75%. C'est le taux marginal supérieur auquel le candidat Hollande souhaitait, s'il était élu, taxer les revenus au-delà d'un million d'euros. Une mesure phare, retenue par le nouveau président de la République. Elle ne résoudra en rien le problème de la dette publique. Mais le symbole est fort pour la gauche au pouvoir : il y aura des efforts à faire pour redresser le pays, ils devront d'abord être assumés par les plus riches. La "justice", exigence fondatrice du "changement". La force du symbole n'échappe pas non plus à la droite. Mais sa lecture est un peu différente. La gauche enverrait un très mauvais signal aux entrepreneurs, à ceux qui voudraient créer de la richesse, des emplois en France. Une partie du patronat s'en inquiète également. D'ailleurs, cette gauche, celle-là même dont le nouveau leader disait jadis qu'il n'aimait "pas les riches", a-t-elle jamais aimé les entreprises ? Les caricatures mises de côté, qu'en est-il vraiment ? Élémént de réponse avec une personnalité au profil atypique. Pierre-Alain Weill, secrétaire national adjoint chargé, au Parti socialiste, des PME, du commerce et de l'artisanat est aussi... un chef d'entreprise. Je le remercie d'avoir bien voulu jouer le jeu en répondant à mes questions portant sur des sujets importants, dont celui, primordial pour notre économie, de la vitalité des petites et moyennes entreprises... Une exclusivité Paroles d'Actu, par Phil Defer.  EXCLU

 

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D'ACTU

PIERRE-ALAIN WEILL

Chef d'entreprise

Secrétaire national adjoint du P.S., en charge des PME, du commerce et de l'artisanat

 

"Redonner tout son sens au mot progrès"

 

Pierre-Alain Weill

(Photo fournie par M. Pierre-Alain Weill)

 

 

Q : 28/08/12

R : 29/08/12

 

 

 

Paroles d'Actu : Vous êtes chef d'entreprise... et socialiste. Comment vivez-vous cette contradiction apparente ? En est-ce vraiment une, d'ailleurs ?

 

Pierre-Alain Weill : La droite se satisfait de l’état des choses et navigue en conséquence, la gauche cherche par la transformation le progrès. Pour « tracer la route », entraîner ses équipes, un chef d’entreprise doit définir l’objectif, le cap à attendre. À mes yeux le profit ne peut-être son seul objectif. Cela est d’autant plus vrai en temps de crise. Ce choix me semble donc bien cohérent. François Hollande s’est fait élire sur un programme, publié et chiffré. Il a expliqué aux Français son objectif, ce n’était pas le cas de son prédécesseur qui n’avait pas de programme, et peinait à défendre son bilan.

 

 

PdA : La droite et une bonne partie des entrepreneurs, du patronat ne cessent de dire que la mise en œuvre du programme économique de François Hollande serait dangereuse pour la création de richesses en France. Pourquoi dites-vous le contraire ?

 

P.-A.W. : Ce n’est pas l’avis de la CGPME, ni l’avis du cercle des jeunes dirigeants, qui représentent les petites et moyennes entreprises. Nous entretenons de bons contacts aussi avec les représentants des artisans. Concernant les dirigeant du CAC 40, si le programme de gauche leur semble plus contraignant, ils reconnaissent que, chaque fois que la gauche à dirigé la France, la croissance est revenue. Ils recevaient ce matin (le mercredi 29 août, date des réponses de M. Weill, ndlr) au Medef le Premier ministre pour que le travail à accomplir ensemble pendant cinq ans, ou plus, soit constructif. Notre volonté et nos propositions industrielles leur semblent intéressantes. Notre engagement de séparation des banques de dépôt et de crédit des activités plus spéculatives est semble-t-il ressenti par de nombreux entrepreneurs comme une mesure sage.

 

 

PdA : Vous êtes en charge au sein du PS des questions relatives aux PME-PMI. L'un des sujets les plus importants pour notre économie, de toute évidence... Que faut-il faire, d'après vous, pour inciter et aider nos PME-PMI qui le font trop peu à exporter ?

 

P.-A.W. : En France, le nombre des PME exportatrices est deux fois moins important qu’en Italie et quatre fois mois qu’en Allemagne. Ces écarts se sont aggravés puisqu’en dix ans de gouvernements de droite, 10 000 entreprises exportatrices ont disparu. L’appareil exportateur français est tiré par quelques très grands groupes multinationaux.

 

Le dernier point de ce triple constat n’est nullement une spécificité hexagonale ; en revanche, contrairement à nos voisins allemands et italiens, le renoncement au développement international est un mal français puisque 70% des primo-exportateurs renoncent à poursuivre leur effort d’implantation à l’export au bout d’une année. Nous devons simplifier l’accès aux information et aux aides. Mutualiser les projets export en repérant sur un même territoire des entreprises ayant des compétences complémentaires. Un projet à ainsi été couronné de succès dans la région Pays de la Loire en regroupant des chercheurs, industriels, des designers, des spécialistes de la commercialisation.

 

Il faut se concentrer sur les zones export à la portée des PME. Pour conquérir des marchés plus lointains, il faut associer par le portage des petites entreprises innovantes et des grand groupes mais dans un esprit de co-traitance plutôt que de sous-traitance. Le financement public devra se faire sous l’égide de la banque publique d’investissement qui verra le jour en 2013.

 

 

PdA : Quid de l'attraction d'investisseurs étrangers sur le sol français ?

 

P.-A.W. : La France est un des pays européens qui bénéficient le plus des investissements étrangers. Les critères principaux pour le choix des investisseurs sont la compétitivité hors coût, la qualité de nos infrastructures, les brevets et l’innovation. Sur tous ces points, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaite donner une priorité. La marge de manoeuvre budgétaire est étroite du fait de la crise et de l’endettement accumulé.

 

Nous ne retrouverons pas les emplois perdus sans renouveler l’offre française à l’exportation. Il nous faut penser export à la conception des produits plutôt que de chercher à imposer à l’export des produits conçus pour le marché français.

 

 

PdA : Pour cette question, c'est surtout au chef d'entreprise que je m'adresse... Qu'est-ce qui, à votre avis, doit être fait pour favoriser le retour d'une croissance soutenue et durable en France ? Sur quels leviers jouer, hors ceux évoqués dans la question précédente ?

 

P.-A.W. : Comme chef d’entreprise je dirais 3 impératifs.

  • La formation, les métiers de demain doivent s’apprendre dès à présent. Il faut 5 à 7 ans pour former un jeune. Former des ingénieurs, donner envie aux plus jeunes de choisir ces métiers et, au sortir de l’école, convaincre ces jeunes ingénieurs de rejoindre des PME ou de créer leur entreprise.
  • Une nouvelle organisation de circulation de l’information dans les entreprises. Nous sommes très en retard.
  • Redonner le goût de la production, de l’innovation dans la façon de produire.

 

Cette crise n’est pas simplement une crise des subprimes ou une crise de l’Euro. Dans l’opposition, ces dix dernières années, nous avons travaillé à un nouveau modèle de développement plus social et plus durable. Pendant toutes ces années, nous étions dans les régions dirigées par la gauche au plus près du terrain, des entreprises, de leurs salariés. Nous avons beaucoup aidé, nous avons aussi beaucoup appris. Nous avions en charge la formation professionnelle, nous avons lancé des systèmes de financement et de cautionnements qui, en parallèle du systeme bancaire, ont permis à de nombreuses entreprises de résister. Nous devons continuer, aider à l’apparition de nouvelle filières, de nouveaux services, réfléchissant chaque fois au niveau le plus pertinent : Europe, France, région.

 

 

PdA : Que souhaiteriez-vous ajouter, Pierre-Alain Weill, pour compléter notre entretien et le conclure ? Merci infiniment !

 

P.-A.W. : Les objectifs à atteindre sont ambitieux, rien ne dit que nous allons réussir mais nous avons provoqué l’alternance et les Français nous font cette confiance. Si la crise ne facilite pas les choses, nous n’avons pas d’alternative, pas de conservatisme, pas de retour en arrière possible.

 

C’est un défi formidable et enthousiasmant à relever. Pour susciter l’adhésion à ces changements, nous devons montrer qu’ils sont justes. C’est ce qui a manqué dans les choix précédents. Nous devons redonner tous son sens au mot progrès.

 

 

 

Merci encore à Monsieur Weill pour ses réponses, très intéressantes ! Phil Defer

 

 

 

Vous appréciez le blog ?

"Aimez"-le sur Facebook !

 

Merci

 

 

 

Le blog de M. Pierre-Alain Weill

 

Si vous appréciez Paroles d'Actu, "aimez"-le sur Facebook

 

Times New Roman > Georgia : 30/09/12