Lorrain de Saint Affrique fut, entre 1984 et 1994, le conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen, alors président et leader incontesté du Front national. Il a accepté, sur la base de questions que je lui ai transmises à la mi-mai, de commenter l’actualité brûlante, en interne, du FN. Ses réponses, qui sont sans concession ni fioriture - je l’en remercie -, me sont parvenues le 9 septembre, soit, trois semaines après l’exclusion de M. Le Pen par le bureau exécutif du parti. Un entretien-synthèse... Une exclusivité Paroles d’Actu. Par Nicolas Roche.

 

ENTRETIEN EXCLUSIF - PAROLES D’ACTU

Lorrain de Saint Affrique: « Marine Le Pen n’a pas

l’étoffe de la charge à laquelle elle prétend »

 

Lorrain de Saint Affrique

 

Paroles d'Actu : Bonjour Lorrain de Saint Affrique. Voulez-vous évoquer pour nous, avant d’aller plus loin, les raisons qui, à un moment de votre vie, vous avaient incité à adhérer au Front national ; celles qui, par-delà votre exclusion de 1994, vous poussèrent, sur le fond, à vous en éloigner ?

 

Lorrain de Saint Affrique : Il n’y a pas eu, au départ, d’adhésion, au sens formel : mon rôle de conseil auprès de Jean-Marie Le Pen s’est institutionnalisé au fil de conversations de plus en plus fréquentes, m’impliquant toujours davantage dans la « défense et illustration » de ses intérêts médiatiques à lui, qui n’étaient pas toujours en harmonie avec ceux de l’appareil FN. Des années durant, au même titre que le PS, le RPR ou l’UDF, le Front national figurait, dans mon activité, une entité politique parmi les autres, avec des nuances, dans le jeu personnel de Le Pen. Cette position à part dans le dispositif , avec ses phases occultes de nature, ne tenant qu’à la volonté de poursuivre de Le Pen était peu comprise, peu admise en interne. Les choses ont changé d’abord en 1990, quand il m’a nommé secrétaire départemental dans le Gard, puis en 1992 avec mon élection au Conseil régional de Languedoc-Roussillon.

 

« Le Pen exclu, c’est une clé de voûte qu’on descelle »

 

Cependant, j’ai toujours été dans une position originale, distanciée, vis-à-vis des personnes comme des idées. J’ai peu de dispositions pour ce qui concerne la culture d’appareil. Quant à l’exclusion, elle fut une sorte de gage donné à l’époque à un Bruno Mégret en pleine ascension. À un tout autre niveau, voilà que Marine Le Pen donne des gages, elle aussi, à de puissants seconds, Philippot, Collard, et d’autres. Sauf que moi, j’étais une modeste pierre de l’édifice, un médicament de confort auprès d’un dirigeant particulièrement doué ; rien à voir avec la clé de voûte qu’elle vient de desceller. Je naviguais entre l’officiel et l’officieux. Aujourd’hui, il s’agit d’enjeux autrement lourds de conséquences, sur fond de parricide, dans une société désorientée.

 

PdA : Les récentes sorties de Jean-Marie Le Pen, qui ont provoqué tant de remous au sein du parti, m’ont fait penser à une phrase qui m’avait sidéré lors de la diffusion d’un documentaire sur le Front national, il y a quelques années : au journaliste qui lui demandait ce qu’il entendait entreprendre s’il arrivait au pouvoir, Le Pen répondit, dans un grand éclat de rire : « Dieu m’en préserve ! » Vous avez émis une théorie intéressante à l’occasion d’une émission de radio diffusée début mai : Le Pen n’agirait pas par malveillance ou crise d’égo mal placée envers sa fille, il s’évertuerait à maintenir au-dessus du FN un « plafond de verre », tout cela procédant d’une conscience aiguë de sa part de l’impréparation du parti à tenir, en l’état, les rênes du pouvoir. Voulez-vous développer cette idée ?

Deux questions complémentaires : Jean-Marie Le Pen a-t-il eu jamais, à votre avis, sérieusement, sincèrement, l’ambition d’accéder à quelque responsabilité exécutive - dont, a fortiori, la première de l’État ? Ce point ne constitue-t-il pas, et de loin, sa principale divergence d’avec Marine Le Pen ?

 

L.S.A. : Vous avez noté comment, par dérision pour les éléments de langage frontistes, Le Pen appelle sa fille : « la-femme-d’État-aux-portes-du-pouvoir » ? En un seul mot !

 

Faisons simple : il y a un avant et un après 13 septembre 1987, « Le Détail », et ses multiples rebonds. Les ricochets médiatiques et politiques de l’affaire, interminablement réactualisés, ont mené Jean-Marie Le Pen à une stratégie en rupture avec ses ambitions antérieures. Jean-Marie Le Pen avait-il la stature, la carrure, la puissance d’incarnation, la densité humaine, culturelle d’un premier rôle ? Sans aucun doute à mes yeux ! Lui même ne se reconnaît qu’une seule erreur : ne pas avoir été le candidat de la droite nationale en 1965, contre Charles de Gaulle et François Mitterrand, au lieu d’aller chercher puis d’imposer Jean-Louis Tixier-Vignancour et d’en orchestrer la campagne.

 

« Le Pen a réalisé trop tard que sa fille,

née en 1968, était également née de 1968 »

 

Quelle est la situation d’aujourd’hui ? Rien n’est plus absurde que de peindre Jean-Marie Le Pen en vieillard aigri ne supportant pas de voir ses successeurs réussir mieux que lui ; c’est oublier l’énergie qu’il a déployée pour ouvrir la route de sa fille, aplanissant devant elle les obstacles de toute nature, au prix des amitiés les plus anciennes. Comme on dit, il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Certes, depuis quelques semaines, Marine Le Pen orchestre l’exclusion en rafale des proches de son père, mais sur qui prend-elle modèle ? Demandez donc à Carl Lang, Jean-Claude Martinez, Roger Holleindre, Martine Lehideux, Fernand Le Rachinel, tous immolés sur l’autel mariniste, ce qu’ils pensent maintenant du parricide en cours d’exécution.

 

La question du pouvoir n’est pas en cause dans la détérioration des rapports entre Jean-Marie et Marine Le Pen : le patriarche, de droite, réalise seulement et un peu tard que sa fille a en tête un projet de gauche. Née en 1968, née de 1968 ! Plus grave, s’il lui concède ces qualités qui font les stars de la télé-réalité, il voit bien l’insoutenable légèreté de l’être, le bachotage laborieux pour nourrir l’illusion de la compétence, le vide structurel, la vacuité, la méchanceté dans certaines attitudes…

 

PdA : Vous avez côtoyé Jean-Marie Le Pen au plus près dix années durant lorsque, de 1984 à 1994, vous fûtes son conseiller en communication. Quels souvenirs gardez-vous de cette collaboration ?

 

L.S.A. : Ce furent des années passionnantes, qui certes m’auront été fatales sur un plan personnel et professionnel, mais au sujet desquelles j’ai peu de regrets. S’il n’y avait pas de place pour quelqu’un comme moi au sein du FN, je crois  en revanche à une forme de complémentarité créative qui avait du sens auprès de Jean-Marie Le Pen.

 

Marseille Legislatives 1988

Sur cette photo qui date des législatives de 1988, L. de Saint Affrique apparaît à la gauche de J.-M. Le Pen.

 

PdA : Quelle image vous êtes-vous forgée de Jean-Marie Le Pen, finalement ? Avez le sentiment, quelque part, d’être en mesure d’extraire de son parcours tel que vous l’avez vécu et observé, de ses prises de position telles que vous les recevez, l’esquisse d’une cohérence intellectuelle que vous expliciteriez pour nous ? Cette dernière, si elle existe à vos yeux, entre-t-elle en contradiction avec les vues des tenants actuels de la direction du Front national ?

 

L.S.A. : Un orateur exceptionnel, une personnalité rebelle à toute forme de pression culturelle ou sociale, un homme de culture et d’action aux défauts très répandus, mais aux qualités très rares. Il y a plus de dix ans, dans un livre, (Dans l’ombre de Le Pen, paru en 1998 aux éd. Hachette, ndlr) j’ai beaucoup nuancé mon enthousiasme, et pourtant, au final, si c’était à refaire comme on dit, les mêmes motifs aboutiraient sans doute aux mêmes réflexes de ma part. Ceux qui, au sein du Front national, mènent la danse contre lui, ne veulent voir que ce qui dérangerait, croient-ils, leurs spéculations de carrière : la place de leur cible dans l’histoire politique française contemporaine : ça leur arracherait le cœur de l’admettre, et plus encore de se laisser gagner par un sentiment de respect.

 

PdA : Vous avez pu observer à la fin des années 90, de l’extérieur du parti, la violence de la rupture entre ses deux leaders d’alors, Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret. Sur des questions essentiellement tactiques. La coexistence au sein du FN de deux pôles puissants et apparemment contradictoires parfois (le sont-ils vraiment ?) - disons, pour faire simple, les souverainistes entraînés par Florian Philippot et les « tradi » qui voient désormais Marion Maréchal-Le Pen comme leur championne - est-elle potentiellement porteuse de troubles qui, pour l’instant, demeureraient contenus grâce à la personnalité de la présidente du parti, Marine Le Pen, qui incarne volontiers et assez habilement une ligne de « synthèse » ?

 

« Mon pronostic pour le FN aux Régionales ? 

Peut-être le Sud-Est. Sur le fil... »

 

L.S.A. : Ligne de synthèse, vous êtes sûr ? À droite toute, depuis quinze jours, au rythme des images de colonnes de « migrants » ; à Hénin-Beaumont, bientôt, vous entendrez une autre chanson. Paroles et musique dépendront des sondages tels que Florian Philippot en tirera la substantifique moelle et les mettra en bouche de l’une et des autres.

 

Vous me demandez un pronostic électoral sur les régionales ? Intuitivement, je ne vois de chance de succès pour le FN que dans le Sud-Est, sur le fil.

 

PdA : Au regard des forces en présence, au-dedans et à l’extérieur du parti, quelle évolution vous risqueriez-vous à prédire au Front national pour les quelques années à venir ?

 

L.S.A. : Intuitivement toujours, s’agissant du FN tel qu’il est maintenant, j’imagine les Français l’utilisant comme instrument provisoire de « déstabilisation du système » dans une phase peu paisible de la vie civile, et rien d’autre. Un détonateur !

 

PdA : Jean-Marie Le Pen considérerait, c’est votre sentiment en tout cas, que sa fille n’aurait pas l’étoffe d’un chef d’État. Quel est votre avis sur cette question ?

 

L.S.A. : Si telle était l’opinion de Jean-Marie Le Pen, je dirais que je la partage, en l’amplifiant.

 

Une réaction, un commentaire ?

Suivez Paroles d’Actu via Facebook et Twitter... MERCI !