Entre les deux tours de la présidentielle, j'avais pris l'initiative de contacter un certain nombre de jeunes, de sensibilités diverses, pour les interroger sur le duel à venir et, au-delà, sur leurs inquiétudes, leurs espoirs pour la France de demain. Parmi eux, Ahmed Laaraj, un étudiant montpellierain. Lors de la présidentielle de 2007, il n'a pas 17 ans. Pas encore l'âge de voter. Mais, il le dit lui-même, "la ferveur de la campagne a fait naître une flamme en moi". Il rejoint Désirs d'avenir, le mouvement de Ségolène Royal, "où très vite on faisait place aux jeunes". Il anime aujourd'hui le comité local et a participé à la fondation du collectif des jeunes du mouvement. Avec le comité, il s'est pleinement engagé derrière Ségolène Royal dans le cadre des Primaires citoyennes. Le résultat n'a pas été à la hauteur de cet enthousiasme (voir mon interview exclusive avec Najat Vallaud-Belkacem). La suite, chacun la connaît. François Hollande a gagné les primaires. Puis la présidentielle. Le 10 juin avait lieu le premier tour des élections législatives. Une dynamique de gauche. Tout semble indiquer qu'elle sera nettement majoritaire au sein de la nouvelle Assemblée nationale. Pas de vrai suspense quant au résultat global. En revanche, un certain nombre de batailles locales seront très disputées. D'autres très suivies parce qu'éminemment emblématiques. Ce sera le cas de la première circonscription de Charente-Maritime (La Rochelle). Ségolène Royal, qui n'a pas caché qu'elle souhaiterait, si elle était élue, briguer le "perchoir", est opposée au second tour à un socialiste dissident, l'élu local Olivier Falorni. Arrivée en tête le 10 juin, la candidate, seule dans la circonscription à bénéficier du soutien du président de la République et du Parti socialiste, espérait un désistement. Olivier Falorni a très tôt décidé de se maintenir. Pas de candidat de droite au second tour, il s'agit donc d'un duel. L'enjeu se nationalise quand, tacitement, Falorni devient l'instrument du "Tout sauf Ségolène". D'après un sondage, il obtiendrait un large report des voix de droite dans la circonscription. L'UMP s'attend à perdre la majorité parlementaire, mais se consolerait sans doute en contribuant à faire battre cette personnalité importante mais controversée. Le scrutin prend un autre tournure quand la compagne du chef de l'État, Valérie Trierweiler, "tweete" ses encouragements à l'adversaire de la mère des quatre enfants du président. Choix d'une femme libre et indépendante ? Expression publique d'une affaire... privée ? Les médias n'ont pas fini de chercher des réponses à ces questions. En tout cas, d'après plusieurs sondages, la présidente de la région Poitou-Charentes partirait largement battue... Qui sera élu ? Réponse le 17 juin. En attendant, j'ai décidé de poser quelques questions à Ahmed Laaraj. Je le remercie pour les réponses qu'il a bien voulu m'apporter. Une exclusivité Paroles d'Actu, par Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

AHMED LAARAJ

Animateur du comité Désirs d'avenir de Montpellier
Soutien de Ségolène Royal lors des Primaires citoyennes

 

Ségolène Royal ? "Elle panse

 

et repense la société"

 

http://p4.storage.canalblog.com/48/34/871067/76706323.png

(Photo fournie par M. Ahmed Laaraj)

 

 

Q : 15/06/12

R : 15/06/12

 

 

 

Paroles d'Actu : Quel regard portez-vous, globalement, sur le premier tour de ces élections législatives ?

 

Ahmed Laaraj : Sur le premier tour des élections législatives, qui dans l'ensemble s'est bien déroulé, je constate une chose : une forte abstention! Alors que nous élisons nos représentants pour le pouvoir législatif. Dans notre République, il y a une séparation des pouvoirs, le citoyen et le ou la candidat(e) doivent faire preuve de plus de mobilisation pour ce scrutin.

 

Il ne doit pas y avoir dans notre république une forte participation uniquement pour l'élection du chef de l'éxecutif. Alors que c'est là où par la proximité du (de la) député(e) et du citoyen que la démocratie participative peut se faire, et ainsi remettre le citoyen au coeur de la décision politique, en remettant le pouvoir au parlement.

 

Pour ce second tour, il faut se mobiliser et aller voter pour donner du sens à la démocratie et à la république.

 

 

PdA : Membre de son mouvement Désirs d'avenir, vous avez été un des coordonninateurs de la Campagne jeunes de Ségolène Royal durant les Primaires citoyennes de 2011. Elle est en difficulté aujourd'hui. Que vous inspire la situation à laquelle elle est confrontée dans la première circonscription de Charente-Maritime ?

 

A.L. : Je suis indigné par cette situation, je vous parlais d'abstention, ces méthodes et ces pratiques en sont la raison. Ils dégoûtent le citoyen du monde politique.

 

Ségolène Royal, arrivée en tête à La Rochelle, subit une fois de plus des méthodes et des techniques de caniveau qui n'honorent pas O. Falorni et les gens le soutenant. Il a reçu le soutien de Dominique Bussereau et drague les voix de la droite et du FN avec comme seul objectif de faire barrage à Ségolène Royal.

 

Pour rappel, Ségolène Royal est la première femme à avoir accédé au second tour de l'élection présidentielle, elle a réformé la gauche et a redonné aux socialistes l'espoir perdu en 2002, et si la région Poitou-Charentes devient une région de gauche, c'est bien par le travail de Ségolène Royal depuis 24 ans, où elle avait remporté la seule circonscription a être passé à gauche lors du raz-de-marée bleu de 1988, elle avait fait venir le Président François Mitterrand dans la Région et ils s'étaient entretenus à l'époque avec Michel Crépeau à La rochelle en tant qu'amis de longue date.

 

Présidente de la région Poitou-Charentes, elle y fait un travail profond et qui est salué dans toute la France et en Europe, son travail a été récompensé par plusieurs prix internationaux et elle est actuellement présidente de l'AIRF (Agence internationale des régions francophones ).

 

Alors, pour donner du sens à l'histoire et à cette bataille des législatives, militants de gauche, militants de vérité, il faut agir, pour ne rétablir que vérité et justice!

 

 

PdA : Qu'est-ce qui justifie votre engagement à ses côtés ? Pensez-vous, notamment, qu'elle aurait davantage mérité d'être à l'Elysée aujourd'hui que le président François Hollande ? Si oui, pourquoi ?

 

A.L. : C'est une femme visionnaire et battante, elle prend les sujets à bras le corps et essaye de trouver la solution la plus simple, la plus efficace, qui respecte le mieux l'être humain et son environnement, tout en contribuant à une nouvelle société en insérant ces solutions politiques dans un programme global de nouvelle société. Elle panse et repense la société. Être une femme ou un homme politique, y passer du temps, faire des sacrifices n'est pas une chose facile, on ne lui a rien épargné!

 

Si François Hollande est aujourd'hui président, c'est que les Français ont pensé qu'il méritait de devenir président de la République. Ensuite il faut voir l'action et les politiques qu'il va mener, son bilan, et la société dans laquelle il nous projette. Pour Nicolas Sarkozy, en voyant son quinquennat, je peux dire qu'il ne méritait pas la victoire au vu de ce qu'il a fait de la confiance des Français.

 

Mais puisque vous voulez entendre de moi une comparaison entre F. Hollande et S. Royal, moi j'ai soutenu Ségolène Royal lors des primaires. Et donc, à titre personnel, j'estime qu'elle méritait plus la présidence. Mais nous sommes loyaux, F. Hollande est issu de notre famille politique, quand un socialiste de cœur gagne, c'est comme si c'était tous les socialistes qui gagnaient.

 

 

PdA : Pourquoi, de votre point de vue, Ségolène Royal doit-elle être élue députée de la République, dimanche ? Comment vous impliquez-vous dans cette campagne ? Quel message souhaiteriez-vous adresser aux électeurs de sa circonscription ?

 

A.L. : Parce qu'elle est la responsable de la victoire de François Hollande! On ne peut pas lui enlever d'avoir rassemblé en 2007, d'avoir remis la politique au coeur de la société, jusqu'à la remettre au sein des quartiers populaires qui avaient encore l'image de la présence de Jean Marie Le Pen au second tour. Elle est la conquérante de gauche, qui a osé se préoccuper des thèmes dits de droite : sur la sécurité, sur la nation, sur la République. Dans les lieu les plus isolés, les plus délaissés, elle a su ramener une politique intelligente, une politique qui allaient revaloriser tous les citoyens, égaux en droits et en devoirs. Sans toutes ces conditions, F. Hollande n'aurait peut-être pas gagné. Le changement ne peut se faire sans celle qui lui a donné l'élan et la force! Elle doit gagner, les citoyens sont intelligents, il ne seront pas instrumentalisés par la droite, c'est pourquoi elle gagnera!

 

Aujourd'hui cette situation est terriblement injuste, on ne peut rester assis les bras croisés, c'est une vraie dynamique qui s'est mise en place dans cette circonscription, pour inciter les électeurs à aller voter, et les informer que si ils votent O. Falorni, ils sont d'abord les instruments de la droite de Bussereau et de Raffarin qui ne font que distiller de la haine envers Ségolène Royal.

 

J'ai envie de dire aux électeurs de ne pas faire cet accident historique. Rien n'est joué, S. Royal est rochellaise de coeur, elle en parle avec passion, et qu'elle portera de manière efficace la parole des citoyens de La Rochelle et de l'ïle de Ré. Et contribuera comme pour la région Poitou-Charentes à un rayonnement de ce territoire.

 

 

PdA : Quel est votre "désir d'avenir" pour Ségolène Royal ? Quid de votre engagement personnel en politique ?

 

A.L. : Mon désir d'avenir pour Ségolène Royal, il ne m'appartient pas, il me dépasse, puisque son action s'insère au service de l'intérêt général. Elle n'est pas là par amour du pouvoir ou pour les Ors de la république comme certains, son désir c'est son engagement, c'est de servir son pays en proposant de nous projeter dans une nouvelle société.

 

Son désir est que nous provoquions une révolution dans les pratiques et les moeurs politiques, d'ailleurs j'aime bien une phrase d'elle : "Les dernières bastilles sont dans nos têtes". Nous avons acquis la démocratie, nous vivons en république, mais notre régime doit toujours tendre vers le mieux, puisque tous les combats politiques doivent servir l'intérêt général et doivent permettre la dimension perfectible de la société dans laquelle nous vivons.

 

 

PdA : Sur quels critères vous baserez-vous pour juger du succès (ou de l'échec) de l'actuel quinquennat ?

 

A.L. : Sur l'action, sur le travail accompli, sur la capacité à bouleverser certains sujets de société, sur la capacité à remettre le citoyen au coeur de la politique... RDV dans 5 ans.

 

 

 

 

Une photo de Ségolène Royal choisie à ma demande par Ahmed Laaraj. Pourquoi ce choix ? Pour lui, "elle montre que, déjà à l'époque, il y a 24 ans, Ségolène Royal servait les habitants de La Rochelle."

 

 

 

Merci encore à Ahmed Laaraj pour ses réponses, qu'il m'a fait parvenir très rapidement ! Bon courage à Ségolène Royal ainsi qu'à tous les candidats qui dimanche solliciteront les suffrages des Français ! Phil Defer

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le site de Désirs d'avenir

 

Pour commenter cet article, le groupe Facebook de Paroles d'Actu

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook

 

Times New Roman > Georgia : 01/10/12