être champions du monde et le stress de devoir tout boucler sans pouvoir tout de suite fêter ça dignement.

 

Si vous étiez assez "grands" pour avoir des souvenirs de 1998, en quoi cette émotion, et ces moments-là ont-ils été différents, pour vous et au niveau collectif ? Est-ce que l’époque a changé, peut-être moins innocente, plus "cynique" qu’alors ?

Julien : J’avais sept ans en 98 donc ça a forcément été des moments différents, étant donné que je préférais jouer aux Lego à l’époque.

 

C’est quoi l’histoire de ce livre ? On notera qu’il est sorti très, très rapidement après la fin de la Coupe du monde. Comment vous y êtes-vous pris pour le confectionner ? Et est-ce que la décision de le réaliser a été prise au moment où vous avez compris que la France irait loin (voire l’emporterait) ou bien cet ouvrage sur la Coupe du monde 2018 serait-il malgré tout sorti ?

Julien : L’histoire de ce livre est très simple. Nous avons tous été contactés par Hugo Sport peu avant le début du mondial, afin d’écrire un livre sur le parcours de l’Équipe de France. Dès le début la consigne était claire : il ne sortirait que si les Bleus soulevaient le trophée. Étant donné que nous étions tous persuadés qu’Olivier Giroud et sa bande iraient au bout, on a pris nos petites plumes et on a accepté ce challenge. Et si le livre a pu sortir aussi rapidement, c’est parce qu’on écrivait les résumés de chaque rencontre du mondial au jour le jour. Nous nous sommes donc tous retrouvés après la finale pour écrire le résumé de la finale, réaliser les dernières retouches, et envoyer le livre en impression le lendemain matin.

 

Ce livre on l’a dit c’est un vrai travail d’équipe. Comment vous êtes-vous réparti les tâches ? Qui a écrit ? Qui a récupéré, et sélectionné les photos ? Qui a obtenu les (prestigieuses) interventions de Marcel Desailly (préface), et des champions Adil Rami et Benjamin Mendy ?

Lucie : On s’est réparti les tâches grâce à un outil très performant : Facebook. La maison d’édition a obtenu les autres interventions.

 

Franchement, qui parmi vous a cru d’entrée que la France ferait le parcours qu’elle a fait ? C’était quoi, les uns et les autres, vos prono de finale et de vainqueur d’avant Coupe du monde ?

Lucie : Pas moi, j’avais misé sur le Brésil puis sur la Croatie après les premiers matches

Julien : Dès le début du mondial, j’ai mis mon maillot de Giroud et je ne l’ai jamais enlevé. J’avais confiance en ce groupe France dès le début, je n’ai jamais douté (c’est faux j’avais parié 100€ chez Winamax que l’Espagne soulèverait le trophée).

 

Vos matches références de cette Coupe du monde, toutes équipes confondues ? A-t-elle été, sportivement parlant, de bonne et de haute tenue ?

Julien : En tant que Français, je suis obligé de citer le France - Argentine en huitièmes, qui a été déterminant pour la suite du parcours des Bleus, en plus d’être un grand match de foot. Sinon, j’ai beaucoup aimé le Belgique - Japon, ou le Brésil - Belgique.

 

La France l’a emporté d’une bien belle manière, battant une constamment impressionnante Croatie 4 à 2 en finale, après avoir éliminé un à un chacun de ses adversaires. Objectivement, cette équipe de France était-elle la plus douée, la plus méritante des 32 en lice ? Quelle part pour le "facteur chance" dans ce parcours, et quels mérites incontestables pour ce Team France ?

Julien : Peut-être pas la plus spectaculaire, peut-être pas celle qui avait le plus de possession (n’hésitez pas à insérer un drapeau belge à cet emplacement), mais c’est bien elle la plus méritante étant donné que nous sommes CHAMPIONS DU MONDE ! C’est la manière la plus simple de couper court à tous ces débats, qui au fond n’ont pas réellement de sens.

 

Qui à votre avis mériterait le Ballon d’Or cette année ? Quel podium... et qui, à votre avis, sera dans les faits sacré ?

Lucie : Ngolo Kanté (Varane et Modric le méritent).

Julien : Paul Pogba pour un avis subjectif, Modric pour un avis objectif. Et le podium : Modric, Griezmann, CR7 (même si Varane mériterait d’y être).

 

Raphaël Varane et Didier Deschamps

Raphaël Varane, avec Didier Deschamps. Photo : L’Équipe (D.R.)

 

Cette équipe de France a été belle. Elle a fait rêver. Et elle est plutôt jeune. Est-ce qu’elle a, à ce stade, le monde à ses pieds, et l’avenir devant elle ? Comment échapper à la malédiction qui, depuis vingt ans à peu près, frappe chacun des champions en titre, voué à une performance médiocre le coup d’après ? C’est quoi l’idée, garder la tête froide avant tout ? Cette équipe-là a-t-elle appris de ses anciens, a-t-elle la maturité pour pouvoir espérer aller (encore plus) loin ?

Julien : N’Golo Kanté sera encore présent en 2022. Comment voulez-vous qu’une malédiction nous touche ? Un peu de sérieux quand même...

 

Un message pour Didier Deschamps à l’occasion de cette interview ? ;-)

Lucie : Didier Deschamps, merci beaucoup, on est ensemble...

Julien : Merce.

 

Quels arguments pour convaincre ceux de nos lecteurs que cette équipe de France a fait rêver que c’est bien votre livre, l’objet-souvenir qu’il leur faut ?

Julien : Parce que vous ne connaissez pas les surnoms de tous les joueurs de l’Équipe de France, tous donnés dans notre livre par Benjamin Mendy.

 

Vos projets pour la suite ?

Lucie : Écrire un livre pour la victoire à l’Euro.

Julien : Aider Lucie à écrire un livre pour la victoire à l’Euro.

 

Un dernier mot ?

Didier Deschamps, merci beaucoup, on est ensemble !!!

 

Un commentaire ? Une réaction ?

Suivez Paroles d’Actu via FacebookTwitter et Linkedin... MERCI !